La Science antique
Laura Knight-Jadczyk


Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



V. La premire "Torah" et le Premier "Temple"

Traduction franaise: Micheline Deschreider.


A lpoque de la chute du royaume du Nord en 722 av. J.-C., de nombreux habitants dIsral (qui pourraient tre considrs comme des membres des dix autres tribus) se sont rfugis en Jude. Apparemment, parmi ces rfugis se trouvaient les prtres-prophtes de Silo ennemis de Jzabel, qui trouvaient que leur roi avait t corrompu par cette femme et tous leurs documents E. Cest alors que E fut ajout J probablement par un membre du clerg aaronique de Jrusalem, pour suivre le programme tabli par le roi Ezchias, dsireux de consolider son pouvoir.

Tirant avantage de la situation qui se prsentait lui, cest--dire la destruction de son rival Isral et larrive dans le pays dune partie de sa population et de son clerg, Ezchias dcida quil voulait unifier la population, et tout centraliser. Il allait tre le Nouveau David. Il allait unifier tous les peuples pour nen faire quun seul, et son plan dunification comprenait manifestement lunit psychologique religieuse. La leon de tolrance envers des groupes varis et de religions tout aussi varies, donne par Omri, fut apparemment perdue pour Ezchias Ou bien alors il tait tomb sous la coupe du clerg.

Cest le moment important o le document P fut cr et o il fut dcid de la division du clerg: les prtres aaroniques montaient au sommet de lchelle hirarchique et les prtres de Silo (les descendants de Mose) taient cantonns aux premiers chelons, ce quils napprcirent pas du tout. Le document P est en fait la combinaison des documents J et E amliors. Mme sil leur tait impossible de faire disparatre les histoires qui se trouvaient dans J et E (proprit commune aux deux peuples) et qui refltaient des opinions peu amicales envers Yahv, lhistoire et Aaron en particulier, ils les utilisrent dune manire astucieuse qui permit par la suite de mettre le tout sous la frule de Yahv. Le document P donna Yahv la suprmatie sur tous les autres dieux qui taient parties intgrantes des histoires originales, et passa naturellement sous silence toute allusion louangeuse leur gard, mais il va sans dire que les rcits originaux ne purent tre supprims.

Lauteur du document P connaissait apparemment bien les textes des documents J et E. Le texte de P nest pas une simple copie de J et E, et ne contient pas non plus des doublets dus lassemblage de J et E. Il a t crit en sinspirant de J et E pour donner sa propre version de ces rcits. Il a manifestement t crit pour tre prsent la place de J et E, et il est probable que J et E ont t supprims aprs la parution du texte de P.

P ne sest pas content de commencer par une histoire de la Cration et dun dluge comme le faisaient J et E: il a continu sur la lance des sujets majeurs: le pacte avec Abraham, lexode depuis lEgypte, et lAlliance du Sina. Il fait rfrence tout un tas dlments des textes J/E. Il y a plus de vingt-cinq cas de rcits parallles qui ne devaient manifestement pas tre combins avec J et E, comme cela a t fait par un rdacteur ultrieur. De plus, bien que les similitudes soient flagrantes, les diffrences nous en disent davantage. Nous devons nous demander pourquoi lauteur de P a pens quil tait ncessaire dcrire une nouvelle version alors quil avait dj les textes J et E sous la main.

En premier lieu, il nous faut considrer ce qui, dans J et E, est significativement diffrent de ce quil y a dans P. Les populations du royaume du nord avaient une longue tradition affirmant quelles descendaient de Mose en personne. Leurs documents prsentent Aaron sous un aspect trs dplaisant: celui du prtre du Veau dOr, et dont la sur, Miriam, fut frappe de maladie parce quelle avait critiqu lpouse de Mose. Le royaume du nord ne se sentait apparemment pas dispos adorer un dieu qui exigeait des sacrifices. Les croyances du royaume septentrional prfraient les prophtes choisis par les dieux plutt que par une ligne clricale.

Dans le sens le plus pur, la raison de cette partie du texte est fondamentalement politique, tout comme a t fondamentalement politique la cration de la thologie chrtienne. Les deux textes sont clairement destins mettre en lumire tout ce qui peut permettre de vassaliser et mettre sous contrle les sujets du royaume.

Ezchias avait entrepris llimination de toutes les formes de pratiques religieuses autres que celles sanctionnes par le Temple de Jrusalem. Un contrle religieux rigide avait t institu, ce qui signifie que tous les lieux de cultes rendus dautres dieux, et mme ceux rendus Yahv mais en dehors du Temple, taient interdits. Ces lieux de cultes furent appels hauts lieux. Ils furent limins, et une religion centralise, sous le contrle des Lvites de Jrusalem, devint la Loi sculire. La Loi de Yahv devint donc la Loi du pays. Et les Lvites qui devaient faire appliquer cette Loi taient alors les Lvites aaronides.

Pour pouvoir comprendre les implications de tout cela, il faut comprendre ce qui se passait en ces hauts lieux et pourquoi. La fonction du sacrifice, dans le monde du Moyen-Orient, ntait pas simplement la mise mort gratuite dun animal. En gnral, il sagissait de tuer rituellement un animal pour le manger ensuite, et certains morceaux en taient offerts des dieux. Lide tait que, si quelquun voulait manger de la viande, il lui fallait comprendre que ctait une vie qui tait prise, quun tel acte tait sacr, et il fallait quil soit accompli de la manire prescrite, par une personne dsigne (un prtre en loccurrence), qui en recevait elle aussi une part.

Leffet de la nouvelle Loi tait donc que, si quelquun souhaitait manger de lagneau au dner, il ne lui tait plus loisible daccomplir le sacrifice ni la maison, ni en un lieu lev: il fallait traner lanimal jusqu Jrusalem o se trouvait un conclave de Lvites. Cela revenait, faut-il le souligner, remettre un norme pouvoir entre les mains dun trs petit groupe de gens. Et les Lvites aaronides prirent bien soin dajouter au simple abattage ritualis de leur dner, des sacrifices spcifiques obligatoires offrir Yahv. Cest ainsi que le clerg senrichit aux dpens du peuple.

Nanmoins, la centralisation de la religion ce moment prcis de lhistoire, et la rdaction du document P, constituent une piste intressante concernant lexistence du Temple de Salomon Jrusalem.

Voyez-vous, lune des controverses majeures propos de lidentit des auteurs de la Bible, des passages quils ont crits et quelle poque, tourne autour de la priode laquelle a t crit le document P. Pendant longtemps il a t admis que J et E dataient dune priode plus ancienne: celle des deux royaumes de Juda et dIsral. Il est presque universellement admis que D a t crit au temps de Josias, ainsi que nous allons le voir. Mais savoir qui se trouve derrire le document P a t une autre paire de manches. Et il se fait que P est la plus importante des sources: elle occupe le volume des trois autres mises ensemble.

Le document P comprend le rcit de la Cration au premier chapitre de la Gense. Il comprend la version cosmique du rcit du dluge : la version dans laquelle les fentres des cieux souvrent et les fontaines des profondeurs dbordent et noient tout le monde. Il contient les histoires dAbraham, de Jacob, de lExode, et la traverse du dsert, dont la plupart sont des doublets des histoires contenues dans J et E. Il contient galement un trs important corpus juridique couvrant peu prs trente chapitres de lExode et des Nombres, et TOUT le Lvitique. Il sagit donc dune question trs importante qui ne devait pas tre traite la lgre!

En 1833, Eduard Reuss fit Strasbourg un expos devant ses tudiants. Dans sa confrence, il dclara que les prophtes bibliques ne se rfrent pas au Droit Canon. Ils ne citent pas la partie P de la Bible, et ne donnent pas non plus limpression quils en ont connaissance. De cette observation, Reuss conclut que le Droit Canon a fait son apparition aprs lpoque des prophtes [16] . Reuss na pas os dire cela en public : il a attendu quarante-six annes, cest--dire lan 1879 avant de faire paratre une monographie ce sujet. A cette poque, un de ses tudiants les plus audacieux avait dj saut le pas et publi ses propres opinions en la matire.

Cet tudiant tait Karl Graf. Convaincu grce Reuss que le Droit Canon tait postrieur aux prophtes, il avait entrepris des recherches dans le texte. Il tait dj admis que D avait t crit aprs J et E, et ce lpoque de Josias, de sorte que Graf postula a priori que P devait avoir t crit plus tard, au cours de la priode du Second Temple. Une partie de cette opinion qui devait tre synthtise plus tard par Wellhausen supposait que le systme lgal et ritulique labor, ainsi que la centralisation du clerg, taient intervenus dans la vie des Israliens vers la fin de la priode biblique.

Le problme -srieux- pos par lopinion selon laquelle P a t crit par un membre du clerg aprs lexil est quil nest AUCUN MOMENT fait mention dun temple dans le document P. Dans le P, Yahv ne commande pas du tout Mose dordonner son peuple de btir un Temple. Il ny a dans le document P, aucune loi qui exige la prsence dun Temple. Il y a plus: P parle de lArche dAlliance, dun autel, de chrubins, dUrim et Thummim, et dautres objets destins au culte. Mais il ny a pas la moindre petite allusion un Temple. [17]

La solution de Graf au problme du temple manquant est que ce temple est en fait bien prsent, mais sous le nom de Tabernacle. Le Tabernacle est la tente des runions dresse par Mose dans le dsert pour abriter lArche dAlliance. Elle n'est mentionne qu trois reprises dans le document E et pas du tout dans J et D. En revanche, le document P y fait allusion plus de deux cents fois! En outre, P donne un tas de dtails sur les matriaux employs, sa construction et les lois qui sy rapportent. Cest l une caractristique des histoires contenues dans P: toutes les assembles se tiennent dans le Tabernacle. Autrement dit, le Tabernacle est essentiel P.

Donc, la solution de Graf consistait affirmer que le Tabernacle navait jamais exist, quil tait une fiction fabrique pendant la priode du Second Temple parce que lauteur tait dsireux dtablir un droit canon servant les intrts des prtres du Temple et quil lui fallait lanciennet et lautorit de Mose pour valider le Temple en remplacement du Tabernacle.

Graf dcida donc que le Tabernacle avait t cr dlibrment pour faire passer lautorit de ce droit au Temple, et le transfert de lArche du Tabernacle vers le Temple, ainsi que les lois qui exigeaient auparavant la prsence du Tabernacle; tout cela exigeait prsent la prsence du Temple. Il postula donc que le Tabernacle du clerg tait une fiction littraire et juridique mise au point par lauteur post-exil de P, dans le but de justifier le temple reconstruit au cours de la priode du Second Temple.

Et nous saluons le retour de Wellhausen. Aprs avoir admis lide de Reuss selon laquelle le droit canon datait daprs les prophtes, et celle de Graf selon laquelle que Tabernacle ntait que le symbole du Temple, il pouvait suggrer que dans le document P la centralisation de la religion ntait pas exige explicitement comme elle ltait au temps du document D, mais quelle tait entendue. Il affirma que les lois et rcits de P considrent la centralisation comme acquise.

Dans la liste P des diffrentes sortes de sacrifices se trouve une offrande de pch et une offrande de culpabilit. Aucun sacrifice de ce type nest mentionn ni dans J, ni dans E, ni dans D. Wellhausen fit le raisonnement quil tait logique de parler doffrandes de pch et de culpabilit aprs lexil car ces gens devaient se sentir coupables et croire que leur exil tait un chtiment de leurs pchs.

Dans la liste P des jours fris se trouve le Nouvel An dAutomne, ou Fte des Tabernacles, suivie, dix jours plus tard, du Jour de lExpiation. Ces jours fris napparaissent ni dans J, ni dans E, ni dans D. Et puisque ces deux jours fris impliquent lexpiation de pchs, Wellhausen affirma que cela prouvait quils faisaient partie de la priode du Second Temple, cest--dire la priode laquelle Isral dut assumer sa culpabilit dans la destruction du royaume et lexil vers Babylone.

Autre preuve accepte par Wellhausen pour dmontrer que P avait t crit aprs lexil: laffaire Ezchiel. Ezchiel tait un prtre aaronide qui avait t exil Babylone (nous en reparlerons bientt) et cest l quil crivit le livre qui porte son nom. Le Livre dEzchiel est crit dans un style et une langue remarquablement semblables ceux du document P. Il y a dans le Livre dEzchiel, des passages qui sont pratiquement mot pour mot des extraits du document P.

Dans le Livre dEzchiel, lauteur dclare qu lavenir, seuls certains Lvites pourront devenir prtres. Tous les autres sont disqualifis cause de leurs pchs passs. Les seuls Lvites habilits devenir prtres sont ceux qui descendent de Tsadok. Tsadok tait un prtre aaronide de David. Et donc, daprs Ezchiel, seuls les prtres aaronides sont lgitimes. Tous les autres sont exclure.

Il est galement trs clair dans le document P que seuls les Aaronides sont prtres. P ne tient tout simplement pas les descendants de Mose (les prtres de Silo) pour lgitimes. Wellhausen dcida donc que P devait avoir t crit lpoque du Second Temple, quand les prtres aaronides taient venus au pouvoir en faisant tat de la prophtie dEzchiel. Cest cette poque que se termine la querelle entre les familles clricales. Les Aaronides taient vainqueurs et lun dentre eux crivit une "Torah de Mose" qui refltait leur victoire.

Largument tait bon. Mais, comme le dit Friedman: "il tait logique, cohrent, persuasif et faux" [18] .

Reuss avait tort depuis le dbut du dbat, car il est vident que les prophtes citent bien P, le plus clbre dentre eux tant Jrmie. Le fait est que Jrmie semble avoir eu un malin plaisir jouer avec le document P et interprter son langage sa manire. Jrmie parvient rejeter lArche dAlliance en dformant le langage du document P. Ezchiel semble, lui aussi, trs bien connatre le document P. Le lecteur peut se rfrer Friedman sil souhaite lire la liste des comparaisons.

En 1982, Avi Hurvitz, de lUniversit Hbraque de Jrusalem dmontra que P est crit dans une forme dhbreu ayant cours avant louvrage dEzchiel. Cest ainsi que lide de Wellhausen selon laquelle il avait t crit aprs Ezchiel reut un nouveau coup. Ces dernires annes, cinq autres savants ont dcouvert de nouvelles preuves linguistiques que la majeure partie du document P est crite dans lhbreu biblique davant lexil Babylone.

En rsum, Reuss avait tort, Graf avait tort, et Wellhausen avait tort. Mais en ayant tort, ils mettent en vidence quelque chose dautre: les problmes de Tabernacle suscitent la question de savoir quand a t construit le premier temple de Jrusalem, sil y en a jamais eu un...

Jrusalem a t excave dinnombrables fois, avec une priode dinvestigation particulirement intense des Ages du Bronze et du Fer au cours des annes 1970 et 1980 sous la direction de Yigal Silo, de lUniversit Hbraque, dans la Cit de David, le coeur urbain originel de Jrusalem. La surprise a t, comme la soulign larchologue David Ussishkin de lUniversit de Tel Aviv, que le travail sur le terrain cet endroit et en dautres lieux de la Jrusalem biblique, na donn aucune preuve significative dune occupation au dixime sicle. Non seulement il ny avait aucun signe darchitecture monumentale, mais il ny avait mme pas de simples clats de poteries. Certains spcialistes ont affirm que des masses architecturales plus tardives avaient effac tout autre vestige de la ville primitive. Mais des fouilles faites sur le terrain de la cit de David ont permis des trouvailles impressionnantes datant du milieu de lAge de Bronze et des derniers sicles de lAge du Fer - mais tout simplement pas du dixime sicle av. J.-C.. La conclusion la plus optimiste de cette vidence ngative est quau dixime sicle Jrusalem tait peu tendue, et quelle noccupait sans doute que le territoire dun typique village de colline. Ceci correspond bien au modle du reste de la Jude la mme priode, qui ntait alors compose que dune vingtaine de petits villages et tait habite par quelques milliers dhabitants, en majorit des pasteurs nomades.. [19]

A partir du septime sicle av. J.-C., Jrusalem est une ville relativement importante, domine par un Temple ddi au Dieu dIsral, servant dunique sanctuaire national. Mais il sagit du Second Temple, bti la suite dune vision des captifs revenus de Babylone.

Une thologie labore stait dveloppe en Jude et Jrusalem vers la fin de la priode monarchique, dans le but de valider le lien entre lhritier de David et la destine du peuple dIsral dans son entier. Daprs cette Histoire fabrique de toutes pices, le pieux David a t le premier mettre fin aux cultes abhorrs rendus dautres dieux. Grce sa dvotion et sa loyaut envers Yahv, il fut bni pour avoir achev la tche commence par Josu, et qui tait de conqurir le reste de la Terre Promise et de mettre sur pied un glorieux empire couvrant tous les vastes territoires promis Abraham! Ctaient l des espoirs thologiques des prtres en fonction. Mais ce nest pas lHistoire.

Le clerg revenu de Babylone a mis au point la Bible COMME SI ctait lHistoire authentique, dans le but de rassembler des gens disperss, puiss par les guerres, et de leur prouver quils avaient fait lexprience dune histoire passionnante issue de lintervention directe de Dieu. La glorieuse pope de la monarchie unie est - tout comme le sont les histoires des patriarches et les sagas de lExode et de la conqute - une brillante composition qui a permis de construire, partir de vieux rcits et lgendes hroques, une prophtie cohrente et convaincante pour les gens dIsral au septime sicle av. J.-C.

De ma recherche dune indication claire de lexistence dun grand Temple de Jrusalem, pouvant tre vrifie archologiquement, je suis revenue les mains vides Mme Finkelstein, cit ci-dessus, lude le problme. Il dit quau septime sicle av. J.-C., Jrusalem tait une ville relativement grande domine par un Temple ddi Yahv. Si cela avait t le cas, alors il ntait pas besoin de tant se focaliser sur le Tabernacle comme nous le constatons dans le document P. Il parat avoir t relativement facile de mettre rtrospectivement certaines paroles dans la bouche de Mose. Ce problme navait manifestement pas gn les prtres jusque l. Alors, pourquoi toutes ces histoires autour du Tabernacle? Ils auraient aussi bien pu escamoter le problme du Tabernacle en faisant dire Mose quelque chose comme: "lorsque vous arriverez cet endroit, pliez la tente et btissez un Temple". Mais ce ntait apparemment pas possible. Cette Tente des Runions tait clairement quelque chose de bien tabli, quelque chose dune grande importance pour le peuple. Elle avait besoin dtre affirme et il fallait que son statut de seul Tabernacle lgitime soit tabli, lexclusion de toute autre tente.

Nous trouvons donc plusieurs nouveaux lments dans le document P, qui sont sans nul doute des tentatives faites par le clerg pour remodeler quelque chose qui tait trs communment admis et connu par les gens de lpoque. Tout dabord, nous avons un nouveau Jour de lAutomne, connu prcdemment sous lappellation de Fte des Tabernacles. Ensuite nous avons un Tabernacle bien spcifique. Enfin, nous avons la raison ostensible de lexistence de ce seul tabernacle lgitime: un objet qui doit tre abrit lINTERIEUR de celui-ci; lArche dAlliance!

Toutes les rfrences au Tabernacle dans le document P suggrent quil sagit dun objet dune immense valeur historique, car il a t assembl sous la direction de Mose lui-mme. Le document P le dcrit comme le coffre sacr qui abrite les Tables de la Loi, Urim et Thummim, et les chrubins. Le document P nous dit que le Tabernacle lui-mme comporte des bois prcieux, de lor, du cuivre, de la laine et du lin tisss dor, dcarlate et de pourpre; et est recouvert de cuir rouge.

Bien que le Tabernacle ft suppos reposer Silo avec lArche dans ses flancs (selon le texte P), le document E du royaume du nord, domaine des prtres de Silo, ne comporte aucune mention de larche! Selon les textes E, la "Tente des Runions" tait le signe le plus important de la prsence de Dieu. Dieu tait dans la tente et non dans lArche. Il y avait manifestement de nombreuses Tentes des Runions.

Dautre part, le document J mentionne que lArche avait t trs importante pour les enfants dIsral pendant leur voyage vers la Terre Promise. Dans le Livre des Nombres il est dit que lArche tait porte devant ceux qui marchaient. Un autre texte du J souligne que lArche tait une arme militaire, lide tant quil tait impossible dobtenir aucun succs militaire sans elle. Et puis dans le texte J il y a bien sr les remarques au sujet du Temple de Salomon: nous voyons que lArche est lobjet le plus important quil contienne.

Nous ne devrions pas tre surpris que la Tente des Runions ne soit jamais mentionne dans le document J! Bien sr cela pose un petit problme. Si le royaume dOmri tait le royaume juif mythico-historique du Roi Salomon et que personne ny tait au courant de lexistence dune Arche, et sil est prouv quil ny a jamais eu dans le royaume de Juda aucun Temple de Salomon abritant une arche avant le temps Ezchias, alors do vient lide de larche? Qutait le rel Temple de Salomon? Nous allons y revenir. Pour le moment, il nous faut seulement comprendre que la mythisation de lHistoire et lhistoricisation du mythe nous mettent sur une piste o la prestidigitation est lhonneur. Les tentes qui lorigine servaient un but particulier doivent maintenant tre limines, et le processus de centralisation commence par la focalisation sur UNE SEULE ET UNIQUE tente. Et cette tente est lgitime par sa destination prcise: elle doit servir dabri lArche et pour ce faire, des bases historiques sont jetes dans le texte P.

Quel quait t lusage de la Tente des Runions par le pass, et quel quait t lobjet dsign par  lArche dAlliance, il est intressant de noter que, globalement, le texte du document J (celui du peuple de lArche) est plus nuanc dans son attitude envers les femmes. Le document E, du royaume du nord (celui des gens des tentes) adopte une perspective mle, se concentre sur les personnages masculins, et ne tient pratiquement pas compte de personnalits fminines telle que Tamar au chapitre 38 de la Gense. Pas tonnant que Jzabel ait voulu sen dbarrasser!

Quant Jzabel, elle est encore mentionne dans la Bible : au chapitre 8:11 des Chroniques (2) [20] qui disent propos de Salomon et de son pouse, la fille du pharaon:. "Et Salomon fit monter la fille du Pharaon, de la ville de David, dans la maison quil avait btie pour elle ; car il dit : Ma femme nhabitera pas dans la maison de David, roi dIsral, car les lieux o est entre larche de lternel sont saints." Je suis certaine que si Salomon avait rellement fait et dit cela, la fille du pharaon aurait enfourch le premier chameau qui passait pour retourner chez elle.

Lon trouve lavant-dernire mention de lArche au chapitre 35:3 des Chroniques (2):: "Et il dit aux Lvites qui enseignaient tout Isral, [et] qui taient saints, [consacrs] lternel : Mettez larche sainte dans la maison que Salomon, fils de David, roi dIsral, a btie : vous navez pas la porter sur lpaule ; servez maintenant lternel, votre Dieu, et son peuple Isral". Est-ce que cela ne ressemble pas une mise au placard alors quil sagit de larticle le plus important de toute lhistoire de lhumanit? Et puis qui donc a crit cela?

Nous parlerons brivement des auteurs des Livres des Rois, mais disons seulement que les chroniques refltent ici les intrts et le langage des prtres aaronides. Et en particulier, ils chantent les louanges Ezchias, ce qui indique que cest cette poque que le texte P a t produit.

LArche est mentionne une dernire fois dans la Bible, dans une sorte de je vous lavais bien dit profr par Jrmie: "Et il se fera que quand vous vous serez multiplis et tendus dans le pays cette poque, on ne dira plus lArche dAlliance du Seigneur . Elle ne viendra plus lesprit, et ils ne sen souviendront plus, et elle ne leur manquera pas, et ils ne la visiteront pas; et elle ne sera pas entretenue ni faite nouveau.

Voil une manire bien bizarre de se dbarrasser de larticle le plus important de toute lHistoire juive! (Du moins en croire la Bible.) . Nous verrons bientt pourquoi Jrmie a adopt cette attitude envers lArche. Mais il en parle clairement en termes qui indiquent quelle a reu des coups ou doit tre faite nouveau. Il est certain que cette phrase suggre que larche existant au temps du royaume de Jude a t dtruite avec tout le reste par les Babyloniens. Pour eux, elle navait sans doute pas assez de valeur, mme pour tre emporte sur un chariot, sans quoi elle aurait t mentionne dans la liste des objets spcifiquement nomms, emports du Temple. Et pour ceux qui voudraient croire quune absence de mention pourrait tre une indication de secret ou de conspiration, permettez-moi de pointer du doigt les nombreuses affabulations dont la Bible est truffe et qui ont pour unique objectif de gonfler limportance de Yahv. Et tout est interprt comme des leons infliges par Yahv pour faire rentrer les insoumis dans le rang. Sil avait t possible dutiliser la disparition de lArche comme un moyen dinduire la culpabilit, je pense que cela aurait t fait sans aucune hsitation. Ce qui est clair, cest que tout ce qui a exist en Jude un moment de lHistoire, cest un substitut de lArche. Et au temps de lexil, cette arche de substitution na pas d peser bien lourd.

Nous remarquons donc que quand lArche na plus t ncessaire en tant quobjet majeur permettant de lgitimer un Tabernacle unique, dans le but de changer la perception des gens, elle est devenue un problme et sest perdue dans le silence. Lide quelle a t emporte par les Juifs fuyant vers lEgypte et ensuite vers lEthiopie est une autre fausse piste trace par le systme de contrle, afin de garder occups les esprits trop malins.

Il existe plusieurs Arches prtendues tre loriginal. Lune dentre elles se trouve Axxoum, en Ethiopie. Cet objet a t vnr pendant des sicles, abrit dans une chapelle spciale et veill par un prtre dont la vie entire est passe assurer lentretien de la chapelle et de son domaine. Il parat assez vident que si lArche dAxxoum tait la vraie, les autorits israliennes nauraient recul devant rien pour la rcuprer. En dpit de nombreuses rumeurs, rien de ce genre ne sest jamais produit.

Mais une fois encore, soyons certains que mme si lArche existant au temps de la destruction de Babylone ntait quun objet de substitution, il reprsentait cependant un objet rel qui a exist en dautres temps et en dautres lieux, mais son histoire a t mythifie puis re-historicise. Quoi quil en soit, voil que nous avons encore assn un coup ceux qui cherchent toujours larche dAlliance sous le Temple de Salomon!

Pour en revenir au Premier Temple, nous notons que Finkelstein mentionne que lvidence de la destruction globale de Jrusalem apparat clairement dans les couches archologiques, qui rvlent clairement la violence et la volont danantissement ayant fait disparatre la cit du paysage. Mais nulle part il nest fait mention spcifique dun temple. Cela ne signifie pas quil ny en a pas eu quelque part Jrusalem, mais il na pas t bti par Salomon et il ne date pas du dixime sicle av. J.-C. Et la question de savoir si oui ou non un Temple de Yahv a exist dans un contexte prcis du temps Ezchias, lors de la rdaction du texte P, reste pendante.

Un temple aurait trs certainement pu tre construit et a trs certainement t construit aprs la destruction du royaume du nord. En fait, la construction dun temple pourrait avoir fait partie des rformes dcides par Ezchias

Plutt que de rparer le temple de Yahv il a pu rparer et redcorer un temple ddi un autre dieu Jrusalem, en prtendant quil sagissait du Temple de Salomon.

Dans ce contexte, la lgitimation du Tabernacle en tant quabri temporaire de larche et le transfert subsquent de cet abri vers un Temple purifi aurait eu du sens.

Le rdacteur du document P parle du "Temple de Salomon" et des objets qui sy trouvaient, mais rien de tout cela ne se retrouve plus dans le second temple, et nest plus considr comme important. Voil encore un point confirmant que le document P doit avoir t crit avant la priode du Second Temple. Pourquoi le rdacteur aurait-il parl de choses qui nexistaient plus comme si elles existaient encore, mme si nous souponnons que leur prtendue existence visait remplacer une ide par une autre? En outre, nous avons dj not le silence tonnant gard par la Bible au sujet de la destine de lArche, part la brve et loquente remarque de Jrmie.

Larche avait la rputation dtre fatale. Le simple contact tait suppos tre mortel. Aprs une bataille, 50.000 soldats philistins qui avaient tourdiment dress leur camp en laissant ouvert le coffre de larche sont morts dans leur sommeil. Leur roi ordonne promptement de le sceller et de le renvoyer aux Israliens. Un porteur de lArche qui trbuche et la touche meurt instantanment. Deux des hommes de Mose jettent un coup dil lintrieur et tombent morts. Mose ordonne quils soient enterrs dans le dsert, loin du camp. Certains ont prtendu que cela prouvait que lArche tait radioactive ou quil sagissait dun instrument issu dune certaine technologie. Il est vident que si cet objet avait t si puissant, en termes militaires, il aurait t utilis contre les Babyloniens. Que lArche nait pu donner la victoire sur Nabuchodonosor, ou nait pu provoquer les dvastations supposes stre abattues sur ceux qui osaient y toucher, tout cela aurait fait partie de lHistoire si de tels vnements staient produits. Ils nont pas t rapports, et ils ne se sont donc pas produits. Et cest sans doute la raison du silence gard par la suite son sujet. Tant de pouvoir avait t accord cette Arche, mais la destruction a lieu en dpit de la prsence de cette Arche. Elle na pas fonctionn, et il vaut mieux loublier que de se demander pourquoi. En fin de compte, les seules histoires dont nous disposons en ce qui concerne lutilisation concrte ou de la prsence dune Arche en action se trouvent dans des mythes historiciss ou dans lHistoire mythifie.

A ce point de lHistoire, les rdacteurs de la Bible, si proches temporellement de des vnements, ne pouvaient pas sen sortir avec un tel non-sens et ils ont prfr ne pas essayer.

De plus, il est manifeste quils navaient plus besoin de lArche lpoque du Second Temple, de sorte quelle a doucement gliss dans loubli, pour devenir une belle histoire des grands et glorieux anctres. Une fois encore, je pense quil a d y avoir un lment de vrit dans tout cela, mais savoir ce que ctait ou ntait pas nest pas aussi simple que les nombreux aventuriers de lArche perdue pourraient nous le faire croire.

De toute faon, la personne qui a crit P a plac un Tabernacle particulier, la Tente des Runions avec Yahv incorpor dans larche, au centre de la vie religieuse ds lpoque de Mose, et ce pour lternit. La conclusion est que P a d tre crit avant D, parce que les lois tout au long du document P disent que les sacrifices et autres crmonies doivent avoir lieu lentre du Tabernacle et nulle part ailleurs, et que cette loi est pour toujours. Nous avons galement la dmonstration que le Tabernacle a t un centre de culte Jrusalem jusqu ce quun temple soit bti ou nettoy/purifi, et que cela a d se produire au temps Ezchias

Friedman pense que, par la suite, le Tabernacle a t plac dans le Saint des Saints dun temple Jrusalem, sous les ailes tendues des chrubins.

Mais comme nous lavons vu prsent, il ny a aucune preuve archologique de lexistence dun Temple de Salomon Jrusalem. De sorte que nous devons conclure que, soit le Temple a t construit plus tardivement, soit le Tabernacle, une tente, est tout ce quil y a jamais eu jusqu la priode du Second Temple.

Dans les rcits mettant en scne un roi Salomon typiquement juif, et dont nous supposons quil sagit dAhad, il est dit: "Et ils firent monter larche de lternel, et la tente dassignation, et tous les ustensiles du lieu saint qui taient dans la tente : les sacrificateurs et les lvites les firent monter " [21]

Flavius Josphe, historien juif, a lui aussi crit que le Tabernacle avait t apport dans le Temple, mais il ajoute quil a obtenu cette "interprtation mystique" du Tabernacle auprs de Philon dAlexandrie. Nous nous demandons ds lors quelle sorte dactivits se droulaient dans la Tente des Runions avant quelle serve dabri lArche. Pourquoi une tente aurait-elle d tre apporte dans un Temple, si ce nest dans le but de changer sa fonction?

Quant la destruction du "Temple" de Jrusalem, citons le psaume 74:7 qui se rapporte vraisemblablement lvnement: "Ils ont mis le feu ton sanctuaire, ils ont profan par terre la demeure de ton nom." Cependant, lanalyse textuelle [22] suggre que les psaumes 50, et 73 83 ont t composs entre 730 et 720 av. J.-C. pour des ftes religieuses clbres dans le sanctuaire septentrional de Bthel et ont t adopts ensuite, aprs lgres modifications, par Jrusalem. Ce verset qui parle de lincendie et de la profanation du Tabernacle doit donc soit se rapporter un vnement antrieur, davant la chute du royaume septentrional, soit avoir t ajout lhymne de clbration aprs la Chute de Jrusalem. Dans le premier cas la conclusion est que le Tabernacle considr comme LE Tabernacle de Jrusalem tait une cration de lpoque, dans le second cas on peut conclure quil ny a pas eu de Temple du tout avant la priode du Second Temple.

VI. La Tribu de Dan...


[16] Friedman, p. 162.

[17] Ibid, p. 163.

[18] Ibid., p. 167

[19] Finkelstein, 2001, op. cit.

[20] Bons nombres pour tous les sotristes!

[21] 1 Rois 8:4; 2 Chroniques 5:5.

[22] Michael D. Goulder, The Psalms of Asaph and the Pentateuch, Sheffield Academic Press, 1997.

 

 


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .