Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Laura Knight-Jadczyk

Traduction franaise: Henri R.


01/11/2006 - Dans mon Post précédent, j'ai inclus un chapitre de Farewell America qui a donné une large vue d'ensemble de "la Psyché Américaine." Il est crucial de comprendre les forces en jeu ici pour comprendre pourquoi John Kennedy a été assassiné et pourquoi, quand il est mort, le glas de la République américaine - ainsi que son peuple - a commencé à sonner.

Comme j'ai écrit auparavant, la plupart des Américains sont pauvrement ignorants de leur véritable histoire, et à dessein.

Il est vrai que les premiers colons qui sont venus en Amérique étaient, en général des opprimés et des individus désespérés; réprouvés dans un système féodal despotique. Oui, beaucoup d'entre eux ont été persécutés pour leurs croyances religieuses, mais on doit comprendre pourquoi ils ont adopté ces croyances : c'est généralement parce qu'ils étaient opprimés et désespérés! En général, ils avaient peu d'argent pour entreprendre une telle entreprise et donc la plupart d'entre eux étaient financée par divers intérêts d'affaires européens qui espéraient établir des centres de commerce pour qu'ils puissent profiter des énormes ressources naturelles du nouveau pays. Le fait que l'Amérique fût déjà occupée par des "sauvages non civilisés" ne comptait pas beaucoup; cela n'a jamais été le cas.

A la fin, les colons ont été brutalement exploités et malheureusement non préparés pour leurs entreprises. Les expériences des premiers colons leur ont bientôt appris que le soutien mutuel et l'interdépendance ainsi que l'industrie et la modération étaient les clés du succès. Ils ont travaillé longtemps et durement et ont amélioré leur lot individuellement et collectivement. Beaucoup d'entre eux ont coopéré avec les Indiens d'Amérique plutôt que de les voir comme des ennemis à détruire.

Très près sur leurs talons, cependant, se trouvaient les intérêts d'affaires européens qui envoyaient leurs agents au-delà de la mer pour installer le magasin sur les tombes de ceux qu'ils avaient utilisés pour frayer la voie. Les opportunistes avides et la classe supérieure des boursiers terriens ont suivi et peu ont trouvé contrecarrés leurs rêves de richesse ou de simple prospérité. Et certainement, la philosophie de Jean Calvin était utile pour maintenir chacun à travailler dur et à souffrir noblement.

Après quelque temps, il est devenu apparent que la compétition et l'avidité du monde des affaires de l'Europe allaient se heurter à la nouvelle élite riche du Nouveau Monde et une agitation s'est levée qui s'est répercutée durant plus de deux cents ans.

Il se trouve que la philosophie expliquée dans les cercles scientifiques et littéraires européens à l'époque fut utile comme extrapolations idéalistes et inspirantes avec lesquelles soutenir un esprit de révolutionnaire en expansion. Et, pendant un court instant il a semblé que le peuple et l'élite étaient unis dans leurs efforts pour surmonter le despotisme et l'oppression - la Révolution Américaine.

Naturellement, l'homme ordinaire n'était que le pion dans ce jeu de guerre, mais l'histoire enseignée dans les écoles américaines n'en parle pas beaucoup. Au lieu de cela, ils invoquent l'image glorieuse de la "Démocratie!" comme le but suprême de la Révolution et quel grand accomplissement c'était. Et, le plus souvent, "la Démocratie" est égalée au Capitalisme. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Contrairement aux conceptions et aux enseignements populaires, la Révolution Américaine n'a pas créé la nation américaine comme nous la connaissons aujourd'hui. Les Articles de Confédération ont en réalité lié treize nouvelles nations, chacune théoriquement souveraine dans son droit propre, dans une confédération vague. Le Congrès Continental pouvait légiférer, mais pas mettre en application. Cependant, les effets de la Révolution avaient été financièrement désastreux à chacun. Les dettes nationales et d'état restèrent impayées (des sommes d'argent dues à l'élite riche qui avait financé la guerre - et pour ceux qui se demandent, oui, certains étaient des Juifs et certains ne l'étaient pas, ne partez donc pas sur les Juifs sur ce point-là!), le commerce a baissé et le crédit s'est effondré.

Abandonnés à leurs propres systèmes, les Nouveaux Américains auraient finalement trié ces problèmes basés sur des priorités naissantes et des systèmes impliquant le troc et des accords personnels mutuellement satisfaisants. Une Démocratie réelle pourrait avoir fleuri, quoique cela n'ait pas été nécessairement capitaliste.

La tradition nous apprend qu'un groupe de "nobles patriotes" appela à une Convention Constitutionnelle pour "faire avancer les principes de la démocratie", comme expliqué clairement dans la Déclaration d'Indépendance. De nouveau, rien ne pourrait être plus loin de la vérité.

La Constitution a en réalité freiné le développement de la démocratie.

Dans certains des états, un moratoire sur la dette a été ordonné pour soulager les fermiers qui s'étaient battus dans la guerre. Mais, dans les états les plus grands et les plus riches, les planteurs de Virginie, les seigneurs de manoirs de New York et les marchands du Massachusetts et du Connecticut, ont refusé de donner quoique ce soit. Le Massachusetts est allé au point d'interdire le troc et les arrangements de support mutuels auxquels les soldats de retour appauvris avaient été forcés de recourir. Daniel Shay, un capitaine révolutionnaire qui avait été cité pour sa bravoure à Bunker Hill, était sorti de la guerre, comme plusieurs autres, avec rien. (Le Général Lafayette lui avait donné une épée qu'il a été bientôt forcé de vendre.) En voyant beaucoup d'autres comme lui-même, il fut rempli de l'injustice des actions de l'élite riche. Il a organisé une force de 800 fermiers et a essayé d'empêcher la séance des cours qui confisquaient les propriétés des soldats de retour. L'armée de Shay a été dispersée par la milice d'état mais son action a totalement effrayé les classes supérieures. Samuel Adams a prié le Congrès pour une qu'une aide fédérale protège les "droits de propriété" et le Congrès a autorisé une force conçue pour empêcher une nouvelle rébellion. Le Général Henry Knox a écrit :

"Les gens qui sont les insurgés n'ont jamais payé d'impôts ou sauf de très petits - Mais ils voient la faiblesse du gouvernement '... Ils ressentent immédiatement leur propre pauvreté, comparée à l'opulent et leur propre force et ils sont décidés à se servir de cette dernière, pour remédier à la première. Leur credo est ' Que la propriété des Etats-Unis a été protégée des confiscations de la Grande-Bretagne par les efforts communs de tous et doit donc être la propriété commune de tous. Et celui qui essaye l'opposition à ce credo est un ennemi de l'équité et de la justice et doit être balayé de la face de la terre. ' En un mot ils sont décidés à annihiler toutes les dettes publiques et privées et avoir des lois agraires, qui sont facilement effectuées au moyen de la monnaie de papier non financée qui sera une offre dans n'importe quels cas."

Remarquez maintenant ce que le bon général disait : il nous dit que le PEUPLE du nouveau pays voulait - exigeait - que la propriété des Etats-Unis soit "la propriété commune de tous."

Cela semble un peu "socialiste", n'est-ce pas. Pouvez-vous le croire ? Nos ancêtres ont exigé un gouvernement socialiste! Je ne sais pas pour vous, mais j'ai une demi-douzaine de soldats de la Guerre Révolutionnaire (ou plus) dans mon arbre généalogique et cela m'a étonné d'apprendre que mes ancêtres exigeaient le socialisme, particulièrement quand nous savons tous - ou avons dit - que le socialisme est cette première étape funeste vers le communisme; et nous savons tous comment le communisme est mauvais, exact ? Bien, nous y reviendrons. Pour le moment, laissez-moi juste commenter que les "insurgés" peuvent avoir payé de très petits impôts, mais ils ont payé beaucoup de sang. (Il est aussi intéressant de noter que Knox a mentionné les Nouveaux Américains comme des "insurgés." Ce mot n'est-il pas utilisé péjorativement contre ces Irakiens qui s'opposent à l'invasion des Etats-Unis de leur pays actuellement ? Ça par exemple!

Néanmoins, saisies avec la crainte qu'une démocratie serait en réalité ordonnée, les classes riches ont murmuré pour avoir un gouvernement par "le riche, de bonne famille et capable." (John Adams) Ezra Stiles et Noah Webster étaient les adversaires vocaux de la démocratie. Webster prétendait que :

"Le principe même d'admettre chacun au droit du suffrage accable la richesse des individus à la rapacité d'un gang impitoyable."

Ils étaient bel et bien endoctrinés par Calvin, n'est-ce pas ? Et étant de tels bons "Chrétiens", il est surprenant qu'ils n'aient jamais noté (ou au moins ne voulaient pas remarquer) cette drôle de petite remarque dans le Nouveau Testament à propos des "Gens de Jésus" partageant l'un avec l'autre et possédant "tout en commun."

En tout cas, en profitant de la situation, Alexandre Hamilton a incité le Congrès à appeler à une convention en 1787 pour réviser apparemment les Articles de Confédération. Hamilton n'a pas caché son opinion que seulement les gens riches et instruits étaient adaptés à régner.

"Il est d'habitude affirmé que le grand accomplissement d'Hamilton devait apporter les hommes de richesse au soutien de la nouvelle nation, mais il pourrait également bien être affirmé qu'il a apporté la nouvelle nation au soutien des hommes de richesse. En effet il pourrait être dit que la nouvelle nation a été créée en grande partie pour ce but même." [M. L. Wilson]

Ceux qui se sont réunis pour la Convention Constitutionnelle étaient, et savaient qu'ils étaient, l'élite - riches, instruits et intellectuels. Ils croyaient que d'autres comme eux devaient continuer à régner pour leur propre protection. Le bien public était une question secondaire (si c'était une question du tout). Ils étaient censés créer un système dans lequel cela pourrait être perpétué, constitutionnellement, légalement et paisiblement.

En adoptant les règles les plus strictes de secret, ils ont continué à créer la Constitution Américaine. M.L. Wilson a écrit dans Democracy Has Roots (la Démocratie A des Racines), que la Constitution était "un accomplissement remarquable dans le fait d'annuler un gouvernement à la majorité des voix." Il n'est pas surprenant que la ratification de cette Constitution ait eu une opposition populaire. Les conventionnaires ont promis de l'amender à la première session régulière du Congrès. Ces amendements promis sont venus à être connus comme la "Bill of Rights" ("la Déclaration des droits de l'homme") et c'est dans ces dix premiers amendements que les Américains ont leurs "Droits Constitutionnels" supposés. Une pensée dégrisante quand on considère que des amendements ont été abrogés dans le passé.

Mais pour la "Bill of Rights," des centaines d'années de saignée pour la liberté personnelle aurait été jetées sur le tas d'ordures par le nouveau Gouvernement Fédéral américain. Ce nouveau gouvernement "constitutionnel", a rapidement propagé les idéaux de matérialisme et le capitalisme. Et, dans un processus de pure propagande, ces idéaux ont été inextricablement liés avec la "démocratie" comme si les deux étaient identiques. Le résultat de cela a été un abîme énorme entre les "possédants" et les "pauvres" qui devient plus large et plus profond chaque jour, tandis que les premiers continuent à duper les derniers dans la croyance et le sacrifice de leurs vies pour ce qui n'existe pas et n'a jamais existé.

John Kennedy connaissait tout cela. Il était intelligent, instruit, grand voyageur, observateur et, surtout, il avait un cœur; une conscience. Jetons un autre regard sur un passage de Farewell America qui raconte ce qui arrive aux Empires qui commencent à prendre le chemin qui a été pris le jour où John Fitzgerald Kennedy a été assassiné. Ceux qui oublient l'histoire sont condamnés à la répéter. Un jour ensoleillé brillant à Dallas au Texas, il y a 43 ans, l'Amérique était sur le chemin vers le sommet de la montagne et en moins d'une minute, tout a changé; maintenant, elle est condamnée vers l'abîme du désespoir.

"Je ne pense pas que ce pays sera au sommet de la colline dans cette administration ou dans notre génération ou notre temps, mais un jour il y sera et j'espère qu'alors ils penseront que nous avons fait notre part..." JOHN F. KENNEDY

Le Gladiateur

Les empires ont toujours succombé à la même maladie. Avec chaque nouvelle conquête, Rome repoussait ses frontières et reculait de ses principes. Les premiers Romains étaient des gens simples, complètement consacrés à leur terre et à leurs dieux, mais les pèlerins, les colons et  les sages ont été suivis par une foule hétérogène qui a capitalisé sur les victoires. Le nombre croissant d'esclaves et l'afflux de pauvres ont gonflé la population. Les patriciens ont trouvé leurs chances de survie considérablement réduites à mesure que les hordes d'anciens esclaves, libérés et nouveaux riches, se battaient pour leurs propriétés.

Pour les Romains, toutes les choses reflétaient leur grandeur - les victoires de Marius, Pompée et César, mais aussi l'Empire, l'histoire et l'avenir du peuple romain. Mais il n'y avait ni justice dans les tribunaux, ni honnêteté dans les élections. Seule une norme décidait du mérite d'un candidat ou de l'innocence d'un accusé : l'or.

Les spectacles au cirque servaient à distraire la populace. Le blé et les olives gratuites distribuées à l'indigent au Forum servaient de subterfuge pour les réformes sociales. L'aristocratie achetait des sièges au Sénat. La magistrature de l'empire et le butin de la victoire allait chez les sénateurs, les consuls, les préteurs, le questeurs, les censeurs et leurs femmes. Rome était devenue une corporation.

Le gouvernement était aux mains de quelques familles opulentes du monde des finances, soutenues par la junte militaire. Ces familles savaient comment protéger leurs intérêts : ils les déguisaient comme des nécessités nationales. La préservation de Rome était identifiée à celle des familles dirigeantes. "Le peuple romain consistait en une petite oligarchie de propriétaires terriens, banquiers, spéculateurs, marchands, artisans, aventuriers et loqueteux, avides de plaisir, d'excitation et de gain rapide, fiers, turbulents, corrompus par la vie de la ville et le placement de leurs propres intérêts en avant de même la réforme la plus salutaire..." (1)

L'honneur national de l'Empire romain n'était rien de plus que les caprices ou l'indignation des dirigeants du moment, ses institutions politiques pas plus que la cupidité de ses dignitaires et l'indolence de ses masses, son histoire rien de plus qu'une série de petits vols et de crimes plus importants.

Et ensuite les frères Gracchus*, les neveux de Scipion l'Africain, sont apparus sur la scène. Le frère aîné, Tibère (160-133 av. J.-C.), le fils d'un consul et né patricien, avait été élevé par des philosophes grecs. Il était un vétéran de la campagne espagnole. Il a été élu comme tribun. Sa fermeté, sa modération, son humanité, sa passion pour la justice et son éloquence naturelle a obtenu l'admiration de Cicéron. Il était évident qu'il imposerait sa marque dans la politique.

Tibère était aussi calme, aussi sobre et aussi modéré que son frère Gaius était véhément, passionné et impétueux. Il a travaillé pour l'Italie, pour les gens et pour la liberté. Il n'était pas arrêté par des menaces ou par des clameurs.

Le Jour des Rogations,(2) il s'est adressé aux gens amassés autour de la tribune. Un fragment de ce discours, dans lequel il a évoqué la misère et l'impuissance des gens, la dépopulation de l'Italie et la rapacité du riche, a été préservé.

"Les propriétaires terriens habillés en deuil sont apparus sur le Forum dans la condition la plus misérable et la plus humble pour susciter la pitié aux gens qu'ils avaient dépouillé si impitoyablement. Mais ils avaient peu de confiance en cette manifestation et ils ont embauché des assassins pour tuer Tibère..." (3)

Tibère, néanmoins, a continué ses réformes. Une de ses lois autorisait les gens à circuler librement sur les routes et les grandes routes. Une autre stipulait que le trésor d'Attala, qui avait fait du peuple romain son héritier, serait distribué parmi les citoyens. D'autres lois distribuaient des terres, subventionnaient le coût de la première plantation, diminuaient la longueur du service militaire et réorganisaient le pouvoir judiciaire. Dorénavant, aucun citoyen romain ne pouvait posséder plus de 750 acres de terre publique pour lui et 375 pour chacun de ses fils. Cette loi menaçait les propriétaires des plus grands troupeaux.

Dans ses discours Tibère déclarait que la volonté du peuple était l'autorité suprême de l'état. C'était trop. Le jour de sa réélection au tribunat, qui aurait permis à Tibère d'achever ses réformes, Scipion Nasicaa, un des plus riches des propriétaires terriens, a assemblé tous les Romains riches. Suivi par une armée d'esclaves et de clients, ils sont montés au Capitole. Un des collègues de Tibère, un tribun, lui donna le premier coup. D'autres assassins finirent le travail. Son corps fut profané et jeté dans le Tibre.

Rome, qui avait trouvé des sénateurs pour l'assassiner, n'a trouvé aucun historien pour stigmatiser ses assassins. Après des siècles d'ordre public, l'Empire observa avec stupéfaction tandis que la violence d'une faction, qui avait pris la loi dans ses propres mains, s'en alla non seulement impunie, mais en étant admirée.

Gaius (152-121 av. J.-C), huit ans plus jeune que son frère, a semblé accepter sa mort et être inconscient des identités de ses assassins. Il a été nommé questeur de la Sardaigne et, contre les vœux du Sénat, il n'a pas disparu de la vue. Il a vécu la vie de ses soldats et s'est occupé de leurs intérêts. Il aimait les longues marches et prenait des longues baignades solitaires en mer et il est resté chaste.

"Le destin de son frère et ses réformes avaient prouvé qu'il était vain d'essayer de remédier aux maux de Rome sans d'abord avoir détruit, ou au moins humilié, les grands propriétaires terriens et les usurpateurs du domaine public; que l'idée de transformer le pauvre peuple de Rome dans une classe de propriété foncière était trop simple et, en réalité, pas très efficace.

"Mais une fois que la terreur eut disparu, le petit peuple de Rome a commencé à chercher un protecteur et le frère de la victime, que l'on connaissait pour ses vertus et était déjà suspect pour les riches, a semblé être juste la personne dont ils avaient besoin.

"La haine persistante pour la noblesse l'a précipité dans la rixe, bien qu'il n'ait pas eu l'intention de prendre les réformes de son frère. Courageusement, Gaius se présenta au poste de tribun et fut élu. Il prouva immédiatement qu'il n'était pas un homme ordinaire. Il a accusé les assassins de son frère et les a punis. Il a promulgué les lois que Tibère aurait voulues. Il a cité Tibère incessamment dans ses discours. Il a été réélu comme tribun. Il a réduit l'autorité du Sénat. Il a tout contrôlé, a tout organisé, communiquant son activité prodigieuse et son énergie infatigable à chacun.

"Il était plus astucieux que son frère. Il avait appris de lui et il avait eu le temps de méditer sa vengeance sans obscurcir son esprit. Longtemps il a conservé le soutien des riches en proposant les lois qui plaisaient aux riches et d'autres qui convenaient aux pauvres. Mais finalement il a exprimé l'idée qu'il avait si longtemps médité dans le silence : on devrait donner à tous les Italiens les droits des citoyens."

Rome serait la capitale d'une nation Italique énorme. L'Empire ne serait plus fondé sur une oligarchie municipale alliée avec des marchands corrompus, mais sur des classes rivales travaillant en association. Les anciens centres de civilisation et de commerce, maintenant détruits ou sur le déclin, seraient rétablis et la richesse et les multitudes qui se déversaient dans Rome, menaçant d'étrangler le centre nerveux de l'Empire, seraient distribuées également partout dans les différents pays.

C'était la tâche historique de Rome que Gaius avait à l'esprit, mais il pensait qu'il pourrait accomplir seul ce qui devait prendre six générations à réaliser. Ses idées grandioses étaient trop prématurées. Son plan d'accorder les droits d'un citoyen romain à tous les Italiens ne plaisait ni à la noblesse ni au petit peuple.

Le Sénat a décidé que les choses étaient allées assez loin. Le Consul Lucien Opimius a mené la conspiration. Poursuivi et étant sur le point d'être pris, Gaius se tua dans un bois dédié aux Furies. Septimuleius coupa sa tête. Gaius à son tour fut jeté dans le Tibre, avec 3.000 de ses disciples. L'année de la mort de Gaius, la vendange fut exceptionnellement bonne. La noblesse, les riches, les grands et petits propriétaires terriens raflèrent tous les esclaves sur le marché.

Les frères Gracchus étaient les derniers vrais aristocrates de Rome. La débauche a privé l'aristocratie de son énergie traditionnelle et de ses vertus. La plupart de leurs lois ont été supprimées. Les requins de la finance ont débarrassé l'Empire romain de tous les leaders qui avaient rêvé d'être généreux ou simplement d'être justes. Balbinus, Emilien, Valérien, Aurèle et Maxime ont été assassinés à leur tour. Probus dura six ans, Tacite dix mois et Pertinax 97 jours.

Seize siècles plus tard, Machiavel a écrit que "des hommes oublient la mort de leur père plus facilement que la perte de leur patrimoine et ils hésitent moins à nuire à un homme que l'on aime qu'un autre que l'on craint."

Plus tard, après Honorius, les frontières de l'Empire ont été envahies par les barbares. L'Empire, envahi, a été divisé et Rome s'est effacée dans l'oubli. Les frères Gracchus n'ont pas été oubliés par le peuple romain. Des statues ont été érigées à leur mémoire et un culte a été fondé en leur honneur.

NOTES

1. Guglielmo Ferrero.

2. le jour où les lois étaient proposées au peuple.

3. Leon Jouberti.

*Les Gracchi étaient une famille noble Plébéienne de l'ancienne Rome.

Les membres les plus notables furent :

· l'aîné Tiberius Sempronius Gracchus, qui était Consul en 177 av. J.-C et s'est marié avec Cornelia Africana, la fille de Scipion l' Africain, qui était l'archétype de la matrone romaine idéale

· Son fils, le plus jeune Tiberius Sempronius Gracchus, Tribun en 133 av. J.-C

· le fils le plus jeune du consul, Gaius Sempronius Gracchus, aussi tribun en 123 Et 122 av. J.-C

Les frères Gracchi, Tibère et Gaius, sont restés dans l'histoire comme des martyrs à la cause de la réforme sociale. Tibère a été tué par les membres du Sénat pour essayer de rendre le système plus amical pour les classes inférieures de Rome. Ils ont essayé de limiter la taille des grandes fermes que les Patriciens (La classe supérieure) possédaient pour garder les plébéiens (la classe inférieure) capables de rivaliser avec leurs fermes plus petites. Gaius et beaucoup de ses disciples ont été tués en 121 av. J.-C par suite du Sénat composé de patriciens qui possédaient de grandes fermes.

Les Gracchi étaient liés par le mariage aux Scipions, Cornelius, Claudius et Aemilius.

Un Gracchi fictif apparaît aussi dans plusieurs Films épiques, Comme Spartacus (1960) et Gladiator (2000).

Donc maintenant, tous d'entre vous, pourquoi ne pas prendre un petit moment et re-voir ces derniers films : Spartacus et Gladiator. Cela pourrait vous donner une certaine nourriture pour la pensée et une compréhension plus profonde de l'homme John Fitzgerald Kennedy et de ce que l'Amérique a perdu.


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .