Un article par
Mathew Kristin Kiel


Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

Traduction française: Henri R.


Le 14 janvier 2005

Les mots sont des moyens par lesquels les Etres Humains communiquent et nous l'appelons un langage. Pour communiquer, vous devez avoir une compréhension des mots que vous utilisez et c'est où le problème surgit.
  Les significations de la plupart des mots que nous utilisons ont été apprises en contexte avec d'autres mots et nous supposons que nous connaissons la signification du mot. Quand vous faites cela, et que votre compréhension d'un mot sont les mêmes que sa signification réelle, aucun problème ne surgit, Cependant, quand vous supposez que la signification d'un mot est de NE PAS être d'accord avec la vraie signification du mot, alors un malentendu est le résultat.   Il est des plus utiles de comprendre les mots; par compréhension, la vraie signification du mot est signifiée. Les meilleures sources pour obtenir cette information sont les dictionnaires, les encyclopédies et les dictionnaires en d'AUTRES langues. " [Karl von Eckartshausen, Principes du Savoir Supérieur, 1788]

Pour les buts de cet article, permettez-moi de définir les agents de l'Entropie comme une cabale mondiale le plus convenablement nommée la "Corporatocracie" par le jadis Révérend Al Sharpton. Ce terme servira bien pour décrire les pouvoirs mondiaux qui sont

derrière la junte de Bush et beaucoup, beaucoup plus.

De ces gens qui ont encore les facultés critiques pour identifier et mettre en doute la tactique des agents de l'Entropie, il y en a très peu qui désirent prendre cette tâche dangereuse et laborieuse de résister à cette tactique. C'est du passé pour tous d'entre nous qui sommes déjà actifs dans la lutte, qui Cherchent à trouver et à suivre les voies de la Vérité, pour commencer à prêter une attention proche à des voies dans lesquelles les Trompeurs volent et ont volé des mots de nous.

Un examen proche de la question manifeste une déformation et une perversion de significations des mots dans la conscience publique. Cela est accompli en changeant, avec le temps, les mêmes définitions de mots clefs dans nos esprits et dans les dictionnaires vers lesquels nous nous tournons quand nous cherchons à clarifier et à résoudre les termes qui semblent ambigus ou "fermés" quand nous les entendons utilisés par des experts, ou quand nous les lisons dans les médias corporatifs.

Quiconque familier avec 1984 de George Orwell est déjà conscient de l'idée que contrôler une définition populaire des mots, contrôler les significations que ces mots évoquent dans les esprits du grand public, est inséparable de la réalisation du contrôle de la pensée réelle de la populace.

Les définitions de nombreux concepts clefs ont changé et changent toujours plus rapidement au jour présent. Ce processus semble avoir commencé par les additions du tertiaire, ou moindre, et des définitions d'argot, changeant dans la direction des concepts que le Trompeur veut réaliser. Bien qu'un changement graduel dans les orthographes, les prononciations et les significations des mots arrive vraiment naturellement, dans le processus connu comme la dérive linguistique, cela n'arrive pas normalement dans un si court laps de temps comme quelques décennies. La vitesse avec laquelle cela arrive suggère fortement que des contrôles délibérés sont imposés aux mots.

Dans les 20 ans passés, trop de mots traitant avec trop de concepts politiquement, sociologiquement et spirituellement chargés ont été refaits pour transmettre des idées tout à fait différentes de l'original, dans le processus rapide qui accélère comme le maintien de la Corporatocratie sur les médias d'émission, les impressions et publications mondiaux augmente. Des définitions tertiaires sont devenues secondaires, même primaires et certaines des définitions originales, primaires ont disparu. Pour quelques mots, seulement les définitions "révisées" restent. Un exemple excellent est le mot "stéréotype". Si vous pouvez avoir accès à un dictionnaire américain même vieux de 50 ans, lisez la définition originale. Puis, regardez la dans le plus récent que vous pouvez obtenir. Le changement est total, presque opposé, ou complètement sans rapport. Je soupçonne que c'est une déviation intentionnelle. La définition originale a maintenant été déplacée à la dernière place, si elle n'a pas disparu entièrement. Cela dépend de la qualité du dictionnaire particulier. (La vieille définition primaire, à propos, avait à voir avec la production de blocs de caractères pour une presse d'imprimerie.)

Prenons un autre exemple, le mot "culte". Quelqu'un avec l'alphabétisation suffisante pour utiliser un dictionnaire et comprendre ce qu'il dit, n'accuserait certainement pas ceux qui suggèrent l'application de la méthode scientifique à l'examen d'idées et de croyances d'être un "culte". Telle serait une utilisation extrêmement incorrecte de la signification originale du mot. Et c'est là que nous rencontrons l'indice qui révèle le jeu des Trompeurs.

Vous voyez, la définition du mot "culte" n'est pas précisément la même maintenant que c'était il y a 30 ans ou même il y a 10 ans. Le processus de redéfinition est apparemment en voie de réalisation avec le mot "culte". La définition que nous connaissons s'efface bien rapidement sur la page et le mot prend une signification plus récente qui a des implications POLITIQUES d' '' Un groupe avec une croyance centrale partagée qui

est suffisamment éloigné des normes religieuses, morales ou comportementales dans la ligne du courant dominant, dans une société, comme pour l'en isoler. "

Cela mène facilement à l'idée que quelqu'un ou quoi que ce soit de "différent" doit avoir tort. Certainement Giordano Bruno, Galilée et Copernic avaient une "croyance centrale partagée" qui était bien éloignée "des normes religieuses, morales et même comportementales dans la ligne du courant dominant" de la société de leur temps. Et, malgré que Bruno ait été brûlé sur le bûcher, il avait raison.

On pourrait même dire que Jésus de Nazareth et ses disciples avaient une "croyance centrale partagée" qui était bien éloignée des "normes religieuses, morales et même comportementales dans la ligne du courant dominant" de la société de leur temps. Regardez ce que l'histoire nous dit sur ce qui est arrivé à Jésus.

Au jour présent, l'Administration de Bush a assumé le rôle de l'Église Catholique pendant les croisades et l'Inquisition, pour ne pas mentionner celui des Pharisiens juifs qui ont accusé Jésus de Nazareth d'être un révolutionnaire. Ainsi, chaque groupe qui adhère à un principe central fort dont TOUTES les déclarations revendiquant être "vraies" ou, particulièrement, "la Vérité" devrait être examiné et vérifié par investigation scientifique peut être étiqueté comme un "culte" par les Autorités Constituées politiques.

N'importe quel groupe qui refuse aveuglément de suivre et d'accepter Bush et son Ordre du jour basé sur la "foi", dans une société qui a été programmée pour croire que la "foi" est plus valable que la preuve démontrable, factuelle, peut être étiqueté comme un "culte" par les Autorités constituées politiques.

N'importe quel groupe qui ose n'être pas d'accord que la "foi" subjective est un critère valable pour planifier le cours d'une société entière vers la destruction globale, se met si loin de la société du courant dominant " basée sur la foi ", irrationnelle, dominante, que le changement des définitions de mots leur permet d'être étiqueté comme un "culte" par les Autorités constituées politiques.

Les nouvelles définitions incluent la mention limitée de structures organisationnelles, des figures "divines" ou déifiées, adorant un homme de paille dans un culte de la personnalité, des codes comportementaux rigides mis en application sur les membres et tout le reste qui est partie intégrante des normes religieuses, morales et comportementales dans la ligne du courant dominant imposées à la société par les Autorités constituées politiques mêmes.

La définition du mot "culte" a été changée en une signification qui est effroyablement molle et malléable, permettant quiconque ou un quelconque groupe qui ose ouvertement n'ÊTRE PAS D'ACCORD avec les Autorités constituées politiques d'être étiqueté un "culte". N'importe quel groupe de dissidents peut être marqué comme un "culte".

Quels meilleurs moyens de rendre le dissentiment facilement amovible par une majorité non-pensante que les étiqueter, tous sans exception, dans le nouveau "groupe-pensée", comme des "cultes" ?

J'ai toute raison de croire que cette définition alternative, n'ayant pas été une quelconque partie de la dénotation de "culte" même il y a 30 ans, va bientôt être inscrite dans les dictionnaires comme la définition primaire. En même temps, les définitions réelles, définies religieusement et politiquement, seront réduites en accentuation. En fait, ce changement même dans la définition, même maintenant, permet aux réels Cultes et cultistes, comme les Bushistes, les Républicains, le néoconservateurs et la Coalition Chrétienne et les nombreux fanatiques "évangéliques" Christianistes, les fondamentalistes et autres factions, d'étiqueter tous ces groupes qui refusent, comme politique, de se conformer à leurs pogroms et programmes, comme des "cultes".

Nous nous trouvons en réalité, à ce moment dans le temps, quand son processus de changer la signification même du mot n'est pas encore complet, et pouvons donc observer la manipulation en temps réel. Nous pouvons aussi résister à ce vol de nos mots si nous choisissons ainsi.

Nous devons nous méfier des dictionnaires que nous utilisons quand nous cherchons la définition et l'utilisation "correctes" d'un mot. Les chances sont, si vous utilisez un dictionnaire qui a été compilé par des académiciens américains et imprimé par une maison d'édition américaine, vous consultez un volume qui a été "vérifié" et assemblé par la Corporatocratie même qui est derrière le vol des définitions anciennes, établies. S'il vous semble qu'il y a un certain nombre de mots dans l'utilisation aujourd'hui qui ont pris soit des significations supplémentaires, nouvelles, soit particulièrement presque des significations opposées à celles vous avez d'abord appris pour ces mots quand vous étiez jeunes, peut-être ce n'est pas juste votre propre distraction, ou que vous avez mal compris la(les) définition(s) quand vous avez d'abord appris le mot, vous ne perdez pas votre esprit. Il y a un antidote!

En utilisant des définitions tirées de trois dictionnaires séparés, chacun compilé et publié environ dix ans plus tôt que le suivant, je vous emmènerai sur une étude de ce processus de voler les mots mêmes qui composent la base de notre capacité de communiquer les uns avec les autres. La nature, la direction et le degré des changements que ces quelques mots ont pris juste en trente courtes années en disent plus sur le niveau d'importance que la Guerre des Mots a vraiment, que je pourrais écrire en mille pages.

En premier dans nos exemples, regardons un mot que l'on entend de toutes les nouvelles de médias et des émissions d'opinion; un mot trouvé dans des articles imprimés innombrables; un mot qui a maintenant une section entière de livres politiques dans son propre en-tête à Barnes and Noble : Conservateur. Est-ce que le processus est en cours de changement dans les esprits de la personne moyenne ? Voici les trois définitions et j'attends la sortie des compilations de dictionnaires les plus récentes, qui devraient sortir cette année, pour voir comment le changement a progressé pendant les dix dernières années. Je soupçonne que cela se montrera très intéressant.

·  Du Random House College Dictionary, compilé et protégé par droit d'auteur en 1975 :  

conservateuradj. 1. disposé à préserver les conditions existantes, les institutions, etc.. et résister au changement. 2. prudent, modéré : une évaluation conservatrice. 3. Traditionnel en style ou en manière; évitant l'ostentation : un costume de coupe conservatrice. 4. (cap.). de ou se rapportant au parti Conservateur. 5. de ou se rapportant au conservatisme politique. 6. ayant le pouvoir ou la tendance de conserver; préservatif. 7. de ou se rapportant au Judaïsme conservateur ou aux Juifs Conservateurs. – n 8. une personne qui est conservatrice dans des principes, actions, habitudes, etc..  9. un membre d'un parti politique conservateur. 10. un préservatif.   ·          

Du Webster’s New World Dictionary, Compilé et protégé par droit d'auteur en 1984:  

conservateuradj. 1. Conservant ou ayant tendance à conserver; préservatif. 2. Ayant tendance à préserver les traditions ou les institutions établies et résister ou s'opposer à tous changements de celles-là {politique conservatrice, art conservateur} 3. De ou caractéristique d'un conservateur. 4. I C-I désignant ou du parti politique principal de la Grande-Bretagne ou le semblable au Canada qui est caractérisé par des positions conservatrices sur des questions sociales et économiques. 5. I C- I désignant ou d'un mouvement dans le Judaïsme qui accepte l'adaptation modérée de rituel religieux et formes traditionnelles à la structure de la vie moderne .. *6. Modéré; prudent. Sûr {une évaluation conservatrice} -- n 1.(Archaïque} Un préservatif. 2. Une personne conservatrice. 3. I C-I un membre du Parti Conservateur de Grande-Bretagne ou du Parti Conservateur Progressiste du Canada.

Du Webster II New Riverside University Dictionary, compilé et protégé par le droit d'auteur en 1994 :  

conservateuradj. 1. a. Ayant tendance à s'opposer au changement : favorisant les vues et les valeurs traditionnelles. b. Traditionnel en style [habit conservateur] 2. Modéré; prudent. 3. a. Appartenance à un parti ou à un groupe politique conservateur. b. Adhérant ou typique du Parti Conservateur du Royaume-Uni. 4. De, relié, ou adhérant au Judaïsme Conservateur. 5. Ayant tendance à conserver : PRESERVATIF.-n. 1. Celui qui favorise les vues et les valeurs traditionnelles. 2. a. Celui qui supporte le conservatisme politique ou un parti conservateur. b. Un membre ou un partisan du Parti Conservateur du Royaume-Uni. 3. Un conservateur. (Et ici une note très importante devient nécessaire : Pour ce mot, le seul mot avec lequel cela est fait pour beaucoup des pages précédentes et suivantes dans ce dictionnaire, il y a ensuite une liste de synonymes et un "antonyme" ….) *syns; CONSERVATEUR, ORTHODOXE, DROIT, PERSONNE DE DROITE, DE DROITE, adj. Signification fondamentale : favorisant fortement l'ordre établi, traditionnel. [Un politicien conservateur] antonyme; libéral.  

Bien, peut-être que ce n'est pas tout si mauvais ? Nous sommes seulement allés de "conditions et institutions existantes " à "vues et valeurs traditionnelles." Mais c'est certainement un saut, quoique très subtil. Dans la définition la plus première, on n'a donné aucune attribution morale aux "conditions et institutions existantes" qui étaient conservées. Dans la dernière définition, une connotation morale définie a été impliquée en utilisant le terme "vues et valeurs traditionnelles." Dans la première, non-pondérée, un "conservateur" pourrait aussi avoir été "un bâton dans la boue" qui résiste au changement sans aucune raison sauf entêtement et étroitesse d'esprit. Dans la dernière définition, le conservateur est le plus certainement le "bon type" et le changement est MAUVAIS.

Jetons un coup d'œil à un autre mot qui est devenu aussi banal que conservateur dans des temps récents. Comment à propos de celui-ci, le mot maintenant utilisé pour justifier la privation des citoyens de tous les droits légaux, civils et constitutionnels, saisir quelqu'un, à tout moment, n'importe où sur la face de la Terre et faire disparaître lui ou elle pour être soumis à la torture et enfermé indéfiniment, sans accusations, dans des endroits même moins hospitaliers que la plus mauvaise des prisons intérieures américaines. Voyons ce que juste 20 courtes années ont fait pour: Terroriste

Le Random House College Dictionary,  copyright 1975 :  

terroriste : 1. Une personne qui utilise ou favorise des méthodes terrorisantes 2. {autrefois} un membre d'un groupe politique en Russie visant à la démoralisation du gouvernement par la terreur. 3. Un agent ou un partisan du tribunal révolutionnaire pendant le Régime de la Terreur en France.   ·               

Le Webster’s New World Dictionary, copyright 1984 :  

Aucune entrée pour terroriste, en tant que telle, sauf comme un addendum à terrorisme. terrorisme. 1. L'acte de terroriser; utilisation de la force ou des menaces pour démoraliser, intimider ou subjuguer, spécialement une utilisation telle qu'une arme politique ou une politique. 2. La démoralisation ou l'intimidation produite de cette façon. -terroriste n. adj.   ·                Le Webster II New Riverside University Dictionary, copyright 1994:

Même moins de listage de n'importe quelle information réelle, sans listage pour le mot terroriste, autre que le mot comme un addendum à terrorisme et ce peu qui est entré pour ce terme est effrayant dans son appauvrissement conceptuel. terrorisme n. Utilisation systématique de la violence, de la terreur et de l'intimidation pour réaliser une fin. –terroriste n. - adj.

Oh, pas bon. Les définitions rétrécissent et perdent la spécificité rapidement, n'est-ce pas? Pour notre dernier mot, mais sûrement pas le moindre, voyons exactement ce que nous trouvons vraiment pour notre ami culte. Qu'est-ce qu'il y a concernant ce mot qui lui permet d'être jeté alentour comme une accusation contre tant de personnes qui n'ont aucun engagement avec un quelconque groupe qui a les signes les plus légers d'être ou le devenir un culte. Que rencontrerons-nous ?

Le Random House College Dictionary, 1975:

culte : n. 1. Un système particulier d'adoration religieuse, spécialement en ce qui concerne ses rites et ses cérémonies. 2. Un cas de grande vénération d'une personne, idéal, ou chose, spécialement comme manifesté par un corps d'admirateurs; un culte de Napoléon. 3. L'objet d'une telle dévotion. 4. Un groupe ou une secte liés ensemble par la dévotion ou la vénération de la même chose, personne, idéal, etc… 5. Sociologie. Un groupe ayant une idéologie sacrée et un jeu de rites se concentrant autour de ses symboles sacrés. 6. Une religion qui est considérée être fausse ou peu orthodoxe, ou ses membres.   ·          

Le Webster’s New World Dictionary, 1984 :  

culte : n. 1. a) un système d'adoration ou rituel religieux. b) un groupe quasi-religieux, vivant souvent dans une colonie, avec un leader charismatique qui endoctrine les membres avec des vues peu orthodoxes ou extrémistes, des pratiques ou des croyances. 2. a) attachement consacré à, ou admiration extravagante pour une personne, principe ou style de vie, spécialement quand considéré comme une manie / le culte du nudisme / b) l'objet d'un tel attachement. 3. Un groupe de disciples; secte.

Le Webster II New Riverside University Dictionary, 1994 :
culte : 1. Une communauté ou un système d'adoration et rituel religieux. 2. a. Une religion ou une secte religieuse généralement considérée comme fausse ou extrémiste. b. Les disciples d'une telle religion ou secte. 3. a. Dévotion obsédante pour une personne, principe ou idéal. b. L'objet d'une telle dévotion. 4. Un groupe exclusif de personnes partageant un intérêt ésotérique.  

Actuellement, le dictionnaire utilisé par un nombre croissant des gens est le moteur de recherche d'Internet. Que trouvons-nous là parmi les définitions de tête qui sont actuellement promues et qui le feront sans aucun doute dans une nouvelle édition des dictionnaires en Amérique ?

D'une perspective chrétienne orthodoxe, un culte est un groupe de gens qui suivent un homme ou les enseignements et les pratiques d'un groupe spirituel qui, quand comparés avec la doctrine chrétienne orthodoxe, les contredisent toujours, de même que glorifier la perspective religieuse unique propre du groupe comme la seule voie de vraiment servir Dieu. [...] C'est le travail d'agents démoniaques en allégeance avec Satan, l'opposant de Dieu partout dans l'histoire. [...] En fin de compte, une fois examinées, les doctrines d'un groupe douteux nieront toujours la vérité Biblique orthodoxe d'une façon, ou sous une forme.

En considérant l'exemple de Bruno et de Jésus, je soupçonne que je n'ai pas besoin de  fournir à quiconque lisant cet article un quelconque commentaire sur seulement quelles directions ces changements ont pris et ce que ces changements présagent.

Tragiquement, comme je fouillai dans ces trois dictionnaires, chacun à peine 10 ans plus récent que le volume précédent, la différence me frappant le plus puissamment comme j'avançai dans le temps, en effet, au travers de ces réflexions des espérances des compilateurs et des éditeurs et les évaluations étudiées, l'alphabétisation et l'éducation complètes des utilisateurs prévus de ces travaux, étudiants d'université, que chaque dictionnaire est moins complexe. Chacun contient des définitions plus simples et plus simplistes, utilise de moins en moins de mots avancés, perdant clarté et précision avec chaque décennie.

J'ai longtemps observé qu'il y a eu apparemment un "abêtissement de l'Amérique" intentionnel dans les 30 ans passés, mais ce voyage à travers les pages de trois vieux dictionnaires poussiéreux m'a laissé stupéfié par l'ampleur du crime. Car c'est comment une telle diminution en gros des fonctions cognitives d'une nation entière des gens doit être décrite : un crime. Si ce n'est pas un crime certain et épouvantable contre l'humanité, qu'est-ce que c'est ? Même les ouvrages de référence vers lesquels l'étudiant intelligent se tourne pour une information accrue, plus grande, sont systématiquement, intentionnellement saignés de contenu substantif et déformés pour poursuivre des fins qui ne sont pas à l'avantage de l'étudiant, ou de tout autre être humain.

Un autre fait crucial et effrayant est que beaucoup d'Américains n'ont plus aucun accès du tout à un dictionnaire non compilé et publié en Amérique!

Il était habituel que chaque système de bibliothèque municipale avait, au moins dans sa branche principale du comté, un Dictionnaire d'Oxford de la Langue Anglaise, à tout le moins un Oxford abrégé. Ces jours sont passés. L'Oxford, ce dictionnaire le plus formel pour les définitions internationales de mots anglais, le bon vieux Dictionnaire d'Oxford "l'autorité suprême sur n'importe quel mot", a en grande partie disparu de nos bibliothèques publiques, remplacé par le Complete Webster's Dictionary of American English, comme mandaté pendant le début jusqu'au milieu des années 1980 sous les auspices de Ronald Reagan.

Il est parti tranquillement et complètement, à part dans quelques endroits écartés et dans des villes plus grandes, plus urbaines, où certains bibliothécaires savants ont refusé de lâcher leurs Oxfords, ont insisté pour avoir tous les deux et avaient la capacité par des fonds personnels ou par le support public pour se les permettre.

Mais, pour ces dernières 20 années et plus, n'importe quel bibliothécaire public américain qui veut obtenir un dictionnaire intégral, de référence pour les besoins de la bibliothèque peut soit installer celui que le gouvernement payera, soit payer pour celui réel, International et plus précis, l'Oxford, de sa propre poche ou de la poche des patrons de la bibliothèque. Tristement, la plupart des bibliothécaires n'ont pas la moindre partie d'indice de ce qui arrive aux mots que nous utilisons. Même moi, dépendant comme je suis de ma bibliothèque municipale locale pour les ouvrages de référence, n'aurait aucun accès aux dictionnaires anglais et canadiens où j'ai eu l'habitude de vérifier que ces définitions n'ont pas changé dans d'autres pays parlant anglais, juste aux Etats-Unis, s'il n'y avait pas eu mon vieil ordinateur Macintosh usé et les ressources internationales en ligne qu'il me permet.

Il est temps pour nous de prendre conscience des mots et, en même temps, nous apprendre à être extrêmement précis avec les mots que nous utilisons dans toutes nos communications, dans notre écriture, notre discours et, le plus important encore, dans nos dialogues internes. Les mots que nous utilisons pour décrire nos expériences, émotions et pensées, les mots dont nous dépendons pour définir les significations de toute la réalité, pour sonder ses profondeurs et approcher ses hauteurs de la même façon, sont probablement les armes les plus puissantes pour la Lumière que nous possédons. C'est pourquoi les mots sont aussi un des outils les plus grands des Trompeurs pour promouvoir l'Entropie, étouffer l'enquête, dérouter les Chercheurs, Contrôler la fausse réalité des masses inconscientes et en grande partie insouciantes et pour créer et étendre les réseaux infinis de Mensonge, Mensonge et plus de Mensonge.

Avec des mots, les favoris du Trompeur déguisent le mal comme bon. La tyrannie, la torture, l'agression et le meurtre pour le profit sont renommés comme "Opération Supportant la Liberté", la "Guerre à Terreur", "Opération Liberté des Irakiens", la "Guerre à la Drogue", "démocratisation du Moyen-Orient" et "défense".

Le racisme, le sexisme et l'homophobie deviennent des "valeurs de famille", "valeurs morales" et "valeurs chrétiennes".

Le mouvement anti-femmes et pro-eugénisme est tenu vivant et en croissance dans un "droit à la vie" et l'attaque "contre l'avortement" sur les droits de reproducteur et les services médicaux de la femme, où la seule alternative réelle à l'avortement, l'adoption, est disponible seulement aux femmes blanches à 100 % qui sont enceintes avec des fœtus blancs à 100 %.

L'attaque contre les droits civils et constitutionnels "garde maintenant l'Amérique en sécurité", "Sécurité de la Patrie", le "Patriot Act des Etats-Unis", "Combat contre un déplacement de médias libéral", "politique conservatrice", "soutien des troupes" et tellement d'autres.

L'Administration de Bush et ses Néoconservateurs Straussiens ont fait de la propagande pour tant de rengaines, toutes sur le même thème : "nous faisons de bonnes choses. Elles ont des jolis noms et nous utilisons des mots agréables pour les décrire". Parce que les horreurs où ils sont vraiment engagés sont appelées par de bons noms, formulées inoffensivement, de manière à assombrir, dans des mots courageux, excellents, élevés ou nobles, les mots seuls trompent beaucoup de personnes en prenant ces étiquettes pour le contenu factuel et les résultats démontrables des entreprises qu'ils représentent.

Dans la direction opposée, ils redéfinissent bon comme mal. Le dissentiment devient "radical", "extrémiste", "anti-américain", "non patriotique" ou même "soutenant des activités terroristes"; la protestation publique légale est renommée "l'inconduite criminelle"; tous ceux qui refusent d'être balancés par la rhétorique religieuse sont "des athées impies"; ceux qui s'opposent aux cultes religio-politiques sanctionnés, comme établis par la Corporatocratie contrôlant les finances américaines et du monde et des gouvernements, comme des "cultes"; facilement sapés et écartés dans les esprits de la plupart des personnes.

Ce qui est fait avec "culte" est la même chose que dans le cas du "théoricien/théorie du complot." Dans ma recherche dans les théories du complot aux Etats-Unis datant de l'assassinat d'Abraham Lincoln, notre première victime du "tireur solitaire", j'ai trouvé que dans chaque cas c'était la preuve, recueillie par l'enquête saine, logique, minutieuse dans les événements et les gens entourant les crimes, qui supportait et provoquait la théorie qu'il y avait eu une conspiration pour commettre l'acte crapuleux. Il semble que, quand la Corporatocratie ne peut pas réfuter la preuve solide, elle recourt à la destruction de l'idée même que toute théorie d'un complot, peu importe combien de faits, quelle taille un corps de preuve solide peut avoir pour constituer la preuve positive qu'il y avait en effet eu des conspirations, aucune théorie de conspiration ne peut être valable. Ils programment au lieu de cela les gens pour croire que toutes les théories indiquant l'existence d'une conspiration dans un tel événement est "bidon".

Notez que le mot "bidon" est utilisé dans le plus nouveau des dictionnaires pour définir les croyances de ces groupes qui sont des "cultes" : Mais qui décide quelles croyances, quelles positions sont "bidons" ???

En discréditant le terme même "théorie du complot" les Trompeurs programment le grand public à continuer à ignorer les faits, les ensembles de preuves divers et assez considérables qui prouvent que ces théories sont des hypothèses valables. De même, en changeant les définitions du terme "culte", ils cherchent à projeter les faits de leur propre caractère sur ceux qui sont les adversaires les plus grands du comportement de culte réel.

Je ne les appelle pas les favoris du Trompeur sans raison.

Nous pouvons et nous devons, mieux nous armer nous-mêmes en assumant la bataille des mots. Peut-être, du moins, nous pouvons commencer par promouvoir, dans nos forums en ligne, les définitions correctes, vieilles, établies de ces mots qui sont déformés hors du contexte et utilisés comme armes contre nous.

Cette étape simple pourrait avoir une portée lointaine et des effets profonds pour changer les choses pour le mieux. Ceux qui se soucient des idées, de la Vérité, ont besoin d'être conscients pour que nous puissions interrompre le vol des mots de la Corporatocratie.

Ne faites aucune erreur, les Mots SONT Pouvoir. Nous pouvons soit les utiliser avec soin et défendre leur utilisation correcte, soit les perdre pour les sombres buts du Trompeur. Il y a vraiment peu de choix. Il y a déjà bien trop de mots, presque tous les mots mêmes de Pouvoir que nous devrions être les plus capables d'utiliser pour exprimer et soutenir la Vérité, qui ont été volé de nous il y a des siècles.

N'oubliez jamais, il y a une raison pour laquelle beaucoup de mythes de la création commencent par une déclaration semblable à celle de "Au début, Il y avait le Mot et le Mot était Dieu. "

C'EST le Pouvoir des Mots.

You are visitor number .