Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

Laura Knight-Jadczyk
Signs of the Times
21/11/2006

Traduction franaise: Henri R.


 

 

Wanted Poster

Un prospectus qui circulait le 21 novembre 1963 à Dallas au Texas, un jour avant l'assassinat de John F. Kennedy.

Traduction:

RECHERCHE

POUR

TRAHISON

 

CET HOMME est recherch pour des activits qui relvent de la trahison contre les Etats-Unis.

 

  1. Trahison de la Constitution (qu'il a jur de faire respecter):

Il est en train de dtourner la souverainet des Etats-Unis vers les Nations unies contrles par les communistes.

Il trahit nos amis (Cuba, Katanga, Portugal) et fait ami avec nos ennemis (Russie, Yougoslavie, Pologne).

  1. Il a eu TORT sur d'innombrables questions affectant la scurit des Etats-Unis (Nations unies-mur de Berlin-Suppression de missiles-Cuba-Marchs craliers-Trait d'interdiction des essais nuclaires, etc.)
  2. Il a t laxiste en imposant des lois d'enregistrement communistes.
  3. Il a donn son soutien et son encouragement aux meutes inspires par des communistes.
  4. Il a illgalement envahi un Etat souverain avec des troupes fdrales.
  5. Il a constamment nomm des anti-Chrtiens au gouvernement fdral. Maintient la Cour Suprme dans sa direction anti-chrtienne.

Des trangers et des communistes connus abondent dans les bureaux fdraux.

7.  Il a t pris dans des MENSONGES fantastiques envers le peuple amricain (y compris des mensonges personnels comme son ancien mariage et son ancien divorce).

 

Le 21 novembre 1963, il y a 43 ans aujourd'hui, le 1.035me jour du mandat de John F. Kennedy comme Prsident, il a demand au Congrs 95,7 millions de $ en allocations supplmentaires pendant l'exercice 1964. Il a aussi demand ses conseillers conomiques de prparer un programme "Guerre la Pauvret" pour 1964. Ensuite, le Prsident Kennedy et Mme Kennedy sont partis pour un voyage de deux jours au Texas. Ce devait tre sa dernire journe complte sur Terre.

la ddicace du Centre Mdical Aronautique de la Base de l'Arme de l'air Brooks, San Antonio au Texas il a fait un discours dans lequel il s'est rappel : "Frank O'Connor, l'auteur irlandais, dit dans un de ses livres comment, quand il tait garon, lui et ses amis marchaient travers la campagne et quand ils sont arrivs au mur d'un verger qui semblait trop haut et trop douteux pour permettre leur voyage de continuer, ils ont enlev leurs chapeaux et les ont jets par-dessus le mur - et alors ils n'eurent pas d'autre choix, que de les suivre... Cette Nation a jet son chapeau par-dessus le mur de l'espace et nous n'avons pas d'autre choix que de le suivre."

Et il a prdit, "Quand certains se rencontreront ici en 1990, ils regarderont derrire eux ce que nous avons fait et diront que nous avons pris les dcisions justes et sages. ' Vos vieillards rveront des rves, vos jeunes hommes verront des visions, ' nous dit la Bible et 'o il n'y a aucune vision, les gens prissent.'" (Remarques la ddicace du Centre Mdical Aronautique, San Antonio, Texas, le 21 novembre 1963)

Plus tard, le Prsident Kennedy a fait de brves remarques la Ligue des Citoyens Latino-amricains Unis l'Htel Rice Houston au Texas o il a particip un dner honorant le Reprsentant Albert Thomas de Houston, Texas.

Hier, nous avons parl du Ptrole et des Ptroliers; aujourd'hui, nous voulons regarder les Texans, en gardant toujours en mmoire que George W. Bush est un Texan transplant et lui et son pre ont tous deux t des "Ptroliers". Aprs cela, nous regarderons les Services Secrets, les hommes qui taient supposs protger le Prsident. De Farewell America :

Les Texans

Le mythe de l'homme indispensable doit tre bris si notre pays doit survivre. - Haroldson Lafayette Hunt

Le Texas doit plus au ptrole qu'il ne doit l'Alamo. Le Texas ne s'est vraiment panoui que quand le ptrole a jailli des marais de Beaumont le 10 janvier 1901. Aliment par plus de 100.000 barils par jour du puits Spindletop, (1) un lac de ptrole se forma qui fut bientt consomm par le feu. Spindletop mit en route une deuxime rue vers l'or. Le secteur fut envahi par les prospecteurs, le gisement de ptrole a t pill et le prix du ptrole a fluctu d'une manire extravagante. Au dbut, Rockefeller a ignor la dcouverte du Texas.

Mais aprs que la Standard Oil du New Jersey ait t dmembre en 1911, la Standard Oil de l'Indiana a accapar Humble, devenant ainsi le plus grand producteur au Texas, tandis que Socony reprenait Magnolia. En 1930, l'empire ptrolier amricain tait contrl par 20 grandes socits qui semblaient destines une prosprit ternelle. Mais le 9 octobre 1930, un prospecteur ttu nomm "Dad" Joiner dcouvrit du ptrole 3.000 pieds l'Est du Texas. Il avait dcouvert le gisement de ptrole le plus riche aux Etats-Unis. De quarante miles [64 km] de long et 2 5 miles [3,2 8 km] de largeur, ses rserves ont t values 1,5 milliards de tonnes. Au moment o la Standard et les autres grandes socits arrivaient sur la scne, des milliers de prospecteurs foraient loin sur des dizaines de milliers de secteurs ruraux et urbains. Ce fut la perte la plus ruineuse dans l'histoire du ptrole et juste au dbut de la Dpression le fond partit du march.

Les Standard, Gulf, Texaco et Shell ont russi regagner le contrle avec l'aide du gouvernement fdral. Des lois ont t votes par les Etats, des concessions ont t fermes par la force et la loi Connally sur "l'huile noire" mit fin la production illgale l'Est du Texas. Quand le bassin eut t vid, des parts de production ont t tablies et l'ordre a prvalu. Quelques producteurs indpendants ont russi survivre, mais ils taient obligs d'observer les rgles installes par les Quatre Grands, qui les ont tolrs parce que leurs dpenses de production plus grandes permettaient aux plus grandes socits de garder des prix levs et des profits croissants.

Trente ans plus tard, en 1963, le Texas reprsentait la moiti des rserves ptrolires prouves sur le sol amricain. Avec 95.000 puits de ptrole actifs appartenant 6.500 compagnies de ptrole (des 12.325 aux Etats-Unis), il constituait une position clef pour les grandes socits, car il contrlait la production dans les Etats voisins de la Louisiane et de l'Oklahoma (65 % du total amricain) et donc les prix.

Six socits contrlent 80 % de la production du ptrole du Texas. Humble produit 15 % et raffine 30 % de ce total. Ces gants commandent non seulement le ptrole, mais aussi le soufre et les marchs du gaz naturel et par consquent l'immobilier, les quipements de transport, l'nergie, l'eau et les banques partout dans l'Etat.

Mme sans ptrole, le Texas serait un des Etats les plus riches dans l'Union. Cent fois plus grand que le Delaware, cinq fois plus grand que l'Etat de New York, quatre fois plus grand que le Missouri, trois fois plus grand que le Minnesota, deux fois plus grand que le Montana, il couvre 100.000 miles carrs de plus que l'Etat de la Californie et chacun de ses 254 comts est plus grand que l'Etat de Rhode Island. Il y a 227.000 ranchs au Texas et le Ranch King couvre plus de territoire que la Suisse. Le Texas lve 10 millions de ttes du btail et fournit un quart du riz, un tiers du coton et la moiti de tout le caoutchouc synthtique consomm aux Etats-Unis. En 1963 l'Etat avait une population de 10.228.000 habitants, y compris un million de Noirs et un million de 'Wetbacks' (NdT: ouvriers agricoles mexicains entrs illgalement aux Etats-Unis).

La Seconde Guerre mondiale a transform le Texas en Etat industriel. Grce la Guerre froide, ses industries se sont tendues cinq fois plus rapidement que celles du reste de la nation. Cette expansion industrielle a atteint une apoge en 1963, quand on a attribu General Dynamics de Fort Worth le contrat de l'avion de chasse TFX. Le dveloppement fantastique de socits plus petites comme Texas Instruments est directement li la guerre au Vit-Nam. (2)

Le Texas offre ces industries des impts infrieurs, du travail bon march (de pauvres Blancs, des Noirs et des Wetbacks), une lgislation industrielle restrictive (l'atelier d'ouvriers syndiqus est interdit selon la loi de l'Etat) et ses ressources naturelles remarquables dans le ptrole, le gaz naturel et le soufre. (3) le gouvernement fdral est un des bienfaiteurs principaux de l'Etat. Le Texas se classe second dans la nation en termes d'aide fdrale, avec 3,9 milliards de $ en 1960-61, soit 20,1 % du revenu total de l'Etat. (4) Le plus riche des Etats riches, le Texas en 1960 avait 53 % de plus d'employs fdraux et recevait 65 % de plus d'aide fdrale que l'Etat amricain moyen. (5) Les faveurs de Washington touchaient chaque secteur de l'conomie. Le Texas, avec le rseau autoroutier le plus vaste (construit avec des fonds fdraux) dans le pays, (6) a reu la plus grande quantit d'aide fdrale pour les enfants paralyss et les subventions les plus hautes pour la prvention d'inondation.

Mais les habitants du Texas ne partagent pas tous cette munificence. En 1963, l'Etat du Texas a dpens seulement 282,46 $ par personne pour la protection sociale (ducation, sant, hpitaux, assistance publique), en comparaison de la moyenne nationale de 343,64 $ par habitant (une diffrence de 18 %). Dans le domaine de l'ducation, le Texas s'est class troisime dans la nation en termes d'aide fdrale par habitant et 31me en termes de dpenses. Il s'est class premier en termes d'aide fdrale pour la protection de l'enfance et 44me en termes de dpenses. C'tait le deuxime dans la nation en termes d'aide fdrale pour les personnes ges et 40me en termes de dpenses. Le Texas ne nglige pas non plus seulement ses gens. En 1963 il a reu plus d'aide fdrale pour les stations agricoles exprimentales qu'un autre Etat dans l'union, mais s'est class 47me en termes de la somme dpense pour des amliorations de l'levage du btail.

Il y a peu d'indication que les gens du Texas mritent un tel favoritisme. Leur Etat est premier dans la nation en termes de meurtre et d'attaque main arme et deuxime pour le viol. Le Texas est le royaume de l'intolrance. Il s'appelle dmocratique, mais pendant les 25 annes passes il a lu des Rpublicains ou des Dmocrates potentiels. Il prtend tre progressiste, mais seulement 15 % de ses 2,5 millions d'ouvriers non-agricoles sont syndiqus et depuis 1954 une amende de 20.000 $ et 20 ans de prison punissent l'adhsion au Parti communiste. En 1952, le gouverneur Allan Shrivers a mme essay d'obtenir la peine de mort pour ce "crime".

Le Texas ne voit rien de mal avec la prescription de la peine de mort pour une opinion politique, mais il protge le droit de commettre un homicide. C'est le paradis du meurtre et mme du meurtre pour avoir des frissons.

Le nom "Texas" vient de l'indien "Tejas", signifiant "Amiti", qui est aussi la devise de l'Etat. En 1879 Harper Bazar a crit, "Durant les 12 annes passes il y a eu 300 meurtres au Texas et seulement 11 condamnations mort." Depuis lors, les Texans ont fait encore mieux. En 1960 il y avait 1.080 meurtres au Texas et 5 condamnations mort.

De plus, le Texas a sa propre dfinition du meurtre. Seulement 3 des 254 comts au Texas exigent l'examen d'un coroner dans le cas de mort soudaine ou suspecte. Les 251 autres laissent dterminer la Justice de la Paix (7) la cause de la mort. On a connu un verdict de mort en raison de causes naturelles qui concidait avec la dcouverte d'une balle dans le corps du dcd. Le FBI estime que le nombre de meurtres commis rellement au Texas est gal plusieurs fois le chiffre officiel. Entre 5.000 et 10.000 morts arrivent chaque anne au Texas cause de la brutalit, l'avidit ou juste parce que. (8)

Cent trente-deux comts au Texas sont prohibitionnistes, une autre forme d'intolrance qui satisfait le puritanisme de ses habitants et les intrts de la communaut des affaires. Un Texan sur 12 – 800.000 en tout - est illettr, le pourcentage le plus haut dans la nation. Le Texas dlivre des diplmes de fin d'tudes secondaires moins que l'Etat le plus pauvre dans l'union, le Mississippi. (9) Il se classe troisime dans la nation en termes du nombre d'automobiles enregistres, mais seulement 36me en termes de couverture d'assurance.

Rtro, intolrant et irresponsable, le Texas lve son me seulement vers Dieu, si on doit juger au nombre de ses glises. Il y a plus de 1.000 glises rien qu' Dallas. Waco (100.000 habitants} en a 122, Midland (68.000 habitants} 82 et Tyler (50.000 habitants) 94. (10) l'vangliste Billy Graham est populaire au Texas et les playboys y sont mal vus.

Les Texans ne se fatiguent jamais de regarder l'argent. Le centre d'attraction au Club de Ptrole de Dallas est une longue table d'bne incruste de pices de monnaie du monde entier. Les maisons de Highland Park, University Park et River Oak sont dcores de Czannes et Renoirs (beaucoup d'entre eux faux), mais ils contiennent rarement des livres. Les Texans ne lisent pas, l'exception possible des journaux du dimanche. la diffrence d'autres villes amricaines, les villes du Texas n'ont pas de librairies. Il y a une librairie d'occasion Dallas, mais elle est dans les faubourgs. Les autres librairies sont tenues par les glises. D'autre part, Dallas a un opra, un muse d'art contemporain et 700 clubs de jardin. Les Texans aiment les fleurs.

Le Texas a 1.128 banques, plus que tout autre Etat dans l'Union, (11), mais malgr sa richesse, le revenu total des habitants du Texas chute bien au-dessous de beaucoup de celui d'autres Etats. (12) Un Etat oligarchique s'il y en eu jamais un, le Texas est nanmoins premier dans la nation en termes du nombre de revenus personnels excdant 1 million de $ par an. Quatre-cinquimes de ces millionnaires sont des ptroliers.

Dans cet Etat de nababs et de mendiants, o des rgions entires sont toujours sans lectricit et o des centaines de milliers de personnes dorment dehors, la corruption est une institution, les tmoins professionnels courent les rues et si vous composez un certain numro vous pouvez entendre une diatribe antismite enregistre.

Un Etat si privilgi doit avoir de l'influence Washington. Il en a eu, depuis avant Roosevelt. En 1947, Harry Truman a modifi la loi, pourvoyant la succession la Prsidence en faveur du Texan Sam Rayburn, en en faisant le Leader de la Majorit de la Chambre la troisime personne la plus importante dans le pays. Eisenhower, n Tyler au Texas, a fait face un Congrs men par Rayburn, le Leader de la Majorit de la Chambre, un Texan et le Leader de la majorit du Snat Lyndon Johnson, un autre Texan. Mais malgr les faveurs spciales, toute l'aide fdrale et les employs fdraux pays par Washington, la trsorerie d'Etat a souvent t au bord de la faillite. En 1959, le Texas a mme donn ses employs des chques sans provision. De nouveau, le gouvernement fdral a t oblig de renflouer l'Etat le plus riche dans l'union. En 1961, tandis qu'elle tait toujours jeune et nave, l'Administration Kennedy a essay de mettre en application le paiement de l'impt fdral sur les transactions d'affaires au Texas. Aucun Texan ne pouvait se rappeler que cette loi avait jamais t impose. Le Texas, l'Etat auquel la fortune a souri, se trouvait l'extrieur des frontires de l'Amrique. Que voulait-il avec la Nouvelle Frontire ?

Le Texas est un mode de vie spar. L'industrie ptrolire contrle le gouvernement, la politique et la vie sociale de l'Etat. (13) Sa contribution l'conomie est si importante et son influence si rpandue, qu'elle peut faire ou dfaire un projet. Les producteurs indpendants exercent tant, sinon plus, le pouvoir que les prsidents des compagnies de ptrole majeures et parce que leurs fortunes sont gnralement le rsultat de succs personnel et leur base d'oprations moins loigne, ils sont aussi plus agressifs. Ils sont jusqu' prsent plus vulnrables toute attaque sur les privilges de l'industrie ptrolire et en particulier tout changement des lois qui la dirigent.

Il a t valu qu'il y a plus de 500 millionnaires vivant Houston et probablement autant Dallas. Le revenu des vingt producteurs ptroliers indpendants les plus riches runi serait suffisant pour couvrir le budget de l'Etat.

Le Texas, qui ne connat pas la signification de l'impt sur le revenu, n'a plus ide de ce qu'une constitution devrait tre. La Constitution du Texas date de 1876. Par consquent, le gouvernement d'Etat n'a aucun pouvoir de traiter les abus de ses habitants. La lgislature de l'Etat se runit seulement une fois tous les deux ans. Ses membres sont pays 10 $ par jour pour une dure de 120 jours. Si la session est prolonge au-del de la limite, leur paie est partage en deux. En consquence, la plupart des membres du Congrs d'Etat sont des avocats reprsentant leurs clients Austin ou des tudiants heureux d'avoir une chance de se faire un peu d'argent supplmentaire. cet gard, les tudiants et enseignants pauvres intresss par la politique sont particulirement bien considrs par les propritaires rels de l'Etat. Les ptroliers financent les tudes d'un certain nombre d'tudiants dous et mritants et s'ils sont lus la lgislature de l'Etat ils sont rcompenss avec des baux de terre, des actions et des allocations leur permettant de se consacrer au service de leur pays. Les ptroliers ont peu de difficult avoir leurs candidats lus au gouvernement - ils contrlent la presse, la radio et la tlvision. Leur influence sur les autorits de police et juridiques est telle que seules les affaires criminelles et civiles les plus insignifiantes, et celles dans lesquelles ils n'ont aucun intrt en jeu, sont jamais amenes en justice.

Une des figures les plus minentes au Texas et dans l'industrie ptrolire est apparue un jour dans la Librairie Cokesbury, une librairie mthodiste Dallas, pour signer un livre qu'il avait publi lui-mme. Cet homme a seulement sept lignes dans le Who's Who : "Haroldson Lafayette Hunt, producteur ptrolier; Vandalia, Illinois; publication de rdacteur. Schs;  m. Lynda Bunker (dcde le 7 mai 1955); 2nd mariage avec Ruth Ray Weight, dcembre 1957. Producteur ptrolier, Hunt Oil Co. A fond Facts Forum, une fondation produisant des programmes de radio et de tlvision relatifs des problmes nationaux. Dmocrate. Adresse : 4009 W. Lawther Dr., Dallas."

Sept lignes ne sont pas beaucoup pour un homme qui tait en 1963 et sera probablement jusqu' ce qu'il meure, l'homme le plus riche dans le monde, (14) avec une fortune value d'une manire conservatrice 4 milliards de $. Quand vous entrez dans cette sorte de chiffres, vous ne parlez plus de richesse, mais de pouvoir.

Le livre que l'homme le plus riche dans le monde venait signer s'appelait Alpaga, sans aucun doute d'aprs le ruminant sud-amricain qui ressemble au lama, du mme nom si clbre pour sa rsistance. Alpaga est la Bible de Hunt. Il dcrit une nouvelle nation mythique o les impts sur le revenu sont limits 25 % et o on accorde un certain nombre de votes chaque citoyen en proportion directe sa fourchette d'impt sur le revenu. (15)

Hunt tait accompagn de sa deuxime femme et de ses deux belles-filles, et les petites filles - Hlne, 11 ans et Sewannee, 10 ans – chantaient une petite chanson :

Combien vaut ce livre dans la vitrine ? Celui qui dit toutes les choses intelligentes.

Combien vaut ce livre dans la vitrine? J'espre vraiment apprendre tout ce qu'il apporte.

Combien vaut ce livre dans la vitrine? Celui que mon Popsy a crit.

Combien vaut ce livre dans la vitrine? Vous pouvez lui acheter sans signer un reu.

Alpaga! Cinquante cents! (16)

Hunt est un homme dur comprendre. Peu de journalistes ont mme essay. La personnalit relle de ce puritain qui avait 74 ans en 1963 se trouve cache derrire quelques descriptions prudentes :

"Aussi riche que Crsus, aussi astucieux qu'un joueur de riverboat, aussi serr qu'une nouvelle paire de chaussures..."

"Il pense que le communisme a commenc dans ce pays quand le gouvernement a pris en main la distribution du courrier..."

"S'il avait plus de flair et d'imagination, s'il n'tait pas essentiellement un pquenaud si damn, il pourrait tre un des hommes les plus dangereux en Amrique."

Pour le psychologue dou Hugh Hefner, Hunt est "une nigme irritante."

"Personne, pas mme sa propre famille, ne prtend le comprendre; personne, une ide de ce qui l'a fait amasser sa fortune norme; et personne, pas mme Hunt lui-mme, semble capable d'expliquer ce qu'il essaye d'accomplir dans l'arne politique." (17)

Hunt est l'incarnation du Texas, mais il est n dans une famille prospre dans l'Illinois. Il a quitt la maison 15 ans avec un paquet sur son dos et a travaill pendant peu de temps comme bcheron. 22 ans, il a pris sa succession de quelques milliers de dollars et est parti pour l'Arkansas, o il a achet en 1912 une terre de plantation qui n'avait pas produit pendant 35 ans. Cette anne et la suivante, elle a produit. L'anne suivante la premire guerre mondiale est arrive et le prix de coton a baiss 5 cents la livre. Hunt a t ruin.

1918 a apport un grand boom de terre et Hunt a vendu sa plantation et a achet plus de terre. Trois ans plus tard, il s'est dirig vers une dcouverte ptrolire El Dorado, en Arkansas et a commenc ngocier dans des baux. Il a for quelques puits dans les champs de West Smackover et a bientt possd cent puits en Louisiane, Arkansas et Oklahoma. En 1930 il est parti l'Est du Texas et a achet le clbre puits Dad Joiner, le Daisy Bradford numro un, que les grandes compagnies de ptrole avaient mconnu. Avant la Seconde Guerre mondiale, Hunt avait fait son premier milliard, surtout dans le ptrole et l'avait re-investi non seulement dans le ptrole et le gaz naturel, mais aussi dans une multitude d'autres entreprises intgres verticalement ou horizontalement ou compltement diversifies.

Hunt est le plus grand fermier national. Ses intrts d'affaires couvrent cinq continents et vont des mdicaments l'immobilier, le coton, le btail et le bois de construction. Il a t valu que "les actifs de Hunt sont gaux ceux de complexes d'entreprise comme General Electric." (18) Hunt possde et contrle des socits dont les noms n'ont jamais t associs au sien. (19) Son nom n'apparat pas dans la liste des 500 plus grandes socits internationales, bien qu'il soit probablement parmi les cinq premires. La Hunt Oil Company (incorpore dans le Delaware en 1934) possde des proprits de production au Texas, Louisiane, Dakota du Nord et encore 9 Etats, de mme que des terres non-dveloppes dans 18 autres Etats, y compris l'Alaska. Hunt est derrire une multitude de compagnies de ptrole indpendantes comme Placid Oil, Hunt Petroleum Corp. et Placid International Oil, Ltd. (Incorpore en 1958 dans le Delaware), avec bureaux et activits en Australie, Pays-Bas, Liban, Angleterre et 17 autres pays.

Haroldson Lafayette Hunt n'a ni actionnaires, ni conseil d'administration. Il possde 85 90 % des parts dans toutes ses socits. (20) (Sa famille possde le reste.) Cet homme d'un mtre quatre-vingt et 90 kg est un retardataire la politique. Jusqu' 60 ans, il s'est occup du forage de ses puits et de la construction de son empire. Il aime se dcrire comme "un dmocrate enregistr qui vote souvent rpublicain." Le dernier prsident qu'il a approuv tait Calvin Coolidge. Il appelle Franklin D. Roosevelt "le premier prsident instituer la lutte des classes." Roosevelt a aussi reconnu l'Union sovitique, portant ainsi, son avis, la responsabilit de "la reddition de centaines de millions de gens sous la domination communiste." Il attaque violemment "le mythe de l'homme indispensable" cr par Franklin D. Roosevelt et repris par Kennedy. " Ce mythe doit tre bris si notre pays doit survivre," a-t-il t cit en train de le dire. Pour lui, les armes principales de "l'Homme Indispensable" des annes soixante taient le "communisme" et les "impts." Le communisme et les impts, il doit tre dit, sont les cls de l'esprit et des activits de Haroldson Lafayette Hunt.

"Les Etats-Unis ont t responsables du monde depuis la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle les communistes ont pris en domination un tiers de la population mondiale.

"Les activits communistes aux Etats-Unis sont criminelles et on peut en parler avec d'autres violations criminelles."

"Tous les services publics devraient tre supprims en faveur de l'entreprise personnelle o ils peuvent tre raliss plus efficacement et conomiquement."

Hunt condamne "les personnes tranges avec une ducation tordue qui prfreraient tre vaincues." Il attaque aussi les programmes d'assistance sociale fdraux qui "font du tort au grand public et donnent quelques personnes et groupes un avantage sur d'autres." Il carte la Scurit Sociale comme des "milliers de projets frivoles." Il dclare, "les personnes qui ont la richesse devraient l'utiliser sagement, d'une manire qui fera du bien la socit. Ils devraient tre prudents qu'en faisant des cadeaux censment charitables, leur argent ne sera pas utilis pour dtruire ou dtriorer le systme amricain et promouvoir l'athisme."

Pour Hunt, l'attaque de Kennedy sur les privilges fiscaux aims par l'industrie ptrolire tait des "violations criminelles" contre "le systme amricain. Les allocations d'puisement sont ncessaires pour des ressources irremplaables. Le revenu net pour le gouvernement, accru de leur limination financerait le gouvernement 3 ou 4 jours par an..." dclare-t-il, en ajoutant, "Nous perdons le droit de garder une juste part de l'argent que nous gagnons et une juste part des profits que nous faisons."

L'en-tte des lettres de Hunt le dcrit comme un "oprateur". (21) Il se considre comme un des meilleurs joueurs de poker dans le pays et il l'est probablement. Il a toujours plac sa confiance dans des techniciens comptents. Ses gardes du corps personnels sont d'anciens agents du FBI. Il y a des annes, il a acquis l'habitude d'agir par des intermdiaires. Il a son propre rseau de renseignement et ses dcisions sont ralises par un personnel gnral puissant. Ses intrts d'affaires sont si vastes qu'il subventionne (avec d'autres ptroliers importants) la plupart des hommes influents au Congrs, des hommes comme Lyndon Johnson. Hunt tait un des protecteurs financiers du snateur Joseph McCarthy, dont le dput Roy Cohn a attir son attention et a depuis travaill pour lui plusieurs fois.

Hunt est le propagandiste amricain le plus puissant de l'Extrme Droite. En 1951 il a financ le "Forum des Faits," une srie de programmes de radio et de tlvision qui furent remplacs postrieurement par la "Ligne de Vie," une srie unilatrale d'missions radiophoniques de 15 minutes portes quotidiennement sur 409 stations dans tout le pays. Sa campagne de propagande lui cote 2 millions de $ par an et elle est finance par des socits qu'il possde ou sur lesquelles il est dans une position pour mettre la pression. (22)

La marque d'anti-communisme de Hunt a trouv un soutien dans le camp militaire. En 1952, Hunt a soutenu la campagne "MacArthur comme Prsident" et il a appel MacArthur "vraiment l'homme de ce sicle." Il a t aussi impressionn par le groupe de stratges forms par MacArthur. (23) Il a dclar une fois, "Nous devrions faire ce que nos gnraux nous conseillent de faire."

Commenant en 1952, plusieurs hommes militaires influents, flatts par l'attention de Hunt et prenant conscience de son pouvoir, ont acquis l'habitude de le consulter et de se confier lui. Ainsi le Gnral George C. Kenney (n en 1889), l'ancien gnral de commandement du Strategic Air Command, qui s'est retir de l'Arme de l'air en 1951, lui parla de son plan personnel pour craser la capacit nuclaire de la Russie, base sur la stratgie d'une frappe prventive. Le gnral Albert C. Wedemeyer (n en 1897), auteur des "Rapports Wedemeyer" et membre actif de la Socit John Birch, (24) retrait de l'Arme en 1951, (25) et l'amiral James Van Fleet (n en 1892 et retrait de la Marine en 1953) (26) taient parmi les spcialistes consults par Hunt, qui partageaient leur passion pour la stratgie et l'extermination. L'apparition de Kennedy et McNamara a cr une agitation dans l'arme et il y eut beaucoup de retraites et de renvois.

Le leader de ce clan de guerriers tait le gnral Edwin A. Walker (n en 1909), un Texan qui est retourn Dallas aprs son dpart de l'Arme et est entr en contact avec H. L. Hunt. Puis, avec le soutien de John Birchers, (27) les Minutemen et plusieurs de ses anciens subalternes dans les forces amricaines en Allemagne, il a lanc une campagne militariste et extrmiste. Robert A. Surrey, "l'associ" de Walker, avait le soutien financier des socits de Hunt. En 1962 l'ex-gnral Walker a travaill pour le gouverneur du Texas, mais a t dfait par John Connally, sur quoi il s'est plong la tte la premire dans une campagne d'action politico-conomique. l'hiver 1962-63, les plans taient faits pour une frappe prventive.

Hunt est le Grand Homme au Texas, le Gant, la plus riche et la plus avare, (28) le plus puissant et le plus solitaire des ptroliers. Il tait toujours l'cart de l'autre Texas et des producteurs de ptrole de la Louisiane, des hommes comme Michel Halbouty, Ray Hubbard, R. E. Smith, Algur H. Meadows, Jake Hamon, Kay Kimbell, O. C. Harper, C. V. Lyman, J. P. Gibbins, Ted Wiener, Thomas W. Blake, John W. Mecom, Billy Byars et Morgan Davis, mais ils ont des intrts en commun. Seule la solidarit de l'industrie ptrolire et, dans quelques cas, la peur empcha certains habitus du Fort Worth Petroleum Club, des clubs Bayou et International Houston, le Club Imprial, le Club Cipango et le Club de Djeuner d'Affaires Public de Dallas de parler dans les mois et les semaines prcdant le 22 novembre. Au lieu de cela, ils ont laiss les choses suivre leur cours.

Les avis et les aversions de vieillards obstins mnent souvent aux excs. Des potentats puritains aigris effrays de voir leurs vies tirer leur fin sont un danger encore plus grand. Les Reprsentants Bruce Alger et Joe Pool bouchaient leurs oreilles. Dans les rues du Texas, des autocollants "Ecrasons les Kennedy" apparaissaient dj sur des pare-chocs et des pare-brise. Hunt aimait dire, "C'est par la faiblesse - pas la force - que nous perdons l'estime dans le monde."

AVANCE RAPIDE : A 12h23 le 22 novembre, de son bureau au 7me tage du Mercantile Building, Haroldson Lafayette Hunt observait le tour de John Kennedy vers Dealey Plaza, o le destin l'attendait 12h30. Quelques minutes plus tard, escort par six hommes dans deux voitures, Hunt a quitt le centre de Dallas sans mme s'arrter sa maison.

ce moment-l; le gnral Walker tait dans un avion entre la Nouvelle Orlans et Shreveport. Il a rejoint M. Hunt dans une de ses cachettes secrtes au-del de la frontire mexicaine. Ils sont rests l pendant un mois, protgs par des gardes personnels, sous les yeux impassibles du FBI. Ce n'est qu' Nol que Hunt, Walker et leur groupe sont retourns Dallas.

En fvrier 1964, Elgin E. Crull, l'Administrateur Communal de Dallas, a dclar, "La vaste majorit des gens Dallas a t affecte par le meurtre du prsident comme ils l'auraient t par une mort soudaine et violente dans leur propre famille." Mais il a ajout, "Quand la vie a repris son rythme rgulier, il y avait un accord gnral que les actions de deux bandits arms dissidents - l'assassin prsum et son tueur - n'empcheraient pas la croissance dynamique du Grand D."

Voir aussi : Halliburton Est 'Les plus Grands Travaux de Hermann Gring' de Houston pour des dtails sur le rapport entre H. L. Hunt, Halliburton, Brown & Root et Permindex, la socit avec laquelle Guy Bannister - accus par Jim Garrison d'implication dans le complot d'assassinat de John F. Kennedy - tait associ.

Selon la Nomenclature d'un manuscrit de Cabale d'Assassinat crit sous le nom de plume "William Torbitt," tant Halliburton que George et Herman Brown taient parmi les financiers principaux de Permindex, avec Jean de Menil, l'avocat de la mafia Roy Cohn, le Ptrolier de Dallas H.L. Hunt et d'autres.

 

Le Vice-prsident et ses allis noconservateurs comme le ministre de la Dfense Nationale Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, Richard Perle, et d'autres, sont les agents d'un pouvoir qui est engag l'limination des principes soutenus dans la Dclaration d'Indpendance et la Constitution, en faveur d'une dictature des banquiers mondiaux. Ce mme pouvoir oligarchique, agissant par des banques marchandes comme Lazard Frres et Rothschild et d'autres institutions financires, contrle un grand nombre de Wall Street et de l'Amrique d'entreprise, y compris Halliburton. Le pouvoir d'Halliburton ne vient pas de Cheney, mais des protecteurs de Cheney, les banquiers synarchistes. La politique de Cheney envers le peuple de l'Irak est la mme que la politique d'Halliburton envers ses revendicateurs contre l'amiante et la mme que la politique de Gring envers les gens dans les camps de travail Nazis.

Arbeit Macht Frei (le Travail rend Libre) disait le panneau l'entre d'Auschwitz. C'tait un exemple de la tactique du "grand mensonge" de Gring en action. Les dclarations de la cabale de Cheney disant que nous devons accepter la tactique d'Etat policier dans notre propre nation et des frappes premptives contre d'autres nations au nom de la libert, sonnent faux. Hermann Gring serait fier...

Halliburton a aussi des liens de renseignement forts, notamment par la prsence dans son conseil de 1977 2000 de Anne Armstrong du King Ranch, qui a prsid le Conseil Consultatif du Renseignement l'Etranger du Prsident (PFIAB) de 1981 jusqu' 1990, en plus d'un travail assign comme ambassadeur amricain en Grande-Bretagne et son rle de longue date comme prsident du comit excutif au Centre pour les tudes Stratgiques et Internationales (CSIS), un puissant groupe de rflexion de Washington.

Le successeur d'Armstrong comme fantme suprieur d'Halliburton est Ray Hunt, un des cinq directeurs rejoindre le conseil d'Halliburton. Hunt, le fils du fondateur rput de Permindex H.L. Hunt, a t nomm au PFIAB par le Prsident George W. Bush en octobre 2001. Le ptrolier Hunt est aussi un administrateur du CSIS et un directeur du King Ranch, suggrant que Hunt prenne le poste d'Armstrong, qui prend sa retraite, dans un rseau de renseignement du Texas de longue date. Hunt est aussi un administrateur de la Bibliothque Prsidentielle George Bush et un ancien prsident de la Rserve Fdrale de Dallas.

Voir : Copains ultrasecrets Bush a rempli son conseil consultatif tranger avec ses copains d'affaires du Texas, qui sont l pour profiter de l'accs la C.I.A. et aux services secrets militaires.

Le 17 novembre 2005 | Aucune discussion de copinage dans l'administration Bush ne serait complte sans parler du PFIAB, l'abrviation pour le Conseil Consultatif du Renseignement tranger du Prsident. Les derniers rendez-vous de George W. Bush au PFIAB, qui conseille le prsident sur la manire dont des agences de renseignement diverses fonctionnent, reprsentent un who's who du club de copains d'affaires d'Halliburton-Texas Rangers-ptrole qui a fait de Bush un millionnaire et a aid le propulser la Maison Blanche....

Cr en 1956 par le Prsident Dwight Eisenhower, le PFIAB est conu - selon le communiqu de presse de la Maison Blanche - pour donner au prsident "un conseil objectif et expert." Dans un monde idal, les membres du PFIAB analyseraient le renseignement qu'ils obtiennent et donneraient au prsident leurs avis l'tat brut propos des mrites relatifs des diffrentes agences et le travail qu'elles font. Les membres du PFIAB ont accs aux secrets les plus secrets de l'Amrique, connu comme la SCI, pour Information Sensible Compartimente. Les membres du PFIAB ont des certificats de scurit qui sont parmi les plus hauts dans le gouvernement amricain. Ils ont accs au renseignement qui est indisponible la plupart des membres du Congrs. Ils sont au courant du renseignement de la C.I.A., de la N.S.A., des agences des services secrets militaires et d'autres.

Tout ce que les membres font pour le PFIAB est fait dans le secret. Rien de l'information qu'ils discutent ou voient n'est disponible au public. Ils ne sont pas soumis la Loi sur la Libert de l'Information. Et la diffrence d'autres fonctionnaires qui travaillent pour le prsident, il n'y a aucune rvlation publique des intrts financiers des membres du PFIAB...

Pour Bush, il apparat que l'argent de la campagne compte bien plus que l'expertise. Et peu de protecteurs ont donn plus d'argent comptant aux campagnes de Bush que Ray Hunt, le fils du lgendaire ptrolier bigame milliardaire de Dallas H.L. Hunt. l'adhsion au PFIAB est une bonne place pour Hunt, qui a rcolt environ 100.000 $ pour Bush pendant la campagne de 2000 et a aussi servi comme prsident des finances du Comit National Rpublicain.

La position de Hunt au PFIAB peut profiter une entit familire dans le rseau de copains de Bush : Halliburton, qui fait des milliards de dollars de reconstruction et de travail de logistique pour le gouvernement amricain en Irak et sur la Cte du Golfe. Hunt est assis au conseil d'administration d'Halliburton. Il a obtenu son poste au conseil d'Halliburton en 1998 tandis que Dick Cheney dirigeait la socit. Aussitt que Hunt est entr au conseil d'Halliburton, il a t mis son comit de compensation, o il a aid dterminer La paie de Cheney. En effet, en 1998, le comit de Hunt a dcid que Cheney mritait un bonus de 1,1 millions de $ et des rcompenses de stock-options limites 1,5 millions de $ en plus de son salaire rgulier de 1,18 millions de $.

Hunt a t au PFIAB depuis 2001. Vraisemblablement, des mois en avance sur tous les autres, il avait accs au renseignement indiquant que l'administration Bush allait envahir l'Irak - information qui pourrait avoir t de valeur pour certaines socits de service d'oprations ptrolires au Moyen-Orient... la dcision de nommer Hunt [et d'autres copains] font partie "du modle familier que nous avons vu si souvent avec cette administration : les copains et les partisans du prsident sont estims plus fortement que ceux qui ont une vritable comptence." Il continue : "Ces gens ne sont pas les meilleurs ni les plus brillants. Ils sont les mieux connects. Et la qualit de notre gouvernement souffre en consquence."

Les Services secrets

S'ils doivent vaincre, les prophtes doivent avoir des partisans attentifs pour les protger du tumulte. (Mahomet)

La dcision avait t prise, l'argent collect. Les visionnaires politiques ont ouvert la voie aux politiciens. (1) Il tait temps de faire des projets. Ce n'est pas assez de vouloir tuer le Prsident. Il faut aussi penser aux Services Secrets. Les assistants prsidentiels ont t prpars affronter les obstacles politiques, mais leur "grce et leur flnerie ariennes" (2) les avait protgs du ct brutal de la vie amricaine. Innocents de la violence et ignorant la haine, ils ont chou voir le danger. Seul Daniel P. Moynihan, un ancien docker, avait une certaine ide de telles choses. De tous les fonctionnaires de Cabinet, seul Bob Kennedy connaissait les risques de la Prsidence. Mais il ne pouvait pas tre derrire son frre chaque minute du jour.

Kennedy lui-mme a peu fait pour les dcourager. Il tait tolrant, il aimait les gens et il avait une croyance ferme en son destin. Ses copains sophistiqus et turbulents taient peine conscients des sentiments rveills par l'action rvolutionnaire prsidentielle et ils ont peu tenu compte de sa protection. Ken O'Donnell, qui tait responsable du personnel de la Maison Blanche, avait autorit non seulement sur le personnel, mais aussi sur les Services Secrets. Il pouvait transfrer ou renvoyer qui il voulait et il avait le pouvoir de prsenter des rformes. Il tait aussi responsable des voyages prsidentiels.

O'Donnell est l'me de l'intgrit et, comme il aimait dire, il aurait donn sa vie pour le prsident. Il aurait mieux fait de le protger. Il est surprenant de se rendre compte que cet homme, choisi par Kennedy pour sa capacit intellectuelle, a agi sans rflchir. Comme il a dit un jour Jerry Behn, son avis, "la politique et la protection ne se mlangent pas." Il se trompait. C'est une combinaison difficile et dangereuse, mais c'est possible.

O'Donnell, quoiqu'un administrateur excellent, tait un homme faible et il n'tait pas sr de lui. C'est devenu vident aprs la mort du Prsident Parkland Hospital quand, en tant que fonctionnaire de la Maison Blanche de rang le plus lev prsent, l'exception du Prsident Johnson, il s'est prouv incapable de faire quoi que ce soit de plus qu' " aboutir une impasse d'un ct et fixer les yeux sur l'examinateur mdical d'un air glacial" quand ce dernier s'est oppos au dplacement du corps du Prsident Kennedy. C'est devenu d'autant plus vident quand, aprs s'tre comport grossirement envers le nouveau prsident pendant le voyage de retour en avion Washington (qui tait peut-tre son droit), il a consenti servir dans son personnel. C'tait lui qui souleva une telle agitation, seulement le jour aprs l'assassinat, propos d'obsques Boston, montrant une fois pour toutes que John Kennedy tait pour lui plus un ami qu'un prsident. Il tait si heureux d'avoir un tel homme comme ami qu'il a trop peu pens ses ennemis. Nous savons combien ces mots peuvent blesser Ken O'Donnell et comment ils peuvent apparatre injustes, mais nous imaginons que O'Donnell doit se blmer lui-mme.

Les 56 agents des Services Secrets assigns au renseignement de la Maison Blanche taient sous l'autorit du Ministre de l'Economie et des Finances, mais le fonctionnaire responsable, l'Assistant du Ministre de l'Economie et des Finances Robert Wallace, a laiss la direction quotidienne du Service James Rowley, un fonctionnaire mdiocre. Gerald Behn, le chef du renseignement des Services Secrets de la Maison Blanche, manquait de l'intelligence et des qualifications ncessaires ce travail.

Trois Prsidents avant Kennedy avaient t assassins (Lincoln, Garfield et McKinley) et quatre autres (Jackson, Thodore et Franklin Roosevelt et Truman) avaient chapp un assassinat. Cet Etat de faits, ingal dans une autre rpublique stable, devrait avoir inspir aux Services Secrets une vigilance accrue. Les gardes du corps trop zls de Marguerite Truman ont caus problme en Sude qui a certains des policiers les plus durs dans le monde. Les voyages d'Eisenhower ont t mticuleusement organiss l'tranger. Mais depuis l'apparition de la tlvision, la protection du Prsident sur le sol amricain tait devenue un travail difficile. Pour que le public puisse voir le Prsident, ses gardes du corps ont t bannis des marchepieds de la voiture prsidentielle. D'abord ils ont opr ct; plus tard ils sont alls sur le pare-choc arrire. Mais personne n'a essay de tuer Eisenhower pendant ses deux mandats en fonction et les Services Secrets se sont dtendus. Sa relaxation tait doublement dangereuse, car l'illusion que le Prsident tait bien protg est reste.

C'est difficile, bien sr, de protger un Prsident actif et il est impossible de le protger compltement pendant ses interventions publiques. Mais il y a des faons de rduire le risque et il y a certaines rgles qui sont appliques par les forces de scurit prsidentielles dans le monde entier, que ce soit en France, URSS ou Bolivie. La protection du prsident l'intrieur des Etats-Unis (3) prsente un problme spcial. Les Services Secrets sont obligs de cooprer avec la police locale, qui est parfois incomptente ou incertaine et peut mme, comme Dallas, tre dangereuse. (4) Mais une force de scurit prsidentielle devrait tre capable de se montrer la hauteur. Les spcialistes en gurilla qui ont organis l'embuscade de Dallas ont t stupfis de dcouvrir que les Services Secrets de Kennedy travaillaient comme une troupe de scouts.

Depuis leur cration aprs l'assassinat de McKinley en 1901, les Services Secrets avaient dgnr en un mythe et une sincure. En premier lieu, ils n'taient pas secrets. O'Donnell utilisait les agents de Services Secrets comme des garons de courses et l'aroport ils se sont arrts pour distribuer des souvenirs aux foules. (5) Ils s'habillaient de la mme faon dans des costumes bleus avec des chemises blanches et des cravates rayes et pendant des voyages prsidentiels ils portaient chacun un insigne identique. Les insignes pour le voyage au Texas taient connus trois semaines l'avance : doubles barres blanches sur fond rouge.

Plusieurs membres du dtail de la Maison Blanche n'taient pas qualifis pour leurs emplois. Leur ge moyen tait de 40 ans et, comme au Snat, on attribuait les positions les plus hautes sur la base de l'anciennet. Bill Greer, le pilote de la Lincoln Prsidentielle, avait 54 ans et avait une exprience de 35 ans, suffisants pour endormir les rflexes de quiconque. Aprs O'Donnell et peut-tre Kellerman (l'agent qui tait devant la voiture prsidentielle Dallas), Greer porte une lourde responsabilit du succs de l'assassinat. Nous expliquerons pourquoi un peu plus tard.

Finalement, les Services Secrets ont manqu de direction. Une force de scurit doit suivre certaines procdures et appliquer certains rglements sans exception. Les agents de la Maison Blanche n'avaient aucun leader rel. Pendant le mandat de Roosevelt en fonction, Frank J. Wilson a rgn avec autorit, mais les chefs des Services Secrets qui lui ont succd taient des bureaucrates rien que mdiocres.

Les agents de la Maison Blanche avaient deux sessions par an dans un stand de tir de Washington, mais ils pratiquaient seulement le tir la cible comme n'importe quel amateur. Leurs rflexes n'taient jamais tests. En tout cas, une arme feu d'un agent de scurit est d'importance secondaire. Gnralement, il n'a pas le temps de tirer. Son travail doit prvoir une tentative contre la vie du prsident. Les agents de scurit sovitiques, par exemple, ont troitement dfini les responsabilits. Dans des cortges d'automobiles officiels, un agent observe les fentres au rez-de-chausse, un autre au premier tage, un autre les spectateurs dans la range de devant, encore un autre les personnes seules, un autre les policiers locaux et un sixime les soldats longeant la route. Chaque fois qu'un fonctionnaire sovitique voyage, ses agents de scurit parcourent une check-list de prcautions de scurit. Aucun dtail n'est omis et il n'y a aucune exception. La mme chose est vraie en France pour la protection du prsident de Gaulle. (6)

Lawson, l'homme prcurseur des Services Secrets Dallas, s'est fait montrer la ville par les autorits locales et son rapport n'a atteint la Maison Blanche que la veille du dpart prsidentiel. Une secrtaire dont le patron mari projette un week-end amoureux Miami prend plus de prcautions que Ken O'Donnell a fait pour John Kennedy au Texas. Dealey Plaza le 22 novembre 1963 tait aussi lourdement garde que le Grand Canyon un jour d'hiver et les gardes du corps de Robert Kennedy ont montr un peu plus de vigilance le 5 juin 1968. Bien sr, comme le Rapport de la Commission Warren fait remarquer, "l'efficacit limite des Services Secrets rend impossible d'observer des centaines de btiments et des milliers de fentres." Cela, cependant, n'est pas le problme.

Il y a une procdure standard pour assurer la scurit d'un cortge d'automobiles traversant une ville. Comme le directeur Ducret, l'homme responsable du Prsident de la scurit de De Gaulle, le dcrit : "Bien sr, il est impossible de tout observer et occuper tout le long de l'itinraire prsidentiel. Mais on peut supposer qu'un bureau ou des immeubles occups sont relativement srs. Un assassin potentiel pourrait, bien sr, essayer d'entrer dans un de ces btiments, mais il serait la merci d'un tmoin. Des conspirateurs srieux prendront rarement un tel risque.

"D'autre part, tous les btiments inoccups, les btiments administratifs en dehors des heures travailles, les entrepts, les chantiers et naturellement tous les ponts, les murs et les terrains vides qui seraient idaux pour une embuscade doivent non seulement tre observs, mais en ralit occups par des forces places directement sous la surveillance de la division de la scurit prsidentielle."

Entour par cinq btiments (7) et beaucoup de terrain dcouvert, Dealey Plaza tait l'endroit le plus dangereux sur l'itinraire du Prsident Kennedy, mais quelques hommes auraient suffi le garder efficacement.

Un reprsentant du Comit a suivi les voyages prsidentiels la fin de septembre travers le Wisconsin, Dakota du Nord, Wyoming, Montana, Washington, Utah, Oregon, Nevada et Californie. Apparemment le Comit a planifi d'assassiner Kennedy, d'abord Chicago et ensuite en Floride la semaine avant son voyage au Texas, mais les deux fois les Services Secrets ont t alerts. Le voyage de Chicago a t annul et des prcautions spciales ont t prises Miami (le Prsident a utilis un hlicoptre). Le Comit aurait prfr agir en Floride, mais il avait ses doutes sur la fiabilit de la police d'Etat de la Floride et les dpartements de police de Tampa et Miami et l'opration a t reporte jusqu' Dallas le 22 novembre. (8)

Le 21 novembre, les deux hommes responsables de l'embuscade ont observ le cortge d'automobiles de Kennedy Houston. Au Texas, comme dans l'Utah, les Services Secrets taient entirement dpendants de la police locale. Non seulement les agents se sont comports dans ces voyages comme s'ils taient des membres du groupe; ils avaient toujours une tape d'avance. 12h30, quelques secondes avant l'assassinat, l'agent Emory Roberts notait rapidement dans son rapport de changement, "12h35, le Prsident est parvenu au Centre Commercial." Les Services Secrets pensaient dj demain, quand Kennedy devait rendre visite Lyndon Johnson dans son ranch.

Chaque fois que le Prsident voyage, la Protective Research Section (Section de Recherche Protectrice) (9) fait un contrle de scurit du secteur. La PRS avait des rserves sur le voyage de la Floride cause du grand nombre de rfugis cubains et les rumeurs d'un attentat la vie, mais il n'a publi aucun avertissement concernant le Texas. Les Services Secrets, donc, n'ont pris aucune prcaution spciale. Les mesures de scurit prises Dallas taient les mmes que celles en effet New York, Palm Beach, Tampa, Miami, Houston et Fort Worth. Les Services Secrets pouvaient compter sur le renfort de ses 28 agents au Texas, y compris 5 agents bass Dallas. Huit agents ont t assigns garder le Centre Commercial, mais il n'y avait personne Dealey Plaza. Les Services Secrets taient si insouciants du voyage au Texas qu'ils ont mme laiss leur chef derrire. Au moment de l'assassinat, Jerry Behn dnait dans un restaurant de Washington. Roy Kellerman, qui avait pris sa place Dallas, se montra si incomptent qu' Parkland Hospital ses hommes ont commenc prendre des ordres de l'agent Emory Roberts. Plus tard, pendant le vol de retour Washington, Rufus Youngblood a repris la main. Ces hommes avaient voyag 200.000 miles avec le prsident. Quelque part le long de la ligne, ils avaient nglig la premire rgle de la scurit : ils avaient perdu leurs rflexes.

Quand le premier coup de feu a retenti Dealey Plaza, l'agent Clint Hill, qui fut dcor ultrieurement, fut le premier bouger et il lui a fallu 7 ou 8 secondes pour ragir. En huit secondes, le sprinter moyen peut couvrir 80 yards. Pourtant "Halfback", la voiture de support dans laquelle se trouvait Hill, touchait presque la limousine prsidentielle et aucun vhicule n'avanait plus de 12 miles l'heure [19 km/h]. (10)

Les agents des Services Secrets de Kennedy n'ont eu apparemment aucune ide de l'importance d'une seconde dans un attentat la vie. L'agent Hickey, se trouvant dans la Halfback, avait un fusil automatique AR-15 sur ses genoux, mais il lui a fallu deux secondes pour le charger et se prparer tirer. En deux secondes une balle moderne parcourt plus d'un mile [1,6 km].

Les organisateurs de l'embuscade savaient, bien sr, que les Services Secrets taient inefficaces, mais ils n'avaient jamais imagin que leurs rflexes seraient aussi lents et ils avaient tabli leurs plans en supposant que les agents de Kennedy ragiraient immdiatement. Les aspects tactiques et balistiques de l'opration, que nous examinerons plus tard, taient bass sur un temps hypothtique d'exploitation de trois secondes. C'tait le temps de raction valu des gardes du corps de Kennedy. Mais le pilote prsidentiel pourrait l'avoir rduit encore plus. La voiture prsidentielle tait une Lincoln avec un moteur gonfl particulirement conu pour des acclrations rapides et nous verrons plus tard comment la vitesse affecte la prcision d'un bandit arm.

Le 18 novembre Tampa, le Prsident a ordonn aux deux agents des Services Secrets de quitter le pare-choc arrire de sa voiture. Les hommes du Comit ont not ce changement, qui a persist Fort Worth, San Antonio et Houston, mais ils ont maintenu leur plan original, qui tenait compte de la possibilit d'intervention instantane par les gardes du corps.

Le blme doit tre mis pas tant sur les agents des Services Secrets que sur leurs chefs et sur l'assistant de la Maison Blanche responsable de la scurit prsidentielle. Nous avons cit seulement leurs erreurs les plus videntes, mais il y en eut d'autres - moins importantes peut-tre, mais caractristiques de leur manque de discipline, comme de boire en service. (11) Abraham Bolden, le seul Noir dans les gardes du corps prsidentiels, a demand porter tmoignage devant la Commission Warren sur le sujet de certaines de ces accusations, mais le Comit a refus de l'entendre. Plus tard, il a t renvoy des Services Secrets pour raison d'incomptence professionnelle. (12)

Les Services Secrets taient coupables de ngligence, comme a comment le "Wall Street Journal" fortement respect. Mais ses agents taient des professionnels et ils ont reconnu le travail d'autres professionnels. Ils taient les premiers dans l'entourage prsidentiel se rendre compte que l'assassinat tait un complot bien organis. Ils l'ont discut entre eux au Parkland Hospital et plus tard pendant le vol de retour Washington. Ils l'ont mentionn dans leur rapport personnel au Chef des Services Secrets James Rowley cette nuit-l. Dix heures aprs l'assassinat, Rowley savait qu'il y avait eu trois bandits arms et peut-tre quatre Dallas ce jour-l et plus tard au tlphone Jerry Behn fit la remarque Forrest Sorrels (le chef des Services Secrets de Dallas), "C'est un complot." "Bien sr," fut la rponse de Sorrel. Robert Kennedy, qui avait dj interrog Kellerman, avait appris ce soir-l de Rowley que les Services Secrets croyaient que le Prsident avait t victime d'une puissante organisation.

Le prsident Kennedy tait mort, mais les Services Secrets n'ont jamais t officiellement inculps. Il y eut plusieurs changements de personnel la Maison Blanche, mais deux agents, Youngblood et Hill, ont t dcors. Parce que cela renforait sa thse, la Commission Warren a blm les gardes prsidentiels, mais un soldat ne vaut pas plus que son commandant et les chefs des Services Secrets ne valaient pas beaucoup.

Quant Ken O'Donnell, l'ex-capitaine de l'quipe de rugby de Harvard, Dallas il tait contre une quipe qui jouait la dure.

NOTES : Texans

1. Dcouvert par l'ingnieur dalmate Luchich. Ses associs Galey et Guffey l'ont lch et ont form une association avec l'homme le plus riche en Pennsylvanie Occidentale, Andrew W. Mellon. On a cd d'autres proprits de ptrole prs de Spindletop certains politiciens du Texas en change de leur soutien, en particulier l'ancien gouverneur Jim Hogg. Cette concession a donn naissance la Texas Company. Spindletop tait aussi le lieu de naissance de l'American Shell. Aprs quelque temps, Andrew Mellon a lch Guffey et a rorganis sa socit sous le nom de Gulf Oil.

2. WASHINGTON, le 9 janvier 1968 (UPI) – L'Etat de rsidence du Prsident Johnson du Texas, qui il y a quelques annes se classait seulement septime parmi les Etats obtenant des contrats de dfense majeurs, a maintenant dpass l'Etat de New York pour tre n 2, a montr le Pentagone aujourd'hui.

La Californie se tient toujours en premire place, mais son pourcentage de contrats attribus au total pendant l'exercice qui a fini le 30 juin dernier a maintenant gliss 17,9. Le Texas a obtenu 9,5 pour cent des contrats et New York 8,7 pour cent.

Pendant l'anne fiscale 1966, les pourcentages taient : Californie 18,3, New York 8,9 et le Texas 7,2. Et dj en 1962, les pourcentages pour les trois taient : Californie 23,9, New York 10,7 et Texas 4,0, avec le Massachusetts, le Connecticut, le New Jersey et l'Ohio devant le Texas cette anne-l.

Mais le Texas a eu de l'avancement constamment depuis que M. Johnson est arriv la Maison Blanche, grce en grande mesure au chasseur-bombardier F-111 controvers (autrefois le TFX).

Presque un tiers des contrats que le Texas a reu dans l'anne fiscale 1967 - juste sous 1,2 milliards de $ - tait pour le F-111, qui est produit par General Dynamics Corp. Fort Worth.

3. Le Texas est le cinquime Etat dans la nation en termes de population (aprs l'Etat de New York, la Californie, la Pennsylvanie et l'Illinois), mais ce sont de beaucoup les plus riches en termes de ressources naturelles. En 1963, la production minrale du Texas s'est leve 4.413.084.000 $.

Le Texas reprsente 35 % du brut et 42 % du gaz naturel produit aux Etats-Unis. La Louisiane, dont les ressources de ptrole sont exploites en grande mesure par des socits bases au Texas, produit 2.662.061.000 $ de produits minraux. La production de ptrole combine du Texas et la Louisiane gale 35 % du total national.

4. Ce pourcentage tait seulement de 12,7 % pour l'Etat de New York et 10,1% pour l'Etat de l'Illinois, malgr leurs ressources naturelles plus pauvres.

5. Le Texas (10.228.000 habitants et un revenu de 21.451 milliards de $ en 1963) avait en 1964 121.376 employs fdraux, 24 fois plus que l'Etat du Wyoming (339.000 habitants et un revenu de 834 millions de $ et 5.175 employs fdraux) et 17 fois plus que l'Etat du Nevada (389.000 habitants, 1.246 millions de $ en revenu et 7.039 employs fdraux). L'Ohio, avec une population et un revenu comparable au Texas (10.000,000 d'habitants et 25.164 milliards de $) avait seulement 88.785 employs fdraux. Quant au Delaware (480.000 habitants), il avait seulement 3.624 employs fdraux, moins de 40 fois moins que le Texas, car il y a un certain minimum de personnel requis par toute infrastructure administrative.

La statistique concernant l'augmentation d'employs fdraux par Etat depuis 1939 fournit une nouvelle illustration du favoritisme montr pour l'Etat du Texas :

 

Total des employs fdraux

1939:

967.765

1960:

2.372.580

 

Texas

1939:

29.818

 

1960:

112.647 (augmentation de 380%)

Wyoming

1939:

3.335

 

1960:

4.695 (augmentation de 140%)

Nevada

1939:

3.053

 

1960:

5.842 (augmentation de 190%)

New York

1939:

97.155

 

1960:

179.784 (augmentation de 190%)

 

6. 17.744 miles [28.550 km]. La Californie a 9.653 miles [15.532 km] d'autoroutes, New York 10.700 [17.216 km]. L'Illinois 10.995 [17.691 km].

7.    Au Texas, la Justice de la Paix est un magistrat lu et pas un fonctionnaire mineur, comme l'Est,

8.     Dans la seule ville de Dallas, il y a eu 120 meurtres "officiels" en 1960 et 810 "accidents".

9. Le Texas se classe 39me dans la nation en termes de somme dpense pour l'ducation.

Diplms de l'enseignement secondaire en 1963 : Texas - 0.8 %; Mississippi - 1 %

tudiants de lyce en 1964 : Texas - 6 %; Mississippi - 10 %

10. La population du Texas est protestante 80 %, catholique 19 % et 1 % juive.

11. L'Etat de l'Illinois a 1.030 banques, New York 479 et la Californie 200.

12.

Revenus

Classement du Texas dans la nation

Moins de $2.000

13me

$2,000 $3.000

17 me

$3,000 $4.000

17 me

$4,000 $5.000

30 me

$5,000 $6.000

38 me

$6,000 $7.000

34 me

$7,000 $9.000

33 me

$10.000 et au-dessus

30 me

 

13. Nanmoins, il y a une forte opposition aux intrts ptroliers au Texas. Elle est compose de gens qui sont plus intresss par le bien de leur pays que l'tat de leurs portefeuilles et qui sont plus amricains que texans, avec un certain nombre de leaders progressistes du travail. Mais cette opposition comprend seulement un tiers des lecteurs.

14. Contrairement la statistique publie par Fortune en mars 1968, qui place John Paul Getty et Howard Hughes en haut de la liste.

15. Hunt a crit trois autres livres du mme type : Fabians Fight Freedom, Why Not Speak? and Hunt for Truth. Il crit aussi une chronique de journal quotidienne et hebdomadaire.

16. Bainbridge, les Super-Amricains.

17. Playboy, 1966.

18. Les actifs de General Electric, la quatrime plus grande socit amricaine, galrent 4.851.718.000 $ en 1966, soit un tiers des actifs de la Standard Oil du New Jersey, la plus grande socit dans le monde, plus que la Standard Oil de Californie et moiti de l'American Shell ou la Standard de l'Indiana.

19. L'homme qui est probablement le producteur ptrolier le plus riche aprs Hunt, Roy Cullen de Quintana Petroleum, a environ seulement un million de dollars.

20. Le quartier gnral de Dallas de Placid Oil est situ au 2500 First National Bank Building. H. L. H. Products est plac au 700 Mercantile Bank Building, mais la plupart des affaires de Hunt sont groupes au 1401 Elm Street : Hunt Oil Co., Hunt Petroleum Corp., Hunt Caroline Trust Estate, Hunt H. L., Hunt H. L. Jr., Hunt Hassie Trust, Hunt International Petroleum Company, Hunt Lamar, Hunt Lamar Trust Estate, Hunt Margaret Trust Estate, Hunt N. B., Hunt Nelson Bunker, Hunt W. H., Hunt William Herbert Trust Estate, etc.

21. Dcrit par le Service de Revenu Interne comme une personne "qui tient la gestion et les droits d'exploitation et est responsable des dpenses de production."

22. Non seulement Placid Oil Corp. de Shreveport, mais Baker Oil Tools (Dallas et Californie), Harry W. Bass Drilling Co. (Dallas), Empire Drilling Co. (Dallas), Mid Continent Supply Co., United Tools, Hudson Engineering-Engineering-Corp., Nation and Geophysical Co., New Seven Falls Co. et First City National Bank of Dallas.

23. Qui incluait d'anciens gnraux comme Courtney Whitney et Bonner Fellows et aussi certains de leurs disciples, comme le brillant Lawrence Bunker.

24. Le Texas avait dix branches de la socit John Birch, principalement Dallas et Houston.

25. Commandant du thtre d'oprations de la Chine (1944-46), Chef d'Etat-Major du Gnralissime Tchang Kai Chek, puis Chef d'Etat-Major Adjoint pour les Plans et Oprations de Combat (1947-48).

26. Commandant des Forces Navales amricaines en Core (1948-50).

27. Dont il tait membre, comme le gnral Wedemeyer.

28. Hunt vit modestement, achte des costumes tout faits, conduit ses propres voitures standard, n'aime pas les avions privs, coupe lui-mme ses cheveux et porte son djeuner au travail dans un sac en papier kraft.

NOTES : Services Secrets

1. Nous valuons le cot de la prparation, l'assassinat lui-mme et le nettoyage post-assassinat entre 5 $ et 10 millions de $. Les contributions diverses entre 10.000 $ et 500.000 $ et il y eut environ 100 bnficiaires.

2. Manchester, Mort d'un Prsident.

3. Quand le prsident voyage l'tranger, la police du pays d'accueil est responsable de sa scurit. En gnral, ils prennent des prcautions plus grandes que celles prises aux Etats-Unis.

4. On considre la police de Californie et de New York comme relativement fiable.

5. Les agents des Services Secrets sont moins qualifis en moyenne que les agents du FBI. Ils gagnent entre 600 $ et 1.000 $ par mois, considrablement moins (mme avec une paie supplmentaire) que les hommes d'Edgar J. Hoover.

6. Les officiers de scurit chargs de la protection du prsident de Gaulle prennent mme la prcaution de photographier les VIP reus par lui ou qui sont en contact avec lui, par exemple la salle d'attente des VIP l'aroport d'Orly. Les foules le long des rues pendant une parade sont aussi photographies aux endroits essentiels avant qu'il ne passe et si de Gaulle s'arrte et s'approche de la foule, un appareil-photo suit chacun de ses mouvements. Plus tard, ces photographies sont soigneusement tudies.

Chaque fois que de Gaulle voyage en voiture, il est protg par 47 policiers moto rpartis en ranges. Plusieurs voitures de police prcdent et suivent le vhicule prsidentiel et la voiture immdiatement aprs le prsident contient un tireur d'lite et un photographe quip d'un appareil-photo japonais automatique semblable un robot. Quand de Gaulle fait des voyages ordinaires plus courts, il est protg par une force plus petite de huit policiers moto qui entourent la voiture.

Il y avait seulement 4 policiers moto Dallas et tous suivaient la voiture du prsident Kennedy, les rendant totalement inefficaces. Le rle d'un policier moto dans ce cas est (1) de rendre difficile de tirer sur le prsident depuis une foule et (2) d'arrter quelqu'un qui essaye de s'approcher de la voiture. Pendant une parade le long des Champs Elyses Paris, une femme a russi d'une faon ou d'une autre monter sur les barrires et a commenc aller vers la voiture de De Gaulle. Elle portait un bouquet de fleurs et tait compltement inoffensive, mais le policier qui tait suppos observer les barrires cet endroit a perdu son travail.

7. Le Dpt de Livres de L'cole du Texas, le Btiment Dal-Tex, le Btiment des Archives du Comt de Dallas, les Cours Criminelles et l'ancien Palais de Justice.

8. Le Comit essayait aussi probablement d'garer les Services Secrets.

9. La Protective Research Section, dirige par Robert I. Bouck, avait 65 bureaux travers le pays et 50.000 fichiers sur les gens qui avaient menac le Prsident. Entre novembre 1961 et novembre 1963, il a examin 34 rsidants du Texas et a ouvert 115 autres fichiers sur des Texans. Le 8 novembre 1963, le PRS a pass dix minutes inspecter Dallas.

10. Clint Hill a atteint l'arrire de la voiture prsidentielle 2,6 secondes aprs le dernier coup de feu. Les coups de feu ont dur environ 7 secondes. Au moins douze secondes s'coulrent entre le premier coup de feu et l'instant o Hill tait dans une position pour couvrir le corps prsidentiel. Le vice-prsident Johnson a t couvert par l'agent Youngblood en moins de trois secondes.

11. Plusieurs agents des Services Secrets taient des alcooliques de triste notorit. Les rglements stipulent que n'importe quel agent des Services Secrets trouv en train de boire sera renvoy du service immdiatement et quand le prsident voyage, ses agents sont en service 24 heures par jour. Mais ils taient si peu concerns par le Texas que quatre d'entre eux dans le groupe prsidentiel taient assis et buvaient dans un bar de Fort Worth jusqu'aux petites heures du matin le jour de l'assassinat. Un sicle plus tt, le garde du corps du Prsident Lincoln s'tait esquiv pour boire un coup quand Booth est entr dans la loge prsidentielle au Thtre Ford.

12. En 1967, M. Bolden fut retenu au centre mdical fdral Springfield

 


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .