La Science antique
Laura Knight-Jadczyk


Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



Chapitre 10:
Qui a crit la Bible et pourquoi?

I. LArche dAlliance et le Temple de Salomon

Traduction franaise: Micheline Deschneider


Lorsque nous pensons un dieu qui danse toute la nuit dans le temple rond des Hyperborens, nous nous tournons tout naturellement vers lvnement le plus remarquable dcrit dans la Bible , o lon voit rien moins que le roi David danser en sous-vtement devant lArche dAlliance... Remarquons que dans le portail nord de la cathdrale de Chartres se trouve une statue reprsentant Melchisdech, prtre-roi de Salem et la reine de Saba. A gale distance ente eux deux se trouve lArche dAlliance sur un chariot. Melchisdech tient une coupe suppose tre le Saint Graal. Dans la coupe se trouve un objet cylindrique, en pierre.

Larche dAlliance, cet objet des plus mystrieux et puissant tait, pensons-nous, la raison de la prsence des Templiers Jrusalem. Que savons-nous rellement de lArche?

Lorsque jai commenc tudier les questions qui me proccupaient, propos de la religion, de la philosophie, etc., je ne me doutais absolument pas que jallais dcouvrir quelque chose daussi terrifiant et aux consquences aussi incalculables en ce qui concerne les religions en gnral et le monothisme en particulier!

Et je vous demande de bien me comprendre et de ne pas penser que je prconise le paganisme ou dautres formes de cultes des divinits ou images de divinits. Je suis entirement convaincue que la source de toute existence est la conscience, et que cette conscience est fondamentalement ce que nous pourrions appeler Dieu ou Esprit Divin. Ce qui me drange cest limposition dun monothisme par tous ces groupes qui prtendent que leur version de ce quest ou nest pas Dieu est la seule correcte. Et un des rsultats de ce type de diktat est que le monothisme judo-chrtien a rpandu le concept du temps linaire.

Les gens lisent la Bible depuis deux mille ans. Elle a obtenu, dans notre culture, un statut quaucun autre crit na obtenu. Il y a plus dexemplaires de la Bible sur la surface de la Terre que daucun autre livre. Elle est cite (et souvent mal cit) plus souvent que nimporte quel autre texte. Elle a t traduite en plus de langues que nimporte quel autre ouvrage. Depuis ses premires parutions, un nombre incalculable de gens lont lue, tudie, enseigne, admire, discute, aime, ont vcu pour elle et sont morts pour elle. Cest le document unique qui se trouve au cur du judasme et du christianisme, et cependant, le commun des mortels ne se pose jamais la question de savoir qui la crite. Les gens pensent quils savent: elle a t divinement dicte, rvle, ou inspire.

Nonobstant ce quen pense le commun des mortels, de nombreux chercheurs (le plus souvent des thologiens) se penchent sur ces questions depuis environ mille ans, quand ils ne sont pas brls sur le bcher pour avoir os poser la question. Et, comme nous lavons vu, la plupart de ces gens navaient recherch quune communion plus troite avec Dieu, en essayant de suivre le plus fidlement le texte original reu de la main de Dieu.

Lorsque nous tudions la littrature lcole, il nous est recommand de nous documenter aussi sur la vie de lauteur; ne serait-ce que dans le cadre des oeuvres tudies. Nous pouvons voir alors les liens significatifs entre la vie de lauteur et le monde quil dcrit. En ce qui concerne la Bible, ces lments sont cruciaux. Nanmoins, le fait est que pour des choses aussi sensibles que la religion et lHistoire, nous nous trouvons immdiatement devant un problme.

Le lecteur sait peut-tre [1] que pendant de nombreuses annes jai t hypnothrapeute dans le cadre de ma recherche de rponses dans le monde de lesprit. Ce travail ma donn une perspective absolument unique, applicable pratiquement toutes les branches dtude que jai suivies depuis. Ce que jai appris de plus important, lpoque, cest que la plupart, sinon TOUTES les perspectives humaines sont bases sur la pense motionnelle. Les motions ont une curieuse tendance structurer et colorer tout ce que nous voyons, exprimentons, et mettons en mmoire, de sorte que ce que nous pensons devient souvent matire prendre ses dsirs pour des ralits.

Le problme, en ce qui concerne la Bible et lHistoire, cest que les DONNEES proviennent de domaines tellement diffrents: archologie, palontologie, gologie, linguistique, etc. Et dautre part nous avons lHistoire et la mythologie. Malheureusement, on peut les mettre dans le mme sac car ce sont les vainqueurs qui crivent lHistoire. Dans les situations difficiles, les humains sont capables de commettre les actes les plus rprhensibles, mais par la suite ils nont quune envie: les faire oublier et se prsenter la postrit sous un clairage avantageux.

Les textes les plus vieux de lAncien Testament en Hbreu, sont ceux trouvs Qumran et qui ne datent que dun ou deux sicles avant Jsus Christ. La version la plus ancienne avant cela est une traduction en Grec dapproximativement la mme priode. Le premier texte complet en Hbreu ne date que du Xe sicle de lre chrtienne! Cela signifie que la version en Hbreu est apparue juste avant la priode o les rcits du Graal ont fait leur apparition. Il y a quelque chose qui cloche dans le tableau!.

Les analyses textuelles font gnralement remonter 1.000 ans av. J.C. une toute petite partie de la Bible, et environ 600 av. J.C. tout le restant. La Bible telle que nous la connaissons est le rsultat de nombreuses modifications apportes au cours des sicles, et contient de si nombreuses contradictions que nous navons pas la place ici pour en dresser la liste! Il y a des bibliothques entires de livres consacrs ce sujet et je recommande au lecteur dy jeter un coup dil afin de pouvoir juger en connaissance de cause des choses que je vais dire.

En gnral les rudits bibliques donnent pour Abraham les dates de plus ou moins 1800 - 1700 av. J.C. Ces mmes rudits situent Mose vers 1300 ou 1250 av. J.C. Mais, si nous suivons le fil des gnrations telles quelles sont indiques dans la Bible, nous dcouvrons quil y a seulement sept gnrations entre et y compris ces deux figures patriarcales! Quatre cents ans, cest un peu long pour sept gnrations. Si lon considre quune gnration quivaut 35-40 ans, Abraham se situe environ 1550 av. J.C. et Mose environ 1300 av. J.C. Si nous remontons jusqu No, en nous basant sur la liste des gnrations telle que donne par la Bible, nous arrivons environ 2000-1900 av. J.C. peu prs lpoque de larrive des Indo-Europens au Proche-Orient. Une fois encore, quelque chose cloche dans le tableau!.

Se baser sur la Bible en tant que source historique prsente bon nombre de problmes srieux, tout particulirement quand nous prenons en considration le facteur mythisation. Le texte contient de nombreuses contradictions qui ne peuvent tre rconcilies, mme pas par les contorsions mentales standard des thologiens. A certains endroits, les vnements sont dcrits dans un certain ordre, et plus loin la Bible dit quils se sont drouls dans un ordre diffrent. A certains endroits la Bible dit quil y a deux de quelque chose et plus loin elle dit quil y en a quatorze. Sur une page, la Bible dit que les Moabites ont fait quelque chose, et quelques pages plus loin les Madianites ont fait exactement la mme chose. Il y a mme un passage dcrivant Mose se rendant au Tabernacle, avant mme que Mose ait bti ce Tabernacle! ( mon avis, Mose tait capable de voyager dans le temps!).

Dans le Pentateuque, dautres problmes se posent: cet ouvrage contient des choses dont Mose ne pouvait pas avoir connaissance sil a vcu lpoque o la Bible prtend quil a vcu! Et en un passage Mose dit quelque chose quil ne peut pas avoir dit: le texte donne la description de la mort de Mose, chose dont Mose lui-mme est peu susceptible davoir t capable... Le texte dit aussi que Mose tait lhomme le plus humble de la Terre! Eh bien, ainsi que la si bien soulign un commentateur, il est trs peu probable que lhomme le plus humble de la Terre se dsigne lui-mme comme lhomme le plus humble de la Terre!

Cest lInquisition qui a pris soin de ces problmes pendant les deux derniers millnaires, comme elle a pris soin aussi des Cathares et de tous ceux qui ne marchent pas droit.

Pour les Juifs, les contradictions ntaient pas des contradictions: elles ntaient que dapparentes contradictions! Elles pouvaient toutes tre expliques par des interprtations (je dois ajouter quen gnral, ces interprtations taient plus fantastiques encore que les contradictions elles-mmes). Mose avait eu connaissance de choses quil ne pouvait avoir connues, mais ctait un prophte! Les commentateurs bibliques du Moyen-Age, comme par exemple Rashi et Nachmanids, ont t TRES habiles rconcilier lirrconciliable!

Au XIe sicle, un vritable empcheur de tourner en rond, Isaac ibn Yashush, mdecin juif au service de la Cour de lEspagne musulmane, mentionne le fait troublant quune liste des rois Edomites, donne au 36e chapitre de la Gense, donne le nom de quelques rois qui ont vcu longtemps aprs la mort de Mose. Ibn Yashush suggre lvidence, cest--dire que la liste a t dresse par quelquun ayant vcu aprs Mose. Rsultat : on lui a donn le sobriquet d "Isaac le Gaffeur".

Celui qui a immortalis lintelligent Isaac de cette faon peu obligeante est un certain Abraham ibn Ezra, un rabbin vivant en Espagne au XIIe sicle. Mais Ibn Ezra nous met devant un paradoxe, car lui aussi a remarqu quil y avait des problmes dans les textes de la Torah. Il fait allusion plusieurs passages qui paraissent ne pas tre de la main de Mose parce quils se rfrent Mose la troisime personne, utilisent des termes que Mose ne peut avoir connus, dcrivent des endroits o Mose ne peut avoir mis le pied, et utilisent une langue appartenant une autre poque et un autre milieu que celui dans lequel a vcu Mose. Il crit, trs mystrieusement: "Et si vous comprenez, alors vous reconnatrez la vrit Et celui qui comprend gardera le silence."

Alors pourquoi a-t-il qualifi Ibn Yashush de "Gaffeur?". Manifestement parce que ce garon navait pu sempcher douvrir sa grande bouche et de dvoiler que la Torah ntait pas ce quon essayait de faire croire, et qualors, des tas de gens qui taient entirement plongs dans le mysticisme juif perdraient tout intrt la chose. Et garder vivace lintrt des tudiants et aspirants au pouvoir tait vraiment un gros business cette poque. En outre, tout le mythe chrtien tait bas sur la validit du Judasme, (puisquil tait la Nouvelle Alliance), et mme sil y avait un conflit apparent entre Juifs et Chrtiens, les Chrtiens avaient dsesprment besoin de valider le Judasme et sa prtention tre la rvlation au peuple lu du Seul Vrai Dieu. Aprs tout, cest sur cette base que Jsus tait le Fils de Dieu!

Au XIVe sicle, un tudiant du nom de Bonfils, vivant Damas, crivit un ouvrage dans lequel il disait: "Et ceci est la preuve que ce verset a t crit plus tardivement dans la Torah et que ce nest pas Mose qui la crite. Il ne niait mme pas le caractre de rvlation de la Torah, il faisait simplement un commentaire raisonnable. Trois cents ans plus tard, son ouvrage fut rimprim .... sans son commentaire!

Au XVe sicle, Tostatus, Evque dAvila souligna galement que les passages dcrivant la mort de Mose ne pouvaient avoir t crits par Mose. Sefforant dadoucir le coup, il ajouta quil existait une vieille tradition selon laquelle cest Josu, le successeur Mose, qui avait crit ce passage. Cent annes plus tard, Luther Carlstadt fit le commentaire que cela tait difficile croire, car le compte rendu de la mort de Mose tait crit dans le mme style que le texte qui prcde ce compte rendu.

Il est vrai que les choses ont commenc tre examines de manire plus critique larrive du protestantisme sur la scne du monde, et avec une demande accrue pour le texte original. LInquisition et ses insparables Majests Catholiques tentrent, mais sans succs, de le garder dans leurs griffes. Mais cest parfois drle, ce que la foi peut faire. Dans le cas qui nous occupe, grce la monte de lalphabtisation et de nouvelles et meilleures traductions des textes, lexamen critique aboutit la dcision que le problme pouvait tre rsolu si lon clamait haut et fort que ctait bien Mose qui avait crit la Torah, mais que, oui, occasionnellement, certains diteurs avaient ajout et l un mot, une phrase de leur cru!

Pfh! Heureuse de mtre bien tire de ce mystre!

Ce qui est vraiment amusant, cest que lun de ceux qui avaient mis cette ide sur le tapis, qui voulait tout prix conserver le statut de textus receptus de la Bible, a t mis lIndex par lEglise catholique elle-mme. Ses travaux furent mis sur la liste des livres interdits!. " On peut dire que ces gens nont pas arrt pas de se tirer dans le pied!

Enfin, aprs des centaines dannes passes marcher sur la pointe des pieds autour de ce problme dlicat, certains exgtes ont affirm que la plus grande partie du Pentateuque navait pas t crite par Mose. Le premier le clamer fut Thomas Hobbes. Il fit remarquer que le texte dclare parfois que ceci ou cela est ainsi ce jour. Le problme est quun auteur dcrivant une situation ayant dur trs longtemps ne la situerait pas ce jour.

Isaac de la Peyrere, un Calviniste franais, note que le premier verset du Deutronome dit: "Ce sont les paroles dites par Mose aux enfants dIsral de lautre ct du Jourdain. Le problme est que ces paroles se rfraient des personnes se trouvant de lautre ct du Jourdain par rapport lauteur. Cela signifie que ces paroles devaient avoir t prononces par quelquun qui se trouvait lOUEST du Jourdain quand il crivait, quelquun qui explique ce que Mose a dit aux enfants dIsral qui se trouvent lEST du Jourdain. Le problme se corse quand on sait que Mose na jamais mis le pied en Isral!

Louvrage de La Peyrere fut banni et brl. Il fut lui-mme arrt et inform quil ne serait relch qu condition de se convertir au catholicisme et de se rtracter. Apparemment, il savait que le silence est dor. Considrant le nombr lev de fois que cela sest produit, nous pouvons nous interroger sur la saintet dun texte conserv coups de menaces, de tortures et de bains de sang.

Un peu plus tard, Baruch Spinoza, le clbre philosophe, publia une analyse critique qui fit du bruit, cest le moins que lon puisse dire. Il affirmait que les passages problmatiques de la Bible ntaient pas des cas isols qui pouvaient tre escamots un par un en les faisant passer pour des insertions par des diteurs, mais quil sagissait lvidence dinfiltrations par une tierce partie. Il fit galement remarquer que dans le chapitre 34-10 du Deutronome il est dit: "Il ne s'est plus lev en Isral de prophte pareil Mose, lui que Yahv connaissait face face....." Spinoza suggra, juste titre, que cela devaient tre les paroles dune personne ayant vcu longtemps aprs Mose et qui avait eu loccasion de faire des comparaisons. Un commentateur remarque aussi que ce ne sont pas les mots du plus humble des hommes sur la Terre!" [2]

Spinoza vivait vraiment dangereusement, car il crivit: []Il est plus apparent que le Soleil en plein midi que le Pentateuque na pas t crit par Mose, mais bien par quelquun qui a vcu bien longtemps aprs Mose. [3] Spinoza avait dj t exclu du Judasme, mais prsent il se trouvait en position prcaire vis--vis des Catholiques et des Protestants! Naturellement, son livre fut mis lIndex, et un tas ddits furent lancs contre son ouvrage. Il y eut mme une tentative dassassinat contre Spinoza!

Richard Simon, un protestant converti et devenu prtre catholique, entreprit de rfuter Spinoza et crivit un livre dans lequel il affirma que le Pentateuque tait fondamentalement de la main de Mose, mais quil y avait eu quelques ajouts. Mais ces ajouts avaient t inspirs par Dieu ou lEsprit Saint, de sorte que ceux qui les avaient faits avaient bien fait de rassembler, rarranger et laborer. Dieu avait toujours les choses en main, donc.

On pourrait croire que lEglise tait mme de reconnatre ses dfenseurs. Eh bien, non, pas du tout! Simon fut attaqu et expuls de son Ordre par ses petits camarades catholiques. Quarante rfutations de son ouvrage furent crites par des protestants. Six exemplaires seulement survcurent aux autodafs. Lun de ces exemplaires tomba dans les mains dun certain John Hampden qui le traduisit et se retrouva de ce fait, lui aussi, en terrain brlant. Il "rpudia publiquement les opinions quil avait eues en commun avec Simon [...] en 1688, probablement juste avant sa relaxe de la Tour." [4]

Au XVIIIe sicle, trois exgtes indpendants se proccuprent du problme des "doublets," ou histoires qui sont racontes deux fois ou davantage dans la Bible. Il y a deux rcits diffrents de la cration du monde. Il y a deux rcits diffrents de lAlliance de Dieu avec Abraham. Il y a deux rcits diffrents de lattribution du nom dIsaac par Abraham son fils. Deux histoires dAbraham assurant un roi tranger que son pouse est sa sur; deux histoires racontant le voyage en Msopotamie de Jacob, fils dIsaac, deux histoires dune rvlation faite Jacob Beth-El; deux histoires racontant que Dieu a chang le nom de Jacob en celui dIsral; deux histoires racontant que Mose avait fait jaillir de leau dun rocher Mribah, etc., etc.

Ceux qui ne voulaient pas revenir sur leur a priori selon lequel le Pentateuque avait t crit par Mose, prtendirent que ces doublets taient toujours complmentaires et non pas rptitifs ou contradictoires. Ils ont d parfois aller chercher leurs ides vraiment loin pour pouvoir prtendre que ces doublets taient destins nous enseigner quelque chose et quils ntaient pas vraiment des contradictions.

Mais cette explication ne tient pas la route: dans la plupart des cas, lune des versions du doublet fait rfrence la divinit en lappelant du nom divin de Yahv, et lautre version y fait rfrence en la nommant simplement Dieu ou El. Cest donc quil y a eu deux groupes de versions parallles des mmes rcits, et que chacun des groupes a presque toujours t consquent avec lui-mme dans sa faon de nommer la divinit. Il ny a pas que cela: dautres termes et traits particuliers apparaissent rgulirement dans lune ou lautre version, ce qui dmonte que quelquun sest inspir de deux sources diffrentes de documents anciens, a copi/coll des passages et tent den faire un rcit cohrent 

Bien sr, on a pens dabord que lune des deux sources avait t utilise par Mose pour le rcit de la cration, et que le reste avait t crit de sa propre main! Mais par la suite, la conclusion a t que les deux sources devaient provenir dauteurs ayant vcu APRES Mose. Mose a graduellement t limin en tant quauteur du Pentateuque!

Lide de Simon, selon laquelle des scribes avaient rassembl, arrang et labor sur base du textus receptus ntait donc pas mauvaise.

Je voudrais faire remarquer ici que cela ne sest pas produit parce que quelquun sest soudainement cri: Jetons la Bible aux orties!. Non. Cela sest produit parce quil y avait des problmes qui crevaient les yeux et que tous les chercheurs ayant travaill sur ce document au fil des sicles ont lutt de toutes leurs forces pour conserver la Bible son statut de textus receptus! La seule exception, que jai signale dailleurs, dans toute la chane des vnements, est notre curieux Abraham ibn Ezra, qui ETAIT AU COURANT des problmes des textes de la Torah au XIIe sicle, et qui a enjoint le silence tous les autres! Vous souvenez-vous de ce quil a dit? " Et si vous comprenez, alors vous reconnatrez la vrit Et celui qui comprend gardera le silence." Et quel a t le rsultat de ce silence? Plus de huit cents annes de croisades, dInquisition, de rpression gnrale, et de nos jours les guerres entre Israliens et Palestiniens sous le prtexte quIsral est la Terre Promise et quelle appartient aux Juifs. Ce qui nous mne un autre vnement extrmement effarant.

Le grand rudit juif Rashi de Troyes, (1040-1105), a dclar trs carrment que le rcit de la Gense qui remonte la cration du monde, a t crit pour justifier ce que nous appellerions actuellement un gnocide. Le Dieu dIsral qui a donn la Terre Promise son peuple devait tre, sans quivoque, suprme, de manire ce que ni les Cananens dpossds, ni personne dautre ne pourrait jamais faire appel de ses dcrets. [5] Rashi crit prcisment que Dieu nous a fait le rcit de la cration et la inclus la Torah "pour dire ceux de son peuple quils pouvaient donner une rponse ceux qui prtendaient que les Juifs avaient vol le pays ses habitants dorigine. Et cette rponse devait tre: Dieu la fait et le leur a donn, mais ensuite il le leur a repris pour nous le donner nous. Puisquil la fait, il lui appartient, et il peut le donner qui il choisit de le donner".

Et nous voici devant un autre point intressant: lavnement d un seul dieu ayant pr-minence sur tous les autres est un acte de violence, quel que soit laspect sous lequel on considre la chose. Dans The Curse of Cain, Regina Schwartz parle de la relation entre monothisme et violence, posant en principe que le monothisme lui-mme est la racine de la violence:

Lidentit collective, qui rsulte dune convention du monothisme, est explicitement dcrite dans la Bible comme une invention, une rupture radicale avec la Nature. Un dieu transcendant simmisce dans lHistoire et exige du peuple quIL constitue, quil obisse la loi quIL institue, et larticle premier et principal de cette loi est, bien sr, que (le peuple) lui promette allgeance Lui et Lui seul, car cest cela qui fera de ces hommes un peuple uni, linverse des autres, et cela mne la violence. Dans lAncien Testament, un tas d autres peuples sont limins, tandis que dans le Nouveau Testament des populations innombrables sont colonises et converties dans le cadre de tels pactes. [6]

Schwartz met galement lide quun pacte de ce type est temporaire: il est soumis des conditions. "Croyez en moi et obissez-moi, sans quoi je vous dtruirai. On dirait quil ny a pas le choix, nest-ce pas? Et cest ainsi que lon se trouve purement et simplement devant une Thophanie nazie. Et non seulement cela, mais nous nous approchons de la source de lide dun temps linaire.

Pour en revenir notre chane dvnements: au XIXe sicle, des spcialistes des textes bibliques ont mis lhypothse que dans le Pentateuque il ny avait probablement pas deux sources majeures mais bien quatre. Ils ralisrent que les quatre premiers livres ne contenaient pas seulement des doublets, mais aussi des triplets convergents pour certains lments, divergents pour dautres, ce qui faisait penser quil y avait une source diffrente. Puis ils ralisrent que le Deutronome tait tout compte fait encore une autre source. Et encore, quil ny avait pas seulement le problme des documents-source originaux mais encore celui du mystrieux correcteur.

Et donc, aprs des annes de souffrances, de bains de sang, et mme de mises mort, lon ralisa que quelquun avait cr la Bible en assemblant quatre documents-source diffrents pour en faire une seule histoire continue.

Aprs de longues analyses, il fut conclu que la plupart des lois et rcits contenus dans le Pentateuque ne dataient mme pas du temps de Mose. Et cela signifiait quil navait pas pu tre crit du tout par Mose. En outre, lcriture des diffrentes sources ne pouvait tre le fait de personnes ayant vcu au temps des rois et prophtes, mais tait le produit dauteurs ayant vcu vers la fin de la priode biblique!

De nombreux exgtes ne purent supporter les rsultats de leurs propres travaux. Un exgte allemand, qui avait identifi la source du Deutronome stait exclam quune telle vue "accrochait les dbuts de lHistoire des Hbreux non pas aux grandes crations de Mose, mais bien du rien venu de nulle part. Dautres exgtes ralisrent que cela signifiait que limage de lIsral biblique en tant que nation rgie par des lois bases sur des alliances abrahamiques et mosaques tait compltement fausse. Je suppose que le fait de raliser cela a d provoquer lun ou lautre suicide; il est certain que cette conclusion a provoqu bien des dsertions individuelles.

Une autre faon de prsenter leurs conclusions est que la Bible se rclamait, pour les 600 premires annes dIsral, dune Histoire qui navait probablement jamais exist. Tout cela ntait que mensonge. [7]

Eh bien, ils nont pas t capables de supporter cela. Aprs avoir t obligs pendant des annes croire en une proche Fin des Temps, avec Jhovah ou le Christ comme sauveur des Justes pendant ces terribles vnements, lhorreur de leur condition, lide quil ny aurait peut-tre pas de sauveur tait trop dure supporter. Cest alors quaccourut la cavalerie la rescousse: Wellhausen (1844-1918).

Wellhausen fit la synthse de toutes les dcouvertes de manire prserver les systmes de croyance des religieux rudits. Il amalgama lide que la religion dIsral stait dveloppe en trois tapes, avec lide que les documents avaient aussi t crits en trois tapes, puis il dfinit ces tapes sur la base du contenu de chacune de ces tapes. Il se mit la recherche des caractristiques de chaque tape, examinant la manire dont les diffrents documents dcrivaient la religion, le clerg, les sacrifices et les lieux de culte, ainsi que les ftes religieuses. Il examina les chapitres relatifs aux lois et les chapitres narratifs, ainsi que les autres livres constituant la Bible. Le rsultat fut quil livra un cadre crdible au dveloppement de lHistoire et de la religion des Juifs. La premire tape concernait la priode "nature/fertilit"; la deuxime tape concernait la priode spirituelle/thique; et la dernire concernait la priode  de la prtrise/des lois .

Comme le note Friedman: A ce jour, si vous ntes pas daccord, cest avec Wellhausen que vous ntes pas daccord. Si vous voulez imposer un nouveau modle, il vous faut comparer ses mrites avec ceux du modle de Wellhausen.

Je dois dire aussi que, mme si Wellhausen a tent de tirer les marrons du feu au bnfice du christianisme, il na pas t apprci de son temps. Un professeur dAncien Testament, William Robertson Smith, qui enseignait au Free Church of Scotland College dAberdeen, lditeur de lEncyclopedia Britannica, dut comparatre devant lEglise sous linculpation dhrsie, pour avoir rpandu les ides de Wellhausen. Il fut innocent, mais ltiquette de mauvais vque lui resta colle jusqu la fin de sa vie.

Nanmoins, lexgse de la Bible sest poursuivie. Le Livre dIsae est traditionnellement attribu au prophte Isae qui a vcu au VIIIe sicle av. J.C. Il se fait que le premire moiti du livre est conforme ce modle. Mais les chapitres 40 66 ont apparemment t crits par quelquun qui a vcu environ deux cents ans plus tard! Cela signifie, prophtiquement parlant, quils ont t crits aprs les faits.

De nouveaux outils et mthodes modernes ont permis de faire un vraiment bon travail dans le domaine de lanalyse linguistique et de la chronologie du matriel disponible. En outre, il sest produit une vritable frnsie archologique depuis Wellhausen! Ce travail archologique a produit une norme quantit dinformations sur lEgypte, la Msopotamie et dautres rgions jouxtant Isral. Ces informations sont venues jusqu nous sous la forme de tablettes dargiles, dinscriptions sur les murs de tombeaux, de temples et dhabitations, et mme sur des papyrus.

Ici, un autre problme se pose: dans toutes les sources rassembles, tant de lEgypte que de lAsie occidentale, il ny a pratiquement AUCUNE rfrence Isral, son peuple fameux, ses fondateurs, ses associs bibliques, etc. avant le douzime sicle av. J.C. Et en fait, pendant 400 ans aprs cette priode, on ne trouve pas plus dune douzaine dallusions. Et leur contexte pose problme. Malgr cela, les juifs orthodoxes fondamentalistes saccrochent ces lambeaux de rfrences comme des noys des ftus de paille. Bizarrement, les chrtiens fondamentalistes se sont tout simplement ferms toute laffaire en recourant au simple expdient de lobissance un onzime commandement: Tu ne poseras pas de questions!.

Le problme de labsence de validation extrieure de lexistence dIsral en tant que nation souveraine dans la rgion de la Palestine trouve une correspondance dans la Bible elle-mme.La Bible ne fait tat dabsolument aucune connaissancede lEgypte ou du Levant pendant le deuxime millnaire av. J.C. La Bible ne dit rien de lempire gyptien qui stend sur tout lest de la Mditerrane, (alors que ctait le cas); elle ne mentionne pas les grandes armes gyptiennes en marche(alors quelles taient bien l); et elle ne dit rien des Hittites marchant la rencontre des Egyptiens (ce quils ont fait); et en particulier, elle ne dit rien des roitelets gyptianiss qui rgnaient sur les cits canaanennes (alors que ctait le cas).

La grande et dsastreuse invasion des Peuples de la Mer au cours du second millnaire av. J.C. nest mme pas mentionne dans la Bible. En fait, la Gense dcrit les Philistins comme dj tablis dans le pays de Canaan au temps dAbraham!

Les noms des grands rois gyptiens sont compltement absents de la Bible. A certains endroits, des figures historiques qui ntaient pas hroques ont t transformes par la Bible en hros, comme cest le cas pour le Hyksos Sheshy (Num. 13:22). Autre part, le sobriquet de Ramss II est donn un gnral cananen par erreur. Le pharaon Shabtaka devient, dans la Table des Nations de la Gense (10:7) une tribu nubienne!

Les erreurs en ce qui concerne lHistoire et larchologie confirmes sempilent vertigineusement mesure que lon sinforme des poques et endroits rels, de sorte que, de plus en plus, il nous vient lesprit que ceux qui ont crit la Bible doivent avoir vcu aux septime et sixime sicles av. J.C., ou plus tard, et en savaient trs peu sur les vnements qui staient produits seulement quelques gnrations avant eux! Donald B. Redford, Professeur dtudes proche-orientales lUniversit de Toronto, a publi de nombreux ouvrages sur larchologie et lgyptologie. En ce qui concerne lutilisation de la Bible en tant que source historique, il crit:

Car lapproche rudite standard de lHistoire dIsral au cours de la Monarchie Unie revient rien moins quune mauvaise crise de vux pieux. Nous avons ces glorieux narratifs dans les livres de Samuel et le Livre 1 des Rois, si bien crits et si ostensiblement factuels. Comme il est dommage que la critique historique rigoureuse nous oblige les rejeter et ne pas les utiliser. Poussons-les donc servir quavons-nous dautre? et que la charge de la preuve retombe sur dautres paules. [8] []
Alors quil serait peu sage dimputer des motifs crypto-fondamentalistes, la mode actuelle qui consiste prendre les sources pour argent comptant, comme des documents crits en grande partie la Cour de Salomon, nat dun dsir peu opportun de rhabiliter la foi et de la renforcer avec nimporte quel argument, aussi fallacieux soit-il.[]
Une telle ignorance est tonnante si lon se laisse impressionner par les prtentions traditionnelles linfaillibilit du christianisme conservateur par rapport la Bible. Et en effet, le Pentateuque et les livres historiques prsentent audacieusement une chronologie prcise qui reporterait les rcits bibliques la priode mme o lignorance et les contradictions se montrent les plus embarrassantes. []
Une telle manipulation de lvidence sent la prestidigitation et la numrologie plein nez; et cependant, elle a fourni les soubassements branlants sur lesquels un dplorable nombre d Histoires dIsral ont t crites. La plupart sont caractrises par une sorte de nave acceptation globale des sources, double dune incapacit valuer lvidence quant son origine et sa fiabilit. Le rsultat en a t une rduction de toutes les donnes un niveau commun, le tout ayant apport de leau grand nombre de moulins.
Les exgtes ont consacr des efforts apprciables tenter de rpondre des questions dont ils nont pas pu prouver quelles taient valables en aucune manire. Sous quelle dynastie Joseph a-t-il accd au pouvoir? Qui tait le Pharaon de lOppression? De lExode? Pouvons-nous identifier la princesse qui a sauv Mose des eaux de la rivire? Par o les Isralites ont-ils opr leur sortie dEgypte: via le Ouadi Tumilat ou en passant par un point plus au nord?
Lon peut apprcier la futilit de ces questions si lon se pose des questions semblables propos des rcits arthuriens sans soumettre le texte une valuation critique pralable. Qui taient les consuls de Rome lorsquArthur parvint retirer lpe de la pierre? O est n Merlin?
Pouvons-nous srieusement envisager un historien classique se demandant si cest Iarbas ou Ene qui a t responsable du suicide de Didon, o exactement Rmus a saut au-dessus du mur, quest-ce qui est rellement arriv Romulus pendant lorage etc.?
Dans tous ces cas imaginaires, rien du matriel qui est lorigine des questions na t soumis lvaluation pralable de sa relle historicit! Et tout exgte qui refuse de soumettre lvaluation critique quoi que ce soit de ses sources, court le risque dinvalider tout ou partie de ses conclusions.[]
Trop souvent, le terme "Biblique" dans ce contexte a eu un effet rducteur sur lrudition en impliquant la validit de ltude de la culture hbraque et de ltude de lHistoire effectues sparment. Ce qui est ncessaire, cest une vue de lancien Isral dans son rel contexte Proche-Oriental, une vue qui nexagre ni ne diminue la vraie place dIsral dans cet environnement. [9]

Notez bien le commentaire de Redford: Et tout exgte qui ne soumet pas lvaluation critiquequoi que ce soit de ses sources court le risque dinvalider tout ou partie de ses conclusions.[].

Le srieux de ce commentaire ne peut tre ignor. Voyez-vous, des millions de gens sont morts cause de ce livre et cause des croyances de ceux qui ltudient. Et des millions meurent encore de nos jours pour les mmes raisons!

En fin de compte, si ceux qui lisent et/ou analysent ce livre et en tirent certaines conclusions se trompent, et quils imposent ensuite cette croyance des millions de gens, qui sont eux-mmes pousss crer une culture et une ralit bases sur ces fausses croyances, et quen fin de compte ils ont tort, quest-ce qui se passe, au Nom de Dieu?

Le problme de lutilisation de la Bible comme un manuel dHistoire, est labsence de sources secondaires. Il y a une quantit considrable de documents dans des bibliothques, avant le dixime sicle av. J.C. de leau apporte au moulin des historiens- mais ces sources sont presque compltement silencieuses vers la fin de la 20e dynastie en Egypte. Ds lors, la Bible, peu prs la seule source prtendre couvrir cette priode particulire, devient trs attrayante. Peu importe si les pices archologiques ne sadaptent pas tout fait au puzzle ou ne peuvent sadapter quen faisant un grand nombre dhypothses ou en se fermant lesprit dautres possibilits.

Mais, se pourrait-il quil y ait une RAISON ce silence dautres sources? Voil une bonne question propos de "ce qui est."

La personne qui utilise la Bible comme un manuel dHistoire est force dadmettre, quand toute motion est retire de limage, quelle ne dispose daucun moyen de vrifier la vracit historique des textes bibliques. Comme le dit Donald Redford ci-dessus, les exgtes qui admettent, quand on les presse un peu, que la critique historique rigoureuse nous force rejeter les narrations bibliques les utilisent tout de mme en disant: quavons-nous dautre?

Et moi aussi je demande:  pourquoi?

Nous savons que, par le pass, de nombreux ouvrages crits sur la Bible considre comme historique ont t pousss par une motivation fondamentaliste confirmer la justesse religieuse de la civilisation occidentale.

De nos jours, ce facteur influence moins les tudes de la Bible Historique. Nanmoins, il existe toujours une tendance traiter ces sources comme entirement vridiques, par des gens qui devraient tre mieux au fait de la question!

Je pourrais encore approfondir ici, mais je pense que tous ceux qui liront ceci seront daccord avec moi ou auront une ide de ce que je veux dire, mme sils ne sont pas daccord. Mais la question se pose nouveau: Qui a crit la Bible et POURQUOI?

Revenons cette curieuse affirmation de Rashi: que le rcit de la Gense a t crit pour justifier un gnocide. Si nous rapprochons cela avec ce qu crit Umberto Eco dans son livre La recherche de la langue parfaite dans la culture europenne ( Paris: Seuil, 1994), cest--dire que la validation de la Bible hbraque a t soutenue par les premiers exgtes chrtiens pour valider le judasme, qui lui tait ncessaire pour valider le christianisme en tant que seule vraie religion, nous commenons avoir le sentiment trange que nous avons t eus. Parce que cela revient dire que nous sommes tous des chrtiens afin que les droits des Juifs, les dcrets sans appel de Jehovah/Yahv, puissent tre hrits par lEglise chrtienne telle quelle a t institue pour des raisons politiques par Constantin! Mais, par le simple acte de validation du judasme et de cration de la chrtient sous la forme dune religion gyptienne, le monde occidental, dans sa soif de pouvoir, a semble-t-il attrap un tigre par la queue.

Au cours de cette mme priode qui a vu natre le Nouveau Testament (ici aussi par lincorporation de textes anciens fonds sur des vidences internes mais modifis et copis/colls sans vergogne), nous voyons le monde occidental disparatre dans lge sombre propos duquel, ici encore, trs peu de sources secondaires sont encore disponibles.

H, mais! Nest-ce point trange? ! LAncien Testament dcrit un Age Sombre, bien quil ait t crit plusieurs centaines annes aprs cette priode; et le Nouveau Testament dcrit un Age Sombre, et il a galement t crit plusieurs centaines dannes aprs cette priode. Et tous deux contiennent probablement certains rcits vridiques, et mme peut-tre certains documents authentiques. Mais en grande partie ils ont subi des modifications, corrections, coupages/collages, embellissements et interpolations, pour les faire entrer dans la perspective dune certaine politique.

Voyons-nous le plan ici? Quelle pourrait en tre la raison?

En fin de course, ce que nous observons, cest la mise en place dun systme draconien, monothiste, et ce sur tout le globe. Cest de ce puits qua t tire notre socit dans pratiquement tous ses aspects. Ce systme sest arrog le droit dorganiser les plus nombreux bains de sang de lHistoire. Quelle pourrait-en tre la raison?

Savoir qui a crit la Bible, et quand, est crucial pour tous ceux qui souhaitent tre bien arms afin de prendre les bonnes dcisions en matire de foi et de croyances, dcisions dont peuvent dpendre tous les aspects de leur vie.

Ainsi que nous lavons dcouvert, ce qui a commenc comme une recherche de rponses aux passages trangement contradictoires du Pentateuque a dbouch sur lhypothse que ce nest pas Mose qui les a crits. Nous avons ensuite dcouvert que plusieurs sources largement divergentes avaient t combines en une seule, et que cela stait produit diverses poques et de manires diverses. Chacune des sources est clairement identifiable par les caractristiques du langage adopt et du contenu. De nouvelles dcouvertes dans le domaine de larchologie, et une meilleure vue du monde social et politique de lpoque nous ont normment aids comprendre lenvironnement dans lequel ce document a t crit. Parce quen fin de compte, lhistoire de la Bible est en fait celle des Juifs.

Nous avons donc dj not que nous avons ici un livre qui est une combinaison de plusieurs sources: J (Yahv), E(lohim), D(eutronome), P(rtrise) et le rdacteur final, qui a combin le tout et ajout sa touche personnelle.

Il est suppos, sur base de signes probants, que la version E a t crite par un prtre Lvite, partisan de la ligne mosaque Shiloh, et que la version J a t crite par un dfenseur de la ligne aaronique et de la Maison royale de David, Jrusalem. La conclusion est que ces versions sont issues de sources orales de mythes et lgendes, parsemes et l de faits historiques, aprs la sparation suppose des deux royaumes, et recombines aprs la conqute syrienne, sous le rgne du roi Ezchias. Cependant, il est trs probable quil ny a jamais eu de royaume uni dIsral en Palestine, mais que ces histoires propos dun grand royaume sont en fait des souvenirs tribaux de quelque chose de tout fait diffrent. De quoi sest-il agi? Nous esprons pouvoir llucider. Lauteur de la version J est suppos avoir vcu entre 848 et 722 av. J.C., et lauteur de la version E entre 922 et 722 av. J.C. Il se fait donc que la version E est probablement le document le plus ancien et J doit reprsenter soit une autre perspective, soit tre le rsultat de modifications.

Dans la Bible, lhistoire de lunification des tribus dIsral sous le rgne de David, suivie du grand rgne de Salomon, suivi dun schisme au cours du rgne du fils de Salomon: Rhoboam, est le thme central. Lespoir d Isral" est bas sur lide de la runification du royaume de Juda et Isral sous lautorit dun roi davidique. Et bien sr, tout ceci est bas sur le don du pays aux Enfants dIsral, promis quand ils ont t mens hors dEgypte par la main de Dieu, pendant lExode pour commencer.

Mose reprsente le chef inspir par Dieu, qui rvle la nation le Dieu des patriarches en tant que Divinit Universelle. Est-ce que le tmoignage par les fouilles soutient lExode de part et dautre de lhistoire?

Le rcit de lExode explique comment une nation en esclavage devient grande dans l exil et, avec laide du Dieu Universel, rclame sa libert ce qui tait alors la plus grande nation de la Terre.

Images puissantes, nest-ce pas? Oui, en vrit; et cette histoire de libration est tellement importante que quatre cinquimes des Ecritures principales dIsral y sont consacrs.

Mais le fait est que deux cents ans dexcavations intensives et dtude assidue des vestiges de lEgypte ancienne et de la Palestine nont rien rvl qui puisse venir lappui du rcit de lExode dans le contexte o il est prsent. [10]

Pt. II: La Maison de David

[1] Voir:: St. Petersburg Times Magazine, section 13 fvrier 2000: article de 20 pages sur mon travail en tant quhypnothrapeute et exorciste, par Thomas French (Prix Pulitzer) en anglais,.

[2] Friedman, Richard Elliot, Who Wrote the Bible, 1987; Harper & Row, New York.

[3] Cit par Friedman.

[4] Ibid.

[5] Ashe, Geoffrey, The Book of Prophecy, 1999, Blandford, London; p. 27

[6] Schwartz, Regina M., The Curse of Cain, 1997, The University of Chicago Press, Chicago.

[7] Bien sr, maintenant le lecteur a ralis que ce nest pas un mensonge proprement parler. Cest seulement un compte rendu hautement mythifi des actions de certains dans un certain contexte historique. Mais aprs cette mythisation et limposition dune foi en un mythe qualifi de ralit, ainsi quaprs le passage de deux mille annes, il est pour le moins problmatique de dire avec certitude qui tait qui et qui a fait quoi.

[8] Ibid. p. 301.

[9] Redford, Donald B., Egypt, Canaan, and Israel in Ancient Times, 1992, Princeton University Press, Princeton.

[10] Ibid.


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .