Un article par
Laura Knight-Jadczyk


Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



Chapitre 10:
Qui a crit la Bible et pourquoi?

VII. Sothis aux Dents Acres

Traduction franaise: Micheline Deschreider.


Il se fait que toutes les datations archologiques de la rgion mditerranenne sont axes sur la chronologie gyptienne, du fait de gens qui tenaient pour authentique la chronologie biblique. Qui plus est, toutes leurs dates reposent sur deux hypothses principales: le Cycle Sothique et lidentification du roi gyptien Chchonq Ier avec le roi biblique Shishak, le chef gyptien qui a affront Rhoboam et sest empar de tous les trsors du Temple de Salomon et du palais de Salomon.

Il est entendu que Manthon na mentionn que trente dynasties, la trente-et unime ayant t ajoute par aprs. Mais il se fait quil nexiste aucun original de "LHistoire dEgypte" de Manthon.  Tout ce qui nous reste de son oeuvre, ce sont des extraits cits par Flavius Josphe, lhistorien juif du premier sicle de lre chrtienne, et par deux important historiens chrtiens, Sextus Julius Africanus (IIIe sicle), et Eusbe (IVe sicle).  Georges le moine: Syncellus, sest bas largement sur Africanus et sur Eusbe pour crire son Histoire du monde en lan 800 de lre chrtienne.

Il est relativement ais de voir que tous ces hommes avaient des intentions particulires. Notons une fois de plus lpoque laquelle ils crivent, et nous voyons que le but de leurs efforts est limposition du christianisme, fond sur le judasme, arbitre ultime en matire de vue linaire du temps.

Il est rgulirement affirm que la chronologie gyptienne est base sur la datation astronomique. Quest-ce que cela signifie? Cela signifie en fait que la datation gyptienne est base sur une thorie selon laquelle les Egyptiens avaient recours la datation astronomique. Mais nombreux sont ceux qui nont pas ralis que ce nest quune thorie et qui sont convaincus que la chronologie gyptienne est vraiment fonde sur lastronomie. Le fait est quil y a des dates fixes astronomiquement au Proche-Orient, mais ce ne sont pas des dates gyptiennes.   Deux tablettes cuniformes babyloniennes ont t retrouves, concernant le Soleil, les plantes et les clipses. Ces dates fixent deux annes: une partie de 568/567 av. J.-C. et une partie de 523/522 av. J.-C.  Ce sont l nos dates astronomiquement fixes les plus anciennes. Il existe une autre clipse plus ancienne qui a t note au Proche-Orient par des Assyriens, texte qui contient assez de donnes partielles pour pouvoir fixer la date une ou deux annes prs: Elle a eu lieu soit en 763 av. J.-C. soit en 791 av. J.-C.  Les experts ne sont pas daccord sur la date.

Lorsque nous creusons plus profondment encore dans ces suppositions de dates, nous remarquons que le crochet auquel sont suspendues ces hypothses sappelle cycle sothique. Quest-ce donc que le cycle sothique?

Les experts nous disent que lanne civile gyptienne tait de 365 jours - 3 saisons (Akhet, Peret, Chemou), de 4 mois chacune, avec 30 jours par mois. A cela ils ajoutaient cinq jours pagomnes. Puisque la Terre parcourt son orbite autour du Soleil en 365 jours et environ un quart de journe, ce calendrier retarde dun jour tous les quatre ans.  De nos jours, cela est corrig en ajoutant un jour tous les quatre ans, lors dune anne bissextile.

Mais si aucune correction calendaire ntait faite, une telle anne crerait bientt dimportants problmes (du moins cest lavis des experts).   Comment les Egyptiens parvenaient le faire, cela est matire conjecture, et il a finalement t dcid quils corrigeaient leur calendrier tous les 1460 ans, lpoque du lever hliaque de Sirius.  Do est venue cette ide? Nos informations sur le suppos cycle sothique reposent en grande partie sur les travaux des auteurs classiques Censorinus (plus ou moins  238 de lre chrtienne) et Thon (379-395).  Sir William Flinders Petrie crit, se rfrant un tableau de prtendues observations de Sirius:

A prsent, en allant reculons, la premire donne importante que nous trouvons est celle qui a t inscrite au dos du papyrus mdical Ebers, o il est dit que Sirius sest lev le 9e jour dEpiphi dans la 9e anne dAmenhotep Ier.  Comme le 9 dEpiphi tombe 56 jours avant le 1er de Thoth, Sirius sest lev ce jour-l 4 X 56 ans (224) avant les dates qui se trouvent en tte de la premire colonne.  Comme lpoque ne peut tre que 1322 av. J.-C., cela donne 1322 + 224 = 1546 av. J.-.C. pour la 9e anne dAmenhotep I, ou 1554 av. J.-.C. pour son accession au trne.  Et puisque Ahms Ier a rgn pendant 25 ans, nous arrivons 1579 av. J.-C. pour laccession au trne dAhms et le dbut de la dix-huitime dynastie. Ceci nest pas dfini quelques annes prs, tant donn que 4 annes quivalent seulement un jour de glissement; ceci d au fait que ce lever a peut-tre t observ dans une partie diffrente de lEgypte des moments diffrents, comme le suggrent plusieurs dtails astronomiques mineurs. Mais ceci nous donne 1580 av. J.-C. comme date approximative de la grande poque de la monte de la dix-huitime dynastie. [75]

Nous dcouvrirons bientt quil y a une trs bonne raison pour rejeter ces dates, mais pour le moment, contentons-nous de remarquer que Petrie avec son beau systme, rencontre tout de mme (tout comme Gardiner) quelques problmes.  

Avant cela, nous trouvons un autre lever de Sirius et deux dates saisonnires dans la XIIe dynastie et lindication dune saison dans la VIe dynastie.  La plus exacte de ces dates antrieures est un lever de Sirius le 17 de Pharmuthi pendant la septime anne du rgne de Senusert III, sur un papyrus de Kahoun.  Celui-ci se trouve prsent Berlin, et a t publi par BORCHARDT dans Zeits. Aeg. Spr., xxxvii, 99-101.  Cela montre que le 17e jour de Pharmuthi tombait le 21 juillet, ce qui fait remonter la 7e anne du rgne de Senusert III 1874 ou 3334 av. J.-C.  Comme il a rgn probablement jusqu sa 38e anne, il doit tre mort en 1843 ou 3303 av. J.-C. Amenemhat III a rgn 44 annes selon ses monuments, Amenemhat IV: 9 ans, et Sbeknefrou: 4 annes daprs le papyrus de Turin. Ces rgnes font se terminer la XIIIe dynastie vers 1786 ou 3246 av. J.-C. Il nous faut donc dcider par les preuves internes des monuments des rois, laquelle de ces dates est la plus probable, en voyant si lintervalle entre la XIIIe et la XVIIe dynastie a t de 1.786 1.580 = 206 ans, ou bien de 1.666 ans.  Cette question a t purement et simplement ignore jusquici, et toute lcole de Berlin a pris la date la plus tardive comme la seule possible, et lintervalle naurait t que de 206 ans. [76]

Notez sil vous plat, que cet autre lever de Sirius se serait produit soit en 1.874 soit en 3.334 av. J.-C.  Cest un grand saut! On pourrait penser quau cours de tous ces millnaires, si des observations taient faites chaque anne ce sujet, elles auraient t le plus souvent mises par crit. Mais Petrie sobstine essayer de faire entrer cette cheville carre dans un trou rond:

Mettant de ct pour le moment les dtails de la liste de Manthon, contentons-nous de jeter un coup dil aux monuments, et au papyrus de Turin sur les rois, qui a t crit avec de nombreux dtails concernant cette poque, avec une longue liste de rois, et seulement deux ou trois sicles aprs la priode en question. Sur les monuments, nous avons les noms de 17 rois de la XIIIe dynastie.  Dans le papyrus de Turin il y a les dtails des rgnes de 9 rois, couvrant 67 annes, cest--dire une moyenne de 7 annes par rgne.
Si nous appliquons cette dure moyenne seulement aux rgnes des 17 rois dont le rgne est attest par des monuments, nous devons leur accorder 120 ans, et ne pas tenir compte des 40 rois mentionns sur le papyrus de Turin car nous ne les connaissons pas encore par des monuments.  Des rois hyksos, nous en connaissons trois avec certitude par des monuments ; et sans adopter ici les longs rgnes dont fait tat Manthon, nous devons pourtant allouer au moins 30 annes ces rois.  Et au cours de la XVIIe dynastie, au moins les rgnes de Kams et de Sekhent.neb.ra, qui couvrent probablement 10 ans. []Cela ne nous laisse que 46 des 206 ans, pour contenir les 120 rois nomms dans le papyrus de Turin, et toute la conqute et domination hyksos, lexception des 30 annes indiques plus haut.
Ceci est manifestement une situation impossible; et ceux qui penchent pour lintervalle court doivent bien tenir compte du papyrus de Turin, et admettre que, au cours d une priode de deux ou trois sicles aprs ces vnements, un dcompte entirement faux a t donn pour Histoire officielle des Egyptiens.
Cette difficult sest rvle si grande que de nombreux spcialistes, en Allemagne et dans le reste de lEurope, ont refus dadopter cette faon de voir. Cependant, si llment Sirius doit tre respect, alors nous sommes obligs dadmettre quil y a, soit 206 ans, soit 1.666 ans dcart entre la XIIe et la XVIIIe dynastie. Comme aucune de ces dates ne parat probable, il se pourrait que la donne Sirius elle-mme soit errone, et ce sujet attend de nouveaux tmoignages. [77]

Ici, Petrie a presque trbuch sur lindice mme qui aurait pu le sortir du dilemme. Lire une dclaration aussi claire et constater ensuite quil trbuche dans le noir fait presque mal!

Que voulons-nous dire? Nous voulons dire que Sothis nest peut-tre pas Sirius.  Et que le cycle sothique tait peut-tre quelque chose de tout fait diffrent. Pour rester clairs, voyons ces suppositions. Tout dabord, il est suppos quun calendrier sothique tait en usage en Egypte. Nous ne savons pas si ctait bien le cas. Nous le savons seulement parce que Censorinus la dit.  Censorinus a mis cette ide par crit un peu tard pour tre considr comme une grande autorit en la matire. De plus, Censorinus a t hautement lou par Cassiodore, un chrtien converti ayant vcu environ deux sicles plus tard. Et nous dcouvrons ici que les travaux de Censorinus ont t prservs parce quils ont t approuvs, tandis que dautres travaux contredisant ces ides ont peut-tre t perdus.

Le gros problme suivant est la supposition que le cycle sothique est de 1.460 annes.  Ici encore, linterprtation de Censorinus la emport, malgr les problmes sans fin suscits par cette ide. Il se fait que, quand on examine la question de plus prs, on constate que les dates bases sur ce thorique calendrier sothique ne se correspondent pas. [78]

Enfin, le problme le plus fondamental est que ce sont les gyptologues modernes qui supposent que le mot spd.t dans les observations ci-dessus- se traduit par Sirius!  Un tas de gens affirment que cest bien l ce quont voulu dire les Egyptiens, mais personne nen est certain! Le mot que lon traduit par Sothis aurait pu tre autre chose!  Et en fait, dans le contexte qui prcde, nous ne pouvons mme pas tre srs de ce qui est entendu par lever. Cela pourrait concerner un astre, ou cela pourrait concerner la crue dun cours deau.  Ou cela pourrait concerner une crmonie appele Lever de Sothis.

Ainsi que nous lavons dj dit propos de lastronomie dobservation, Sirius se lve dans les cieux toutes les 24 heures, pour nimporte quel poste dobservation. Mais il nest pas visible pendant que le Soleil est dans le ciel.  Le prtendu lever hliaque de Sirius devrait se produire au moins 36 minutes avant le lever du Soleil pour pouvoir tre observ, ce qui prsuppose une mthode trs prcise de calcul du temps, ce qui contredit donc tout largument propos du cycle sothique, pour commencer.

Bien quelle ait t considre comme la cl de vote absolue de toute la datation de lHistoire ancienne, la chronologie de lEgypte ancienne repose sur un monceau dhypothses non prouves.  La structure tout , entire est rendue plus branlante encore par la nature tardive et fragmentaire de la plupart des sources littraires qui fournissent un squelette la chronologie gyptienne.

Ainsi que nous lavons not, larticulation de lHistoire dEgypte autour de 31 dynasties commence avec luvre de Manthon, compile au troisime sicle av. J.-C.  Les rapports de Manthon sont complts par des lments trouvs sur danciens monuments et grce aux fouilles archologiques entreprises en Egypte.  Luvre de Manthon ne survit que sous forme de citations. John Brug crit dans The Astronomical Dating of Ancient History before 700 AD:

Le recours des calculs astronomiques pour dchiffrer les rfrences ce cycle sothique dans des crits datant de lEgypte ancienne est le fondement de toute la chronologie ancienne. Censorinus dit:
"La lune nest pas implique dans la grande anne des Egyptiens, que nous appelons anne du Chien en grec et anne du Petit Chien en latin parce quelle commence lorsque la constellation ou ltoile du Petit Chien (probablement la moderne Canis Major ou Sirius] se lve le premier jour du mois que les Egyptiens nomment "Thoth".  Car leur anne civile na que 365 jours, sans aucun jour intercalaire. Donc, une priode de quatre annes pour eux est environ dun jour plus courte que la priode naturelle de quatre annes, et donc il scoule 1.461 annes avant que cette anne revienne son point de dpart. Cette anne est nomme hliaque par certains, et anne divine par dautres.   (Censorinus,  De Die Natali,  ch. 18).

La dclaration de Censorinus nest certainement pas exhaustive. Elle nous donne trs peu de renseignements sur la manire dont cette grande anne tait utilise ou du dbut de son utilisation.  Il y a certainement matire dbat dans lapplication de cette description au calendrier et lastronomie gyptiens des deuxime et troisime millnaires av. J.-C.  Cette description ne parle pas des changements qui se sont produits dans le calendrier gyptien au cours des millnaires. Nus ne disposons daucune preuve que les Egyptiens taient conscients quils dataient de longues res en se basant sur le cycle sothique au deuxime millnaire av. J.-C.  Et mme si nous pensons quils en taient conscients, nous ne savons pas avec certitude quand un cycle sothique a dbut.

La plupart des historiens contemporains sont daccord avec Censorinus pour placer le commencement dun cycle sothique vers 140 de lre chrtienne, et par extension vers 1.320 av. J.-C., 2.780 av. J.-C. et sans doute 4.240 av. J.-C. Censorinus crit:

"Tout comme nous le faisons, les Egyptiens font allusion un certain nombre d res dans leurs crits, par exemple celle de " Nabonnasar" qui a dbut avec la premire anne de son rgne, cest--dire il y a 986 ans.  Une autre re est celle de " Philippe" qui est compte partir de la mort dAlexandre le Grand il y a 562 ans.  Mais le dbut de ces res se compte toujours partir du premier jour du mois que les Egyptiens nomment Thoth et qui, cette anne, est tomb le 7e jour avant les Calendes de juillet [25 juin]. Il y a 100 ans, alors que lEmpereur Antonin le Pieux tait consul pour la deuxime fois et que Bruttius Praesens tait lautre consul, le mme jour est tomb le 12e  [corrig en 13e ] jour avant les Calendes daot [21 juillet, corrig en 20 juillet) date laquelle le Petit Chien se lve gnralement en Egypte.   Cest pourquoi, il est possible de connatre celle de la grande anne qui, ainsi que je lai crit est appele solaire ou du Petit Chien, ou anne divine maintenant que la centime anne est passe. Jai not les commencements de ces annes de peur que lon pense quelles commencent au 1er janvier ou une autre date, parce que les points de dpart choisis par ceux qui sont lorigine de ces annes ne sont pas moins varis que les opinions des philosophes. Pour cette raison, certains disent que lanne naturelle commence au nouveau Soleil, cest--dire au solstice dhiver, dautres disent que cest au solstice dt, dautres encore lquinoxe de printemps, dautres lquinoxe dautomne, dautres au lever des Pliades, dautres leur coucher, et nombreux sont ceux qui en placent le dbut au lever du Chien (Censorinus, Ch.  21)."
Remarquons que Censorinus en dit trs peu et en conclut beaucoup. Censorinus crit, non pas dans le but dtablir un systme chronologique, mais pour discuter des diverses dates de Nouvel An dans diffrentes cultures.  Il ne donne pas de date spcifique pour le dbut dun cycle sothique comme il le fait pour les autres res quil mentionne.  Tout ce quil fait, cest donner la date du calendrier julien laquelle tombe le premier jour de Thoth lanne o il crit, cest--dire trs certainement en 238 ou 239 de lre chrtienne, et cent ans auparavant, cest--dire en lan 139.  En lan 238, le premier jour de Thoth est tomb vers le 25 juin du calendrier julien. Cent ans plus tt, ce jour tombait vers le 20 juillet, cest--dire la date laquelle le Petit Chien (peut-tre Sothis) se levait en gnral en Egypte. Il semble se rfrer une mthode de datation conventionnelle plutt qu une relle observation du lever de Sothis cette date. []
En dehors de labsence daccord sur lpoque laquelle dbute un cycle sothique, cette thorie prsente dautres incertitudes. On ne sait pas exactement quelle est la dure dun cycle sothique, car il faut tenir compte encore dautres variables astronomiques que la longueur prcise de lanne solaire.  Les calculs du cycle sothique donnent de 1.423 1.506 annes.
Nous ne savons pas avec certitude quelle toile ou constellation Sothis doit tre identifi pour toutes les priodes de lHistoire dEgypte. Il est gnralement admis que Sothis est ltoile que nous appelons Sirius, mais aucune source ne donne la preuve de cela avant la priode classique. Porphyre, dans son ouvrage De Antro Nympharum crit: "Prs du Cancer est Sothis que les Grecs nomment le Chien." Caus Julius Solin crit dans son Polyhistor que cette toile se lve entre le 19 et le 21 juillet.
Au chapitre 21 de son ouvrage sur Isis et Osiris, Plutarque dit: "Lme dIsis est nomme `le Chien par les Grecs, et lme dHorus est nomme Orion."  Puisque Sothis est identifi Isis dans dautres textes gyptiens et que Sirius est appel le Chien par les Grecs, nous concluons que Sothis est ltoile que nous nommons Sirius.  Mais ce nest pas vident.  Au moins la seconde moiti du texte de Plutarque parat tre errone, car Orion est habituellement associ Osiris et non Horus.  Daprs certains gyptologues, les noms astronomiques gyptiens ne sont pas toujours rests attachs aux mmes objets clestes. Osiris a dabord t associ Vnus; Par la suite, Osiris a t associ Jupiter.  La plante Vnus, dabord identifie Osiris, a ensuite t identifie Isis.  Parfois "oeil droit " est un titre dIsis-Hathor, parfois ce titre est accord au Soleil.
Plutarque identifie aussi Osiris la constellation que les Grecs nomment Argo.  Le triangle hiroglyphique qui reprsente Sothis parat aussi reprsenter la lumire zodiacale, et les Egyptiens connaissaient apparemment une Isis-Sothis et un Horus-Sothis.   Le terme  wp rnpt qui se rfre au lever de Sothis, se rfre galement au dbut de lanne civile et lanniversaire du roi.   Mme le mot grec pour "Sirius" nest pas toujours attach au mme objet cleste.   Des glissements et incertitudes semblables sappliquent lidentification danciens noms astronomiques en gnral, par exemple les constellations dans Job.
Selon lastronome anglais Poole, Sirius ne se trouvait pas lhorizon concidant avec le lever du Soleil le jour du Nouvel An gyptien en 140 av. J.-C., date spcifie par Censorinus et ses successeurs. Macnaughton a tabli une chronologie base sur la supposition que Sothis tait Spica, et non Sirius, pour tourner cette difficult. Canope et Vnus sont dautres candidats qui ont t suggrs, sans doute moins plausibles.  Kenneth Brecher a raviv les doutes en identifiant ltoile brillante dsigne dans les crits sous les noms de Sothis/le Chien/ Sirius, ltoile que nous appelons Sirius aujourdhui.  Des sources babyloniennes et romaines aussi tardives que Ptolme voient toutes Sirius comme une toile rouge.  Snque dit quelle est plus rouge que Mars.  Dans son catalogue des toiles, Ptolme fait allusion la brillante toile rouge dans la face du Chien. Il fait le lien entre Sirius et des toiles rouges comme Aldebaran et Arcturus.
Ltoile que nous nommons actuellement Sirius nest pas une toile rouge. Aucune thorie dvolution stellaire nexplique comment une toile rouge peut devenir blanche en 2.000 ans, bien que de nombreuses spculations aient fait tat de possibles changements survenus dans ltoile qui accompagne Sirius et fait partie de celui-ci. Il y a un hic soit dans notre identification de Sothis Sirius, soit dans les observations des anciens, soit dans notre traduction de leurs textes, soit dans les prsentes thories dvolution stellaire qui sont davantage bases sur lanalyse par ordinateur que sur lobservation.
Une des explications proposes est que la couleur rouge ne se rapporte cette toile quau moment de lobservation de son lever hliaque prs de lhorizon.   Il se peut que rouge signifie simplement brillant ou beau, comme cest le cas en akkadien ou en russe.  De toute manire, nous pouvons dire quil y a au moins une question au sujet de lidentification de Sothis notre toile Sirius, et une nouvelle tude approfondie des termes astronomiques gyptiens et grecs pertinents pourrait tre utile. [79]

Quoi quil en soit, toute la chronologie gyptienne est base sur ce cycle sothique propos par Censorinus, mme sil y a eu beaucoup de discussions propos du dbut suppos de ce cycle.  En labsence de relle vidence, les experts ont dcid dun ensemble de dates (1.320 av. J.-C. 141 de lre chrtienne) pour ce cycle, et ont dcid quil fallait se baser sur cette norme pour tablir les dates anciennes. En fait, de nombreux gyptologues ont rejet cette thorie en bloc.  En outre, ce cycle sothique thorique ne correspond pas la datation au carbone 14, mme si nous avons dj quelques doutes sur la fiabilit des mthodes de datation radiomtriques.  Pour des dates couvrant certaines priodes, ces problmes ont t rsolus par le comptage des anneaux de croissance des arbres.

Un autre point controvers de la datation sothique est l re de Mnophrs. Le dbat a t suscit par une dclaration dun auteur classique tardif, Thon qui dit:  A la centime anne de lre de Diocltien, en ce qui concerne le lever du Chien, sur base du modle qui nous vient de lre de Menophrs jusqu la fin de lge dAuguste, le total des annes coules a t de 1.605.  De nombreux efforts ont t faits pour identifier le Mnophrs de Thon.   Mnophrs a t identifi la cit de Memphis ou lun des pharaons.   Merneptah, Sti Ier, Harmhab, et Ramss Ier sont parmi les candidats suggrs.

Mais il ny a tout simplement pas assez de preuves pour tirer des conclusions dfinitives propos de la signification de ce texte.

Otto Neugebauer commence les dix pages de son chapitre consacr lEgypte dans son ouvrage History of Ancient Mathematical Astronomy par une phrase provocatrice: lEgypte na pas sa place dans un ouvrage sur lHistoire de lastronomie mathmatique." [80]

Vous saisissez bien?  Ce que Neugebauer nous dit cest que les Egyptiens taient nuls en sciences.  Il a tout lu et tout examin. Des tas dgyptologues convaincus de la supriorit des sciences gyptiennes lui ont envoy papyri et inscriptions provenant de tombes et de monuments.  Tout ce qui est si difficile trouver de nos jours a t envoy Neugebauer.  Et quest-ce quil en pense Neugebauer?

Les mathmatiques et lastronomie ont uniformment eu un rle insignifiant dans toutes les priodes de lHistoire de lEgypte. [] Le fait que les mathmatiques gyptiennes soient restes un niveau relativement primitif rend possible linvestigation dun stade de dveloppement qui nexiste plus, dans une forme aussi simple, que dans les documents gyptiens.
Dans une certaine mesure, les mathmatiques gyptiennes ont eu de linfluence, encore que ngative, sur des priodes ultrieures.  Larithmtique tait largement base sur lutilisation de fractions dunits, pratique qui a probablement influenc les administrations hellniques et romaines, et qui sest aussi tendue dans dautres rgions de lempire romain.  []Linfluence de cette pratique est visible, mme dans des ouvrages de la stature de lAlmageste, o les rsultats finaux sont souvent exprims en fractions dunits en dpit du fait que les calculs eux-mmes ont t excuts sur base de fractions sexagsimales.   [] Et cette vieille tradition a sans nul doute beaucoup contribu la restriction de la notation de la valeur de la sexagsimale un usage purement scientifique.
Il serait tout fait hors de propos de donner ici une longue description de la gomtrie gyptienne.  Quil me suffise de dire que nous trouvons en Egypte peu prs le mme stade lmentaire que celui observ dans la Msopotamie contemporaine.
La meilleure faon de dcrire le rle des mathmatiques gyptiennes est probablement que ce sont des forces qui ont ralenti les procdures numriques.  Lastronomie gyptienne a eu trs peu dinfluence sur le monde extrieur pour la simple raison que tout au long de son histoire, elle est reste un niveau trs lmentaire sans commune mesure avec lastronomie mathmatique qui sest dveloppe avec rapidit au cours de la priode hellnistique. La tradition gyptienne na exerc une influence trs positive qu un seul gard: lusage du calendrier gyptien par les astronomes de la priode hellnistique.  Ce calendrier est en fait le seul calendrier intelligent qui ait jamais exist dans lHistoire de lhumanit. Une anne consiste en 12 mois de 30 jours, et il y a cinq jours supplmentaires la fin de chaque anne.
Une deuxime contribution gyptienne lastronomie est la division de la journe en 24 heures, bien qu lorigine ces heures naient pas t dgale longueur mais dpendaient des saisons. []
Les calendriers lunaires ont eu un rle jouer depuis les premiers temps, aux cts du calendrier schmatique civil de lanne de 365 jours. Une inscription du Moyen Empire mentionne des "grandes" et des "petites" annes, et nous savons prsent que les grandes annes taient les annes civiles comportant 13 ftes de la Nouvelle Lune, par opposition aux petites annes ordinaires de 12 nouvelles Lunes seulement.  La manire dont ces jours intercalaires taient grs est dcrite dans le texte dmotique.
Ce texte dmotique contient un simple modle priodique fond sur le fait que 25 annes civiles gyptiennes (qui contiennent 9.125 jours) sont pratiquement quivalentes une moyenne de 309 mois lunaires.  Dans le texte qui nous occupe, ces 309 mois sont groups en 16 annes ordinaires de 12 mois lunaires, et 9 "grandes" annes de 13 mois.  Ordinairement, deux mois lunaires conscutifs comptent 59 jours selon notre modle, manifestement parce quun mois lunaire quivaut approximativement 29 1/2 jours.  Mais tous les 5 ans, les deux derniers mois quivalent 60 jours.  Cela donne, pour le cycle complet de 25 annes, le total correct de 9.125 jours. 
Puisqu cette priode, tous les calculs astronomiques taient faits selon le systme sexagsimal, du moins en ce qui concerne les fractions, les heures quinoxiales taient divises en sexagsimales. Il se fait donc que notre division actuelle de la journe en 24 heures de 60 minutes est le rsultat dune modification hellnistique dune pratique gyptienne, combine des procds numriques babyloniens.
Enfin, il nous faut mentionner les dcans. [] Les dcans sont la vraie raison de la division par 12 de la nuit, et ds lors, en dernire analyse, du systme de 24 heures. A nouveau, pendant la priode hellnistique les dcans gyptiens ont t fixs par rapport au zodiaque babylonien, ce qui est attest en Egypte seulement partir du rgne des successeurs dAlexandre.  Dans cette version finale, les 36 dcans sont simplement des tiers des signes du Zodiaque, chaque dcan reprsentant 10 degrs dcliptique. Puisque cette mme priode assiste au rapide dveloppement de lastrologie, les dcans prennent une place de plus en plus grande dans la tradition astrologique ainsi que dans des domaines apparents comme lalchimie, la magie des pierres et des plantes, et leur utilisation en mdecine.  Sous cet aspect, les dcans ont atteint lInde, pour repartir dans une forme encore plus fantastique vers les pays musulmans et lOccident. []
[Dans les dcans] nous navons pas un calendrier, mais une horloge des astres.  Lutilisateur de cette liste reconnaissait lheure de la nuit grce au lever du dcan inscrit dans la dcade approprie du mois. []
Nous nommons ce phnomne "lever hliaque" de S, pour utiliser un terme de lastronomie grecque.  [...]
Cest cette squence de phnomnes qui a conduit les Egyptiens mesurer le temps de la nuit au moyen des toiles, ce que nous nommons prsent dcans.   Cela tait destin constituer une mthode pour indiquer le temps des offices de nuit dans les temples, (et pour dautres raisons pratiques). Tout comme les mois taient diviss en dcades, ainsi ltaient les services des toiles des heures.  Pendant 10 jours, cest S qui indiquait la dernire heure de la nuit, ensuite ltoile suivante pour les 10 jours suivants, etc. []
Tout cela a en fait t tenu en compte par les inventeurs des heures dcanales, comme le montre la dernire section des calendriers diagonaux sur les couvercles des cercueils. [] A lpoque du Nouvel Empire, lutilit des dcans comme indicateurs des heures avait disparu. [] Les dcans conservrent une position solide pour reprsenter les dcades de lanne dans la dcoration de plafonds astronomiques, comme dans le tombeau de Senmout ou le cnotaphe de Sti Ier. Ils ont continu exister sous cette forme jusqu ce que leur association avec le zodiaque de la priode hellnistique les fasse revivre et en fasse de puissants lments de la doctrine astrologique.
Les cercueils calendriers diagonaux appartiennent grosso modo la priode de 2.100 av. J.-C. 1.800 av. J.-C.. [] Dans ces documents, il ny a aucune tentative srieuse de prcision astronomique. []
En rsum, au cours des presque trois millnaires dcriture gyptienne, les seuls textes qui nous soient parvenus sur le sujet des prdictions numriques de phnomnes astronomiques appartiennent la priode hellnistique ou romaine. Aucun des documents astronomiques davant cette priode ne contiennent des lments mathmatiques: il sagit de dessins grossiers dobservations, en partie dans un but religieux, en partie dans un but pratique.  La science ancienne na t le fait que de trs peu dhommes, et ces quelques hommes ntaient pas des Egyptiens. [81]

Les observations faites par Neugebauer nous apprennent plusieurs choses au sujet des textes des divers papyri, inscriptions tombales, monuments, calendriers, etc.   Lun des lments trs importants est que les Egyptiens corrigeaient effectivement leur calendrier tous les cinq ans, ainsi que nous le faisons de nos jours tous les quatre ans, lors des annes bissextiles. Cela te de ce fait toute valeur lide dun cycle sothique en termes de rconciliation calendaire. Nous commenons galement comprendre certains passages jusquici compltement incomprhensibles des textes des Pyramides.  Ils concernent des rcitations de prires et de sorts magiques qui doivent tre accomplis certains moments de la nuit, et la seule faon de dterminer un moment la nuit, tait lobservation des toiles. Daprs Neugebauer, il y a suffisamment de ces horloges stellaires dans les tombes pour confirmer cette ide.

Ensuite, nous voyons que les seuls textes qui nous soient parvenus sur le sujet des prdictions numriques de phnomnes astronomiques appartiennent la priode hellnistique ou romaine et pendant la priode hellnistique les dcans gyptiens ont t fixs par rapport au zodiaque babylonien, ce qui est attest en Egypte seulement partir du rgne des successeurs dAlexandre.

Autrement dit, les secrets occultes gnralement attribus aux Egyptiens, reviennent en fait aux Grecs.

Mais il y a ici quelque chose de plus profond, que je voudrais souligner. Comme le dit Neugebauer, les Egyptiens des temps historiques taient en fait illettrs en sciences. Tant et si bien que leur influence dans le domaine des mathmatiques et des sciences a t gnante. Mais il reste le fait tonnant quils disposaient de ce que Neugebauer considre comme le calendrier le plus intelligent qui ait jamais exist.  Mme les Babyloniens, dont les mathmatiques mettent Neugebauer en extase, ne possdaient pas un calendrier aussi malin. Mais alors o les Egyptiens ont-ils t pcher ce calendrier?  

Pour essayer de comprendre ce problme de Sothis, (qui est en fait le nom grec de Sirius, et cest seulement une hypothse que le mot transcrit des textes gyptiens serait en fait Sothis ou Sirius), jai entrepris une lecture comparative avec la traduction faite par Faulkner des Textes des anciennes Pyramides gyptiennes.  En fait, je ne suis ni gyptologue ni expert en ces matires, mais je me suis demand si je remarquerais quelque chose de particulier, en supposant que le traducteur avait t honnte avec le texte. En lisant les rfrences au mot transcrit en anglais comme "spdt," et traduit par Sothis, je me suis trouve devant un certain nombre de problmes intressants. Si nous nous souvenons que Sirius est galement suppos reprsenter Isis, nous remarquons en premier lieu que les Egyptiens navaient aucune difficult spcifier quil sagissait dIsis quand ils le voulaient, et ce parfois dans un passage o il est galement fait mention de Sothis. Dans la Formule 216 des Textes des Pyramides nous trouvons la traduction suivante: "Sothis est aval par le monde souterrain, Pur et vivant lhorizon. Mais il y a une note de bas de page qui dit: "Bien que le genre (grammatical) ne soit pas correct... dans une triple rptition de la phrase, le scribe a ignor la contradiction de genre dans le cas de Sothis." [82]

Autrement dit... Sothis est considr comme tant du genre masculin et le traducteur doit se dbrouiller avec ce problme.

Apparemment, ce problme de genre fait surface plusieurs reprises, et la note de pas de page nous oriente vers un article paru dans le Journal of Near Eastern Studies, volume 25, p. 159.  A plusieurs reprises, le mot spdt est traduit par "ma sur est Sothis..." aprs quoi, nous sommes renvoys la page 153 du mme article, o il est dit que dans chacun de ces cas, le problme de cet embtant genre masculin surgit sans cesse.

Dans la Formule 366, nous trouvons Isis et Sothis mentionns ensemble dune trange manire: [cest Osiris que lon sadresse] 

"Ta sur Isis vient toi en se rjouissant pour lamour de toi.  Tu las place sur ton phallus et ta semence se rpand en elle, elle tant prte comme Sothis, et Har-Sopd est sorti de toi comme Horus qui est en Sothis."

Isis est dcrite comme tant "prte comme Sothis."  Ce fait dtre prte est dcrit en termes ouvertement sexuels, comme si une sorte dinteraction dynamique entre des corps du cosmos tait dcrite sexuellement: un change a lieu entre eux.  Nous lisons ensuite quen rsultat de cette interaction cosmique dimprgnation, "sopd" est suppos tre "n dIsis comme Horus sort de Sothis".  Quest-ce donc que ce "sopd" dont il est question?

Dans la Formule 412 nous trouvons ce qui suit:

Le Grand tombe sur son flanc; celui qui est en Nedit tremble, sa tte est leve par R; il dteste le sommeil, il dteste linertie.  O chair du Roi, ne dgnre pas, ne pourris pas, ne rpands pas dodeur dplaisante.  Ton pas ne sera pas dpass, ton enjambe ne sera pas plus grande, tu ne marcheras pas sur la corruption dOsiris. Tu atteindras le ciel en tant quOrion, ton me sera aussi efficace que Sothis; aie de la puissance, ayant la puissance; sois fort, ayant de la force; que ton me se tienne parmi les dieux comme Horus qui se tient dans Irs.  Que la terreur de toi habite les curs des dieux comme la couronne Nt..." 

Dans ce passage, il semble que Sothis est compar(e) quelque chose d efficace et puissant, et fort comme Horus.

Dans la formule 472, nous trouvons:

"Je monte sur ce ct oriental du ciel o les dieux sont ns, et je nais comme Horus, comme lui sur lhorizon; Je suis justifi et mon double est justifi; Sothis est ma sur, lEtoile du Matin est ma progniture." 

Dabord, le rdacteur dit: je suis comme Horus"; ensuite, il fait une allusion Horus qui est son "double", et poursuit par une allusion immdiate Sothis qui est ce double, alors que lallusion un "double" indique une sur.

Dans la Formule 1074:

"Sothis savance, revtue de sa clart, elle recense les lumineux qui sont autour delle.  Les puissances dattaque de la cit se tiennent tranquilles; la rgion est contente.  Jai prpar une route sur laquelle je pourrai passer, cest--dire ce que Mref prdit dans (la rgion d) On." 

Ce passage est vraiment problmatique, car Faulkner a crit une note de bas de page pour pratiquement chaque mot.  En particulier, le mot "brightness" est annot comme signifiant acuit.

Cela nous amne notre curieuse mot transcrit par spd, ou Soped.  En ce qui concerne lallusion ci-dessus une acuit de Sothis qui savance, nous trouvons que spd-ibhw signifie "aux dents acres".   Aux dents acres se rpte un certain nombre de fois dans un contexte illustr dans la Formule 222:

"Je suis venu vers toi, mon pre; je suis venu vers toi, O grand Taureau Sauvage.  ...Je suis venu vers toi, mon pre, je suis venu vers toi, O Sopd."

Ce "Sopd" est transcrit "spdw", ce qui ressemble fort "spdt", traduit par "Sothis."  Il est manifeste que les traducteurs ont un problme avec ce "spdw", et se contentent de le traduire par "Sopd."  En fin ce compte, nous avons trois mots qui se ressemblent: spdt, spdw, et spd-ibhw (aux dents acres), et je devine que cette affaire de dents acres pourrait se rapporter quelque chose qui ressemble visuellement une bouche pleine de dents tincelantes, acres. Il se pourrait aussi que aux dents acres signifie quelque chose qui irradie des rayons clairement dfinis, qui sont acrs comme des dents.

Le mot sp se trouve tel quel en un endroit: 

"O dieu; ton troisime est celui qui commande les offrandes.  Le parfum de Iht-wtt est sur ce Roi, une miche de bnbn est dans la Demeure de Sokar, une paule est dans la Maison dAnubis.  Ce Roi est vigoureux, le Berger se tient debout, le mois est n, Sp vit." 

Plus je lis ces textes, plus je suis convaincue quil sagit de rptitions machinales de choses qui ont jadis vraiment eu une signification, mais qui, au cours des sicles, avec les changements survenus dans la langue et la smantique, ont perdu leur signification et ont t rcites simplement comme des textes magiques. Un lment important, cependant, est que chaque fois quil est fait mention de spdw cest dans un passage qui parle du "grand taureau sauvage", et tant Osiris que Seth taient qualifis de taureaux. Seth tait le "Taureau du Sud".   La Formule 580 est un texte rciter pendant le sacrifice dun taureau rouge. Ce taureau est cens reprsenter Seth sacrifi par Horus.  En adresse Seth le taureau:

"O toi qui as frapp mon pre, qui as tu un plus grand que toi, tu as frapp mon pre, tu as tu un plus grand que toi". 

Ceci est suivi dun passage adress au roi dfunt/ Osiris:

O mon pre Osiris ce Roi, jai frapp pour toi celui qui ta frapp en tant que buf; jai tu pour toi celui qui ta tu en tant que taureau sauvage; jai rompu pour toi celui qui ta rompu...[il numre toutes les parties quil a dcoupes].  Sa patte avant est sur Khopr, sa patte arrire appartient Atoum pre des dieux, ses hanches appartiennent Chou et Tefenet, ses cuisses appartiennent Hnt-irty et Kherty, son dos appartient Neith et Selket, son cur appartient Sekhmet la Grande, le contenu de son pis appartient ces quatre dieux, les enfants dHorus, Hapy, Imsety, Douamutef, Kebhsenouf.  Sa tte, sa queue, ses bras et ses jambes appartiennent Anubis... [83]

Evidemment, on peut se demander comment un buf parvient avoir un pis... et bien sr, Faulkner a une explication: le scribe a oubli quil crivait propos dun buf!  Quoi quil en soit, la remarque sur Sekhmet amne une remarque trs intressante dans la Formule 704:

"Ce Roi est le [...] qui est sorti de Ra, ce Roi est sorti dentre les cuisses des deux Ennades; il a t conu par Sekhmet, le Roi est n de Shezmetet.  Ce Roi est le faucon..." 

La note de bas de page nous rvle que quand il est dit il a t conu, en ce qui concerne le il le scribe emploie pour une fois le suffixe fminin. Nous pensons ds lors que certaines autres traductions de il ont t rendues par elle et vice-versa.

Si nous nous souvenons que "Sopd" est suppos signifier "n dIsis comme Horus vient de Sothis", nous trouvons le curieux lien ci-dessus avec "deux Ennades" et elles sont dcrites comme Sekhmet et Shezmetet.  Formule 248:

"Le Roi est un grand (roi), le Roi est sorti dentre les cuisses de lEnnade.  Le roi a t conu par Sekhmet, et cest Shezmetet qui a port le roi, une toile brillante et Voyageant au loin, qui chaque jour apporte R des produits lointains."

Nous nous posons naturellement bien des questions au sujet des nombreuses rfrences aux "surs", les "deux Ennades", le "double" et les "jumeaux" dont il est fait mention maintes reprises.   Et cela nous ramne lide selon laquelle le Soleil de notre systme solaire aurait un Jumeau, une compagne, un compagnon, une petite sur ou un petit frre. Mais plus intressante encore est la rfrence Sekhmet, et ltoile brillante et voyageant au loin qui apporte des produits lointains R (le Soleil).

De nos jours, beaucoup considrent Sekhmet comme une desse bienfaisante. Cependant, une tude approfondie du sujet montre quil en va autrement. Sekhmet est la patronne du chtiment divin, de la vengeance, et de la conqute. Elle est reprsente avec la tte dun lion pour suggrer la crinire ou laurole lumineuse. Sekhmet signifie "La Puissante" ; elle tait lune des divinits les plus terribles. Elle tait la desse qui infligeait le chtiment divin aux ennemis des dieux et du pharaon. Dans cette fonction, elle tait appele  lOeil de R.

Elle accompagnait galement au combat le pharaon, dcochant des flches enflammes devant lui pendant la bataille. Sekhmet pouvait galement rpandre flaux et maladies parmi ses ennemis, et pour cette raison, titre prventif, elle tait parfois invoque pour viter le malheur et gurir les maladies. Le pouvoir de destruction de Sekhmet est abondamment attest. Dans un des rcits, R lenvoie punir les mortels qui lont oubli, et elle dtruit pratiquement toute la race humaine. Seule une ruse de R parvient mettre fin sa frnsie de carnage avant lextermination de tout ce qui vit. Le souffle de Sekhmet est le vent brlant du dsert, et son corps luit comme le soleil de midi. Elle reprsente la force destructrice du soleil. Selon les lgendes, elle a fait son apparition lorsque Hathor a t envoye sur Terre par R pour se venger des hommes. Elle les a massacrs et a bu leur sang jusqu ce quelle soit arrte par une ruse de R. Elle est donc laspect destructeur du Soleil, une divinit solaire, et possde le titre dOeil de R. Nous nous demandons naturellement si Sekhmet ne reprsente pas ltoile compagne de notre propre Soleil, dont lapproche provoque de violentes explosions et ruptions, et de spectaculaires changes dnergie comme ceux qui ont t observs par les astronomes entre dautres systmes binaires.

Quoi quil en soit, dune manire gnrale nous dcouvrons que les grandes connaissances astronomiques et scientifiques vues par ceux qui sont convaincus que lempereur dEgypte est revtu dun merveilleux habit de science [84] , ne sont que de la frime.

Pas tonnant que les rsultats de Neugebauer ne soient pas connus du grand public. Ils mettent fin lide que les Egyptiens observaient Sirius et la prcession des quinoxes, ou quils disposaient dun calendrier complexe qui leur permettait de connatre le cycle sothique de 1.460 ans. La science authentique a t applique lgyptologie, et les gyptophiles nont pas pu le supporter. Ils se sont retirs dans leur petit monde de rves et dillusions sur la grandeur de lEgypte et en ont exclu le reste du monde, saccrochant dsesprment aux oripeaux et aux lambeaux de leurs croyances occultes, comme le noy saccroche un ftu de paille.

Cest seulement au cours de ces rcentes annes que les interruptions de civilisation ont t mises en relation avec des phnomnes clestes par des chercheurs scientifiques srieux, mais mme leurs observations nont pas pu faire bouger dun pouce la chronologie tablie par les gyptologues.  Aprs avoir chang une correspondance avec certains dentre eux, aprs avoir lu leurs livres et leurs articles techniques, jai ralis quaucun deux ntait mme de rpondre directement une seule question, encore que lun dentre eux mait fait comprendre de manire dtourne quil avait quelques ides lgrement radicales. Il na manifestement pas os le crier trop fort de peur de se faire taper sur les doigts.

Pour en revenir notre problme, si je ne me trompe pas et si le Roi Ahms est vraiment Horemheb, bien que la chronologie conventionnelle affirme que ces deux vnements se sont produits 200 ans dcart, ce nest pas mon opinion. Mais cest ici que gt la difficult. Voyez-vous, ce que le papyrus Ebers dit cest: lan 9 du Roi Zserkr".

Ah mais! Qui donc est le Roi Zserkr?

Qui diable peut bien le savoir? Certainement pas les gyptologues!

 

Mose et Aaron...


[75] Petrie, Flinders, Researches in Sina (John Murray, London) 1906

[76] Ibid.

[77] Ibid.

[78] Nous savons quun calendrier lunaire tait en usage en Egypte ancienne, mais nous en savons peu ce sujet.  Le rsultat final de lusage de ce calendrier est que chaque date sur chaque monument devrait nous dire quel calendrier a t utilis, mais les Egyptiens ne lont pas fait.

[79] Brug, John, (1988); The Astronomical Dating of Ancient History before 700 AD.

[80] Neugebauer, Otto, The Exact Sciences in Antiquity, 1969, Dover, New York.

[81] Neugebauer, op. cit.

[82] Faulkner, The Ancient Egyptian Pyramid Texts, 1969, Aris and Phillips

[83] Faulkner, op. cit.

[84] Allusion au conte de Hans Christian Andersen: Les habits neufs de lempereur (NdT)


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .