La Science antique
Laura Knight-Jadczyk


Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



III. Ahab et Jzabel: Salomon et la Reine de Saba?

Traduction franaise: Micheline Deschreider.


Pendant longtemps, les exgtes de la Bible et les archologues bibliques ont voulu prendre au pied de la lettre le rcit biblique de la grandeur et dcadence de la monarchie unifie. Ils ont suppos une unit ethnique originelle et une identit du peuple Hbreu plongeant ses racines dans un pass lointain. Ils ont considr comme faits acquis, concernant Isral dans le pays de Palestine, la monarchie unie de David et de Salomon et sa chute tragique une priode dtermine. En outre, ils ont suppos que, puisque les deux royaumes: Juda et Isral nen avaient form quun seul lorigine, lors de la division ces deux royaumes devaient avoir hrit chacun dinstitutions religieuses et administratives pleinement oprationnelles. Ils ont pens que ces deux royaumes taient entrs en comptition lun contre lautre sur un pied dgalit.

Mais des fouilles archologiques intensives menes dans les collines dIsral au cours des annes 1980 ont mis fin ces hypothses. Curieusement, les archologues ont trouv des signes montrant quil y avait eu l trois vagues doccupation. La premire vague de 3.500 2.200 av. J.C. La deuxime, denviron 2.000 1.550 av. J.C. Et la troisime, de 1.150 900 av. J.C. Nous avons dj rencontr ces dates dans le cadre des pluies dastrodes, et donc il est utile de les garder en mmoire.

Quoi quil en soit, au cours de ces trois priodes doccupation, au cours desquelles de nouvelles populations sont arrives et ont laiss derrire elles des tmoignages dune norme culturelle distincte, les royaumes du nord et du sud ont toujours sembl diffrents cet gard. Le systme doccupation au nord a toujours t dense en termes de population et a laiss des tmoignages dune hirarchie complexe de sites petits, moyens et grands. Ces sites reposaient en grande partie sur une agriculture fixe. Le royaume du sud, quant lui, tait constitu de petites zones parses faiblement peuples, et les seuls signes laisss par ces populations sont ceux de petits groupes de pasteurs nomades. Nous avons donc, ds le dpart, une scission entre agriculteurs et pasteurs.

Au dbut de la priode doccupation du territoire, les rgions du nord et du sud taient chacune domines par un centre unique qui tait probablement le lieu o taient regroupes les activits politiques, conomiques et cultuelles de toute la rgion.

Au nord se trouvait la rgion devenue par la suite la ville nomme Tirzah dans la Bible. Cette ville devint la premire capitale du royaume du nord. Au sud, le centre principal tait Ai, situ au nord-est de Jrusalem.

Vers le milieu de lge de bronze, il y a eu une deuxime vague de colonisation. Une fois encore, le nord a t densment peupl et agricole, tandis que le sud restait peu peupl, formant de petits tablissements, et dont les occupants taient, de toute vidence, des pasteurs nomades. Mais ce moment, le lieu qui rassemblait les activits cultuelles et conomiques tait Jrusalem - une cit trs fortifie, dont les vestiges font penser quelle devait faire partie de lempire hyksos. Cela est en accord avec le rcit de Manthon dcrivant les Hyksos quittant lEgypte et btissant une cit et un temple Jrusalem. Le problme, cest la date de construction: aprs le dpart dEgypte des Hyksos. Cest pourquoi, les archologues pensent quil y a eu Canaan, une prsence hyksos contemporaine de loccupation de lEgypte par ces mmes Hyksos. Prs de l se trouvait Hbron, aussi soigneusement fortifie. Dans le nord, le centre dactivits stait dplac vers Sichem. Apparemment, Sichem possdait dimportantes fortifications et un grand temple.

En ce qui concerne cette priode particulire de lHistoire, nous disposons de tmoignages extrieurs gyptiens qui nous permettent de savoir qui tait qui et ce qui tait quoi. Ces tmoignages, ce sont les textes dits dexcration - la version gyptienne du vaudou. Les Egyptiens crivaient des maldictions sur des figurines dargile reprsentant leurs ennemis, et ensuite ils les fracassaient et les enterraient en crmonie. Lide tait, naturellement, danantir lobjet de la maldiction. Ce qui est important en ce qui concerne les textes dexcration, cest quils nous permettent de savoir quels individus les Egyptiens percevaient comme menaants. Les textes dexcration mentionnent un grand nombre de cits ctires et des basses-terres de Canaan, et seulement deux centres des hautes-terres: Sichem et Jrusalem. Et si nous nous souvenons du lien probable entre les Hyksos en Egypte et les Cananens en Palestine, nous entrevoyons la raison pour laquelle les Egyptiens prouvaient des sentiments aussi hostiles envers Sichem et Jrusalem. Limportant ici est que les textes dexcration, qui datent, pense-t-on dau moins 1.630 av. J.C., mentionnent Jrusalem, Sichem, et Hazor, mais aucun de ces textes ne mentionne Isral.

Une autre inscription gyptienne, qui rapporte les aventures dun gnral du nom de Khou-Sebek, qui avait men une expdition dans les hautes-terres de Canaan vers le dix-neuvime sicle av. J.C., fait allusion au pays de Sichem" et compare Sichem au Retenou, lun des noms donns par les Egyptiens toute la rgion de Canaan.

Il est intressant de noter que les Egyptiens dsignaient aussi les Hyksos comme les "princes du Retenou. Ceci indique que, dj en 1800 av. J.C., il y avait une entit territoriale dans la zone nord du Canaan et quun centre important situ sur ce territoire tait Sichem; en outre, ce centre a eu, une certaine poque, un lien troit avec les Hyksos Avaris.

Les lettres de Tell el-Amarna confirment quil existe, vers la fin de cette priode, un territoire mridional dune certaine importance pour lEgypte, et que la ville de Jrusalem en est un centre important.

Un certain nombre de ces lettres se rfrent aux dirigeants de ces deux villes-tats: un roi nomm Abdi-Heba, qui rgnait Jrusalem, et un roi nomm Labayou, qui rgnait Sichem. Chacun deux rgnait sur un territoire denviron mille miles carrs. Cest la zone la plus vaste sous le contrle dun mme chef, car tout le reste de Canaan tait divis en petites cits-tats. Il est galement intressant de noter la similitude de ces noms avec "Abraham" et "Laban."

Le problme concernant cette priode, cest, comme le dit Redford, que "lon prouve un serrement de cur lapproche de cette priode, car il semble quune page trs importante est manquante. Et cest bien le cas. Nous esprons tre mme de deviner, ne serait-ce que vaguement, ce qui tait crit sur cette page.

Les tmoignages archologiques suggrent quen dpit des affirmations bibliques de richesse et de gloire, Jrusalem ntait quune bourgade lpoque attribue David et Salomon. Dans lintervalle, au cours de la priode o il manque une page, la cit fortifie de jadis a disparu depuis longtemps. Autrement dit, le royaume septentrional, suppos stre libr de la frule de Jrusalem, allait devenir un tat dune importance certaine, tandis que le Juda tait retourn ltat de centre dlevage de moutons.

A lpoque o les hautes-terres du nord dominaient les hautes-terres du sud, pendant les trois priodes doccupation, les cits-tats de la cte les laissaient toutes deux dans la poussire. Ces cits ctires taient animes, prospres, cosmopolites et riches. Les archologues pensent que lindpendance initiale des hautes-terres a t rendue possible parce que le systme des cits-tats de Canaan avait subi une srie de bouleversements catastrophiques vers la fin de lAge du Bronze. Les archologues sont perplexes quant la cause de ce cataclysme et pensent quil pourrait sagir dune invasion par des peuples de la mer, entre autres propositions. Nous avons dj dans lide quil y a d avoir plus que cela.

Ce qui semble stre produit en fait, cest que ces cits-tats, aprs avoir t releves la suite des cataclysmes, ont t dtruites une deuxime fois, relativement peu de temps aprs, cette fois par des assauts militaires et des incendies. La destruction a t si complte que les cits cananennes de la plaine et de la cte ne sen sont plus jamais releves. La cause de cette destruction pourrait avoir t la campagne militaire mene par le pharaon Shishak, fondateur de la vingt-deuxime dynastie. Il est fait mention de cette invasion dans la Bible: "il arriva, en la cinquime anne du roi Roboam, que Shishak, roi dgypte, monta contre Jrusalem, avec douze cents chars et soixante mille cavaliers ; et le peuple qui vint avec lui dgypte, les Libyens, Sukkiens, et thiopiens, tait sans nombre ; et il prit les villes fortes qui taient Juda, et vint jusqu Jrusalem.... Et Shishak, roi dgypte, monta contre Jrusalem, et prit les trsors de la maison de lternel et les trsors de la maison du roi : il prit tout. Et il prit les boucliers dor que Salomon avait faits.."

Shishak/Sheshonq avait ordonn de graver une inscription triomphale sur les murs du temple de Karnak pour commmorer lvnement. Cette inscription donne une liste denviron cent cinquante villes et villages qui ont t rass pendant sa marche vers la mer. Lobjectif des Egyptiens parat avoir t les grandes cits cananennes de Rehov, Beth-Shean, Taanach, et Megiddo. Un fragment dune stle de la victoire portant le nom de Shishak a t trouv Megiddo. [12] Dpaisses couches de cendres et des vestiges dimmeubles effondrs sont les tmoins muets de la rage du pharaon qui a fait prir de mort violente et soudaine le territoire cananen vers la fin du dixime sicle av. J.-C. Il reste peu de tmoignages de cet assaut dans les collines, car cette campagne tait principalement dirige contre les cits de la valle de Jezrel. Si un temple a t pill par Shishak, ce nest pas Jrusalem.

Cependant, il semble que cette incursion de Shishak a permis aux populations des hautes-terres de se rpandre jusquaux basses-terres au dbut du neuvime sicle. Mais entre-temps, les dcouvertes archologiques montrent que, loin au sud, Jrusalem continue tre constitue de villages disperss et de pasteurs nomades.

Voil ce que nous dit lvidence la pointe de la bche pour lpoque de la fin suppose de la monarchie unie des environs de 900 av. J.-C.

Dans le royaume du nord, on constate la prsence de centres administratifs rgionaux ds le dbut du neuvime sicle. Ces centres taient lourdement fortifis et comportaient des palais raffins et luxueux. Ces cits incluent Megiddo, Jezrel, et Samarie. Au sud du territoire, des constructions semblables ne font leur apparition quau septime sicle. Et mme lpoque o de nouvelles mthodes de construction se sont rpandues dans le sud, les difices y sont plus petits et de moins bonne qualit.

En rsum, le royaume au nord dIsral, prtendument le vilain dissident qui avait quitt le grand royaume uni de David et de Salomon au sud, tait en fait un tat bien dvelopp, tandis que la Jude tait toujours un parent pauvre.

Yahv tait prsent dans les deux royaumes, mais parmi un panthon contenant de nombreux autres dieux. Et il est certain que les populations des deux royaumes ont partag des rcits identiques concernant leurs origines, encore que les versions aient pu diffrer; et ces populations parlaient certainement des langues semblables. Pour la fin du huitime sicle av. J.-C. lcriture est devenue commune galement. Cependant, ce qui diffrencie les deux royaumes, cest quils ont une exprience diffrente du monde qui les entoure. Leurs dmographies sont diffrentes. Leurs conomies sont diffrentes. Leurs cultures sont diffrentes. Et leurs relations avec leurs voisins sont diffrentes. Bref, leur Histoire et leur culture divergent totalement.

La question que nous aimerions pouvoir poser est: pourquoi la Bible parle-t-elle dun schisme et dune scession dIsral par rapport au royaume de Juda, alors quaucune preuve archologique ou historique ne vient lappui de cette assertion? Pourquoi ces deux royaumes sont-ils toujours dpeints comme des rejetons jumeaux dun grand empire unique dont le centre est Jrusalem? Il y a une raison cela, ainsi que nous allons le voir.

En fait, le premier grand roi dIsral est Omri. La Bible raconte une histoire trs confuse et fragmentaire de la premire priode du royaume septentrional aprs sa suppose dfection. Le rcit de sordides violences et trahisons culmine avec le suicide dun usurpateur: Zimri, dans les flammes du palais royal de Tirzah. Omri, commandant de larme, est invit par le peuple devenir roi, et il se fait naturellement un plaisir de lobliger. Ctait un bon choix. En outre, cette histoire ressemble assez celle de David un commandant militaire choisi comme roi en lieu et place des hritiers de Sal.

Omri se btit une nouvelle capitale Samarie, et tablit les fondements de sa dynastie. Douze annes plus tard, son fils Ahab monte sur le trne. Ahab fait un brillant mariage: il pouse la fille du roi phnicien Ethbaal, Roi de Tyr, et nous arrivons ainsi une curieuse connexion avec le rcit biblique dcrivant lamiti de Salomon pour "Hiram, roi de Tyr". Est-ce que ce Ethbaal aurait t le vrai "Hiram?" Quoi quil en soit, Ahab a bti de magnifiques cits et cr lune des armes les plus puissantes de la rgion. Il a conquis de vastes territoires au nord et en Transjordanie, et Isral a connu la richesse et un commerce florissant. Enfin, le royaume dIsral tait devenu digne dtre remarqu! Mais le caractre de ce royaume tait bien diffrent de celui du petit royaume de Juda.

De tous les textes bibliques, Ahab doit tre le personnage le plus ha.

Quest-ce que Ahab avait bien pu faire pour tre honni de la sorte? Il avait commis le plus grand de tous les pchs bibliques: il avait introduit des dieux trangers dans le pays dIsral et avait fait mettre mort les prtres et prophtes de Yahv. En outre, il lavait fait sous linfluence de la mchante princesse quil avait pouse: Jzabel. La Bible stend longuement et avec complaisance sur les pchs de ce couple fameux. Il nous faut cependant noter que ces mmes pchs ont t attribus Salomon, mtamorphos, il est vrai, en monarque dun royaume mridional, cest pourquoi il a t pardonn, mme si Yahv tait dtermin punir sa famille. Nous nous sentons un peu dsorients ici par le sentiment que les rcits concernant Omri et Ahab, David et Salomon sont essentiellement les mmes. Jzabel tait hae tout spcialement parce quelle avait donn la rcle aux prophtes et aux prtres de Yahv. Salomon est dit avoir vinc les prtres de Silo; ici encore les rcits se recoupent donc.

Dans la Bible, les hros de lhistoire de Omri et Ahab sont les prophtes Akhija et Elise indubitablement prtres de Silo (cela a son importance, comme nous le verrons bientt) en effet, il est dit dans le Livre des Rois (1) 14:2 que ctait la ville du prophte Akhija. Confront Ahab, Akhija dmontra de manire clatante la puissance de Yahv, et le rsultat fut que les prophtes du dieu tranger, Baal, furent saisis et massacrs au gu de Kishon.

Naturellement, Jzabel fit un esclandre, et Akhija sentit quil tait temps dadopter un profil bas. Il sen alla vers les collines du dsert et parla Dieu sur le Mont Horeb, tout comme Mose est suppos lavoir fait. Yahv pronona une prophtie terrible contre Ahab mais, curieusement, lui laissa quelque chance de se racheter, puisque nous le voyons par la suite victorieux de Ben-Hadad, roi dAram-Damas. Yahv, tait semble-t-il prt se laisser flchir si Ahab acceptait de supprimer Ben-Hadad. Mais Ahab dcida en faveur de la paix, et un trait fut sign. Le rcit se poursuit, calomniant de bout en bout Ahab et Jzabel. Aprs sa mort, un autre gnral de larme, Jhu, est lu roi par les agents dAkhija. Cet individu est davantage du got de Yahv, parce quil veille ce que Jzabel ait une fin horrible: jete par une fentre et dvore par des chiens.

Jhu fait ensuite rechercher tous les fils dAhab (il y en avait 70 parat-il) quil avait eu dun certain nombre dpouses ou de concubines, les fait tous massacrer et fait un monticule de leurs ttes aux portes de la cit afin dinspirer respect et confiance dans le nouveau roi (sans compter Yahv).

La Bible dit que les Omrides ont t dcims par Jhu, mais il semble que ce nait pas t le cas. En 1993 a t trouve une inscription attribue Hazal, roi dAram-Damas. Daprs cette inscription, Hazal aurait mis la main sur la cit de Dan aux alentours de 835 av. J.C., et elle comporte aussi une allusion la Maison de David". Linvasion par Hazal est clairement celle qui a affaibli le royaume septentrional. Le texte de linscription de Dan lie la mort de Jhoram, le fils dAhab et de Jzabel, une victoire aramenne. Hazal se vante: "[Jai tu Jho]ram fils d [Ahab] roi dIsral et [jai]tu [Ahaz]iahou fils de [Jhoram ro]i de la Maison de David. Et jai mis [leurs villes en ruines et mis leur pays dans la [dsolation]".

Il se fait donc que la probabilit selon laquelle la violente destruction des palais salomoniens aurait t le fait du pharaon Shishak vers la fin du dixime sicle av. J.-C., nest pas avre, et que cest en ralit Hazal qui la provoque, vers 835. Cest ainsi que prit la dynastie des Omrides.

Remarquez quHazal se rfre la dynastie des Omrides comme la "Maison de David." Pourquoi? Est-ce quen fait Omri tait l Aim de Yahv? Ou bien est-ce que la Maison de lAim tait lorigine aime dun autre dieu?

Nous commenons entrevoir, cependant, comment la terrible prophtie dElise concernant le sort dAhab sest ralise: grce une dformation des faits. Bien sr, comme nous allons le voir, un tas dautres prophties de Yahv se sont accomplies aprs les faits, et mesure que la Bible tait crite. Lincursion contre Ben-Hadad, que Ahab tait suppos tuer, chose quil navait pas faite et qui avait suscit la colre de Yahv, se place en fait beaucoup plus tard dans lHistoire du royaume septentrional.

Nous voyons donc mainte et mainte reprise que lorsque les anachronismes et inexactitudes historiques sont ts des rcits, il ne reste pratiquement rien de la Bible proprement dite, si ce nest dennuyeuses histoires de menaces profres par Yahv et laccomplissement de menaces destines faire de Yahv le Dieu Universel. Ce processus implique-t-il daltrer et dformer les faits de manire les rendre pratiquement impossibles reconnatre? Tant pis.

Ce que les dcouvertes la pointe de la bche nous rvlent propos des Omrides cest quil sagit dun grand royaume et dune priode de prosprit gnrale.

Ce royaume est en fait le modle du royaume dIsral tel que vu par David et Salomon tous gards, sauf le culte de Yahv. Et voil pourquoi il a t condamn par ceux qui ont crit la Bible, et retravaill de manire faire de Yahv le dieu qui a permis la grandeur dIsral et dont labandon la ensuite mis genoux.

Les faits montrent exactement le contraire. Isral na jamais rien accompli de grand sous la frule des prtres de Yahv: il ny a eu que de grandes souffrances et lexil par la faute de gouvernants qui se sont eux-mmes tir dans le pied avec leur politique double face et leur culture isolationiste.

Les Omrides ont t une puissante famille de militaires ayant rgn sur lun des tats les plus puissants du Proche-Orient pendant cette priode. Cest cette poque que le reste du monde a commenc prendre conscience de lexistence dIsral. Une stle de lpoque dit que : Omri tait roi dIsral et fut loppresseur de Moab". Moab tait un tat vassal dIsral. Linscription sur la stle nous dit ensuite comment Mesha, le roi de Moab ayant ordonn linscription sur la stle, tendit son territoire en signe de rbellion contre Isral. Nous apprenons de Mesha que le royaume dIsral stendait loin lest et au sud de ses territoires primitifs dans les collines du centre.

La Bible souligne plusieurs reprises les embarras militaires des Omrides, mais il semble que les comptences de ceux-ci leur aient tout de mme permis dassembler une arme qui a tellement impressionn le grand roi assyrien Salmanazar III quil a pris la poudre descampette et sest ht de rintgrer ses foyers. Naturellement, Salmanazar sest vant de sa victoire dans ce qui a t appel lInscription du Monolithe. Mais on la retrouve Nemrod et non pas en Isral, ce qui montre bien qui a eu le dessus! La Bible mentionne une arme aramenne faisant le sige de Samarie. Mais il est clair quil sagit dune arme assyrienne, et Isral avait la sienne propre.

Les nombreuses trouvailles archologiques faites en Palestine et que lon a longtemps affirmes tre des preuves des rgnes de David et de Salomon, ont dmontr par la suite quil sagissait en fait de densembles construits par Omri et Ahab. Il se fait donc que, sil y a eu un David et un Salomon en Isral, il sest en fait agi dOmri et Ahab, la dynastie qui a tabli la premire monarchie accomplie en Isral.

Un lment de preuve est que les constructions dOmri impliquent des oprations sophistiques de dblayage et remblayage, pour faire des petites bourgades perches au sommet des collines, dimportantes forteresses. Do sont venues la puissance et la richesse? Quest-ce qui a permis au royaume du nord de se dvelopper en un tat omride?

Avec les ressources limites du pays des collines, qui suffisaient peine la subsistance des petites villes et bourgades, quest-ce qui a permis une telle expansion?

Comme nous lavons not, la destruction des cits des basses-terres la fin du dixime sicle av. J.-C., ouvrait la porte un homme fort, dot dintelligence et dambition. Apparemment, cet homme fort et intelligent a t Omri. Il na pas t responsable de la destruction des "Philistins  de David, ainsi que la Bible la clam haut et fort, mais il a certainement t lhomme de la situation, qui a su quand son toile montait. Il a tendu le territoire depuis le pays des collines des dbuts jusquau coeur du territoire prcdemment cananen, en conqurant Megiddo, Hazor, et Gezer. Et il a envelopp les territoires de la Syrie mridionale et de la Transjordanie. Il a tabli un tat vaste et diversifi qui possdait de vastes tendues agricoles et contrlait une route commerciale internationale prospre. Plus significatif encore: son territoire tait compos dune socit multi-ethnique. Voil encore une raison pour laquelle il a t diabolis par les auteurs de la Bible.

Lorsque le royaume septentrional dIsral a uni les hautes-terres de Samarie aux valles du nord, les divers cosystmes ont t intgrs, ainsi que leurs diverses populations. Il est trs probable que les occupants du territoire au cur des hautes-terres se soient sentis israliens, mais les populations autochtones des basses-terres et des valles taient cananennes. Plus au nord se trouvait lethnie aramenne. Vers les ctes, Omri rgnait sur des populations dorigine phnicienne. Larchologie nous rvle que les racines culturelles de chacun des groupes sont restes cohrentes tout au long de cette priode, et donc nont pas t perturbes par Omri. Les modles doccupation de ces territoires sont rests stables; il est donc vident quOmri na rien impos personne cet gard. En ce qui concerne les croyances religieuses non plus. Il a vraiment unifi les tribus de Palestine; mme si elles ntaient pas, comme laffirme la Bible, issues des "fils de Jacob" et unies sous la houlette divine de Yahv, ces tribus offraient un mlange vari et unique. Et il est trs probable que cest ce rassemblement de diffrents groupes ethniques qui a rendu ncessaire le mythe des douze tribus comme autant de familles. Cest sans doute cette diversit mme qui a t le facteur le plus important de la croissance et de lexpansion de la dynastie omride. Selon les estimations, Isral pourrait avoir t ltat le plus peupl du Levant. Son seul rival tait Aram-Damas en Syrie mridionale.

La monte en puissance dOmri a concid avec la renaissance globale du commerce dans la Mditerrane orientale. Les cits portuaires de Grce, Chypre et de la cte phnicienne soccupaient activement de commerce et dchange, et cest grce Omri quIsral a galement eu sa part de prosprit. Il y a eu une forte influence artistique phnicienne sur la culture isralienne, et lon retrouve dans les strates archologiques de nombreux vaisseaux de style cypriote-phnicien. Cela nest pas rellement trange, si lon se souvient quAhab avait pous une princesse phnicienne.

Conceptuellement et fonctionnellement les citadelles omrides ressemblent aux grandes cits-tats cananennes de la fin de lAge du Bronze. Une semblable continuit culturelle est perceptible dans des endroits comme Taanach, o lon a dcouvert un support doffrandes du neuvime sicle av. J.-C., dcor de motifs labors dans le style cananen de lpoque. Tout cela est intressant, mais prsente cependant un problme: du point de vue archologique, il ny a rien de particulirement isralien dans le royaume septentrional. En fait, cest seulement par la Bible que nous apprenons ou plutt que lon nous dit que ce royaume tait isralien, dtach de lempire de Salomon. Le caractre profond de la dynastie omride est celui dune puissance militaire, de ralisations architecturales, de sophistication gouvernementale, et de tolrance cosmopolite. Mais tout ce que nous apprenons de la Bible cest combien Omri et Ahab se hassaient.

Lauteur biblique a manifestement t oblig de raconter les vnements authentiques survenus autour dOmri, mme sils avaient dj t mythifis, mais il sest arrang pour les dformer tous. Il a minimis sa puissance militaire et la ridiculise par des rcits dchecs. Il a omis les nombreuses victoires et succs qui ont d se produire, sans quoi la dynastie naurait pas russi une telle expansion.

Lauteur de la Bible a galement li lopulence de la dynastie lidoltrie et linjustice sociale; il a ml la princesse phnicienne des pratiques diaboliques et une prostitution de faux dieux.

Non seulement lauteur de la Bible a historicis ce qui avait dj t mythifi, mais il y a aussi instill son venin.

En rsum, il a voulu dmontrer que toute lHistoire du royaume septentrional reposait sur le pch et le stupre.

Et cependant, lvidence historique nous dit le contraire.

Lauteur de la Bible nous raconte ensuite lhistoire de la Maison de David" comme si elle tait la proprit exclusive du royaume mridional. Et nous commenons comprendre pourquoi: cest pour justifier linstauration de Yahv comme Seul Dieu: le Dieu dIsral.

Pt 4: Les Dix Tribus Perdues

[12] Malheureusement, il avait t jet parmi des dtritus sur le site archologique, de sorte que sa provenance prcise nest pas connue.


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .