L'Onde
Laura Knight-Jadczyk



Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



La Connaissance protge, l'Ignorance expose au pril (Cassiopens)

Traduction par Micheline Deschreider

Chapitre XIa

Tout n’est que leons..

24-11-94
Tout n’est que leons. Nous sommes dans une cole infinie. Il n’y a aucune autre raison l’existence. Mme la matire inanime apprend que tout est illusion.  Chaque individu possde toute la Cration dans son esprit.  A prsent, contemplez pendant un moment.  Chaque me est toute-puissante et peut crer ou dtruire toute existence condition de savoir comment.   Vous et nous, et tous les autres, nous sommes tous interconnects par la possession  mutuelle de tout ce qui est.    Vous pouvez crer des univers alternatifs si vous le voulez, et y habiter.  Chacun de vous est une rplique de l’univers dans lequel il rside. Votre esprit reprsente tout ce qui existe.  C’est  amusant  de constater que l’on a accs autant de choses.   
Q: (L) C’est amusant pour qui de constater que l’on a accs autant de choses?  
R: Tous. Les dfis sont amusants. O sont les limites de votre mental pensez-vous ?  
Q: (L) O?
R: Nous vous le demandons.
Q: (L) Eh bien, je suppose qu’il n’y a pas de limites.
R: S’il n’y a pas de limites, alors quelle est la diffrence entre votre propre esprit et tout le reste?   
Q: (L) Je suppose qu’il n’y a pas de diffrence si tout est UN en fin de compte.
R: Bien. Et quand deux choses n’ont absolument pas de limites, elles sont prcisment la mme chose.

Les remarques qui prcdent, faites par les Cassiopens, refltent l’essence de nombreux enseignements travers les ges.  Alors, o est la diffrence entre ce que disent les Cassiopens et ce qui a dj t dit?   

Peut-tre pouvons-nous rpondre cette question en en posant une autre: quel bien cela nous fait-il de savoir toutes les autres choses que les Cassiopens nous ont dites?   A quoi cela sert-il ?  

Je suis une personne TRES pratique.  Pour moi-mme et pour mon mari, Ark, ce sont les RESULTATS qui comptent.  Je pense qu’on pourrait appeler cela la  reconnaissance des fruits , puisqu’il a t dit :  c’est leurs fruits que vous les reconnatrez .    Cela est bel et bon d’avoir un aperu du monde qui admette une unit sous-jacente de tout ce qui est.   Mais en pratique, en dpit des prtentions d’innombrables instructeurs et gourous tout au long de l’histoire, y compris une plthore de promoteurs Nouvel Age du genre “vous crez votre propre ralit”, nous pouvons voir que cela n’est pas prcisment applicable notre monde.

Et cependant, c’est bien ce que viennent de dire les Cassiopens. Mais ils ont ajout quelque chose d’autre: “A CONDITION DE SAVOIR COMMENT".

C’est clairement l qu’est le problme: nous ne savons pas comment.  Et c’est dans le  savoir comment , dans la cration d’outils pour l’esprit et de la psych qu’il semble y avoir une diffrence. Concrtement: ce que disent les Cassiopens de notre ralit, c’est que lorsqu’on l’applique d’une  manire qui devient vidente quand on en est conscient, a marche.

Nous avons dj trait divers aspects de cette question, et prsent je voudrais prendre encore une direction diffrente pour voir s’il est possible de rendre les choses plus  mallables .  

Outre mon ide de la “reconnaissance des fruits”, il y a aussi ce  que j’appellerai le facteur  Abracadabra . Dans ma maison il y a deux bibliothques d’1m80 de haut sur 90cm de large, pleines de ce que j’appelle en plaisantant la catgorie “Abracadabra”. Je ne sais pas ce que le systme dcimal de Dewey ferait de tout cela, mais quand j’ai lu un livre, je sais s’il doit tre rang dans cette section-l.  

Je n’aime vraiment pas l’ambigut. Et il semble que beaucoup, et mme la majeure partie, des informations qui nous parviennent de prtendues “sources suprieures”  sont TRES ambigus.  Terry a un jour pos une question qui a contribu me faire comprendre ceci:

26-11-94
Q: (T) Une dernire question. Comment saurais-je si vous me dites la vrit?   
R: Ouvert. A vous de dcider. Ecoutez: il serait “temps” pour vous de reconsidrer certaines des prophties  les plus populaires concernant les “Changements Terrestres”. Pourquoi?, direz-vous.  Parce que, rappelez-vous que vous tes des tres de troisime densit, donc les prophties vous sont prsentes  sous des formes que vous pouvez comprendre, c’est--dire monde physique, c’est--dire changements terrestres.   Cela “peut” tre du symbolisme. Est-ce que la majorit des tudiants  intresss par le sujet comprendraient si les prophties taient exprimes directement en termes de quatrime densit ?   
Q: (L) Est-ce que ceci est comparable mon ide concernant le symbolisme du rve?  Par exemple, le rve que j’ai fait propos du nuage que je voyais au loin, et qui s’enroulait, et je savais qu’il s’agissait de la mort et je l’ai interprt comme une tornade, mais il s’agissait en fait d’un rve propos du dsastre du  Challenger. Je l’ai compris comme une tornade, mais en fait ce que j’ai vu est ce qui m’est arriv:  une force de mort dans le ciel, un  vortex au loin.  Je crois que mon rve tait une reprsentation de quatrime densit, mais j’ai tent de l’interprter en des termes qui m’taient familiers ?  Est-ce cela que vous voulez dire ?  
R: A peu prs. Mais il est facile de se tromper en interprtant les prophties au pied de la lettre.
Q: (L) En ce qui concerne les changements terrestres,  Edgar Cayce est parmi les plus clbres de ceux qui ont fait des pronostics rcents.  Un grand nombre de ses prophties semblent avoir t erronnes dans leur accomplissement.   Par exemple, il avait prophtis que l’Atlantide remonterait en 1969, mais elle ne l’a pas fait, bien qu’ au large des ctes de  Bimini, certaines  structures aient t dcouvertes, que beaucoup considrent comme des restes de l’Atlantide.    Elles ont apparemment merg du sable cette poque.  
R: Exemple d’une forme de symbolisme.
Q: (L) Eh bien, propos de ce symbolisme, se pourrait-il que, [quand vous nous dites des choses propos de notre ralit], vous lisiez des vnements de troisime densit en des termes de sixime densit pour les retransmettre ensuite en troisime; et bien que l’ide puisse tre correcte, les spcificits prcises, en termes de troisime densit, pourraient tre lgrement distordues cause de nos perceptions. Est-ce bien a?  
R: 99.9 pour cent des gens ne comprendraient pas ce concept. La plupart recherchent toujours  des traductions littrales des donnes.  L’analogie est la suivante : un  novice qui visite une galerie d’art, regarde une peinture abstraite et dit  je ne comprends pas .  
Q: (L) Mais ne dnigrons pas les traductions littrales ou du moins les tentatives faites pour comprendre les choses au pied de la lettre.   J’aime l’expression artistique raliste.   Je suis raliste dans mes prfrences artistiques. J’aime que les arbres ressemblent des arbres et que les gens n’aient que deux bras et deux jambes.  C’est pourquoi j’aime aussi le littral dans les pronostics.
R: Parfois a marche.  Mais prudence, car sinon:  La Californie s’effondrera dans l’ocan”  sera toujours interprt comme la Californie s’effondrant dans l’ocan.  
Q: [Rire gnral] (F) Une minute, quelle tait la question? (L) J’ai dit que j’aimais le littral dans mes prophties. (F) Oh, je sais ce qu’ils disent.  Les gens pensent que la  Californie va faire “splat”! et que Phoenix se retrouvera sur le littoral; peu importe l’lvation de 60 mtres, la ville se retrouvera au niveau de la mer; ou bien le niveau de la mer va s’lever; mais cela n’affectera en rien Virginia Beach mme si cette ville se trouve au niveau de la mer! Je veux dire que... d’une manire quelconque,  Phoenix tombera, sans qu’aucune de ses constructions de soit endommage, mme s’il y a une chute de 60 mtres... (T) Lentement. Il y aura une stabilisation! (F) Lentement? Cela devrait tre tellement lent que ce serait incroyablement lent! (T) La stabilisation est en cours depuis cinq millions d’annes; il doit y avoir moyen de continuer encore pendant un an et demi! (F) Correct! C’est ce que je veux dire! (T) Autrement dit, quand des gens comme  Scallion et Sun Bear et d’autres, disent que la Californie va tomber dans l’ocan, ils ne disent pas que tout l’Etat, coup le long de sa frontire, va tomber; ils utilisent le terme “Californie” pour indiquer que le long de la faille en bordure de l’ocan il y a une  probabilit de rupture et d’enfoncement dans l’eau, parce qu’il s’agit d’une fracture majeure.   Nous comprenons que cela n’est pas littral. Etes-vous en train de nous dire qu’il y a plus de choses comprendre ici que la manire dont nous comprenons ces prdictions?    
R: Oui.
Q: (T) Alors, quand nous disons que la Californie va tomber dans l’ocan, nous ne parlons pas de tout l’tat chutant littralement dans l’ocan?  
R: De toute manire, mme si c’est le cas, combien de temps cela prendra-t-il?  
Q: (LM) Cela pourrait prendre trois minutes ou trois cents ans. (T) Oui. Cela reste “ouvert” comme vous dites.
R: Oui.  Mais la plupart de vos prophtes pensent que cela n’est pas  ouvert .
Q: (T) D’accord. Donc ils pensent que la Californie est peut-tre l maintenant mais que dans une minute et demie elle pourrait avoir disparu entirement. Est-ce ce que vous voulez dire?
R: Ou quelque chose de semblable.
Q: (T) Donc, quand nous disons: "La Californie va s’effondrer dans l’ocan”, qui est l’analogie que nous sommes en train d’utiliser, nous parlons en fait de la possibilit de plusieurs sismes le long de la faille, et dont personne ne connat l’ampleur ...
R: Ou bien cela pourrait tre le symbole de quelque chose d’autre.
Q: (L) Comme quoi? Symbolique de quoi?
R: A vous d’examiner et d’apprendre.
Q: (L) Eh, une minute! C’est comme si vous nous envoyiez traduire un livre en latin sans mme nous fournir un dictionnaire latin.   
R: Non, ce n’est pas cela.  Nous vous avons demand d’envisager un nouvel examen.  
Q: (L) Vous nous avez dit qu’il y a un groupe de comtes connect de manire interactive notre systme solaire et que ce groupe de comtes arrive dans le plan de l’cliptique tous les  3.600 ans. Correct?  
R: Oui. Mais, cette fois il sera port par l’onde de la ligne frontire qui spare du quatrime niveau, o toutes les ralits sont diffrentes.   
Q: (L) D’accord. Donc le groupe de comtes est port par l’onde frontire entre deux mondes. Est-ce que cela signifie que quand il arrivera dans le systme solaire, il aura un effet sur le systme solaire ou sur les plantes du systme solaire, (Jan) Ou sur nous... (L) ...peut ou ne peut pas tre mitig  par le fait de cette transition? Est-elle un facteur attnuant?
R: Sera mitig.

[mitigate: rendre plus doux, moins rigoureux, moins strict;. (dictionnaire: Le Robert pour Tous]


Q: (L) Est-ce que cela signifie que toutes ces courses, tous ces sauts, bonds, et cavalcades en tous sens, pour faire ceci et cela, sont......
R: Tout cela relve strictement de la faon de penser en 3e densit.
Q: (L) Et si tout cela est pense de la 3e densit et si la plupart de ces choses sont symboliques,  il me faut supposer qu’elles sont symboliques de mouvements ou de changements dans l’nergie.
R: Oui.
Q: (L) Et si ces changements nergtiques ont lieu, est-ce que cela signifie que la  population de la plante, peut-tre en groupes ou en masses de groupes spcifiques, est dfinie comme les nergies en changement dans ces descriptions d’vnements et de grands cataclysmes ?   Est-ce comme un  cataclysme de l’me individuellement ou collectivement ?   
R: A peu prs cela.
Q: (L) Quand l’nergie se change en 4e densit, et vous nous avez dj dit que les gens, quand ils passeront en 4e densit lors de la transition, lors de leur passage en 4e densit, subiront une sorte de processus de rajeunissement ; ils se verront pousser de nouvelles dents, ou quoi?   Qu’est-ce qui arrivera aux gens qui ne passeront pas en 4e densit et qui en sont totalement inconscients?   Est-ce qu’ils seront emmens aussi sur l’Onde, autrement dit est-ce que ceux qui sont dj conscients et en train de changer de frquence joueront saute-mouton avec eux, ou bien iront-ils quelque part ailleurs, pour faire autre chose?  
R: Petit petit
Q: (T) Autrement dit, nous voyons que ce qui arrive cette fois est une onde qui va permettre la race humaine de passer en 4e densit?
R: Et la plante, et tout votre secteur d’espace-temps.
Q: (T) Est-ce l l’objectif de tout le plan alors, si vous me permettez d’avoir l’audace d’inclure tous ceux qui sont ici?   Il se pourrait que nous soyons des tres venus ici sous forme humaine pour ancrer la frquence.  Est-ce pour cela que nous sommes ancrs ?  Pour cette onde ? Pour que, quand elle surgira, il y ait un nombre suffisamment grand d’entre nous qui soient prts : la frquence sera tablie de manire ce que les changements puissent se produire dans la plante selon le plan ?  
R: Oui.
Q: (T) Bon.  Quand les gens parlent de changements terrestres, quand ils parlent littralement des survivants et de ceux qui ne survivront pas, et des destructions etc. etc. en 3e, 4e et 5e niveaux de ralit, ils ne parlent pas de la destruction de la plante en termes physiques de 3e niveau, ou de la perte de 90% de la population du 3e niveau parce qu’elle serait morte mais parce qu’elle sera passe au 4e niveau ?   
R: Whoa! Vous approchez du  chaud .
Q: (T) Bon.  Donc nous sommes en train d’ancrer ceci.  Donc, quand ils parlent de 90% de la population qui ne survivra pas, ce n’est pas que ces gens mourront mais qu’ils se transformeront.  Nous montons d’un niveau.  .. Est-ce que c’est cela que se rfre cette histoire de lumire et tout a?  
R: Ou une autre possibilit est que les cataclysmes physiques ne se produiront que pour ceux qui auront t “laisss pour compte” sur ce qui restera de la Terre de 3e densit .
Q: (T) Bien.  Vous nous dites donc que nous sommes en train d’ancrer la frquence de manire ce que, quand l’onde arrivera, autant de gens que possible seront emmens en 4e densit afin de faire lcher prise aux  T-shirts noirs qui tiennent cette plante comme les appelle Barbara Marciniak.  Ceux qui seront laisss en arrire n’auront de toute faon plus assez d’nergie pour que les “T-shirts noirs” se soucient encore de la plante.  Ils seront moins nombreux, de sorte que la plante pourra se rafrachir et ils pourront poursuivre leurs leons sans interfrences?
R: A peu prs a.
Q: (L) Je veux faire le point.  En ce moment de  transition dimensionnelle, est-ce que ce que nous sommes en train de faire, c’est--dire ancrer une frquence, nous fait crer une sorte de rseau qui crera littralement une autre Terre en 4e densit, qui existera alors en 4e densit,  la vieille Terre de 3e densit (un peu comme la division d’un organisme cellulaire, sauf que dans ce cas-ci, une moiti s’en va dans une autre dimension) sera nergise et littralement cre par la frquence d’ancrage, tandis que l’autre partie restera et fera l’exprience de la ralit de 3e densit ?
R: Petit petit.
Q: (L) Est-ce que nous sommes en train d’ancrer une frquence pour crer une division?    
R: Une pour dvelopper un conduit.
Q: (L) Nous sommes en train de crer un conduit?   
R: Oui.  Un.
Q: (J) De combien de conduits avons-nous besoin?   
R: Ouvert.
Q: (T) Est-ce que ce  conduit permettra ceux qui resteront en arrire de passer plus facilement en 4e densit quand ils seront prts?  
R: Non.
Q: (T) A qui servira le conduit?
R: A vous et ceux qui vous suivront.
Q: (L) Ce conduit. Est-ce un conduit travers lequel la plante tout entire va transiter?  
R: Vous en tes un.  Il y en a d’autres.  
Q: (J) Alors, en ce moment, nous sommes en train de crer un conduit?
R: Oui.
Q: (T) Il y a d’autres groupes sur cette plante qui crent leur propre conduit?   
R: Oui. La Connaissance est la cl qui permet de crer un conduit.
Q: (T) Je me base sur l’hypothse que tous ici font partie de la famille de la Lumire; est-ce le cas ?  
R: Oui.
Q: (T) Et nous avons t attirs les uns vers les autres afin de dvelopper ce  conduit partir d’o nous nous trouvons ?   
R: Oui.
Q: (T) Y en a-t-il d’autres dans cette rgion?   
R: Oui.
Q: (T) Sont-ils supposs se joindre nous ou travaillent-ils de leur ct ?   
R: Ouvert.
Q: (T) Bon.  Donc c’est dans l’air: nous pouvons nous joindre eux, ils peuvent se joindre nous, ou nous pouvons tous travailler indpendamment.  Nous sommes en train de crer un conduit pour nous faire passer de 3e en 4e densit.  Une fois que nous aurons travers ce conduit est-ce que nous serons supposs avoir termin ce pourquoi nous sommes ici, c’est--dire ancrer la frquence ?   
R: Partiellement.
Q: (T) Est-ce que le conduit est pour nous une sorte d’issue de secours?   
R: A peu prs.
Q: (L) Faisons le point.  Quand nous emprunterons ce conduit, est-ce que les autres...
R: Vous vous trouverez en Terre de 4e niveau par rapport la Terre de 3e niveau.  
Q: (L) Ce que j’essaie de voir ici (moi, la vieille Laura pleine de bon sens)  c’est le point de vue pratique.  Est-ce que cela signifie qu’une Terre de 4e niveau co-existera avec une Terre de 3e niveau ?  l’une ct de l’autre ? 
R: Pas l’une ct de l’autre: des mondes totalement diffrents.
Q: (L) Est-ce que ces mondes s’interpntrent mais dans des  dimensions diffrentes...
R: A peu prs.
Q: (L) Donc, en d’autres termes; un tre disons de la 6e densit, pourrait regarder cette plante que nous appelons Terre tournoyer dans l’espace et voir plusieurs dimensions de Terre, malgr que le point d’occupation spatio-temporel soit le mme, c’est--dire simultan. (J) Ils peuvent nous voir en bas, mais nous ne pouvons voir l-haut.
R: Oui.
Q: (L) Alors, cela veut dire que pendant que toute cette activit cataclysmique aura lieu sur la Terre de 3e densit, nous nous trouverons sur notre Terre de 4e densit et tout cela n’aura pas lieu, et nous ne verrons pas les gens de 3e densit et ils ne nous verront pas parce que nous serons dans des densits diffrentes qui ne sont pas "en rapport" (en franais dans le texte), pour ainsi dire?
R: Vous comprenez le concept, maintenant vous de dcider  si cela est factuel.

Eh bien j’ai essay! Et je m’approchais rellement du but, et puis ils sont devenus ambigus envers moi! Mais l’important est que les Cassiopens tentaient de faire passer quelque chose propos des Symboles de la  Ralit. Ils nous proposent l’ide que notre ralit est une ralit symbolique.

Mais remmorez-vous la premire dclaration :

Chaque me est toute-puissante et peu crer ou dtruire toute existence condition de savoir comment.   Vous et nous, et tous les autres, nous sommes tous interconnects par notre possession  mutuelle de tout ce qui est.    Vous pouvez crer des univers alternatifs si vous le voulez, et y habiter.  Chacun de vous est une rplique de l’univers dans lequel vous rsidez. Votre esprit reprsente tout ce qui existe.  C’est  amusant  de constater que l’on a accs autant de choses.

Nous avons dj parl du pseudo-symbolisme de la ralit: notre monde est trs probablement comme une “version limite” d’une ralit plus vaste, tout comme les ombres de Platon sur le mur de la caverne taient les symboles d’une ralit plus grande.  Mais mme si nous parlons d’espace hyperdimensionnel et de 4e densit, nous parlons toujours d’un point de vue matriel.   Vous souvenez-vous du tesseract (hypercube)? Eh bien maintenant nous dirons que TOUT est symbolique dans un autre sens: symboles d’ ides et d’nergies dans un sens strictement non-matriel.

En outre, mesure que nous progressons, nous allons parler des ralits possibles derrire ces symboles de 3e et de 4e densit, et plus important encore, la RAISON pour laquelle il en est ainsi. Et nous verrons que cela est directement li l’ambigut des informations en provenance de mondes suprieurs. Michael Topper commente cette “ambigut” ou “facteur Abracadabra” de la manire suivante:

Nous consultons le channeler fondamentalement parce que nous sommes  proccups, d’une manire conceptuelle trs ordinaire, comme toute personne en quilibre prcaire sur le fil psychologique qui surplombe l’abme temporalis de l’existence. [...] Il nous conviendrait toujours, combien, de savoir ce qui va arriver,  d’tre informs des consquences qu’auront les alternatives confrontant la perplexit du moment de  dcision. Nous voudrions obtenir des garanties, non seulement pour nos engagements financiers, mais aussi pour nos engagements psychiques; nous voudrions tre rassurs l’avance sur les contingences habituelles. Et le channeler permet d’envisager cette commode perspective.   

[...] Les myriades de voix transmises par channelling auxquelles nous avons t soumis ces dernires annes, prsentent en effet une avalanche de prdictions, d’avis sur le gnral et le particulier, et une caractrisation massive de plans tats, niveaux et dimensions de ralits qui introduisent  d’autres magnitudes dans les questions ultimes au sujet des buts et consquences. Par les innombrables  contributions de sources reues en channelling, nous avons en un certain sens t invits r-examiner tout le chapitre du  succs en termes non-conventionnels, de sorte que l’horizon sur lequel repose le graal de l’accomplissement a t en quelque sorte lev; les visions ont t leves la perspective d’un point focal plus complet et crucial, sacr en fait.

Du ct positif, le phnomne du  channelling a fourni un choeur verbal de confirmations tendant collectivement placer nos questions et proccupations habituelles dans un contexte dcal par de distinctes considrations de l’Ame.  Les "rponses  nos questions les plus triviales quant l’avenir, aux choix et aux rsultats, ont reu une dimension supplmentaire de signifiant. Le plus commun d’entre les cumeurs de matriel reu en channelling est bien oblig de percevoir, ne serait-ce qu’implicitement,  l’influence qu’a tout choix egotiste conventionnel sur la destine plus vaste de la croissance de l’me.   Peu importe, actuellement, que des exhortations si emphatiques soient le rsultat d’une intervention, d’une intrusion verbale abrupte dans le courant mditatif primordial qui coulait ostensiblement en direction de la valeur unique de la cognition personnelle (sans intermdiaire) et de la perception directe de ces modes trs spirituels et hautement psychiques dcrits prsent des plus approximativement. Peu importe si le phnomne tout entier semble, sous une certaine lumire, exprimer l’impatience d’une intelligence de dimension suprieure qui a longtemps attendu le lent dveloppement personnel caractristique de ce  plan matriel .  C’est pourquoi, ils font simplement intrusion, quips des informations ncessaires, l’obtention d’un minimum de quitude mditative.

Pour tre quitable, certaines circonstances de channelling semblent favoriser vraiment le progrs personnel du  channeler en ce que celui-ci parvient un accs direct aux plans, tats, phnomnes et degrs d’intgration esprit-corps, gnralement dcrite ou caractrise verbalement par une transmission par ventriloquie  (cf. le matriel Seth, et les quelques descriptions faites par feue Jane Roberts de son dveloppement personnel entendu sur un  plan intrieur ). Mais dans la plupart des cas, c’est l’attitude d’expression  Ryerson qui prvaut.   Il s’agit d’une curieuse dissociation qui se produit entre la personne du channeler et le contenu de la  communication, et qui a pour rsultat une substitution quasiment totale de la description par la chose dcrite.   

Plus immdiatement, du ct ngatif  du phnomne, nous nous retrouvons  (dans cette avalanche de descriptions en provenance de sources diverses) devant une collision plutt qu’une confluence fluide de matriaux.  Aux niveaux suprieurs de conscience, non limits par le cadre spatio-temporel du channeler dont la vue a t obscurcie, il semble y avoir  encore rtrcissement ou divergences dans les caractrisations de la Ralit.   Il semble y avoir encore des divisions  concernant ce qui est peru ou connu, mme dans ces plus vastes et supposment plus complets Domaines de Connaissance. Tous ceux qui ont parcouru une fois ou l’autre ces sources sous forme imprime, ou qui ont relu leurs notes prises lors de sances “sur le vif”, doivent avoir observ (s’ils sont dots d’un minimum de conscience) que s’il est gnralement admis qu’il existe des tats et plans suprieurs, d’autres ordres de connaissance et d’action que ceux  qui sont exprims dans un contexte strictement physique, il y a d’innombrables petites et grandes divergences qui vont de petites variantes une profusion de criantes contradictions.

Ceci est expliqu dans l’une de ces sources:  Cosmic Revelation reu en "channelling" par Virginia Essene et Ann Valentin, comme tant une invitable  confusion rsultant du besoin urgent et sans prcdent de dimensions suprieures, de rpandre des modles changeants d’informations appartenant des  programmes ducationnels remanis   rendus ncessaires par cette  critique poque de transition que nous traversons avec hsitation. Selon ces sources, cette confusion est due la ncessit de transmettre en suivant la hirarchie spirituelle d’tres du plan intrieur  par l’intermdiaire desquels ces informations, formules aux chelons les plus levs, doivent passer. Consistents avec ce qui peut tre rcolt par d’autres sources de channelling, les divers niveaux au travers desquels les ordres d’intelligence transmettent les flux de donnes  vers le bas  formulent les schmas d’information en fonction de la comprhension de leur plan particulier. Dj colores par cette qualification, les informations peuvent  tre encore plus dformes au niveau du  channeler ou, selon la variable du  lien  en question, il peut y avoir plus ou moins de recours la mmoire personnelle, la matrice conceptuelle ou au vocabulaire propre au channeler. Le produit verbal qui en rsulte est de toute manire loign de plusieurs pas dimensionnels de l’intention originale. Ajoutons cela que toutes ces connaissances manent, dans leur forme la plus haute, de niveaux d’intelligence cratrice fondamentalement non-verbale, formulant tout processus d’acquisition de connaissances en termes spirituels abstraits, impossibles traduire directement en concepts  faciles saisir pour une structure axe sur le physique, et nous semblons avoir ce qui parat tre, en surface, une explication valable de la raison pour laquelle  Seth et Hilarion ne sont pas d’accord, pourquoi, Ramtha et le matriel  christique  des  Nouveaux Enseignements  (New Teachings)  se querellent sur leurs tagres. [Topper, caractres mis en gras par moi.]

Cela semble certainement expliquer le problme: diffrentes sources disent des choses diffrentes cause du processus de “filtrage” de haut en bas, depuis les mondes suprieurs.   Et naturellement, lorsqu’elles atteignent le channel (canal), elles sont encore plus dformes par rapport la connaissance, au vocabulaire et aux convictions du canal en question.  Donc, la  solution vidente est de rechercher des informations auprs des sources les plus leves possible.  

C’est en fait ce problme qui nous a pousss Frank et moi-mme mener notre exprience de channelling de la manire dont nous l’avons fait.   Nous ne voulions pas nous satisfaire de “chers disparus” qui n’ont gnralement pas plus d’informations ni de perspectives plus claires que nous-mmes notre niveau de  contrle  de 3e  densit. En fait, ainsi que je l’ai appris par nombreux de mes sujets placs sous hypnose, et de nombreuses conversations avec des “chers disparus”,  le niveau d’ignorance ce  stade  d’existence est souvent abyssal! J’ai absolument refus de gaspiller mon temps avec des “chers disparus” parce que c’tait l un moyen infaillible d’aboutir de  l’occultation dlibre,  de la dsinformation innocente  ou des spculations inutiles.   Ainsi que l’a dit Cayce:  Un Presbytrien mort n’est toujours qu’un Presbytrien mort  .  Et il est de fait que la plupart des chers disparus se TROUVENT ENCORE DANS LEUR PRISON!

Mais pour en revenir aux  Symboles de Ralit tels que mentionns ci-dessus par les Cassiopens:

Q: (T) Alors, quand nous disons que: "La Californie va tomber dans l’ocan”, ce qui est l’analogie que nous avons utilise, nous parlons en fait des changements qui surviendront sur la Terre, et de la possibilit de divers sismes qui pourraient se produire le long de la faille et dont personne ne connat rellement l’ampleur  ...
R: Ou bien tout cela peut tre symbolique de quelque chose d’autre.
Q: (L) Comme quoi?  Symbolique de quoi?
R: A vous d’examiner et d’apprendre.

Cette question me rendait folle.  Pourquoi ne recevais-je donc jamais une rponse directe mes questions?! Bon.  Ce n’est pas tout fait juste.  Les Cassiopens nous ont donn de nombreuses rponses directes, tant vrifiables que non vrifiables, sur de nombreux sujets. Mais sur certains sujets, l’ambigut est reste suspendue telle l’pe de  Damocls. Il semble que c’tait moi de trouver.

Comme je l’ai crit prcdemment, j’avais lu, In Search of the Miraculous d’Ouspensky au milieu des annes 1980, et bien des choses crites dans ce livre m’avaient tellement outrage que j’avais littralement jet le livre loin de moi.   A cette poque, je devais rester alite et je n’avais rien d’autre faire que de penser.   Alors, j’avais jet le livre contre le mur de l’autre ct de la pice, et j’cumais de rage contre ce que  Gurdjieff avait dit (comme  Carlos Castaneda avait rgi aux nombreuses choses dites par  Don Juan Matus) jusqu’ ce que, graduellement, j’eusse rcupr mon calme.  Alors, une petite voix intrieure me suggra de rflchir tout cela sans laisser bouillir mes motions.  Je mditai un peu sur le sujet, examinant en esprit les nombreuses expriences de ma vie, et j’en vins rapidement la conclusion que ce que Gurdjieff disait ne dcrivait peut-tre pas le tableau entier, mais qu’il allait dans la bonne direction.

Alors, je demandai qu’on vienne ramasser le livre et me remis lire quelques pages jusqu’ ce que, oui, nouveau, je me sente outrage et insulte, et que le livre atterrisse nouveau sur le mur ! C’est ce mme livre que j’ai devant moi en ce moment, tenu ensemble par du papier collant.

Qu’avait dit Gurdjieff de si offensant pour moi?

Vous ne ralisez pas votre propre situation. Vous tes dans une prison. Tout ce que vous pouvez souhaiter, si vous tes un homme sens, c’est d’y chapper.   Mais comment s’chapper ? Il faut creuser un tunnel sous la muraille. Un seul homme ne peut rien faire.  Mais supposons qu’il y ait dix ou vingt hommes; s’ils travaillent chacun leur tour et qu’ils se couvrent mutuellement, ils peuvent terminer le tunnel et s’enfuir. 

En outre, personne ne peut s’chapper de la prison sans l’aide de ceux qui s’en sont enfuis avant.  Eux seuls peuvent dire comment la fuite est possible, ou envoyer des outils, des limes ou d’autres choses ncessaires.  Mais  un prisonnier isol ne peut trouver ces gens ni entrer en contact avec eux.   

...Il faut comprendre que l’essence de l’homme, dans la vie et dans la mort, si elle existe aprs la mort, peut tre de qualit  trs diffrente.   L’  homme-machine  pour lequel tout dpend des influences extrieures, qui tout arrive,  qui est d’une manire un moment et autrement le moment d’aprs et encore un autre le moment suivant, n’a aucun avenir: il est enterr et c’est tout.  Ce qui est poussire redevient poussire.   Cela s’applique lui.  Afin de pouvoir parler d’une quelconque vie future, une certaine cristallisation est ncessaire, une certaine fusion des qualits intrieures de l’homme, une certaine indpendance par rapport aux influences extrieures.   S’il y a dans l’homme quelque chose qui permette de rsister aux influences extrieures, alors cette chose doit aussi pouvoir rsister la mort du corps physique...

La fusion, l’unit intrieure, s’obtient au moyen de la 'friction,' par la lutte entre le  oui  et le  non  dans l’homme.   Si un homme vit sans lutte intrieure, si tout se produit en lui sans qu’il y ait d’opposition, s’il s’en va o il est attir ou pouss par le vent, il restera tel qu’il est.   Mais s’il y a lutte l’intrieur de lui-mme, en particulier si cette lutte est oriente, alors, peu peu des traits permanents commencent se former, il commence  cristalliser .   Mais la cristallisation peut se faire sur une bonne base ou sur une mauvaise base.  Sur une mauvaise base il peut aisment y avoir  friction  : la lutte entre le  oui  et le  non .  Par exemple, une croyance fanatique en une quelconque ide, ou la peur du “pch” peut provoquer une lutte terrible et intense entre le  oui  et le  non , et on peut cristalliser sur ces bases.   Mais il s’agit l d’une cristallisation errone et incomplte.  Un tel homme n’aura pas la possibilit de se dvelopper.  Pour rendre possible un dveloppement ultrieur il doit se refondre et ceci ne peut s’accomplir qu’au prix de terribles souffrances. 

La cristallisation peut se produire partir de n’importe quelle base.  Prenons pour exemple un brigand ; un bon brigand authentique.  J’ai connu de tels brigands dans le Caucase.  Il peut rester embusqu avec son fusil derrire une pierre prs du chemin, sans bouger pendant huit heures.  Pourriez-vous faire cela? Mais pendant tout ce temps, se droule en lui une lutte.  Il a soif et chaud, et les mouches le tourmentent, mais il reste immobile.   Autre exemple, celui d’un moine.  Il a peur du diable.  Toute la nuit il cogne sa tte sur le sol et prie. C’est ainsi que la cristallisation se produit.  C’est ainsi que les gens peuvent produire en eux-mmes une norme force intrieure; ils peuvent endurer des tortures; ils peuvent obtenir ce qu’ils veulent.  Cela signifie alors qu’il y a en eux quelque chose de solide, quelque chose de permanent.  De telles personnes peuvent devenir immortelles. Mais quel est l’avantage ?  Un homme de cette sorte devient une  chose immortelle  bien qu’un certain degr de conscience soit parfois encore prsent en lui.  Mais mme cela, il faut s’en souvenir, ne se produit que trs rarement. 

De quelle manire suscite-t-on en soi une lutte entre le “oui” et le “non”?  

Il faut le sacrifice.  Si on ne sacrifie rien, on n’obtient rien.  Et il est ncessaire de sacrifier quelque chose qui est  prcieux ce moment, il faut sacrifier pendant longtemps et sacrifier beaucoup.    Mais pas pour toujours, cependant.   Ceci doit tre compris, parce que, souvent, on ne le comprend pas.    Le sacrifice n’est ncessaire que pendant la dure du processus de cristallisation. Quand la cristallisation est acheve, renoncement,  privations, et sacrifices ne sont plus ncessaires. [Ouspensky, 1949, 1977]

Lorsque j’ai commenc rflchir au POURQUOI des symboles de ralit, je me suis souvenue de ce  passage. J’ai senti qu’il y avait quelque part une connexion.  Ce passage semble dire, en opposition de nombreux enseignements actuels, qu’en tant qu’tres de la 3e densit il se pourrait que nous ne soyons pas aussi spciaux, ni lus, ni merveilleux que ne nous l’ont enseign la plupart des religions du monde et les mouvements qui en dcoulent.   Les commentaires de  Gurdjieff vont l’encontre des dogmes-standard Nouvel Age, qui disent que la plupart d’entre nous sont des “tres spciaux”, mme si nous avons commis quelques mchantes erreurs.   Quelques existences permettront de redresser tout a, et nous serons brillants comme des sous neufs.    Si nous ne pensons qu’ de bonnes choses, nous pouvons crer une bonne ralit, parce que nous crons ce sur quoi nous nous concentrons, donc nous devons oublier les choses mauvaises ou ngatives et "love is all you need" La la la la la! (il n’y a que l’amour qui compte)

Mais Gurdjieff dit que nous sommes dans une PRISON et qu’il n’y a aucun espoir de s’en chapper sans avoir certaines connaissances, la premire tant de raliser que nous nous TROUVONS effectivement dans une prison. Ensuite, qu’il nous est impossible de nous en chapper sans une aide et des efforts groups, et que cette aide ne peut tre obtenue, qu’il est impossible d’y avoir accs, sans une certaine  cristallisation  ou effort. Il semble aussi vouloir dire que nos  concepts selon lesquels les “mes” sont intgres et consistantes pourraient bien tre lgrement gotistes et tout fait infonds!

Voil qui est plutt effrayant!

Souvenez-vous de ce que dit Don Juan Carlos Castaneda dans l’extrait de la srie  Abduction:

... Il y a un prdateur qui vient des profondeurs du  cosmos et qui a pris le commandement de nos vies.  Les tres humains sont ses prisonniers.   Le prdateur est notre seigneur et matre. Il nous a rendus dociles, sans dfense.  Si nous voulons protester, il supprime nos protestations.  Si nous voulons agir dans l’indpendance, il exige que nous ne le fassions pas [agir dans l’indpendance ...] Par vos seuls efforts, vous tes parvenu ce que les chamans de l’ancien Mexique appelaient la question des questions.  J’ai tourn autour du pot pendant tout ce temps, essayant de vous faire comprendre que quelque chose nous retient prisonniers. En vrit, nous sommes prisonniers! Cela tait un fait d’nergie pour les sorciers de l’ancien Mexique.   

Pourquoi est-ce que ce prdateur  nous domine de la faon que vous dcrivez, Don Juan?' demandai-je. Il doit y avoir une explication logique.'

“Il y a une explication” rpondit Don Juan, “qui est la plus simple du monde. Les prdateurs nous dominent parce que nous sommes leur nourriture, et ils nous crasent sans merci parce que nous sommes leur subsistance.   Exactement comme nous levons des poulets dans des poulaillers, les prdateurs nous lvent dans des cages humains.  Ainsi, ils ont toujours leur nourriture sous la main.'

Je sentis que ma tte se mettait trembler violemment. J’tais incapable d’exprimer mon profond malaise et mon mcontentement, mais mon corps se mouvait de manire exprimer cela.  Je me mis trembler de la tte aux pieds, involontairement.

'Non, non, non, non,' m’entendis-je dire.  Cela est absurde, Don Juan. Ce que vous dites est monstrueux.  Cela ne peut tre vrai ni pour les sorciers, ni pour l’homme moyen, ni pour personne .

Pourquoi pas?' demanda calmement Don Juan. Pourquoi pas? Parce que cela vous met en fureur?'

"Oui, cela me met en fureur' rtorquai-je. Ces affirmations sont monstrueuses!' [...]

“Je vais faire appel votre esprit analytique” dit Don Juan.    Rflchissez un moment et dites-moi comment vous pouvez expliquer la  contradiction entre l’intelligence de l’homme ingnieux et la stupidit de ses systmes de croyance, ou la stupidit de son comportement contradictoire.   Les sorciers croient que les prdateurs nous ont donn nos systmes de croyance, nos ides du bien et du mal, nos conventions sociales. Ce sont eux qui ont construit nos espoirs et nos attentes et nos rves de succs ou d’chec.  Ils nous ont donn la convoitise, l’avidit et la couardise.  Ce sont les prdateurs qui nous font complaisants, routiniers et gocentriques.'

Mais comment peuvent-ils faire cela, Don Juan?” demandai-je, encore plus en colre par ce qu’il venait de me dire.   Est-ce qu’ils nous murmurent tout cela l’oreille pendant que nous dormons ? '

'Non, non, ils ne le font pas comme cela.  C’est idiot, a!' dit Don Juan en souriant. Ils sont infiniment plus efficaces et organiss que cela.  Pour nous garder obissants, dociles et faibles, les prdateurs ont entrepris une manœuvre tonnante  - tonnante du point de vue stratgique, s’entend ! Une manoeuvre horrible du point de vue des victimes.  Ils ont mis en nous leur esprit! M’entendez-vous?  Les prdateurs nous ont donn leur esprit, qui est devenu notre esprit. L’esprit des prdateurs est  baroque, contradictoire, morose, rempli de la peur d’tre dcouverts tout instant.

Don Juan poursuivit: 'Je sais que, mme si vous n’avez jamais souffert de la faim... vous avez la peur de la faim... ce qui n’est autre chose que la peur prouve par les prdateurs qui craignent tout moment que leur manoeuvre soit dcouverte et qu’ils n’aient ainsi plus accs leur source de nourriture   Par l’esprit, qui est aprs tout leur esprit, les prdateurs instillent dans la vie des tres humains ce qui leur chante.  Et ils s’assurent de cette manire une certaine scurit qui agit comme tampon contre leur peur.' [Castaneda, 1998, pp. 213-220]

Notez plus particulirement la remarque de Don Juan:

... les prdateurs nous ont instill nos systmes de croyance, nos ides du bien et du mal, nos conventions sociales. Ce sont eux qui ont construit nos espoirs et nos attentes et nos rves de succs ou d’chec.  Ils nous ont donn la convoitise, l’avidit et la couardise.  Ce sont les prdateurs qui nous font complaisants, routiniers et gocentriques.

Ce qui est dit essentiellement ici, c’est que “rien n’est comme il semble et ne l’a JAMAIS t ! Nous ne pouvons nous fier pratiquement rien en ce qui concerne notre ralit, si nous nous efforons de la voir au travers de nos  "systmes de croyance, nos ides du bien et du mal, nos conventions sociales" .  Nous sommes informs par  Gurdjieff, Don Juan et les Cassiopens que nos “geliers” sont ceux qui construisent nos espoirs, nos attentes et nos rves de succs ou d’chec  - et nous notons que ces choses: nos croyances, espoirs, rves et ides du bien et du mal-  sont toutes des ides reues il y a des millnaires, de sources de channelling.   Nous consultons prtres, prtresses, pasteurs,  Bible, Coran, Vdas, et de nos jours d’innombrables livres reus en channelling parce que nous sommes, comme l’a not  MT, " proccups, d’une manire conceptuelle trs ordinaire , ... C’est toujours tellement commode de pouvoir voir le futur , tre informs des consquences  [de nos choix]..."

Et les nombreuses  sources que nous consultons offrent en vrit les  rponses .  Comme l’a not  MT:

Les myriades de voix en channelling entendues ces dernires annes, proposent en effet une  avalanche de prdictions, d’avis gnraux et particuliers, et une caractrisation massive de plans, tats, niveaux et  dimensions de ralit qui introduisent d’autres magnitudes dans les questions ultimes de raisons et de consquences.    

Alors, qu’est-ce qui ne va pas l-dedans?  Est-ce que ce n’est pas une bonne chose que nous soyons conduits penser notre ralit autrement qu’en termes matriels ?   Est-ce qu’il n’est pas bon en gnral de prendre conscience du fait que notre vie a une signification dans un contexte plus large, cosmique ?  Est-ce que ce n’est pas bon de recevoir quelques informations et  descriptions de niveaux suprieurs de ralit, auxquels nous pourrons accder si nous adhrons aux principes spirituels qui nous sont prsents ?   Est-ce qu’ils ne sont pas tous d’accord sur le principe, et est-ce que cela a de l’importance de choisir un systme plutt qu’un autre ?    Est-ce que la plupart d’entre eux ne disent pas que “tous les chemins mnent Rome  ?  Est-ce qu’ils ne nous encouragent pas crer notre propre ralit  afin d’tre “sauvs”, ou autres choses du genre  selon les versions proposes?  

Et cependant,  Gurdjieff, Don Juan, et les Cassiopens disent que nous sommes prisonniers et ils s’opposent l la vaste majorit des autres enseignements.

Les Cassiopens ont dit:

21-01-95
Q: (L) [Est-ce que le gouvernement a fait lui-mme des OVNIS, des enlvements et mutilations de btail] pour se protger du public qui sait qu’il est engag dans des interactions avec des extraterrestres ?  
R: Ils le font pour empcher le public de le savoir, parce que la socit exploserait si cela tait dcouvert.
Q: (L) C’est quoi que le gouvernement protge pour que la socit ou le public n’en sache rien?  De quelle activit s’agit-il ?   
R: Les humains mangeant le btail, les extraterrestres vous mangent vous. [...]
Q: (T) [Vous dites que] le gouvernement, notre gouvernement amricain, dtient 36 vaisseaux extraterrestres qu’ils ont obtenus d’une manire ou d’une autre.  Combien d’autres gouvernements dtiennent des vaisseaux ?  
R: C’est tout un.
Q: (L) Nous avons dj un gouvernement mondial  unique; c’est a qu’ils disent ?    (T) Oui, ils attendent seulement pour rendre a officiel d’une manire ou d’une autre.  
R : Il en est ainsi depuis trs longtemps, selon vos mesures de temps.
Q: (L) C’est quoi le “Grand Secret” protg par le  " Consortium?
R: Vous n’avez pas le contrle de vous-mmes; vous tes une exprience.

26-12-98
Q: Est-ce que Trsor cach des Templiers ou des Cathares, ou est-ce que des manuscrits de la Bibliothque d’Alexandrie parlent des vraies origines et de la vraie nature de l’Homme?   
R: Eh bien, si c’est le cas, cela expliquerait la structure dans laquelle vous vivez.  
Q: Dans quelle structure est-ce que nous vivons?
R: Choix forcs.   

Cela ne semble vraiment pas trs amical! Et il y a autre chose prendre en considration.  Le matriel  Ra a t, pour autant que je sache, le premier expos sur des densits par l’intermdiaire de channelling.   Mais des ides considrant les “octaves de la ralit”  comme SEPT niveaux d’exprience avaient dj t enseignes par Gurdjieff et dans certains de ses travaux ultrieurs. Pour autant qu’on le sache, Gurdjieff a reu des enseignements dans des centres soufis secrets d’Asie Mineure.   Il a souvent rpt que l’Homme tait  nourriture pour la Lune .  Et ce qu’il a dit l quivaut pratiquement dire que la 3e densit est une prison, et que le seul moyen d’en sortir  est  d’obtenir son diplme  pour passer en 4e densit.  

Il a fait une autre remarque curieuse, qui m’a fort intrigue.  (je conseillerais aux lecteurs de se procurer un exemplaire du l’œuvre d’ Ouspensky In Search of the Miraculous afin de se faire une ide de ces matires, mais je vais m’efforcer de condenser l’ide).  

Pour bien se faire comprendre, Gurdjieff a dcrit ces diffrents tats, d’une manire qui suggre clairement des densits: 1) Absolu, 2) Tous les mondes, 3) Tous les Soleils (toiles), 4) Le Soleil, 5) Toutes les plantes, 6) La Terre, 7) La Lune. On peut comprendre comment tout cela correspond des densits en lisant le livre.  Mais, pour en revenir au choc que j’ai prouv en lisant ce que Gurdjieff disait: Ouspensky avait eu une conversation avec  Gurdjieff et celui-ci crit:

G. dessina un petit diagramme et tenta d’expliquer ce qu’il appelait la “corrlation des forces dans les diffrents mondes” .  Ceci dcoulait d’une conversation prcdente sur les facteurs influenant l’humanit.    L’ide gnrale tait la suivante : l’humanit, ou plus correctement dit, la vie organique sur Terre, est influence simultanment par diverses sources et divers mondes... Toutes ces influences se produisent simultanment; une influence prdomine un moment, une autre influence prdomine un autre moment. Et l’Homme a une certaine possibilit de choix parmi ces influences; c’est--dire qu’il peut passer d’une influence une autre. ...Il est impossible de se librer d’une influence sans tre soumis une autre. Le tout, tout le travail sur soi, consiste choisir l’influence laquelle on veut tre soumis, et passer rellement sous cette influence. Et pour ce faire, il faut savoir l’avance quelle influence est la plus favorable.

En quels termes se trouve l’intelligence terrestre par rapport l’intelligence du soleil ?” demandai-je.

 L’intelligence du Soleil est divine” rpondit G. Mais la Terre peut devenir pareille; mais naturellement cela n’est pas garanti et la Terre pourrait tout aussi bien mourir sans avoir rien accompli”.  

De quoi cela dpend-il?' demandai-je?

La rponse de G. fut trs vague.

Il y a une priode bien prcise pour accomplir certaines choses, dit-il.  Si cette chose n’est pas accomplie en temps voulu, la Terre pourrait prir sans avoir ralis ce qu’elle aurait pu raliser.'

Sait-on ce qui est entendu par ce “en temps voulu” ? demandai-je.

Il est connu,' dit G. “Mais ce ne serait bon pour personne de le connatre.  Ce pourrait mme tre bien plus mauvais.  Certains le croiraient, d’autres ne croiraient pas, d’autres encore exigeraient des preuves.  Ensuite les uns commenceraient casser la tte aux autres. Tout finit comme cela avec les gens.' [Ouspensky, c’est moi qui ai mis en gras certaines parties de phrases.]

Je suis convaincue que Gurdjieff fait ici allusion l’Onde et la possibilit pour la Terre de passer en 4e densit, et la “russite” ou la “moisson” pour certains individus passs en tat de 4e densit.   Comme nous l’avons not, il y a un nombre infini de futurs possibles en un point donn de  bifurcation  de l’univers.  Il semble que ces choix se rtrcissent mesure que l’on approche du moment de fusion ou de bifurcation.    Et il semble aussi que  la direction que prend la Terre en ce moment, en juger par les signes que nous observons dans notre environnement, n’est PAS le futur que nous voudrions voir se manifester.    Et il se pourrait bien que ce soient nos religions et croyances religieuses ainsi que de nombreux messages reus de nos jours en channeling, qui nous ont amens en ce point prilleux et qui continuent nous propulser en quelque sorte dans cette mme direction.  

Donc, ce que je veux dire, c’est ceci: tout comme les enseignements des Cassiopens ont produit un changement REEL de nature trs spectaculaire dans ma ralit personnelle,  et que ces mmes effets se sont manifests dans la vie d’autres personnes qui ont adopt ce “SCHEMA DE REALITE”," il se pourrait que nous avons une opportunit de choisir un futur diffrent en devenant conscients... et que cela est aussi prsent dans la discussion de  Gurdjieff  sur le fait qu’il nous faut prendre conscience que nous sommes dans une prison, avant de pouvoir imaginer comment en sortir. A un certain niveau, oui, c’est une prison que nous avons choisie lorsque nous sommes entrs en 3e densit.  Mais en entrant, nous avons accept d’oublier notre  vraie nature  et de fonctionner dans la ralit qui nous a t attribue afin d’  apprendre .   Cela ne sert pas grand chose de parler en termes d’  unicit cosmique  ni de dire que “nous sommes, en notre vraie nature, des tres tout-puissants , parce que PAR CHOIX nous n’avons pas accs ces ralits.  Et l’accs la chane des circonstances, la chane des choix, doit semble-t-il, tre obtenu en tapes logiques. Il est possible que nous ayons la possibilit d’ “acclrer” notre progression, mais apparemment, il n’est  pas bien vu   de tenter de “sauter” des leons.  

Bien peu nombreux sont ceux qui sont capables de mditer sur l”Unicit Cosmique” et de sauter pouf! Comme a  en 7e densit et d’en avoir fini avec tout le sale boulot.  Et il se pourrait bien qu’en ralit ce ne soit pas cela qui est souhait au niveau le plus profond.  J’ai un jour pos la question aux Cassiopens:

28-12-96
Q: Alors... Y a-t-il une activit qui nous permette de stimuler l’ADN de manire ce qu’il devienne superconducteur?
R: Pas besoin. Voudriez-vos trouver le moyen d’acclrer la croissance de votre plus jeune enfant?   
Q: Bien sr que non! Elle n’est encore qu’un bb!  Elle doit pouvoir s’amuser !  Oh je vois !  

Et remmorez-vous ce que les Cassiopens ont dit au dbut de ce chapitre: c’est “amusant” de voir combien de choses nous sont accessibles.   Ds lors, je ne pense pas que le but est de trouver des raccourcis vers la 7e densit.   Le but c’est de suivre “la route pave”, de s’engager dans l’aventure, et la tche, en ce moment, semble tre que nous nous trouvons dans une prison et qu’il nous faut trouver le moyen d’en sortir.

Mais il ne sert rien, dans le cadre de la leon, de considrer la prison comme n’existant pas, moins que nous n’en soyons les crateurs. Elle a manifestement t “construite” partir d’un niveau de ralit que nous ne sommes pas encore capables d’atteindre, (une fois encore, parce qu’ un niveau beaucoup plus lev nous avons choisi ce drame); ds lors, il est inutile de dire que si l’on n’y pense pas ou si on ne se concentre pas dessus, la prison n’existera pas. C’est un complet non-sens si l’on considre le problme dans sa porte la plus large.  Nous sommes DANS UNE PRISON.  Mais ce n’est pas parce que nous y pensons ou que nous concentrons nos penses dessus ce niveau-ci que nous y sommes. En fait, si nous n’y pensons pas ou si nous ne focalisons pas dessus, si nous n’apprenons pas tout ce qu’il y a moyen d’apprendre ce sujet et les moyens de s’en chapper, nous choisirons par dfaut de continuer vivre dans ses murs!

Si nous considrons comme une prison les limites de notre tat actuel, et si nous nous efforons de nous en chapper, nous avons un espoir de pouvoir le faire  - d’apprendre notre leon actuelle.    Si nous dcidons de rester dans notre prison, de rester dans les limites de notre tat actuel, ce qui est manifestement le cas, et que nous nous en dbarrassons par la pense en ne la voyant pas comme une prison, nous n’aurons rien fait d’autre que  changer la couleur des murs  ou autre chose de ce genre.    Nous aurons alors chang l’apparence de la prison  pour celle d’un parc ou d’un htel de luxe.  Mais nous n’aurons RIEN fait pour sortir dans le vaste monde.  

Et il semble que nous soyons mal informs par ces sources qui nous enseignent que nous pouvons faire cela: qu’il suffit de “se focaliser sur” ou de “penser” des choses agrables  ... qu’on a accs tout, que nous sommes tous  un  etc.   Faire cela, revient simplement “choisir la pilule bleue” comme dans The Matrix, c’est refuser de se rveiller, c’est alimenter toujours davantage en nergie le systme qui nous tient aveugles et captifs.  Oui, si  vous vous contentez d’avoir de bonnes penses et de vous  entourer d’amour et de lumire  vous entretiendrez certainement une illusion de paradis. Mais de telles illusions ont une fcheuse tendance s’vanouir.  Ce n’est pas que les faiseurs d’illusions n’aient pas le dsir permanent d’entretenir en permanence ces illusions et de les reconstruire aprs chaque calamit; il est mme possible qu’aprs de nombreuses vies passes ces expriences ils en viennent une complte dsillusion qui les mne alors rechercher la VRAIE nature de la ralit telle qu’elle EST, et non comme ils voudraient qu’elle soit, et qu’ils commencent alors raliser qu’ils sont dans une prison. 

La plupart des enseignements et systmes de croyance  ont justement pour but de perptuer de telles illusions. Ces systmes sont construits presqu’exclusivement sur la foi.  Et c’est l qu’est l’os: la vraie raison d’tre de ces enseignements qui disent que l’on cre sa propre ralit par la pense et la focalisation c’est qu’ils sont des MANOEUVRES DEFENSIVES qui cachent la vraie nature du  Cosmos!

Dans de tels enseignements il n’est absolument pas permis de dfier le systme.  La raison en est qu’il s’agit d’un monde fragile qui doit tre protg tout prix.   C’est un domino thologique qui, si on le fait tomber, fait tomber tous les autres mensonges, et les illusions se mettent tomber aussi.  Dans un tel systme, tous les lments de la vie doivent trouver leur place.  C’est--dire qu’il n’y a en fait pas de mal; et s’il y a un mal apparent, ce n’est que parce que vous lui avez permis d’apparatre en y pensant.   Aucune ambigut ce propos ne peut tre tolre.  Le mystre est hors-la-loi et le doute envoy en exil.  Tous ceux qui pensent diffremment sont une menace, et il faut se garder de telles personnes afin de se protger de la contamination.  Naturellement, le mieux est de les  convertir  en les bombardant d’amour et de lumire. 

La foi, telle qu’elle est gnralement comprise, recherche toujours l’ordre au milieu du dsordre.  Elle btit des mondes habitables au milieu du  chaos et de l’absurdit. Il vaut mieux vivre dans la crainte respectueuse du MYSTERE, de FAIRE UN CHOIX quand il y a un doute, que d’avoir foi en une   illusion. Le doute n’est pas l’adversaire de la foi.  Il est son frre. L’oppos de la foi c’est le pharisasme.

Lorsque nous observons de tels systmes btis sur la foi, que voyons-nous? 

Nous voyons que ces systmes font quelque chose de trs bizarre: ils parviennent produire un sentiment aigu de culpabilit dans ceux qui ne sont pas capables de “concrtiser” tous leurs besoins et dsirs, c’est--dire chez pratiquement tout le monde dans certains cas, et chez la plupart  le plus souvent.  Et alors, ils   vendent un remde au sentiment de  culpabilit  sous forme d’autres enseignements, d’autres sminaires, d’autres livres et d’ autres verbiages censs rsoudre le problme. En fait, ils provoquent un syndrome qu’ils “gurissent” ensuite.  Seulement, personne ne semble remarquer ce petit fait.  Au commencement, pour l’me en train de se noyer, ces enseignements paraissent tre une boue de sauvetage.  Mais par la suite ils se rvlent tre une camisole de force.

Rflchissez  ceci:   la plupart de ceux qui recommandent le “voyage de la foi”, que leurs allgations proviennent  de religions-standard ou de versions Nouvel Age du style “c’est vous qui crez votre propre ralit” (ce qui revient au mme) rencontrent aussi dans leur propre vie les mmes dceptions et chagrins. La rponse est gnralement une pieuse supposition que Dieu/le Soi a envoy l’exprience pour une bonne raison.  Quand quelque chose de positif se produit/se manifeste, on suppose que  Dieu/le Soi a rpondu une prire/affirmation.  

Le seul problme est que lorsqu’on fait le compte des dceptions et des succs, leur nombre est galement rparti, SANS DISTINCTION DE CROYANCE.    On commence ds lors comprendre que quelque chose d’autre se passe en coulisse, et que dceptions et succs sont des SYMBOLES de quelque chose d’autre.  

Oui, les checs et l’immaturit humains sont une explication adquate de pratiquement tout cela, et voil o nous voulons en venir: apprendre le pourquoi des checs et de l’immaturit humains, en apprendre les causes et les origines, voil la prison dcrite par Don Juan:

Pensez un  moment, et dites-moi comment vous pourriez expliquer la  contradiction entre l’homme ingnieux et la stupidit de son systme de croyances ou la stupidit de ses comportements contradictoires. Les sorciers croient que les prdateurs nous ont donn nos systmes de croyance, nos ides du bien et du mal, et nos mœurs sociales.   Ce sont eux qui ont cr nos espoirs et nos attentes, et nos rves de succs ou d’chec.   Ce sont eux qui ont mis en nous la convoitise, l’avidit et la couardise.  Ce sont les prdateurs qui nous ont fait complaisants, Ce sont les prdateurs qui nous rendent dociles, routiniers et gocentriques,'

Et lorsque vous commencez penser de cette manire, lorsque vous commencez penser la 3e densit et la  domination d’tres qui reprsentent des  "forces," alors vous commencez raliser qu’il s’agit l d’une prison, d’un ddale, qui a t choisi pour apprendre.

Un correspondant a crit:

Je commence voir ce que j’appellerai simplement un “culte des Lzards”  c’est--dire  une intolrable  concentration et fascination pour ceux-ci, au point qu’une rumination sans fin, des  et si  sans fin, et des spculations sans fin sur les causes de ceci et les rsultats de cela, commencent envahir nos penses quotidiennes.  Nous sommes ici en tant qu’tres dots de sens, conscients, ns dans un monde physique qui est parfois frustrant pour certains d’entre nous, mais dont nous faisons partie; et nous ne pouvons pas nous dfaire des lois, ni de la nature de ce monde parce qu’il n’est pas temps de le faire.   Cela est trs simple et devrait tre vident pour tous.  En ce qui me concerne, les Lzards peuvent bien aller au diable, et je ne ferai pas des Cassiopens d’autres substituts de gourous ou de dieux ou de source de la plus grande sagesse.   Je trouve personnellement que ce qu’ils ont faire est d’un trs grand intrt ; et j’ai appris regarder autour de moi avec les yeux plus ouverts que ce n’tait le cas auparavant, mais, tout en gardant l’esprit ce qu’ils m’ont appris, je continuerai prendre mes propres dcisions et suivre ma propre conscience, et suivre ma propre intuition en ce qui concerne la vie, l’amour et la recherche du bonheur, jusqu’ ce que je sois transport dans les airs, ou ce qu’on voudra.  Ou laiss pour compte.  

Ce que le correspondant veut dire ici, et c’est l l’important, c’est qu’il est aussi dangereux d’utiliser les “Lzards” comme bquilles ou pour expliquer l’absence de succs que de dire que c’est parce que nous n’avons pas eu assez foi en ceci ou cela qui fait partie de la ralit.

Mais il est aussi dangereux de dire “que les Lzards aillent au diable”, parce qu’alors il n’est pas tenu pleinement compte de la notion d’emprisonnement.  Jusqu’ ce que nous connaissions la vraie nature de la prison et les habitudes des geliers,, il ne nous sera pas possible ne nous chapper. Et il est vrai galement que pour certains le “temps n’est pas venu”.  Ils n’ont aucun dsir de voir ou d’examiner la  situation dans la profondeur et le dtail ncessaires pour “devenir libres”.

Mais l’examen de la  situation doit aboutir quelque chose, sinon, cela ne sert rien. Et voil le fond de l’affaire: “la reconnaissance des fruits”. Il y a une discussion intressante ce sujet dans  The Fourth Way  d’Ouspensky, et je la reproduis ici pour votre plaisir.  Il parat vident d’aprs ce que nous pouvons infrer, que Gurdjieff tait au courant des "Lzards," d’une manire ou une autre, bien que cela n’ait sans doute pas t le systme sur lequel il a bas ses travaux. Gurdjieff a t l’instructeur d’Ouspensky, et il ressort clairement des recherches et allusions faites par Gurdjieff lui-mme, qu’il a plus ou moins ajout son grain de sel de trs anciens enseignements.  Dans le dialogue qui suit, c’est Ouspensky qui rpond aux questions qui lui sont poses par le public au cours d’une runion dans la dcennie qui a prcd sa mort qui a eu lieu  en  1947:

Q: Est-ce que ce sont les diffrentes lois sous l’influence desquelles nous nous trouvons qui produisent les diffrents “moi” qui sont en nous?

R: Oui, elles sont trs nombreuses. Des forces traversent l’homme et il les prend pour ses propres dsirs, sympathies, attirances. Mais ce ne sont que des forces qui le traversent, en provenance de toutes les  directions.

Q: Vous avez dit que nous sommes sous la Loi de l’accident. De quelle source d’influence provient cette loi?  Pouvons-nous nous en librer?

R: L’accident a de nombreuses manifestations diffrentes. Les formes les plus simples commencent disparatre trs rapidement lorsque nous sommes mieux veills. Mais ne prenez pas ceci littralement: cette loi est trs large et a de nombreux aspects.  C’est une question de degr. Il n’y a que dans l’Absolu que les choses sont absolues.   Pour nous c’est comme un long escalier, et chaque marche on est plus libre.  Si on est en bas, on ne peut pas parler de ce qui se passera quand on sera au sommet.  Nous pouvons seulement dire : “si je me mets travailler de manire me librer des lois de l’accident, est-ce que ma vie deviendra moins chaotique? .  Il est certain que si vous gardez un but en permanence, vous serez libr des buts accidentels.

Q: Comment pouvons-nous nous librer des mauvaises influences?

R : Avant de pouvoir penser “agir” nous devons essayer de comprendre ce que sont ces influences. C’est une erreur que tout le monde fait constamment: penser qu’on peut agir. Nous ne pouvons pas  agir , mais si nous savons, nous pouvons arriver changer quelque chose. [et nous pouvons commencer savoir lorsque nous nous ouvrons des forces suprieures] ...Les forces ou influences suprieures sont normales, cosmiques; mais nous pouvons nous ouvrir pour les recevoir, ou nous fermer elles. Si nous sommes endormis nous sommes ferms elles, et plus nous sommes endormis plus nous sommes ferms elles.  Si nous nous veillons, nous nous ouvrons aux influences suprieures.  

Q: Puisque nous n’avons pas dvelopp nos centres suprieurs, comment recevons-nous les influences en provenance de mondes suprieurs?

R: Notre tat ordinaire est relatif; dans nos meilleurs  moments nous sommes rceptifs aux influences suprieures. Elles nous atteignent par l’intermdiaire de centres. Bien que nous ne soyons pas connects en permanence aux centres suprieurs, ils nous influencent s’ils ne sont pas ensevelis trop profondment, et quelque chose parvient nous atteindre travers eux. .

Q: Quel est le but de l’existence de l’Homme?

R: L’homme et mme toute l’humanit n’existe pas sparment, mais en tant que partie de toute la vie organique.  La Terre a besoin de la vie organique tout entire : tres humains, animaux, plantes.  Le Rayon de la Cration est une branche qui crot, et cette communication est ncessaire afin qu’elle puisse crotre davantage.  Tout est li, rien n’est spar, et les plus petites choses, ds qu’elles existent, servent quelque chose de plus grand. ...La vie organique est une unit cosmique particulire et l’homme est une unit qui fait partie de cette grande masse de vie organique.  Il a la possibilit d’un plus grand dveloppement, mais ce dveloppement dpend de l’effort et de la comprhension de l’homme lui-mme. Il entre dans les desseins cosmiques qu’un certain nombre d’hommes se dveloppent, mais pas tous, car cela viendrait en contradiction avec un autre dessein cosmique.   Evidemment, l’humanit doit tre sur la Terre et doit vivre cette vie et souffrir.  Mais un certain nombre d’hommes peuvent y chapper; ceci entre aussi dans le dessein cosmique ....

Q: Avez-vous dit qu’il est intentionnel que certains d’entre nous se dvelopperont?

R : Pour autant que nous puissions le voir, cela est sous la mme loi que, disons, les accidents dans les rues.  Il est bien connu que dans toute grande ville, un certain nombre de personnes prissent dans des accidents de circulation.  Qui sera tu ?  cela n’est pas prdtermin ; il ne faut pas que ce soit ncessairement telle ou telle personne, mais  un certain nombre.  De la mme manire, un certain nombre de gens PEUVENT avoir une chance d’y chapper, mais il n’y a aucune obligation dans ce cas.   Voil la diffrence.

Q: Avons-nous la possibilit, ou devons-nous la crer selon les circonstances?

R: La possibilit est donne. Toute personne normale a cette possibilit. Le reste dpend de nous.

Q: Sous combien de lois vit l’homme?

R: Nous ne savons pas... Ce n’est pas une  question de catalogue mais de comprhension de l’ide. L’Homme n’obit pas un certain type de  lois mais de nombreux types diffrents. En premier lieu, l’homme, la vie, toutes les cratures sur Terre obissent aux lois physiques, ce qui signifie qu’ils ne peuvent vivre que dans certaines limites de temprature. Et il doit y avoir un certain degr d’humidit dans l’air, et l’air doit avoir une certaine composition chimique pour que l’homme y puisse respirer.   L’homme est galement limit par les sortes de nourriture qu’il peut digrer.   Toutes ces choses sont des lois pour l’homme.  Ensuite, pour en venir des lois trs simples, il y a par exemple notre ignorance. Nous ne nous connaissons pas nous-mmes.  Cela est une loi.    Si nous commenons nous connatre nous-mmes, nous nous dbarrassons d’une loi.    Nous savons que tous les hommes vivent sous la loi de l’identification... Ceux qui commencent se souvenir d’eux-mmes se dbarrassent de la loi d’identification.   Donc, pour nous librer nous-mmes des lois, il faut d’abord trouver une loi dont nous pouvons nous librer, puis nous en librer.   Ensuite, quand nous nous sommes librs de cette loi, nous pouvons en trouver une autre.  Nous nous en librons, et ainsi de suite. Voil la manire pratique d’tudier les lois. ...Il y a des lois qui nous contraignent de tous cts ou qui nous gardent en sujtion...

Q: Pouvons-nous nous en librer?

R: Nous le pouvons, sous certains  conditions. Les moyens entrent en jeu ici.  Les quatre moyens sont des moyens de libration des lois non ncessaires. Le chemin peut vous tre montr, mais il vous faut travailler par vous-mmes.  La plupart des lois auxquelles nous devons obir sont le rsultat de notre sommeil et de notre inconscience.   Chaque pas que nous faisons sur le chemin de la conscience nous rend plus libres.  Considrons un homme qui serait satisfait d’une vie mcanique.  Il se coupe dans ce cas d’ influences suprieures [qui pourraient lui montrer comment s’veiller] et il reoit seulement des influences [de niveaux infrieurs, y compris ses propres inclinations]. Il est certain qu’il se trouve alors dans une position plus mauvaise que l’homme qui reoit des influences de mondes suprieurs.  De nombreuses influences peuvent tre reues mcaniquement, mais d’autres ncessitent des efforts... [Ouspensky.  C’est moi qui ai mis certains caractres en gras.]

Notez particulirement les remarques suivantes, extraites de ce qui prcde:

Les formes les plus simples [d’ accidents ou attaques] commencent disparatre trs rapidement quand nous sommes mieux veills.

...Quand nous savons, alors nous pouvons changer quelque chose.

Chaque pas que nous faisons vers la conscience nous rend plus libres.

Donc, pour nous librer nous-mmes des lois, il faut d’abord trouver une loi dont nous pouvons nous librer, puis nous en librer.   Ensuite, quand nous nous sommes librs de cette loi, nous pouvons en trouver une autre.  Nous nous en librons, et ainsi de suite. Voil la manire pratique d’tudier les lois. ....

Donc, la connaissance des "forces/lois," c’est--dire les Lzards qui sont nos adversaires dans le Grand Drame de la Cration, est une tape CRUCIALE de la libration. Et nous allons entrer dans certains de ces exemples d’une manire trs concrte.  Vous vous souvenez que je vous ai dit que je suis une personne trs pratique?  Je n’aime pas l’abracadabra ni les dclarations nbuleuses, ambigus qui ne mnent aucun rsultat utile, c’est pourquoi je vais partager avec vous certaines choses que nous avons apprises sur le chemin de la prise de conscience. 

Chapitre XIb

 


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .