L'Onde
Laura Knight-Jadczyk



Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



Chapitre V:
Ralits perpendiculaires, Tesseracts, et autres phnomnes tranges

La Connaissance protge, l'Ignorance expose au pril (Cassiopens)

Traduction par Micheline Deschreider

Entre la séance de "démonstration" du mois de mars 1995 et la visite du Dr. Santilli en mai de la même année, les Cassiopéens nous présentèrent un autre concept étrange, en relation, semble-t-il, avec l'Onde. Je ne l'ai pas inséré dans l'ordre chronologique des séances, parce qu'il m'a semblé que l'attention serait déviée de la série d'événements résultant de notre collaboration avec le MUFON, mais d'une certaine manière cela les relie, bien que ce lien ne nous soit apparu que bien plus tard. Une fois encore de façon inhabituelle, les Cassiopéens mirent sur le tapis un sujet qui nous mena peitit à petit à l'idée qu'ils voulaient que nous saisissions, et cette fois ce fut Terry le catalyseur. Je pense que pour vous, lecteurs, il sera plus facile de lire le compte rendu tel quel, sans commentaire préalable. J'ai seulement ajouté quelques remarques en caractères gras, afin que vous les gardiez bien en mémoire.

29-04-95

Q: (L) Bon. Nous avons commencé un peu tard, ce soir...
R: Terry, était-ce en octobre 1964?
Q: (L) A quoi se réfère cette question?
R: Demandez à Terry! Lac, immeubles en briques jaunes et en briques brunes, journée fraîche, grilles, grand cylindre de couleur cobalt, oscillant.
Q: (T) Je devais avoir 14 ans J'étais un jeune collégien le cousin de mon père avait une résidence près du lac de Kuka et nous avions l'habitude d'y aller leur rendre visite… des grilles ? Je ne me souviens de rien. Désolé. J'ai un blanc.
. R: Nous voyons des images... A présent nous voyons des maisons de style victorien, un toit vert à pignons… un champ… des immeubles de briques brunes…
Q: (T) Octobre?
R: Nous t'avons posé la question
Q: (T) Bleu foncé? (J) Bleu cobalt. (T) Bleu foncé, presque noir? (J) Le cobalt est bleu éclatant
R: Le cobalt a une couleur métallique bleu d'outremer.
Q: (T) Eh bien, mon frère n'était pas à la maison… Je sais de quoi vous voulez parler ! Oui, j'ai vu quelque chose. Je ne sais pas si c'était en octobre 1964, Mais je me souviens que je l'ai vu!
R: Bien, maintenant nous sommes dans la bonne voie… Que vous est-il arrivé ce jours-là, pensez-vous ?
Q: (T) Je ne me souviens de rien d'autre que d'avoir vu cet objet; il est venu flotter au-dessus de la maison puis s'est éloigné dans une autre direction. Je ne me souviens de rien d'autre. J'étais dehors, le regardant arriver puis le regardant s'en aller ; je me suis tenu dehors et je l'ai observé pendant un certain temps.
R: Voisinage ; quel aspect ?
Q: (T) Cela paraissait être le voisinage habituel. Je n'ai rien vu de différent. Je ne me souviens pas...
R: Décrivez...
Q: (T) Il y avait un groupe de maisons, construites dans les années 50, à la limite de la ville qui longe Rochester, entourées de la majorité des bâtiments Kodak - dans cette zone - la plus grande partie de Rochester; de l'autre côté de la rue il y avait un champ, avec une cour d'école entourée d'une grille. Il y avait une école dans un immeuble à deux étages en briques brunes ou rouges. C'est là que j'ai été en classe, en cycle secondaire. Je ne me souviens pas d'immeubles en briques jaunes, mais notre maison était de couleur verte à cette époque, et la maison voisine était jaune, avec de petits ornements blancs sur le toit. Il n'y avait pas de pignon, mais cela ressemblait à un pignon. Il y avait de petits pignons au-dessus des portes d'entrée de la plupart des maisons. Les portes se trouvaient à l'avant, et il y avait une sorte de petit toit triangulaire. Il y avait un stade de l'autre côté de la cour de l'école, derrière le club de football Aquinas. C'était leur stade. Il y avait quelques champs et au bas de la rue, l'un des derniers petits bois à l'intérieur des limites de la ville ; ce n'était pas un parc.... des rails de chemin de fer à environ cinq blocs vers l'est. Le lac, l'Ontario. Rochester est près de ce lac, à une distance de dix à quinze kilomètre de là. Je m'y rendais souvent à vélo… l'environnement en lui-même ne paraissait pas différent, parce que j'avais obervé l'objet alors qu'il survolait le champ. Je me souviens de ma mère. Je ne sais pas si mon frère était présent, mais je me souviens de ma mère et de la voisine. La voisine était debout sur le chemin qui menait à la maison et elle parlait. Elles m'ont appelé parce que je me trouvais à l'intérieur de la maison, regardant un programme de TV. Je ne sais pas si c'était au mois d'octobre cependant, parce qu'il faisait encore chaud et ensoleillé. Il est arrivé très haut de l'ouest, au-dessus d'un champ, près du stade, est descendu vers nous, s'est dirigé vers nous. J'ai pensé qu'il allait nous passer dessus. Il ne s'est pas dirigé vers nous avant que nous le regardions...
R: Le faisait.
Q: (T) Oui. Il se dirigeait vers nous. Il a semblé changer de direction quand je suis sorti et que j'ai commencé à l'observer. Il s'est dirigé tout droit et ....
R: L'objectif c'était vous.
Q: (T) L'objectif c'était moi? Je n'ai pas pensé que j'avais été choisi à ce moment.
R: Oh vraiment?
Q: (T) Eh bien, il y avait des gens là...
R: Le temps est " gelé " pendant les enlèvements.
Q: (T) L'objet se mouvait clairement un comme une feuille qui tombe, et j'ai pensé que c'était très étrange. Il est venu tout près de la maison, sur le côté de la maison où, quelques années plus tard, quelque chose m'est arrivé tandis que je me trouvais à la cave. Il se trouvait exactement au-dessus de l'endroit où j'aurais dormi....
R: Oscillant.
Q: (T) Je pensais qu'il avait absolument l'air d'être métallique et si j'avais eu un petit pistolet à grenaille, j'aurais pu lui tirer dessus ; il ne se trouvait pas à plus de 15 mètres de hauteur. Il avait environ 3 à 5 mètres de long, et un mètre à un mètre vingt de tour. Il ressemblait à une barrique à vin arrondie aux deux extrémités, mais il n'était pas aussi pansu ; il était plus long et plus fin. (F) Il ressemblait à un hotdog? (T) Il me semblait métallique. Il était lisse. Parfaitement lisse. (L) Où allons-nous maintenant ? Ceci a manifestement été mis sur le tapis pour une bonne raison. Si Terry a été enlevé...
R: Carrefour.
Q: (L) Cela a été un carrefour dans la vie de Terry?
R: Et à présent, la connexion est complète.
Q: (T) Je ne suis pas...
R: Remémore-toi des rêves récents.
Q: (T) Des rêves récents… J'ai rêvé que j'emménageais dans un immeuble et j'avais quelque chose qui ressemblait à un cordon électrique qui allait vers le dehors… une sorte de connexion… Je ne me souviens pas d'eux… ils sont seulement très vifs dans mon esprit. Est-ce que quelque chose a pu m'arriver récemment, dont le début a été cette expérience?
R: Oui.
Q: (T) Cela a quelque chose à voir avec ce que nous faisons ici, mais ce n'est pas de la connexion tout enière que nous parlons en ce moment?
R: Pas exactement.
Q: (T) La connexion complète se rapportait à autre chose?
R: Lié.
Q: (T) Est-ce que cela a quelque chose à voir avec mon travail?
R: En partie.
Q: (T) Est-ce que cela a à voir avec le fait que je dis certaines choses à des collègues oau travail ou dans d'autres endroits, quand je parle d'événements qui se produisent en ce moment et que je tente d'élever leur niveau de pensée à ce sujet?
R: Oui . Maintenant, explorons la liste de vos amis et connaissances, et vos de expériences au cours des années qui ont immédiatement suivi l'événement, afin de voir si nous pouvons découvrir quelque chose d'étonnant!!!
Q: (T) Sommes-nous certains qu'il s'agit de 1964 et non 1974?
R: Terry, vous devriez le savoir!
Q: (T) Je demande seulement parce que cet événement et l'événement qui s'est produit en hiver avec les voix derrière la fenêtre et toutes les choses étranges qui se sont produites cette nuit semblaient être beaucoup plus proches l'un de l'autre, et cet événement s'est produit au cours des années 70. C'était proche de mon voyage en Arizona et toutes les choses étranges avec la voiture et tout ça.
R: Oh, il y a teeeeeeellement de choses, n'est-ce pas Terry! Il est temps de les dire.
Q: (T) Après le collège. Mais à cette époque je fréquentais surtout des gens que j'avais rencontrés à Edison. Tom ___, un tas de gens nommés Tom. J'allais souvent près du lac et j'en faisais le tour pendant la nuit. Nous ne faisions que consommer beaucoup d'essence. Je me sentais à l'aise parce que je faisais un tas de choses, mais la plupart des gens que je connaissais ne s'entendaient pas bien entre eux. Je fais encore cela actuellement ; l'expérience m'a appris que je ne peux pas mélanger mes amis. J'ai appris à cette époque que chaque personne au sein d'un groupe, a sa contrepartie dans tout autre groupe. Les groupes sont différents, mais ils sont tous constitués de la même façon, et j'étais toujours " ma " personne dans n'importe quel groupe. Il n'y avait personne, dans aucun des groupes que je fréquentais à l'époque, qui était comme moi ; j'étais cet individu au sein de plusieurs groupes. Est-ce que cela a quelque chose à voir avec ce qui s'est produit quand j'ai obtenu mon permis de conduire et que nous avons parcouru toute la région en voiture ? Nous avons parcouru toutes les régions environnant le lac…
R: Jusqu'à un certain point.
Q: (T) Nous avions l'habitude de parcourir les collines pendant la nuit. De longues promenades en voiture. (L) Est-ce quelque chose de particulier s'est produit au cours d'une de ces équipées ?
R: Cela se peut...
Q: (T) Est-ce que cela a quelque lien avec cette ville bizarre que j'ai traversée une nuit et que je n'ai jamais plus pu retrouver? Est-ce que c'est lié à ça?
R: Oui.
Q: (T) C'est la ville la plus étrange que j'aie jamais vu. David Lynch n'est rien à côté de ça! Une nuit, je me dirigeais vers le sud ouest de New York. Je n'étais plus au collège. J'étais souvent camé à l'époque, de sorte que la plupart de mes expériences ne sont pas fiables, parce que j'étais camé. Une nuit, j'ai traversé une ville, là bas dans la partie sud, dans la zone des lacs en forme de doigts, et c'était très étrange. J'avais traversé toutes ces petites villes, et il y avait des gens et toutes sortes de choses. Pas des masses, mais au moins quelques personnes.. Il était environ 9 ou 10 heures et j'ai traversé cette ville. Il y avait des immeubles à étages bordant cette rue principale à deux bandes de circulation, avec un trottoir étroit, et c'était comme si je traversais un canyon, et les immeubles s'élevaient tout droit en l'air. Il y avait des points d'éclairage placés régulièrement, mais c'était de ces petites lampes jaunâtres qui n'éclairent pas bien. Il n'y avait absolument personne là. Personne dans aucun immeuble. Toutes les issues en étaient condamnées. Cela ressemblait à une ville, mais ce n'en était pas une. Je longeai environ quatre blocs, revins à mon point de départ, tournai et retraversai, parce que je ne pouvais en croire mes yeux. Par la suite je fus incapable de la retrouver et je n'en connais pas le nom.
R: Découvrez.
Q: (S) C'était la Zone Crépusculaire... (T) Est-ce que cette ville...
R: Oui.
Q: (L) Vous vous êtes trouvé dans une autre réalité.. (T) Ce n'était pas vraiment une ville, n'est-ce pas ?
R: Non.
Q: (T) Ça m'a donné la chair de poule. Et j'ai tourné dans les rues et traversé la ville une deuxième fois,parce que je ne parvenais pas à me convaincre qu'elle était là.. (S) Etiez-vous seul? (T) Oui, j'étais tout seul ; il n'y avait personne avec moi. Les lampadaires ressemblaient à ceux que l'on utilisait dans les années 20… littréralement comme une ville fantôme. (L) Vous, là-haut, qu'essayez vous de nous dire à propos de Terry ou par l'intermédieaire de Terry? Est-ce que l'événement récent survenu à Terry personnellement, et que vous avez mentionné, ne s'est produit que dans la vie de Terry?
R: Oui.
Q: (T) Toutes les relations que j'avais à cette époque étaient avec des personnes qui avaient des idées bien particulières, qui comprenaient des choses, qui avaient des expériences personnelles différentes de celles de la plupart des gens, et qui savaient que la plupart des gens sont incapables de former des relations ou de comprendre. Ce n'étaient pas nécessairement des expériences d'enlèvements, mais ces personnes avaient des expériences dans leur vie...
R: Oui, mais c'est le signe de quelque chose de plus significatif.
Q: (T) Est-ce que c'est dû au fait que je suis capable de nouer des relations avec des types d'individus très différents?
R: Tous ont le même " niveau " d'origine .
Q: (L) En d'autres termes, il a noué des relations avec des personnes semblables à lui-même? Et est-ce que toutes provenaient du même " plan ", pour ainsi dire d'ailleurs ?
R: En quelque sorte.
Q: (L) Est-ce que le vaisseau dont nous avons parlé au début signifie que les interactions entre toutes ces personnes avec lesquelles Terry a formé des amitiés ou des liens ont à voir avec cette époque?
R: Oui, mais pas problème central.
Q: (T) Partageons-nous tous une expérience commune ?
R: En quelque sorte.
Q: (L) Ont-ils tous la même origine?
R: Oui.
Q: (L) Et quelle est cette origine?
R: Neormm.
Q: (L) Neormm?
R: Equivalent le plus proche de l'anglais.
Q: (L) Est-ce un lieu?
R: Oui.
Q: (L) Où se trouve-t-il?
R: Consultez des livres d'astronomie.
Q: (T) Est-ce une étoile? Est-ce que moi-même et tous ceux avec qui j'ai établi des liens spéciaux que je considère durables, provenons d'une autre étoile?
R: Dans une réalité perpendiculaire.
Q: (L) Très bien! Où en sommes-nous à présent? Nous avons découvert que Terry a quelque chose comme une " réalité perpendiculaire " qui traverse sa vie et continuera à le faire. Est-ce correct ?
R: Oui.
Q: (T) Qu'est-ce qu'une réalité perpendiculaire?
R: Intersection avec frontière d'un autre monde.
Q: (L) Donc, en d'autres termes, on peut arriver mentalement à la frontière d'un autre monde parce qu'on a une réalité qui fait l'intersection avec ce monde. Correct?
R: Non. Ils fusionnent.
Q: (L) Bon. Nous avons découvert la signification du fait que Terry appartient en partie à un autre monde du fait d'une réalité perpendiculaire extraterrestre qui provoque des interactions avec d'autres personnes qui ont elles-mêmes des réalités perpendiculaires. Et ça sert à quoi tout ça ? [rires] (S) On doit faire quelque chose! (J) C'est un hobby.
R: "ça sert" est un concept de 3e densité, et vous avez besoin d'un recyclage!
Q: (T) "Remède Cassiopée 101." (L) Bien. J'essaie seulement de comprendre de quoi il s'agit. Où allons-nous ici?
R: Alors étudiez ce que nous vous communiquons et ce que vous avez déjà " enfermé en vous-mêmes ", c'est-à-dire qu'il est temps d'avoir la clé!
Q: (L) Ce que je pense c'est que peut-être tout le monde fait cela, en ce moment-même sur la planète ; il y a sans cesse des groupes qui forment des liens avec d'autres personnes avec lesquelles elles partagent une réalité alternative. (J) En d'autres mots, nous nous attirons tous mutuellement? (F) C'est ça ; ça semble logique. (L) Dans ce cas, quelle est la réalité alternative que nous partageons ? ou bien nous ne partageons aucune réalité alternative mais chaque personne représente une réalité alternative, différente de toutes les autres, et ces personnes sont un point de connexion?
R: Dernier concept est exactement correct!
Q: (T) Nous sommes ce qui est commun à chacun dans notre groupe?
R: Qu'avons nous dit à propos de l'augmentation de puissance?
Q: (L) En ce qui concerne les "clés", j'ai entendu et lu à propos de ce concept que certaines personnes (ou peut-être tout le monde), ont " enfermé " en elles-mêmes, des " poches d'énergie " -à défaut de termes plus appropriés- ou des connaissances formant un " motif " électromagnétique dans leurs champs… alors, former des groupes de cette manière serait...
R: Comme d'assembler les pièces d'un puzzle.
Q: (L) Nous sommes les pièces d'un puzzle?
R: Dessinez sur un morceau de papier, une intersection perpendiculaire.
Q: [Nous prenons un papier et dessinons la figure.] (L) Comme ça?
R: Non, faites un " T " renversé de haut en bas
Q: [Terry essaie à nouveau] (L) Pouruqoi ne le dessinez-vous pas sur le tableau pour nous? [elle attache le crayon à la planchette à côté de la feuille de papier] Allez-y les gars, dessinez! [la planchette dessine la figure qui est un cercle intérieur entouré d'un cercle extérieur, connecté par plusieurs rayons, comme les rayons d'une roue de chariot.]
Q: (J) Est-ce que c'est un dessin comme dans les champs de céréales ?
R: Cela a été fait, oui. Désigne l'union de réalités perpendiculaires.
Q: (L) Est-ce que la ville que Terry a traversée était une parmi plusieurs villes de réalités perpendiculaires?
R: En quelque sorte. Il faut dessiner sept rayons.
Q: (L) Et revoilà le chiffre sept! Chaque personne du groupe est un rayon?
R: Oui.
Q: (L) Est-ce que nous découvrirons encore d'autres choses à props de ce concept à mesure que nous progresserons?
R: Bien sûr!
Q: (L) Une fois les sept personnes, c'est-à-dire " rayons " en place, est-ce que cela accroîtra notre puissance/connaissance de manière exponentielle?
R: De manière explosive.
Q: (T) Bon. Nous avons l'image sur le papier, avec les sept rayons. Qu'est-ce que nous devons en faire ensuite ?
R: Ouvert. Tout se mettra en place; maintenant vous devez réfléchir à la signification et nous vous disons bonne nuit!

En relisant le compte rendu de cette séance, il me semble à présent que la " connexion complète " à laquelle les Cassiopéens faisaient allusion pourrait bien être le fait que Terry a mis en contact notre petit groupe avec le groupe du MUFON, ce qui a conduit à la séance de " démonstration " lors de la deuxième réunion du MUFON, et ensuite à la " séance Santilli ", qui a eu par la suite d'importantes répercussions que nous ne pouvions prévoir à l'époque. Mais je pense qu'en réalité, les indices donnés au cours de cette séance méritent une analyse plus approfondie, particulièrement en ce qui concerne cette ville étrange, désignée sous le nom de "Neormm" par les Cassiopéens. Cette séance reste encore à ce jour un mystère pour moi, et si quelqu'un a des idées à proposer à ce sujet, je serai heureuse de pouvoir en prendre connaissance.
Nous sommes revenus au problème des " réalités perpendiculaires " quelque temps après, et le sujet fut développé de manière très intéressante:

06-17-95
Q: (T) Il y a quelques séances de cela, alors que nous discutions des " réalités perpendiculaires ", vous nous avez parlé de quelque chose qui m'est arrivé et j'ai dû reparcourir en pensée une partie de ma vie et analyser mes relations avec d'autres personnes à partir d'une certaine époque jusqu'à présent, et vous avez dit qu'il s'agissait d'une réalité perpendiculaire. Quelle est la définition d'une réalité perpendiculaire ?
R: Fondamentalement, mais non exclusivement, une réalité perpendiculaire implique notre chemin de vie et la façon dont ce chemin s'intègre dans un cycle ou dans une roue lorsqu'on est connecté à d'autres qui suivent un chemin similaire. Si vous pouvez vous représenter une roue formée d'un cercle à l'intérieur d'un autre cercle et y inscrire des séparations parfaitement égales, vous obtiendrez la meilleure représentation d'une réalité perpendiculaire, car une telle réalité n'implique pas entièrement l'expérience d'un seul individu mais bien l'expérience d'un groupe d'individus, dans le cadre d'une progression vers un but plus grand, si vous voyez ce que nous voulons dire. C'est cela que nous qualifions de " réalité perpendiculaire ". Ou encore, représentez-vous un cercle à l'intérieur d'un cercle, touchant des séparations à distances parfaitement égales en un cycle parfait. C'est cela une réalité perpendiculaire.
Q: (T) Vous nous avez fait dessiner ce symbole et placer sept rayons ou séparations entre les deux cercles.
R: Correct.
Q: (T) Est-ce que sept est le nombre optimal?
R: Sept est toujours le nombre optimal. Il y a sept niveaux de densité. Cela se reflète dans toutes les phases de la réalité.
Q: (T) Les gens avec lesquels j'ai eu des relations pendant cette période ont aussi fait d'autres choses que ce qu'ils étaient censés faire, à cause de leur interaction avec moi dans cette réalité perpendiculaire où nous existions tous?
R: C'est correct.
Q: (T) Vous nous avez dit aussi que chacun des membres de ce groupe provient d'une réalité perpendiculaire différente.
R: C'est correct.
Q: (T) Est-ce que c'est ici que fusionnent nos réalités perpendiculaires différentes, afin que chacun apprenne grâce à l'expérience des autres?
R: On pourrait dire que cela est correct.
Q: (L) Il a été dit alors que le cercle intérieur était la connexion avec cette réalité-ci et que le cercle extérieur et ses segments de connexion indiquaient là où la réalité perpendiculaire est " jointe à l"Onde ". Est-ce que cette remarque implique que la formation de ce canal au travers de ces réalités perpendiculaires est un préalable esentiel à la venue de l'Onde, à la venue des changements, de ce glissement de dimension ou de densité ; et est-ce quelque chose qui se produit en d'autres lieux?
R: Nous voulons vous féliciter d'être parvenus à poser six questions en une seule. [(T) Encore une seule question et vous aurez une question parfaitement perpendiculaire!] Riez!
Q: (L) Est-ce que d'une manière ou d'une autre nous sommes reliés à l'Onde, individuellement ou en tant que groupe?
R: Eh bien, il va de soi que tout est lié à l'Onde.
Q: (L) Est-ce qu'en nous connectant dans cette roue, pour ainsi dire, nous activons l'Onde d'une manière ou d'une autre?
R: Nous ne voyons pas tout à fait clair dans votre intéressante interprétation, mais il est vrai que vous avez une relation interactive avec l'Onde... Cependant, comme nous l'avons dit précédemment, vous êtes dans une relation interactive, en ce sens que l'Onde fait partie de votre réalité, elle l'a toujours été, et le sera toujours. Et cela implique, naturellement, votre progression à travers le grand cycle. Et une fois encore, la réalité perpendiculaire est, naturellement, une progression du centre vers l'extérieur, ce qui est encore un autre reflet de toute réalité et de tout ce qui existe. A présent, nous voudrions revenir à la représentation visuelle mentionnée précédemment. Vous observerez que le cercle intérieur est relié au cercle extérieur par chacune des sept lignes de séparation. Maintenant, figurez-vous le cercle extérieur comme un cercle qui s'étend sans cesse, et chacune des sept lignes de séparation comme une ligne qui s'allonge sans cesse. Bien sûr, l'expansion va se faire selon un schéma circulaire ou cyclique. Visualisez donc un cercle extérieur qui s'étend et un cercle intérieur qui ne s'étend pas. Contemplez cela, puis donnez-nous vos impressions quant à ce que cela représente.
Q: (L) Est-ce que cela représente une expansion de notre connaissance et de notre conscience?
R: En partie.
Q: (L) Est-ce que cela représente aussi une influence grandissante de ce que, et de ce qui, nous sommes sur ce qui nous entoure?
R: C'est correct. Contemplez, si vous le voulez, le cercle extérieur qui s'étend sans cesse et le cercle intérieur qui ne s'étend pas, et bien sûr, les sept lignes de séparation qui s'allongent également vers l'extérieur. Quel type de forme apparaît aux yeux de l'esprit?
Q: (L) Une roue?
R: C'est tout?
Q: (T) Une tarte?
R: Poursuivez.
Q: (L) Un oeil.
R: Maintenant nous commençons à en faire une sphère! Pourquoi est-ce que cela deviendrait une sphère?
Q: (L) Comment est-ce que cela peut devenir une sphère?
R: Comment est-ce que cela peut ne pas en devenir une!
Q: (SV) Cela va dans TOUTES les directions, ça ne reste pas plat...
R: Est-ce qu'une ligne droite est une ligne droite ou un...
Q: (L) Oh, vous ne voulez pas dire un cercle?
R: Nous voulons dire un cercle. Que devient un cercle si vous l'étendez en permanence vers l'extérieur?
Q: (J) Il disparaît.
R: Il disparaît? Comment peut-il disparaître? Où est-ce qu'il disparaît? Nous vous posons la question Jan? Jan?
Q: (J) Visuellement, à mesure que le cercle extérieur s'étend, le cercle intérieur devient de plus en plus petit, jusqu'à ce qu'il disparaisse. Si on continue à étendre le cercle extérieur, le cercle intérieur disparaît.
R: Mais il disparaît où?
Q: (J) Un trou noir?
R: Un trou noir. Bon ; c'est une possibilité. Mais nous ne vous avons pas demandé de vous conentrer autant sur le petit cercle, n'est-ce pas? C'est le cercle extérieur.
Q: (T) Le cercle extérieur doit englober de plus en en plus.
R: Et quelle forme est-ce qu'il commence à prendre? Nous vous demandons de regarder ce cercle extérieur qui s'agrandit!
Q: (J) Est-ce que nous devons supposer que les sept rayons restent de la même dimension par rapport au cercle ?
R: Eh bien, répondez vous-même.
Q: (L) Bon. Nous regardons une représentation plate. Une surface plane..
R: Eh bien, qu'arrive-t-il à une urface plane quand vous l'étendez sans cesse vers l'extérieur?
Q: (L) Nous ne le savons pas. Ça, ça... (SV) Ça continue à s'étendre.
R: Ça continue?
Q: (L) Ouais, de plus en plus grand, de plus en plus plat!
R: Vraiment? Qu'arrive-t-il à une ligne qand on l'allonge indéfiniment?
Q: (L et S) Elle continue.
R: Vraiment? Et où s'en va-t-elle?
Q: (SV) Elle se prolonge à jamais. (J) Revient sur elle-même. (L) Nous ne savons pas.
R: Oh, quelqu'un a dit " revient sur elle-même ". Et pourquoi ne savons-nous pas cela?
Q: (L) Parce que c'est comme ça. On suppose que l'espace est courbe...
R: " Parce que nous ne savons pas ". Eh bien, pourquoi ne savons-nous pas?
Q: (L) Parce que nous ne sommes jamais allés là-bas.
R: Est-ce que Colomb était déjà sorti de l'Italie ou de l'Espagne?
Q: (L) Eh bien, naturellement, Colomb avait dans l'idée qu'il y avait quelque chose, mais il n'était jamais allé là-bas, non. Mais il y est allé et a pu vérifier.
R: Est-ce qu'il avait seulement une idée?
Q: (L) Eh bien, oui, je suppose.
R: Hmmm. Ce n'est pas le souvenir que nous en avons. Ce dont nous nous souvenons est qu'il avait de l'instinct et de l'imagination, et que quand il a marié son instinct avec son imagination, il a obtenu une réalité. Et lorsqu'il a obtenu une réalité, il avait créé une réalité dont il était certain qu'elle se manifesterait dans la troisième densité physique. Il n'en avait pas seulement l'idée. Il savait que c'était comme cela. Il ne s'est pas arrêté en ajoutant des préjugés à l'équation .. Mais c'est ce que vous faites quand vous dites: "Eh bien, nous ne savons pas ce qui se passe parce que nous n'y avons jamais été!" S'il vous plaît, pensez logiquement. Nous vous avons dit à mainte reprise que tout est un grand cycle. Si c'est un grand cycle, nous vous avons parlé de cercles à l'intérieur de cercles. Nous vous avons parlé des cycles. Nous vous avons parlé des cycles des ondes courtes et des cycles des ondes longues. Maintenant, après toutes ces informations que vous nous avez demandées et que nous avons données très volontiers, vous vous attendez à ce qu'une ligne droite se poursuive éternellement en ligne droite? Comment cela pourrait-il être? Qu'est-ce qui arrive lorsque, sur votre Terre de troisième densité, vous tracez une ligne droite vers l 'Est , ou vers l'Ouest, ou vers le Nord, ou vers le Sud...
Q: (J) Elles reviennent toutes sur elles-mêmes.
R: Bien...
Q: (L) Bon, donc nous vivons dans un grand globe!
R: Vraiment?
Q: (L) Eh bien, on dirait que c'est ça ; un grand cercle ?
R: Oh, la, la, la, la ! Il vous faut étdier et apprendre davantage ma chère. Il faut étudier davantage. Même votre Albert Einstein avait une théorie à propos de ce qui s'est produit.
Q: (L) Oui, mais ce n'était qu'une théorie.
R: Oh, eh bien nous supposons qu'il faut la laisser tomber alors. Nous ne saurons jamais. Ce n'est qu'une théorie. Bien, oublions tout ça.
Q: (T) J'étends toujours ce cercle... (SV) Moi aussi.
R: Très bien. C'est ça l'idée. Continuez, et continuez, et continuez.
Q: (L) Bon. Le mien continue aussi à s'étendre, mais il n'est pas revenu sur lui-même et n'a rien rencontré. Alors, quel est le but?
R: Il faut qu'il y ait un but?
Q: (L) Bien sûr!
R: Qui dit cela ? Nous essayons de vous aider à apprendre. Quand pensez-vous que ce processus s'arrêtera ?
Q: (J) Jamais. (L) Oooh, j'espère qu'il ne s'arrêtera jamais.
R: Alors il n'y a jamais de but!
Q: (J) Gagné! (L) Il n'y a pas de but. [rire.] Eh bien, si on étend le cercle vers l'extérieur et qu'on continue à l'étendre dans toutes les directions, il tire les sept lignes de séparation, avec lesquelles il englobe de plus en plus d'espace dans une vue en coupe, et ce cercle se tourne, et vous avez une sphère.
R: Précisément. Mais Laura dit que cela signifie que nous vivons dans un grand globe. Et peut-être que c'est ainsi.
Q: (T) Oh, ce ne serait pas dirons-nous un grand globe ; ce serait seulement un grand globe à l'intérieur du cercle. Si le cercle poursuit son expansion, il s'étendra de plus en plus vers l'extérieur et le globe deviendra de plus en plus grand.... (L) Vous me rendez nerveuse... (T) Mais il s'étend sans cesse... parce qu'il n'y a pas de fin à son expansion...
R: Il n'y en a pas?
Q: (SV) Non.
R: Alors, il n'y a peut-être pas de commencement ?
Q: (T) Alors il n'y aurait pas de commencement. Seulement un grand vide ouvert. Un vide infini...
R: S'il n'y a ni fin ni commencement, qu'y a-t-il?
Q: (L) Pas de but. (J) L'ici et maintenant.
R: L'ici et maintenant, qui est aussi le futur et le passé. Tout ce qui a été, est et sera ; et tout simultanément. . C'est pourquoi un nombre très limité seulement de personnes de troisième densité sont capables de comprendre le voyage dans l'espace; parce que, même si voyager dans l'espace, dans votre troisième densité, est tout autant de troisième densité que quand vous êtes allongé sur votre lit la nuit dans une maison confortable, la référence au temps est enlevée. C'est quelque chose que vous tenez serré contre vous comme si c'était votre mère. Et c'est votre plus grande illusion. Nous vous avons dit et répété qu'il n'y a pas de temps et cependant, bien sûr, on vous a tellement lavé le cerveau avec ce concept qu'il ne vous était pas possible de vous l'ôter de la tête, quoi que vous fassiez. Mais maintenant le pouvez-vous? Imaginez que vous allez dans l'espace. Vous seriez perdus lorsque vous seriez confrontés à la réalité que tout est complètement tout en un? Non? Imaginez-vous flottant dans l'espace!
Q: (T) Est-ce que la sphère continue à s'étendre... A mesure que le cercle s'étend et qu'on tourne le cercle de 180 °, on obtient une sphère. A mesure que la sphère grandit on prend un point sur la surface extérieure de la sphère pour faire revenir cette sphère sur elle-même. On obtient un beignet , un tube intérieur qui s'étend sans fin.. Si on tord ce ce tube, on obtient un tube intérieur encore plus grand. Il continue à s'étendre et à englober de plus en plus d'espace....
R: Et à présent, si vous faites fusionner des densités ou si vous traversez des densités, ce que vous obtenez est la fusion de la réalité physique et de la réalité éthérique, ce qui implique formes-pensées par opposition à physicalité. Si vous parvenez à faire fusionner parfaitement celles-ci, alors vos réalisez que la raison pour laquelle il n'y a ni commencement ni fin est simplement que'il ne vous est pas nécessaire de contempler un début ou une fin lorsque vous avez accompli votre développement. Lorsque vous êtes en union avec l'Un en septième densité, c'est que vous avez accompli cela et il n'est plus besoin de différenciation entre formes physiques et éthérées.
Q: (SV) Je veux poser une question. S'il n'y a pas de temps, il n'y a ni passé ni présent ; il n'y a ni vies passées ni vies futures ; il n'y a pas de réincarnation, alors,c omment pouvez-vous être nous...
R: Si, il y a réincarnation. Vous voulez courir avant de savoir marcher. Nous n'avons jamais dit qu'il n'y a pas de réincarnation.
Q: (SV) Mais s'il n'y a pas de temps? (J) C'est notre perception du temps. (L) Tout se passe simultanément. Nous vivons toutes ces vies simultanément. (SV) Existe-t-il un moyen pour que nous puissions nous connecter avec tous nos autres nous-mêmes?
R: Voyez cela comme ceci: nous allons accéder à votre banque de souvenirs et vous donner une autre référence qui, il est intéressant de le noter, s'adapte tr ès étroitement à la roue de réalité perpendiculaire que nous vous asons décrite précédemment.. Vous savez à quoi ressemble un projecteur de diapositives? Pour vous donner le sentiment de ce qu'est réellement cette nature en expansion de la réalité, voyez-vous en train de regarder une grande présentation de diapositives, avec une grande roue à dias sur le projecteur. A chaque moment de la présentation vous regardez une dia particulière. Mais toutes les autres sont bien là, sur la roue, n'est-ce pas ? Et bien sûr, ceci correspond bien avec la réalité perpendiculaire, qui correspond aux cercles à l'intérieur de cercles et à des cycles à l'intérieur de cycles, et ce qui correspond aussi au Grand Cycle, qui lui-même correspond à ce que nous vous avons dit précédemment. Tout est leçons. C'est tout ce qu'il y a. Et nous vous demandons de les apprécier comme lorsque vous assistez à une projection de dias...
Q: (J) Par analogie, la lumière qui brille au travers d'une diapositive alors que celle-ci est projetée sur l'écran, c'est notre perception.
R: Et si vous regardez au centre du projecteur, vous voyez l'origine et l'essence de toute la création elle-même, qui est au niveau sept, où l'on est en union avec le Un.

Maitnenant, prenons une autre direction pendant un moment. Le lecteur qui a aussi lu le Noah Syndrome sera familiarisé avec la façon de diviser la présentation de la 4e Dimension du temps comme le fait Ouspensky dans son livre Tertium Organum:
Nous disons que l'espace est infini, qu'il est illimité en étendue et en direction. Certains peuvent postuler une limite extérieure à l'espace, mais ce qu'ils suggèrent comme étant à l'extérieur de cette limite est un concept encore plus difficile à saisir que celui de l'infinité. L'espace comme nous le percevons n'a que trois dimensions : longueur, largeur, hauteur. Nous définissons cette condition comme trois directions indépendantes, c'est-à-dire que chacune de ces mesures est simultanément à angle droit avec les autres.
Mais c'est une contradiction. Parce que si l'espace est infini, alors il doit posséder un nombre infini de lignes perpendiculaires les unes aux autres et non parallèles les unes aux autres.
Alors, est-ce que l'infinité est une aberration et l'espace est-il limité ? S'il est limité, dans quel espace notre espace existe-t-il ? Mais si l'espace ne possède pas une infinité de lignes perpendiculaires les unes aux autres, alors nous devons nous demander pourquoi nous n'en percevons que trois. Si nous existons dans un état mental qui ne perçoit que trois dimensions, cela doit signifier que les propriétés de l'espace sont créées ou différenciées par certains atrtributs que nous avons en nous. Pour une raison ou une autre, le Tout ne nous est pas accessible.
En 1908, Ouspensky écrivit dans un essai intitulé "The Fourth Dimension".
Nous pouvons avoir de très bonnes raisons de dire que nous sommes nous-mêmes des êtres en quatre dimensions et nous ne sommes tournés vers la troisième dimension que par un seul de nos côtés, c'est-à-dire par une petite partie seulement de notre être. C'est seulement cette partie de nous qui vit en trois dimensions, et nous ne sommes conscients que de cette partie comme étant notre corps. La plus grande partie de notre être vit dans la quatrième dimension, mais nous n'avons pas conscience de cette plus grande partie de nous-mêmes. Ou bien, il serait encore plus juste de dire que nous vivons dans un monde quadri-dimensionnel mais que nous ne sommes conscients de nous-mêmes que dans un monde tri-dimensionnel.
Le fait est que la pensée d'Ouspensky a été fortement influencée par Charles Howard Hinton, un mathématicien anglais. Mais longtemps avant que Hinton ait eu la moindre idée à propos de la " quatrième dimension ", il y a eu Riemann. Michio Kaku raconte l'histoire dans son livre Hyperspace: A Scientific Odyssey Through Parallel Universes, Time Warps, and the 10th Dimension et j'ai assez fidèlement suivi son canevas, bien que j'aie réduit et simplifié l'histoire.
Le 10 juin 1854, à l'Université de Göttingen, en Allemagne, Georg Bernhard Riemann fit un exposé intitulé On the Hypotheses Which Lie at the Foundation of Geometry , qui sonna le glas pour les vues classiques, linéaires de l'univers, et introduisit la théorie des dimensions supérieures. Ainsi que je l'ai écrit dans Noah, les vues qui prévalent en physique finissent par imprégner toutes nos interactions culturelles et sociales, et il ne fallut que 30 années environ après l'exposé de Riemann, pour que la " mystérieuse quatrième dimension " commence à affecter profondément les arts, la philosophie et la littérature.
Soixante ans plus tard, Einstein eut recours à la géométrie quadri-dimensionnelle de Riemann pour exliquer la création de l'Univers et son évolution ; et 130 ans plus tard, les physiciens allaient avoir recours à la géométrie à dix dimensions pour tenter d'unifier toutes les lois de l'univers physique.
La géométrie euclidienne dit que l'espace a trois dimensions et est " plat ". Dans un espace plat, les angles d'un triangle totalisent toujours 180 degrés, ce qui exclut la possibilité que l'espace puisse être courbe, comme une sphère. Pendant deux mille ans, Euclide a été le " roi ", et toute la chrétienté s'est émerveillée devant sa perspicacité. Des cathédrales ont été construites et des civilisations ont vu le jour selon les principes d'Euclide. Euclide et l'Eglise. Couple étrange mais très uni.
La plupart des gens se souviennent qu'ils ont transpiré sur les théorèmes d'Euclide : la circonférence d'un cercle est pi fois le diamètre ; des lignes parallèles ne se rencontrent jamais. Tout cela semblait plutôt normal, sauf qu'il y a un petit problème dont peu sont conscients: malgré leurs efforts persévérants, même les plus grands mathématiciens n'ont jamais été capables de PROUVER ces propositions d'une simplicité trompeuse. Aussi longtemps qu'on reste en " pays plat ", tout va bien avec Euclide. Mais dès qu'on met le pied dans un espace courbe, Euclide devient notre Némésis . ..
Riemann s'est rebellé contre la prétendue " précision mathématique " d' Euclide, parce qu'il lui semblait évident que le monde de la nature n'est PAS composé des figures géométriques plates et idéalisées proposées par Euclide. Il était clair que le monde REEL était fait de courbes qui s'allongent et se tordent en une variété infinie de possibilités.
Euclide a dit qu'il est " évident " qu'un point n'a pas de dimension du tout. Une ligne a une dimension: la longueur. Un plan a deux dimensions: la longueur et la profondeur. Un solide a trois dimensions: la longueur, la profondeur et la hauteur. Et c'est tout! Il n'y a rien d'autre! Rien n'a quatre dimensions, d'après Euclide.
Un autre Grec qui a dominé notre culture pendant bien longtemps, Aristote, a affirmé catégoriquement que la quatrième dimension spatiale était une impossibilité. Ptolémée, le Grec égyptianisé alla même plus loin : il construisit la " preuve " que la quatrième dimension était une impossibilité.. Si vous tracez trois lignes mutuellement perpendiculaires, puis que vous essayez de tracer une quatrième ligne perpendiculaire aux trois autres, vous vous rendez compte que c'est impossible. Il n'est pas seulement impossible de tracer plus de trois lignes mutuellement perpendiculaires, mais cela est impossible à comprendre.
Mais ce que Ptolémée a RELLEMENT fait, c'est démontrer qu'il était impossible de VISUALISER la quatrième dimension avec notre cerveau en trois dimensions! De nos jours, les mathématiciens et physiciens SAVENT qu'on peut démontrer l'existence mathématique de nombreux objets, bien que ceux-ci soient impossibles à visualiser.
Comme l'écrit Michio Kaku: " Ptolémée restera dans l'Histoire comme l'homme qui a opposé deux grandes idées scientifiques : le système solaire, centré sur le soleil, et la quatrième dimension ".
Il est curieux que de nombreux mathématiciens, manifestement profondément influencés par le christianisme et leur foi en la Biblen qu'ils considèrent comme " la vraie parole de Dieu ", aient réglièrement dénoncé l'idée de la quatrième dimension, qu'ils ont qualifiée d' " aberration de la nature ". Et donc, Euclide et l'Eglise ont dominé notre pensée, lavant le cerveau de l'humanité et la convainquant que les choses dont nous ne pouvons nous faire une représentation n'existent pas. Etrange descente dans le matérialisme grossier, si l'on considère que les buts supposés de la religion sont spirituels.
Comme je l'ai dit plus haut, l'histoire qui raconte comment et pourquoi Riemann a donné son fameux exposé est agréablement racontée par Michio Kaku, dans son Hyperspace, qui mérite certainement d'être lu. Mais ce qui nous préoccupe ici est que Riemann a émis l'idée du metric tensor (tenseur métrique) et a aussi été l'un des premiers à discuter des multiply- connected spaces (espaces à connexions multiples), ou wormholes (galeries de vers). Pour visualiser ceci, prenez deux feuilles de papier et placez l'une au-dessus de l'autre. Avec un couteau ou des ciseaux, pratiquez une petite incision sur chacune, et coller les deux feuilles ensemble, seulement le long des deux incisions.. Si un insecte vit sur la feuille de papier supérieure, il se peut qu'un jour il entre accidentellement dans l'incision et se retrouve alors sur la feuille inférieure. Il sera intrigué, parce que rien n'est à sa place. Après de nombreuses tentatives, l'insecte peut découvrir qu'il peut ressortir dans son monde originel en repassant par l'incision. Aussi longtemps qu'il marche autour de l'incision, tout va bien et paraît normal ; mais lorsqu'il essaie de prendre le " raccourci ", il a un problème.
"Les incisions de Riemann" ont été utilisées de manière spectaculaire par Lewis Carroll, dans son livre Through the Looking-Glass. . L'incision de Riemann est le miroir.
Peu après Riemann, des chercheurs, dans toute l'Europe, ont commencé à vulgariser l'idée de la quatrième dimension. Mais il se fit que les mathématiques avancées de Riemann étaient tellement en avance sur la pensée de l'époque, qu'il n'existait aucun principe physique pour guider plus loin les recherches. Ce n'est que cent ans plus tard que des physiciens purent le rattraper ! Mais ce qui avait pu se produire, cependant, était la réalisation qu'un être de la quatrième dimension devrait avoir ce qui nous paraîtrait à nous, des pouvoirs divins. Kaku écrit:
Imaginez que vous êtes capable de traverser les murs.
Vous ne drvriez plus vous soucier d'ouvrir les portes ; vous purriez passer au travers. Vous ne devriez pas contourner les immeubles ; vous pourriez y entre en passant à travers murs et pilliers, et vous pourriez ressortir par le mur de derrière. Vous ne devriez plus contourner les montagnes : vous pourriez passer au travers. Si vous avez faim, il vous suffirait de passer la main à travers la porte du réfrigérateur sans devoir l'ouvrir. Vous ne resteriez plus jamais planté devant la portière accidentellement verrouillée de votre voiture : vous pourriez simplement y entrer en la traversant.
Imaginez que vous êtes capable de disparaître et de réapparaître à volonté.
Au lieu de devoir vous rendre à l'école ou au travail en voiture, vous vous disparaîtriez et vous rematérialiseriez dans votre salle de classe ou votre bureau. Vous ne devriez plus prendre un avion pour visiter des contrées lointaines : vous pourriez simplement disparaître et vous rematérialiser où vous le voulez. Vous ne seriez plus jamais coincés dans des embarras de circulation aux heures de pointe : vous et votre voiture disparaîtriez simplement et vous vous rematérialiseriez là où vous devez vous rendre.
Imaginez que vous avez des yeux radioscopiques.
Vous pourriez voir se produire des accidents à distance. Après avoir disparu et vous être rematérialisé à l'endroit de l'accident, vous pourriez voir où exactement se trouvent les victimes, même si elles sont cachées sous les décombres.
Imaginez que vous puissiez fouiller l'intérieur d'un objet sans devoir l'ouvrir.
Vous pourriez extraire les segments d'une orange sans devoir l'éplucher ou la couper. Vous pourriez être respecté en tant que chirurgien de renom ayant l'habileté de réparer les organes endommagés des patients sans même devoir inciser la peau, réduisant ainsi pratiquement à néant la douleur et le risque d'infection. Vous pourriez mettre la main dans le corps des patients en passant directement à travers la peau, et pratiquer la délicate opération.
Imaginez ce qu'un criminel pourrait faire de ces pouvoirs. Il pourrait entrer dans la banque la mieux gardée. Il pourrait voir à travers les portes de coffre-fort les plus massives, les valeurs qui l'intéressent et les retirer sans effort. Il pourrait ensuite sortir à l'aise, sans que les balles tirées par les gardes l'affectent le moins du monde.
Avec de tels pouvoirs, aucune prison ne pourrait garder en ses murs aucun criminel. Aucun secret ne pourrait nous échapper. Aucun trésor ne nous serait caché. Aucun obstacle ne pourrait nous arrêter. Nous pourrions réellement faire des miracles, accomplir des actions qui dépassent la compréhension des mortels. Et nous serions aussi omnipotents.
Quel est l'être qui possède ces pouvoirs divins? La réponse est : un être d'un monde de dimension supérieure. [Kaku, 1994]
En 1877, un scandale qui éclata à Londres attira bnrusquement l'attention du public sur l'idée de la quatrième dimension.. Un " voyant " nommé Henry Slade, qui organisait des séances dans les demeures de personnes en vue, fut arrêté pour " tromperie par l"usage d'artifices subtils, chiromancie et autres moyens frauduleux " [Kaku, 1994]
Slade fut inculpé de fraude par la Cour, mais il affirma qu'il pouvait prouver son innocence en reproduisant les faits devant une commission scientifique ; et Johann Zollner, professeur de Physique et d'Astronomie à l'Université de Leipzig, rassembla un groupe de savants qui acceptèrent d'examiner les faits sous un angle scientifique. La raison de leur collaboration fut rendue publique : ils déclaraient que les phénomènes que Slade affirmait pouvoir produire étaient en fait possibles, à condition que les objets soient manipulés dans la quatrième dimension! Grâce à cela, la couverture médiatique donna au public une bonne idée de ce qu'il est possible d'accomplir dans notre monde étrange.
Parmi les défenseurs de Slade se trouvaient William Crookes, inventeur du tube cathodique; Wilhelm Weber, le collaborateur de Gauss, et le mentor de Riemann : J.J. Thompson, qui avait obtenu un prix Nobel en 1906 pour la découverte de l'électron ; Lord Rayleigh, l'un des plus grands physiciens classiques de la fin du dix-neuvième siècle et lauréat du prix Nobel en 1904.
Tout d'abord, on confia à Slade deux anneaux de bois, distincts et non brisés. Serait-il capable d'accrocher un anneau à l'autre sans en briser aucun? Si Slade réussissait, écrivit Zollner, cela " représenterait un miracle, c'est-à-dire un phénomène que nos conceptions actuelles des processus physiques et organiques seraient absolument incapables d"expliquer ".
Ensuite, on lui remit la coquille d'un escargot de mer dont la spirale tournait soit vers la droite soit vers la gauche. Slade serait-il capable de transformer une coquille dont la spirale s'enroulait vers la droite en une coquille dont la spirale s'enroulerait vers la gauche et vice-versa ? En troisième lieu, on lui remit une corde en boucle fermée, faite d'un boyau séché d'animal. Serait-il capable de faire un noeud dans la corde circulaire sans couper celle-ci ?
Slade fut également soumis à des variantes de ces épreuves. Par exemple, on lui remit une corde dans laquelle un noeud avait été fait, et dont les extrémités avaient été scellées à la cire et cachetées avec le cachet personnel de Zollner. Slade fut prié de défaire le noeud sans briser le sceau de cire, et de refaire un noeud de main gauche dans la corde. Comme les noeuds peuvent toujours âtre défaits dans la quatrième dimension, cela devait être facile pour une personne de la quatrième dimension. Slade fut égalemnt prié de vider le contenu d'une bouteille cachetée, sans briser ladite bouteille.
Slade avait-il des aptitudes aussi spectaculaires ?
Actuellement, nous réalisons que la manipulation d'un espace d'une dimension supérieure, ce dont Slade prétendait être capable, requiert une technologie bien plus avancée qu'il n'est possible sur cette planète dans un avenir concevable. Cependant, ce qui est intéressant dans ce cas célèbre, est que Zollner a correctement conclu que les actes de sorcellerie de Slade pouvaient être expliqués si l'on parvenait à transporter les objets dans la quatrième dimension.
Par exemple, en trois dimensions, des anneaux séparés ne peuvent être accrochés l'un à l'autre sans qu'on les brise. De même, on ne peut faire de noeuds dans des boucles de cordes qu'en coupant celles-ci. Cependant, dans des dimensions supérieures, les neouds peuvent être défaits aisément et des anneaux fermés peuvent être accrochés les uns aux autres. Et cela parce qu'il y a " plus de place " pour faire des noeuds dans des boucles de cordes et pour accrocher l'un à l'autre des anneaux fermés. Si la quatrième dimension existe, alors les cordes et les anneaux peuvent être transportés de notre univers, tordus, et remis dans notre monde. En fait, dans la quatrième dimension, les noeuds ne peuvent rester noués. On peut tojours les dénouer sans couper la corde. Le fait est impossible en trois dimensions, mais d'une simplicité enfantine dans la quatrième. En fait, il semblerait que la troisième dimension soit la SEULE où les noeuds restent noués!
De même, en trois dimensions il est impossible de convertir un objet rigide fait pour la main gauche en un objet similaire pour la main droite. Les humains naissent avec le coeur vers la gauche, et aucun chirurgien, aussi habile soit-il, ne serait capable de retourner d'un côté ou d'un autre les organes internes humains. Ceci n'est possible (comme l'a dit le premier le mathématicien August Möbius en 1827) que si nous enlevons le corps de notre univers, le faisons opérer une rotation en quatrième dimension, puis le réinsérons à nouveau dans notre univers.
Zollner souleva une tempête de controverses lorsque dans un article publié dans le Quarterly Journal of Science and Transcendental Physics, il affirma que Slade étonnait son public par des faits " miraculeux " accomplis en présence de savants distingués.
La défense sans équivoque par Zollner des faits accomplis par Slade fit sensation et se répandit comme une traînée de poudre dans la société londonienne. Zollner était soutenu par son cercle de scientifiques réputés tels Weber et Crookes. Il ne s'agissait pas là de scientifiques médiocres, mais bien de maîtres ès sciences, et d'observateurs chevronnés d'expériences. Ils avaient tous passé leur vie à travailler sur des phénomènes naturels, et voilà qu'à présent, sous leurs yeux, Slade accomplissait des faits qui n'étaient possibles que si des esprits vivaient dans la quatrième dimension. [Kaku, 1994; textes mis en gras par moi-même]
Il y eut bien sûr des critiques et détracteurs acharnés, mais à mon avis, aucun de leurs arguments ne tient la route. En fait, tout cela a été démontré à maintes reprises au cours des siècles, loin dans le passé, et il y a toujours eu des " sauvages " détracteurs et critiques qui défendaient leurs propres maîtres matérialistes ou leurs dieux.
Ce qui est intéressant dans les descriptions par Kaku des aptitudes d'un " être de quatrième dimension ", est qu'elles sont précisément le type de choses qui caractérisent le " phénomène extraterrestre " qui interagit de plus en plus profondément avec notre réalité à mesure que les années passent. Bien plus, il y a une accumulation de preuves nous montrant que des êtres ayant de tels pouvoirs ont interagi de tous temps avec les humains, bien que par le passé on les ait nommés fées, démons, vampires, etc. En outre, ces aptitudes qui sont décrites comme de " quatrième dimension " sont exactement ce que les Cassiopéens qualifient de quatrième densité plutôt que de dimension.
En 1884, après dix années de controverse, Edwin Abbot, Directeur de la City of London School, écrivit le roman Flatland: A Romance of Many Dimensions by a Square. Abbot était un ecclésiastique, ce qui n'est pas trop surprenant puisque ceux-ci avaient à présent un " endroit " où mettre le ciel et l'enfer, les anges et les démons - dans la quatrième dimension (ce qui n'était probablement pas très éloigné de la vérité!). Seulement, (Plat Pays) était une satire mordante , une critique sociale. Abbot s'est moqué des gens pieux qui niaient la possibilité de la quatrième dimension. Ce livre vaut la peine d'être lu ne serait-ce que pour les nombreux exemples de bigoterie et d'étroitesse d'esprit qui sont monnaie courante, même de nos jours, dans les milieux scientifiques et religieux.
Flatland prépara les esprits à des expression plus artistiques de la quatrième dimension, y compris les oeuvres d'Oscar Wilde, H.G. Wells, Lewis Carroll, Joseph Conrad et d'autres encore. L'essor de nombreuses " sociétés occultes " comme le mouvement théosophique par exemple, fut possible grâce aux idées sur la quatrième dimension. C'était devenu la dernière lubie à la mode, pourrait-on dire.
Il y avait là du bon et du mauvais. Le mauvais est que les scientifiques sérieux tinrent à garder leurs distances par rapport à des sujets pour magazines à sensation, tout comme de nos jours ils gardent leurs distances par rapport à tout ce qui concerne les " extraterrestres Le bon est que tout cela devint une métaphore culturelle : le cubisme et l"expressionnisme furent influencés par les génométries non-euclidiennes de la quatrième dimension.
C'est Charles Howard Hinton qui " apporté " la quatrième à l'Amérique. A Oxford, Hinton avait tenter de trouver des moyens de visualiser la quatrième dimension. En tant que mathématicien, il savait qu'on ne peut pas visualiser un objet à quatre dimensions dans sa totalité, mais on peut visualiser une coupe transversale d'un tel objet.

Après avoir eu des problèmes personnels, Hinton s'en alla en Amérique, travailla pendant un certain temps à Princeton, puis au Patent Office à Washington. Il passa plusieurs années à mettre au point des méthodes intelligentes pour que l' " homme de la rue " parvienne à " voir " des objets en quatre dimensions. Il perfectionna des cubes spéciaux qui, si on y mettait assez du sien, permettaient de visualiser des hypercubes, ou cubes en quatre dimensions. Ceux-ci allaient devenir les " cubes de Hinton ". Il inventa le terme Tesseract pour décrire un hypercube non développé.

Le cube de Hinton ou "Tesseract"

Les habitants du Plat-Pays sont incapables de visualiser un cube, mais ils peuvent conceptualiser un cube en trois dimensions et le développer. Pour un habitant du Plat-Pays, un cube, lorsqu'il est développé, ressemble à une croix, et consiste en six carrés, comme le montre la figure du dessus. De la même manière, nous sommes incapables de visualiser un hypercube en quatre dimensions mais si nous le " développons ", nous obtenons une série de cubes disposés en un tesseract en forme de croix. Bien que ceci semble être un objet " solide et stable " en trois dimensions, l'idée est de comprendre qu'il s'agit seulement de notre représentation de l'hypercube " enveloppé " en un espace quadri-dimensionnel, de la même manière que la figure en forme de croix s' " enveloppe " en un cube quand on la fait passer d'un espace bi-dimensionnel à un espace tri-dimensionnel..

Comme le lecteur peut se le figurer, les cubes de Hinton devinrent rapidement des objets d' " importance mystique ". On prétendit qu'il était possible d'avoir des aperçus de la quatrième dimension si on méditait suffisamment sur ces cubes. Ses disciples passèrent des heures en contemplation devant ces cubes, jusqu'à ce qu'ils parviennent à les réarranger et à les rassembler en hypercube en passant mentalement par la quatrième dimension. . Ceux qui réussissaient cette performance mentale devaient, disait-on, avoir atteint le niveau le plus élevé du nirvana!
La plus importante contribution de Hinton au sujet de la quatrième dimension est sa vulgarisation de figures de dimensions supérieures. Celles-ci sont utiles à maints égards, parce que même des mathématiciens professionnels conceptualisent des objets de dimensions plus élevées grâce à des coupes transversales, aux développements de ces objets, et leurs projections.
Le lecteur souhaitera peut-être consulter le livre The Monster from Nowhere de Nelson Bond, qui décrit comment un monstre de la quatrième dimension peut se manifester dans notre propre monde. Il y a des descriptions bizarres qui correspondent vraiment à des " manifestations extraterrestres " de l' époque actuelle.
Bon. Ert maintenant, où en sommes-nous après tout cela ?
Je pense que chacun peut comprendre que nous avons tous une " connexion " avec l'Onde, ou Frontière d'un autre Monde, par l'intermédiaire d'une sorte d'incision ou de " galerie de ver " dans la quatrième dimension, appelée " réalité perpendiculaire ". Qu'on puisse y accéder ou non, c'est là une autre question. Et que cela nécessite une ou plusieurs personnes pour " produire " ou " faire se manifester " une telle incision, est encore un autre problème. Si la dernière idée est correcte, nous pouvons supposer que des groupes de sept personnes, à condition que ces personnes soient les " BONNES " (ceci est déterminé par la dynamique de chaque groupe) peuvent interagir de manière à apporter à chacun des membres du groupe des connaissances et une prise de conscience exponentielles, en " pratiquant " l' " incision " ou en " creusant " la " galerie de ver ". De tels groupes seraient des " canaux " ainsi que les nomment les Cassiopéens, et, comme nous l'avons appris précédemment, un canal est une sorte de " tunnel de secours " qui peut être activé à l"approche de l'Onde..
Mais comment est-ce que cela fonctionne exactement? Eh bien, à mesure que nous avancions, de plus en plus de pièces du puzzle se mettaient en place ; la séance Santilli a été la dernière fois que nous avons discuté du sujet de l'Onde pendant près d'un an. Nous n'allions revenir sur ce sujet qu'en juin 1996, alors que beaucoup d'eau avait coulé sous les ponts. Changements, changements, changements. Les lecteurs que cela intéresse voudront peut-être lire Amazing Grace, , bien que cela ne concerne pas le sujet qui nous occupe en ce moment.. Lorsque nous en avons discuté à nouveau, ce fut parce que j'avais commencé par une question à propos de quelqe chose qui semblait n'avoir aucun rapport.. Et dans ce cas-ci, l' " onde " qui fut " soulevée " ne paraissait avoir aucun lien avec l' ONDE dont nous discutons en ce moment.. C'est seulement plus tard que nous avons soupçonné qu'il y avait un lien entre les deux.
Juste pour vous dire un peu ce qui a déclenché les questions qui ont mené à la série suivante d'indices, j'avais acheté un livre intitulé The Sufi Path of Knowledge , de William Chittick, simplement parce que je souhaitais en savoir plus sur les soufis à la suite de ma lecture des écrits d' Ouspensky et de Gurdjieff. J'avais même posé quelques questions au sujet de la présentation, par Ouspensky, de la prise de conscience de la deuxième dimension, relative à ce que les Cassiopéens nomment la " deuxième densité ".

11-02-95

Q: (L) Précédemment, nous avons discuté des perceptions dont parle Ouspensky dans son Tertium Organum. Etait-ce une description assez exacte de l'état de nos perceptions et de l'état des perceptions de la deuxième densité ?
R: Oui.

Je dois répéter qu'il semble que l'explication mathématique des dimensions correspond mieux à ce que les Cassiopéens nomment densités, tandis que " réalités alternatives " correspond plutôt à la compréhension " populaire " des dimensions. Il y a sans nul doute énormément de mauvaise compréhension et de fausses conceptions parmi les gourous du Nouvel Age à propos de ces sujets. Et ce qui est triste, c' est qu'ils utilisent les mots sans aucune compréhension de la précision mathématique et des significations profondes, et de nombreuses personnes sont nourries d'un tas de bobards avec ces " salades de mots ". En même temps, beaucoup ont la compréhension mais ne disposent pas d'un vocabulaire adapté pour l'exprimer, de sorte que le conflit entre perception inspirée et science se perpétue sans fin. Mais gardons cela pour plus tard.
Pendant et après la période de profond changement dans ma propre vie, je dois admettre que j'étais plutôt en colère contre les Cassiopéens. Je veux dire que voilà des êtres de lumière, censément en provenance de la sixième densité , qui avaient barvardé avec nous pendant un certain temps, qui - on aurait pu le penser- auraient pu me donner des conseils de façon à m'éviter douleurs et souffrances, ou événements pénibles, et tout ce j'obtenais à partir du moment où je commençais à mettre en oeuvre leurs suggestions, c'était des attaques constantes de ma psyché, de ma personne, et même de ma famille. Un soir je me plaignis auprès d'eux.
:
11-02-96
Q: (L) J'ai écrit à un TAS de gens... quand est-ce que je vais trouver ce que je cherche?
R: Est-ce que nous ne vous avons rien dit ? est-ce que nous ne vous avons pas conseillé d'utiliser le réseau??!??
Q: (L) Bien sûr...
R: Et qu'est-ce que vous avez fait?
Q: (L) Eh bien, je me suis mise en ligne dès que j'ai pu...
R: Et que s'est-il passé?
Q: (L) Les Lézards ot essayé de me tuer! [rires]
R: L'armée des Lézards, c'est-à-dire les SDS, vous a attaquée depuis le premier jour. Nous ne vous mettons en gards que depuis un an et demi selon votre mesure.
Q: (L) La situation et telle que je n'ai plus de force pour travailler contre cette constante oppression et cette opposition. Pouvez-vous me dire si j'aurai un jour un peu de paix afin de pouvoir continuer à fonctionner ?
R: L'avons-nous fait?

Oui ils l'avaient fait… de façon subtile, à de nombreuses reprises.. Le seul problème est que ce n'était jamais spécifique. C'était comme si on m'avait dit qu'il y avait un trésor au centre d'un labyrinthe que j'étais censée trouver et que j'y entre les yeux aveuglés par un bandeau épais. Bien sûr, les Cassiopéens étaient là, me chuchotant en coulisse : " tu approches, ça devient tiède maintenant ! Oups, non froid, plus froid, glacial) Bien. Oui, plus chaud, plus chaud, très chaud ! " Mais c'était difficile et dingue à vivre. Je n'ai pas réalisé à l'époque qu'ils m'apprenaient à discerner les choses d'une manière et à un niveau rarement atteints , même par ceux qui consacrent leur vie entière à la métaphysique et au paranormal. Je me sentais fâchée et frustrée comme un enfant qui a difficile à " digérer " les maths et qui ne réalise pas combien les leçons pratiques lui faciliteront la besogne plus tard.
Mais c'était un processus qui me semblait sans fin. Plusieurs mois se passèrent sans qu'aucune séance ne soit organisée, soit parce que je me sentais malade ou déprimée, soit parce que je me sentais trop fatiguée pour faire de grands efforts. Lorsqu'enfin nous organisâmes une séance, je me plaignis à nouveau :

01-06-96

Q: (L) Plusieurs personnes m'on fait remarquer que, depuis que ce projet a commencé, un nombre incalculable de choses terribles me sont tombées dessus. Ma vie est un désastre!
R: " Désastre " est subjectif
Q: (L) Je veux dire que les choses physiques que j'ai vécues : l'échec de mon mariage, ce qui est arrivé à mes enfants, sont assez terribles, subjectivement ou non!
R: Avant que ces changements ne commencent à se manifester, vous étiez enfoncée plus profondément dans une " illusion mortelle " que vous ne l'êtes à présent. La venue au jour est, par nature, inconfortable. Mais vous en retirerez de la force, nous vous le promettons!!!!!!!!
Q: (L) Je vis une période très difficile pour le moment. Il m'est difficile de garder la tête au-dessus de l'eau.
R: Et il y a eu d'autres moments, et il y en aura d'autres, mais cela ne signifie pas que la récompense sera mince. Vous vous trouvez sur un chemin de destinée, et il n'y a pas moyen de revenir en arrière à présent.

Dans mon état d'esprit d'alors, cela me semblait désespérant ! Je n'éprouvais d'enthousiasme pour rien, et j'étais dans état physique de crises constantes, sortant d'une maladie pour tomber dans une autre. Mais pendant les périodes de maladie, d'épuisement ou de dépression, je me mis à feuilleter ce livre sur les enseignements de Muhyi al-Din Muhammad ibn 'Ali ibn al-'Arabi, qui restait là à prendre la poussière sur une étagère depuis quelques années. A mesure que j'en lisais des passages ici et là, je fus frappée par la similitude avec les enseignements des Cassiopéens. Je trouvai également stimulant de découvrir que tout ce que je souffrais était le lot habituel de ceux qui se préparent à ce que certaines révélations leurs soient faites. Cela me donna le courage de me décider à organiser une nouvelle séance, pendant laquelle nous eûmes les échanges suivants :

15-06-96
Q: (L) Comme vous le savez, j'ai étudié dernièrement des écrits soufis, et j'ai découvert tellement de similitudes entre ces " révélations " et ce que nous recevons par l'intermédiaire de cette source-ci, que j'en ai été abasourdie ; c'est le moins que je puisse dire. Dès lors, ma question est : pouvons-nous considérer que ce que nous avons ici est une révélation permanente, croissante ?
R: Yes.
Q: (L) Bon. De mes lectures il semblerait que dans un processus de révélation, lorsque les connaissances sont suffisamment étendues, il commence à se produire des révélations intérieures. Est-ce le cas dans le processus actuel?
R: Cela se peut.
Q: (L) Mon expérience, au cours des deux dernières années, est que lorsqu'il y a un accroissement significatif des connaissances, ce qui est d'une certaine manière cyclique, je passe par une dépression avant de pouvoir les assimiler, et c'est comme s'il se produisant une transformation intérieure me faisant passer d'un niveau à un autre. Avons-nous la possibilité, et si oui est-il conseillé, de développer ou faciliter ce processus d'une manière ou d'une autre ?
R: C'est un processus naturel. Laissez aller.
Q: (L) Un des sujets étudiés par Al-Arabi concerne les niveaux ontologiques des êtres. Des cercles concentriques, pourrait-on dire, d'états d'être. Et chaque état définit les relations en termes de connaissances et de prise de conscience. A mesure qu'on monte de niveau, on s'approche d'une relation directe avec le coeur de l' existence, et sur les bords extérieurs on est en relation plus directe avec la matière. Ceci explique assez bien les sept densités que vous nous avez décrites, et il dit également qu'il y en a sept. Il parle également de " rayonnement vers l'extérieur " et de " cheminement vers l"intérieur " à propos de la connaissance. Mon idée est que certains êtres, comme les SDS de 4e densité et autres êtres SDS de troisième densité, qui pensent qu'ils sont en train de créer une situation où leurs pouvoirs personnels seront accrus, pourraient bien en fait faire partie du processus de " rayonnement vers l'extérieur " ou dispersion dans la matière. Est-ce que cette perception est correcte ?
R: C'est à peu près ça..
Q: (L) Al-Arabi dit, et ceci correspond à ce que vous avez dit, que nous pouvons rester dans l'illusion où nous sommes, que nous pouvons nous diriger vers le haut ou vers le bas. Est-ce cela dépend, en partie, selon la direction choisie, de notre position dans le cycle?
R: C'est plus complexe que cela.
Q: (L) Oh, j'en suis convaincue. Al-Arabi présente une analyse très complexe et il ne savait pas tout non plus, sans doute. Cependant, cela reflète quasiment mot pour mot des choses qui nous ont été dites par l'intermédiaire de cette source-ci.
R: Maintenant, étudiez, lisez, recherchez tout ce que vous pouvez au sujet des ondes instables de gravité.
Q: (L) Bon. Ondes instables de gravité. Je vais voir ce que je peux faire. Autre chose à ce sujet ?
R: Méditez aussi !
Q: (L) Oui. Bon. Ils nous ont dit de méditer. Est-ce que tu as médité, Freddie? (F) Pas ces dernier temps.
R: C'est pour vous, Laura, nous voulons dire que vous devez méditer sur les ondes instables de gravité ; cela fait partie de votre recherche. Les ondes instables de gravité dévoileront des vérités encore cachées en physique quantique, ce qui rendra le tableau clair comme du cristal.
Q: (L) La gravité semble être une propriété de la matière. Est-ce correct ?
R: Et de .... l'antimatière !
Q: (L) Est-ce que la gravité qui est une propriété de l'antimatière, de l' " antigravité " ? Ou bien n'y a-t-il que de la gravité, pour ainsi dire?
R: Lien. La gravité relie tout ce qui est physique à tout ce qui est éthérique, grâce à des ondes instables de gravité!!!
Q: (L) Est-ce que l'antimatière est ce que nous considérons comme l'existence " éthérique " ?
R: Chemin vers. Portail vers.
Q: (L) Est-ce que les ondes instables de gravité émanent de la septième densité ?
R: Au travers. Il n'y a pas de lieu d'émanation.
Q: (L) Donc, elles sont une propriété ou un attribut de l'existence de la matière, et relient la matière à l'idéation éthérique?
R: En quelque sorte ; mais elles sont une propriété de l'antimatière également!
Q: (L) Donc, par l'intermédiaire des ondes instables de gravité, on peut accéder à d' autres densités?
R: A tout.
Q: (L) Est-ce qu'on peut les produire mécaniquement?
R: La production est en fait le rassemblement et la dispersion.
Q: (L) Bien. Et quelle sorte d'appareil pourrait rassembler et dispperser des ondes de gravité ? Est-ce là ce que font les spirales ?
R: Sur le bon chemin. Lorsque vous avez écrit " Noé " où avez-vous placé la gravité ?
Q: (L) J'ai pensé que la gravité était un indicateur de la consommation d'électricité, que la gravité était un sous-produit d'un flux continu d'énergie électrique...
R: La gravité n'est pas un sous-produit! Il s'agit de l'ingrédient central de toute existence!
Q: (L) Je faisais une évaluation en termes de flux électrique et de consommation... et je pensais que l'électricité était la preuve d'une sorte de conscience, et que la gravité était la preuve qu'une planète qui l'avait avait de la vie...
R: Nous vous avons dit précédemment que les planètes et les étoiles sont des fenêtres. Et où va la gravité ?
Q: (L) Ouh là ! Où va la gravité ? Le soleil est une fenêtre. Même notre planète doit être une fenêtre !
R: C'est ça! La gravité ; c'est tout ce qu'il y a.
Q: (L) est-ce que la lumière est une émanation de la gravité?
R: Non.
Q: (L) Qu'est-ce que la lumière?
R: De la gravité. La gravité c'est " Dieu ".
Q: (L) Mais je pensais que Dieu était la Lumière ?
R: Si la gravité est tout, qu'est-ce qu'elle n'est pas ? La lumière est l'expression d'énergie produite par la gravité. Veuillez, s'il vous plaît, nommer quelque chose qui n'est pas de la gravité.
Q: (L) Eh bien, si la gravité est tout, il n'y a rien qui ne soit gravité, bon, très bien! Qu'est ce que le néant absolu?
R: Une simple idée.
Q: (L) Donc, il n'y a pas de non-existence?
R: Si, il y en a
Q: (L) Est-ce que les pensées produisent de la gravité?
R: Oui.
Q: (L) Est-ce que le son produit de la gravité ?
R: Oui.
Q: (L) Est-ce que le son peut manipuler la gravité?
R: Oui.
Q: (L) Est-ce que la voix humaine peut faire cela?
R: Oui.
Q: (L) Est-ce que cela peut se faire tonalement ou par le pouvoir de la pensée?
R: Les deux. La gravité est manipulée par le son lorsque la pensée manipulée par la gravité choisit de produire un son , ce qui manipule la gravité.
Q: (L) Et le type qui a construit Coral Castle a fait des tourbillons aériens pendant qu'il mettait tout en place par sa pensée?
R: Non. Il a fait des tourbillons quand la gravité a choisi de le manipuler de manière à ce qu'il fasse des tourbillons afin qu'il puisse manipuler la gravité.
Q: (L) Est-ce que la gravité a de la conscience?
R: Oui.
Q: (L) Est-il possible à un individu de faire le choix, ou bien est-ce la gravité qui est lui qui choisit ?
R: La gravité qui était en lui était toute la gravité qu'il y avait.
Q: (L) Eh bien. Et moi qui pensais que les Soufis étaient difficiles! (F) Mais c'est probablement grâce à ce que tu as étudié que cette porte s'est ouverte. (L) Bon Sang! Qu'ai-je fait! Très bien. Je me sens désorientée.
R: Non, vous ne l'êtes pas.
Q: (L) Alors, disons que je me sens embrouillée et accablée.
R: Embrouiller, c'est amusant!
Q: (L) Eh bien je pense que si quelque chose de particulier doit sortir de tout cela, nous le découvrirons à mesure que nous avançons.
R: Combien de fois devons-nous vous le dire?!?! Absolument toute l'existence se trouve en chacun de vous et vice-versa.
Q: (L) Alors, comment expliquer la " multiplicité " que nous percevons?
R: Perception de troisième densité.
Q: (L) Donc, j'ai tout l'univers en moi... bon, c'est... Je comprends. Assez bizarrement, je comprends. Le problème est d'y accéder, d'enlever les voiles.
R: C'est ça qui est gai.
Q: (L) Alors, le type qui a construit Coral Castle a pu y avoir accès. Tout le temps ou par intermittence ?
R: Partiellement.
Q: (L) D'après ce que je comprends, à la vitesse de la lumière il n'y a pas de masse, pas de temps, pas de gravité. Comment cela peut-il être ?
R: Pas de masse, pas de temps, mais si, de la gravité
Q: (L) Un photon a de la gravité?
R: La gravité prend le pas sur la vitesse de la lumière.
Q: (L) Les ondes de gravité sont plus rapides que la lumière?
R: Oui.
Q: (L) Qu'est-ce qui pourrait rende instable une onde de gravité?
R: L'utilisation.
Q: (L) Il me semble que je rate quelque chose d'important ici...
R: Oui, mais vous ne pourrez le trouver qu'en allant à votre propre rythme. Et là-dessus, bonne nuit.

A présent, tous ceux qui ont pu penser parfois que je suis dure de la comprenure en sont à présent convaincus! C'est vrai que j'avais lu et étudié pendant de nombreuses années avant de découvrir les secrets de notre existence en ce monde, et il m'est arrivé de penser que je ne m'en tirais pas mal pour une non-spécialiste. Mais à présent, tout ce que j'avais découvert était jeté aux orties , et je me retrouvais en première année d'école. Et dans cette classe, je n'étais apparemment PAS l'élève la plus brillante!
Un certain nombre de points de cette séance m'ont frappée (rétrospectivement, bien sûr!) comme devant être gardés à l'idée à mesure que nous progressons vers la solution de l'énigme : comment sortir du pays d'Oz et revenir au Kansas. Les voici:
Les ondes instables de gravité apparaissent comme des secrets encore ignorés de la physique quantique, et rendent le tableau clair comme du cristal.
La gravité semble être une propriété de la matière et de l'antimatière! L'antimatière serait le chemin ou le portail qui conduit à l'existence " éthérique "? La gravité relie tout ce qui est physique à tout ce qui est éthérique grâce aux ondes instables de gravité!!!
Dès lors, grâce aux ondes instables de gravité on peut accéder non seulement aux autres densités, mais à tout.

La " production " mécanique d'ondes de gravité se fait grâce au rassemblement et à la dispersion.
Les spirales " conduisent " à un moyen mécanique de rassembler et disperser les ondes de gravité.
La gravité est l'ingrédient central de toute existence! Vous l'avez aussi!!

Les pensées produisent de la gravité. Et de ce fait, la connaissance et la prise de conscience également. Il faut naturellement se rappeler que connaissance et prise de conscience sont les " clés " qui permettent de produire un canal, et nous pensons qu'un " canal " est une réalité perpendiculaire ou quelque chose de semblable à l'incision de Riemann ou à une galerie de ver.
J'ignore si vous, lecteurs, pensez ce que je pense de tout ceci, mais gardez tout cela à l'esprit à mesure que nous continuons à tenter de découvrir la nature de l'Onde et la meilleure manière de nous préparer à interagir avec elle avec profit.

Chapitre VI


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .